L’Airbus A380 au baptême du feu?

Le concept de bombardier deau date du début des années cinquante et a donné lieu depuis à une véritable industrie. Lun des premiers aéronef utilisé fut le PBY Catalina, de fabrication américaine. Aujourdhui, le CL-415 « Pélican », plus connu sous lappellation de son fabricant « Canadair », contenance 6 000 litres deau, est opéré en binôme avec un avion de ligne modifié, le « Dash 8 », de fabrication canadienne également, dont la soute emporte 10 000 litres de retardant ou deau. La Sécurité civile dispose aujourdhui dune flotte de 7 appareils de ce type et de 12 Pélicans CL-415. Pour autant « notre flotte de canadairs est insuffisante » estime Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde et du service départemental dincendie et de secours (SDIS 33), dans le JDD du 16 juillet 2022. Selon lui, « si des avions étaient intervenus rapidement sur les départs de feu, la semaine dernière, le pire aurait pu être évité. »

Devant lampleur terrifiante des incendies que nous connaissons aujourdhui, on peut sinterroger sur le niveau des moyens utilisés, en soulignant au passage limmense courage et labnégation des professionnels du feu, engagés au sol et en vol.

Aux États-Unis et au Canada notamment, deux types de gros porteurs ont été transformés en bombardiers deau et sont encore en service. Le « Martin M-170 » ou « Martin Mars »hydravion cargo quadrimoteuà piston, conçu et construit pour la marine américaine pendant la Seconde Guerre mondiale. Il peut emporter et larguer 30 000 litres deau et traiter 1,5 hectare en une seule passe. Plus proche de nous, le « 747 Super Tanker » est un avion bombardier d’eau basé sur le Boeing 747 emporte 74 000 litres et peut traiter une surface sept fois plus grande en plusieurs passes. Il est le plus grand du monde et entre dans la catégorie créée dans les années 2000 par le service des forêts des États-Unis de Very Large Air Tanker (VLAT)Transformer un avion de ligne gros porteur en bombardier deau, voilà bien une idée qui ne pouvait nous venir que de lautre côté de lAtlantique. Depuis 2006 une société privée américaine met en œuvre trois triréacteurs McDonnell Douglas DC-10 comme avions de lutte contre les feux de forêts ; ils sont engagés principalement sur le territoire des États-Unis. Focus sur le premier, et plus célèbre dentre eux : Tanker 910.

Autre exemple, le Tanker 910 premier avion de série commandé et transformé selon les besoins de la société 10 Tanker Air Carrier, baséà Albuquerque au Nouveau-Mexique. Il sagit dun ancien avion de ligne, le DC-10-10 commercial à lorigine, qui a réalisé son premier vol en juin 1974. Il avait trente ans quand il a commencé sa nouvelle carrière en tant que pompier volant. Auparavant il avait porté les couleurs de cinq compagnies aériennes différentes dont la Pan Am et Hawaiian Airlines. Ses performances sont proches du Boeing Super Tanker. En comparaison, le Dash 8, présenté plus haut, avec ses 10 000 litres deau, couvrira 0,5 hectare. Un autre avion – russe – le Beriev 200, biréacteur et amphibie, alternative au Canadair, avec une capacité demport supérieure, cherche à se faire une place en Europe.

Existerait-il une place pour lA380, échec commercial aéronautique du siècle dont la capacité hors normes est devenue un handicap ?

On le voit, les exemples dinnovation en matière de création de « gros porteurs bombardiers deau » sont édifiants ! Après l’échec commercial (et économique, 240 exemplaires construits au lieu des 500 prévus et nécessaires pour rentabiliser le programme – Life les articles du 18 juin 2017 et du 24 juin 2018 sur Boulevard Voltaire) -, Airbus annonçait la fin de la production en 2019, faute de nouvelles commandes, de son « Super Jumbo », 106 exemplaires restant en service dans quelques compagnies et un grand nombre – 136 – étant immobilisés sur différents parkings de stockage, notamment en France, à Châteauroux, vraisemblablement cloués au sol à jamais.

Même si certaines compagnies aériennes aménagent aujourdhui des A380 de seconde main, avec jusqu’à 700 sièges, même si des compagnies comme Emirates et quelques autres continuent de faire voler ce géant, cela restera marginal et les 242 unités construites ne retrouveront pas le chemin des airs.

Alors que faire de ce prodigieux avion ? Le stocker, en attendant des jours meilleurs sur les trois sites européens dédiés, Tarbes et Toulouse-Francazal, en France et Teruel en Espagne, géréla société spécialisée TARMAC Aerosave ? En juin, 230 à 240 avions étaient immobilisés, dont 34 A380… Et après trois mois dimmobilisation, la remise en vol est longue et compliquée

Le Jumbo européen peut emporter une charge marchande denviron 100 tonnes et 250 tonnes de kérosène pour des vols de 15 000 km. En modifiant la cellule pour y aménager des réservoirs deau et en remplaçant certains réservoirs de carburant, non nécessaires pour des vols locaux, par des réservoirs deau, il semblerait possible daugmenter significativement la contenance deau ou de retardant, 7 fois plus efficace que leau. 

LA-380 décolle sur environ 3100 m à pleine charge. Les pistes existantes – hors Roissy – pouvant laccueillir dans le sud de lEurope, en France, Marignane 3500 mètres, Châteauroux (où sont stockés les A-380 inutilisés), 3500 mètres également, avec lavantage d’être au centre du pays. 

Reste à transformer lavion – si cela a été possible chez Boeing, cela devrait l’être chez Airbus – et certaines implantations au sol. Il conviendra également de concevoir des procédures adaptées ; sur ce point, lensemble des professionnels de la Sécurité civile, dAirbus et de la DGAC (Direction générale de l’aviation civile) devraient sen sortir. On pourrait alors envisager des largages de plus de 100 000 litres deau ou de retardant, à partir de cet avion… et traiter plus de 10 hectares en un seul vol, en une seule passe, quand il faudrait 20 à 30 largages de Canadair. Aujourdhui, il suffirait dune décision politique et industrielle pour aller vers cet objectif.

« J’ai refait tous les calculs, ils confirment l’opinion des spécialistes : notre idée est irréalisable. Il ne nous reste qu’une seule chose à faire : la réaliser ! »Pierre-Georges Latécoère » constructeur aéronautique des années 30, fondateur de lAéropostale. Rien nest impossible !

Jean-Louis Chollet

image_pdfimage_print
16

26 Commentaires

  1. macron tête de con n’acceptera jamais d’investir sérieusement dans de tels projets cruciaux, vaut mieux garder le fric pour armer l’Ukraine ! Si macron tête de con ne donne plus d’armes à l’Ukraine, comment voulez-vous que la guerre s’arrête ?…

  2. Le poste budgétaire qui pouvait permettre la réalisation de ce projet est consacré à l’immigration et au soutien de la guerre en Ukraine. Choupinet a des priorités qui ne sont les notres.

  3. Excellente idée, voilà que quoi refaire fleurir le génie français…les gars d’Airbus ne demandent qu’à relever les défis, j’en suis sûr !

    Mais avec micron aux commandes…la start-up nation n’a jamais fait rêver ni même exister.

    Avec de la merde on fait dla merde 😉

  4. Des avions ou des migrants, il faut choisir ! Les franconnais ont choisi les migrants alors on peut cramer.

    A part ça voir un A380 écoper, c’est vrai que ça aurait « de la gueule ».

    • Michel, je crois que vous avez voulu faire une petite blague. Au départ, un A380 n’est pas un hydravion. Donc on ferait comme pour les Dash, on les remplit à des bornes hydrantes à l’aéroport.

  5. Avoir des avions plus gros pour mieux combattre les incendies… mais c’est une atteinte à la liberté d’expression des pyromanes !

    • Tout à fait. D’abord, l’avion c’est anti-écolo, donc, caca. Ca consomme des énergies fossiles, ça ne doit plus faire rêver les enfants, et il faut des usines pour en fabriquer, et dans ce cas précis, les modifier. Ensuite la minorité des pyromanes ne devrait plus être stigmatisée et opprimée comme elle l’est injustement. Leurs droits, comme ceux des égorgeurs, doivent être reconnus au niveau des cours de justice de l’UERSS. Et la forêt doit redevenir une forêt primitive sans intervention de l’homme, porteur de l’abominable CO2 qui va nous faire tous mourir de chaud.
      Là je crois que j’ai tout bon et que je gagne dix points d’un coup.

  6. Des A380 transformés en extincteurs, la proposition est excellente.
    Et on pourrait même les équiper de pièges à loups, pour éradiquer ces prédateurs majeurs qui éliminent les espèces autochtones.
    Le projet se heurte cependant frontalement à la mondialisation…et à macron, chargé par les bilderberg de ruiner la France pour la transformer en lupanar pour américains friqués.
    Des appareils contre les incendies de forêts à proximité immédiate des lieux d’utilisation, ce n’est pas le projet de macron. Il veut une flotte européenne de « bruxellairs », qui arriveraient de Grèce, de Turquie, ou d’Ukraine bien sûr… pour éteindre les feux criminels allumés à Arcachon ou dans la forêt de Mélusine.
    Couteuse, inefficace, absurde, sa décision priverait un peu plus la France de souveraineté. Mais elle serait tellement utile aux mondialistes!

  7. Merci pour cette étude concrète, mais :
    – De très gros avions bombardiers d’eau n’auraient pas l’agilité des Canadairs, et où trouver les pistes et moyens de remplissage adaptés ? Les hydravions avec leur remplissage rapide sur plans d’eau proches n’ont ils pas un meilleur rendement ?
    – Un hydravion mixte pouvant faire aussi du transport de personnes et de fret en dehors des périodes d’incendies ne serait il pas la bonne option ? Par exemple le Beriev 200 qui largue 12 m3 ou transporte 64 passagers ?

    • En effet, bien que capable de larguer un impressionnant volume, un A-380 est-il assez maniable et stable pour voler très chargé à basse altitude à basse vitesse dans un air surchauffé et tourbillonnant? Quand le relief est plat, ça pourrait encore aller, mais quand il devient montagneux, comme en Corse ou en Provence? Et là où il sera basé, il faudra de grandes réserves d’eau. Reste que ça peut être une solution à explorer. On ne doit rien négliger.
      Le Beriev 200 semble bien plus adapté, en effet, mais pas de bol, c’est russe, et la France soumise aux USA, à l’OTAn et à l’UERSS n’a plus le droit d’acheter quoique ce soit au pays du vilain Poutine, c’est le Camp du Mal, le mal absolu, repentez-vous d’avoir eu une telle idée!
      https://www.youtube.com/watch?v=hlWm4D9qkEg, Un Beriev 200 emporte 12 m3 contre 6 m3 pour le Canadair, Biscarosse c’est pas loin des Landes, il me semble…

  8. En voilà une bonne idée ! Cela paraît réalisable. Reste le financement…

  9. Même si Macron voulait investir dans ce projet il ne le pourrait pas étant donné qu’il est sous la coupe et les ordres des américains par l’intermédiaires de ses nombreux cabinets conseils AMERICAINS qui font la loi en France et dont il a ordre de suivre scrupuleusement les ordres. Macron tt comme son faux gouvernement de vrais pantins dont il tire les ficelles et lui aussi le pantin paillasson dont les ficelles sont tirées par ceux qui lui ont achetés la présidence et dont il sera redevable à vie. Ils le laisse fanfaronner, se donner des airs de chef, faire le paon à droite et à gauche MAIS Macron n’est rien, il obéit aux ordres ainsi qu’à ceux de l’UE. Pourquoi  » ils  » lui mis Attali comme professeur ? C’est bien pour lui lessiver le cerveau et en faire  » leur chose  » bien obéissant et bien lobotomisé à leurs idées !

    • Mais comment faites-vous pour écrire autant d’âneries en si peu de lignes?
      Macron aux ordres des américains. Cabinets conseils américains. Macron pantin paillasson. Macron se donne des airs, fait le paon. Macron n’est rien. Dites donc, une chance que Macron est là, sinon vous n’auriez plus rien à dire.
      En plus, votre diatribe remplie d’inepties n’a aucun rapport avec l’article.
      M. Jean-Louis Chollet avance des idées géniales, mais vous n’en avez cure, seul Macron compte à vos yeux. À croire que Macron régit votre vie.

  10. Techniquement, c’est certainement réalisable
    Oui, en un seul passage, un 380 vaut 10 Canadair
    Mais le problème reste le faible nombre de terrains proches des incendies et capables d’accueillir le 380 pour le réapprovisionner
    Le Canadair trouve toujours un plan d’eau, mer ou étang, pour se réapprovisionner rapidement et revenir aussitôt sur le site.
    Le fait est que le nombre de nos Canadair reste largement insuffisant et qu’il faut mette l’accent sur la détection des feux au plus tôt avec dispositifs classiques ou récents ( vols de guet aérien, drones, tours de guet, caméras, images satellitaires ) + quadrillage des forêts pour l’accès des pompiers. Les écolos sont des nuisibles qui refusent de toucher aux arbres.

    • Bonsoir, Jacques,
      Bordeaux-Mérignac, la 05/23, 3100 mètres.
      Marseille-Provence, la 31/13, 3440 mètres.
      Touloude-Blagnac, la 14/32, 3500 mètres…
      Temps de rotation de 20 Canadairs comparé à une rotation d’A380 à 30 ou 40 % de sa charge maximale…
      Surface traitée : un Canadair, avec 6000 litres, traite 0,5 hectares.
      Un A380, avec 60000 litres : 5 hectares…
      Ajouté au cumul des temps de rotations – 10 comparés à une -, peut-être un peu plus longue, mais plus efficace…
      Ne crois-tu pas que l’avantage en terme d’efficacité et de rendement irait à l’Airbus ?
      Amicalement.

  11. L’avantage des Canadair c’est leur rotations rapides et leur agilité.
    Un gros porteur comme l’A380 aurait un temps de rotation bien trop élevé. Par exemple il ne peut pas venir à Bordeaux.
    A320 ou plus gros pourrait aller mais il faut les infrastructures de remplissage.
    Le Canadair trouve de l’eau ou il veut …
    La solution pourrait venir d’un nouveau CANADAIR mais pour l’instant il est juste en maquette.

  12. Suis pas sûr que 500 tonnes à 300 pieds soit bien raisonnable pour larguer 100 tonnes d’eau en vitesse basse limite décrochage. Faudra demander à un expert

  13. ah oui et comme il ne pourra pas se recharger en eau en rasant les flots, l’état va créer une escadrille d’A380 déguisés en avions largueurs pour faire le show « une fois » comme dirait le belge ! Et qui va payer ? La TVA ? MDR !

  14. Nos politiciens véreux préfèrent brûler notre capital pour les migrants,par pour les Français,ils peuvent crever en brûlant avec leurs maisons .Macron ne risque rien,lui, Une bonne partie de la population bande pour lui alors pourquoi s’emmerder avec les’ sans dents’ qui restent ?

  15. Transformer des A380 en bombardier d’eau, pourquoi pas, mais s’il s’écrasait sur la forêt en feu, ça nous ferait une mauvaise publicité, la nouvelle fera le tour du monde. Il faut y réfléchir.

  16. L’idée est rigolote! Trump avait proposé d’eteindre Notre Dame avec un 747! Ce qui aurait peut-être tout foutu pare terre … ah Mai’s quels quinquennats enflammés!

  17. Dans certains pays on utilise aussi de petits hélicoptères. Affectés et basés à l’unité dans les casernes de pompiers plutôt que concentrés sur une seule base aérienne à des centaines de kilomètres, ils permettent de réagir localement et rapidement dès la détection d’un départ de feu. Emportant un sac suspendu d’un ou deux milliers de litres, il peuvent charger dans une rivière ou une simple piscine (donc avoir des rotations bien plus rapides en rechargeant au plus près du feu), et intervenir dans n’importe quelle gorge encaissée inaccessible par véhicule. Evidemment, sous un régime qui prétend l’état de guerre climatique mais s’obstine décennie après décennie à ne pas lire le rapport Marcellin-Bonnefous, et compte sur le dévouement de volontaires bénévoles sous-équipés pour protéger un pays croulant pourtant sous la solde de millions de fonctionnaires, ce n’est pas demain qu’on professionalisera la protection civile contre le feu.

  18. Ce serait un gaspillage d’eau irresponsable à l’heure où on nous demande de ne plus nous laver le cul.
    Laissont brûler, il semblerait que ça ne produise ni réchauffement du climat ni pollution, et en prime ça fait tellement plaisir aux copains muzz.

Les commentaires sont fermés.