L’alimentation bio coûte cher, mais la maladie coûte bien plus cher

Publié le 25 septembre 2018 - par - 47 commentaires - 654 vues
Share

Il y a quelques jours : des titres optimistes dans Le Figaro :

« Vous n’aurez plus peur du cancer » les extraits du livre-événement du professeur Khayat et “Et si demain on ne mourait plus du cancer ?”

Dans la presse belge, son de cloche contraire: « 33 % des citoyens sont concernés par le cancer et on prévoit une augmentation de 75 % d’ici 2030″…

Quelles sont les causes du cancer ? Entre autres, il y a toutes les pollutions. Est-ce que les pollutions diminuent ? Ça n’en a pas l’air…

Autres causes : les produits toxiques dans l’alimentation. Voyez la liste dressée par Corinne Gouget dans « les additifs alimentaires ».

Un autre titre du Figaro nous dit que 27 % des Français, c’est-à-dire un quart de la population, s’alimentent mal.

Si vous demandez à n’importe qui quel type de carburant il met dans le moteur de son véhicule, même les enfants vous répondront sans hésiter. Par contre, quand on demande quel type de carburant les gens mettent dans leur propre moteur, c’est-à-dire quelle est leur alimentation… là… c’est du grand n’importe quoi.

Or l’alimentation, c’est non seulement la santé, mais c’est surtout, pour les enfants, une question de développement physique et intellectuel. Un enfant mal nourri n’a pas toutes ses chances à l’école. Une mauvaise alimentation, c’est une discrimination.

Donc la première priorité absolue c’est l’alimentation saine. Là il faut être clair : de quoi parle-t-on ? On l’a dit, écrit, répété, mais manifestement pas encore assez. L’alimentation saine, ce sont uniquement des produits simples (pas cuisinés industriellement) frais, bio, ce qui signifie sans produits chimiques ni pour la culture, ni pour la préparation, ni pour la conservation. Si vous récoltez vos pommes de terre bio et les saupoudrez d’hormones pour les empêcher de germer, elles ne sont plus bio. Très peu de viande, peu de produits laitiers et surtout aucun colorant, exhausteur de goût, conservateur, ni d’hormone, antibiotique, ni excès de sucre ou de sel, etc. On l’a dit et répété, mais ça ne suffit pas encore !

L’alimentation bio coûte cher ? La maladie coûte beaucoup plus cher ! Mais surtout : si vous n’achetez plus tout ce qui n’est pas sain, vous économisez assez pour acheter de la qualité.

Exemple : vous entrez dans un supermarché, qu’allez-vous acheter ? Du pain complet, sucre de canne, beurre, huile d’olive, fruits et légumes, un peu de fromage, des céréales complètes à moudre au fur et à mesure des besoins et le tout bio. Vous n’allez plus au rayon confiserie, ni pâtisserie, surgelés, plats préparés, viande, charcuterie. Non seulement vous allez épargner mais aussi maigrir et vous sentir mieux car vous aurez absorbé moins de toxines. Il ne reste plus rien à manger ? Retournons la question : si la liste des produits à éliminer est si longue, cela signifie que la liste des produits qui nuisent à la santé est longue… Donc ne les achetez pas et vous aurez économisé assez pour acheter ces aliments qui vous font du bien, achetez juste la quantité nécessaire pour ne jamais rien devoir jeter. Plus vous retrouverez les goûts « nature », moins vous aurez envie d’aliments frelatés.

L’alimentation, c’est la santé et la santé, c’est la vie.

Notre santé, et donc notre alimentation, doivent être notre première priorité, mais surtout pour nos enfants. Quelles sont nos priorités ?

Liste par ordre alphabétique : alimentation, assurances, chauffage, eau, électricité, impôts, jeux vidéo, loisirs, loyer, santé, téléphone portable, télévision, vacances, vêtements, voiture, autre ?

Idéalement : d’abord on achète l’alimentation saine, fraîche et bio et si, après avoir payé ses factures inévitables, il ne reste plus rien pour le smartphone, le Club Med ou les baskets à la mode, quelle importance puisque l’important ce n’est pas de faire vivre les multinationales mais de vivre soi-même.

Voir le livre « Soyez bien dans votre assiette » du Dr Catherine Kousmine et les vidéos du Pr Joyeux.

Quand « un quart de la population s’alimente mal », la première question à poser c’est « quelles sont les priorités  de ces personnes ? » Ensuite : « quelle va être la conséquence sur la santé ? » l’explosion des coûts de la maladie, l’implosion du système sanitaire ?… et, à la limite, « que va-t-il se passer le jour où la population malade sera plus nombreuse que la population active ? »

Question subsidiaire : « est-ce en prévision d’un trop grand nombre de maladies graves et incurables et trop coûteuses qu’on a inventé l’euthanasie ? »

Ah mais, le Grand Remplacement va régler la question ! Bien au contraire : les nouveaux venus, d’abord, ne s’alimentent pas mieux que les autres et surtout leur bagage santé est l’héritage de leur évolution dans des climats différents de l’environnement européen. Cela les rend encore plus vulnérables. Les plantes tropicales ne survivent pas au climat du Nord.

Conclusion ? L’alimentation n’est pas une option, c’est le « sine qua non ».

Pourquoi continuer à rabâcher le prêchi-prêcha bio ? Simple : les gens qui se donnent de la peine pour être en bonne santé au travers d’une alimentation saine subissent l’augmentation du prix de la maladie de ceux qui se rendent malades eux-mêmes par négligence, et ils n’aiment pas ça.

Exemple : l’obésité n’est pas seulement une question d’esthétique. Une personne de 1 m 60 ne doit pas peser plus de 60 kg. Si elle en pèse 70, c’est comme si une personne « normale » vivait jour et nuit avec un sac à dos de 10 kg sur les épaules. Tout le monde sait que les amortisseurs et les ressorts d’un camion surchargé lâchent. Chez une personne en surcharge, ce sont les pieds, chevilles, genoux, hanches et colonne vertébrale qui lâchent. Ces dégâts coûtent très cher non seulement en soins mais aussi en douleurs et invalidités. Or l’obésité est tout d’abord une question d’alimentation. En observant les réactions de son propre corps, on trouve facilement les aliments qu’il faut éliminer, alors l’obésité disparaît d’elle-même et la santé et la joie de vivre reviennent.

La solidarité « les jeunes et en bonne santé payent pour les vieux et malades » s’arrête quand « ceux qui font attention » ne veulent plus payer pour « ceux qui ne font pas attention ».

Hier, les Suisses ont voté Oui à la bicyclette mais massivement Non sur « l’alimentation équitable » et « la souveraineté alimentaire ».

Explication :

On votait sur deux thèmes concernant l’alimentation, les gens ont tout confondu et rien compris.

Les gens ont eu peur d’une augmentation des prix.

Nous disposons d’un large choix de produits bio dans les supermarchés principaux comme Migros et Coop.

Les Suisses n’aiment pas ajouter des lois, réglementations, restrictions et obligations.

Les Tessinois ont aussi dit Non à une « modernisation » de l’école.

Et… les mauvaises langues expliquent que les Suisses ont surtout dit Non aux projets promus par la gauche…

Anne Lauwaert

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
BOURGOIN

C’ EST – TO TA LE MENT/ VRAI ! ! !
Je souscris tout à fait votre article chère Anne ! ! !

Anne Lauwaert

Bref, si nous lisions les étiquettes et refusions d’acheter ce qui nous fait du mal, bio ou pas, notre santé serait meilleure et les producteurs amélioreraient leurs productions pour pouvoir vendre.

Amarillys Taylor

Non, pas du tout, Mme.Lauwaert, les suisses ont déjà voté a une majorité écrasante pour une agriculture de proximité et une alimentation plus saine et les deux propositions de verts étaient ridicules ( la Suisse aurait imposé ses lois alimentaires aux autres pays… et effectivement, l’autre proposition était du même acabit ) Comme vos propositions alimentaires dans cet article…Heureusement que nous avons les suisses allemands qui ne se laissent pas influencer par la centralisation du voisin F

Anne Lauwaert

malheureusement les Suisses ne votent pas pour interdire l’importation d’aliments comme la viande « à l’américaine » ni l’élevage industriel

DUFAITREZ

Les titres et émissions concernant la Bouffe, en viennent presque à supplanter le Foot !
Le cancer n’est pas nouveau, car non identifié comme tel dans le passé !
Notre Monde vit de peurs et de phobies ! Dans tous les domaines, trop longs à citer…
Il a surtout peur de la Mort ! « Pas demandé à naitre, condamné à périr » ! Eh, Oui !

Yohann le debattant

Bannir les plats cuisinés industriels et faire soit même sa cuisine. Ça prend pas autant de temps que l’on croit avec les robots modernes et vous éviterez les conservateurs, émulsifiants et toutes les saloperies chimiques.

Anne Lauwaert

EXACTEMENT !

Olivia

(suite) Je concède que pour une famille il doit être difficile de tout acheter en bio… Mais, il y a aussi des promos dans le bio. La Vie Claire, ma boutique, en fait toute l’année, avec une rotation de prix bas sur les produits. Et c’est vrai qu’en éliminant ce qui est déconseillé, en ne prenant que l’essentiel, c’est possible. Pour ce qui est de payer pour les autres, je fulmine depuis toujours de devoir payer pour les fumeurs, le trou de la sécu creusé, en partie, par l’impact de la cigarett

Olivia

Ravie d’avoir enfin un son de cloche en faveur du bio ! En effet, j’ai trop souvent lu, de la part des contributeurs des sites patriotiques, des diatribes ridiculisant ceux qui consomment bio : « des bobos » – tout était dit ! Depuis l’âge de 13 ans, et je suis retraitée, je consomme bio le plus que je peux. Je préfère manger peu mais de qualité. Et quand je compare ma santé à celle des personnes de mon âge, le constat est en ma faveur. Je concède que pour une famille il est difficile de tout ache

Christine L

Le bio ne coûte pas cher, il est juste INABORDABLE pour une bonne partie des Français. Je suis allée il y a peu dans une biocoop pour me procurer un pot de miel de thym à des fins thérapeutiques : les prix sont exorbitants dans tous les rayons ! De plus, si vous croyez que vous éviterez le cancer en consommant bio … (yeux au ciel)

Yohann le debattant

Le miel de thym coûte une blinde, bio ou pas…

Parlervrai

Vous vous êtes trompée de site, Madame.
Le seul cancer qui nous préoccupe tous ici c’est l’islam.

Anne Lauwaert

cher monsieur je dis cela depuis 1990 et aussi sur ce site-ci

André

Commentaires remplis de bon sens, j’admire. Il est certain que tout est pollué à cause de l’homme. Les « BIO » du magasin, ça me laisse quand même perplexe. Mais on peut limiter les dégâts. Les OGM, sont une horreur, ils sont tous cancérigènes. Bientôt 80 hivers et jamais souillé par aucun médecin et cependant j’ai dérapé à cause du vin et du sel. Me suis retapé, en mangeant légumes verts sans sel. Suis frais comme un lapin et je cours comme un lièvre.

patphil

quand on voit la stature des français d’aujourd’hui et celle d’il y a cinquante ans… de vrais américains bedonnants, obèses dès la puberté parfois!
regardez donc les étiquettes des produits commerciaux, trois ou quatre lignes d’ingrédients

Hoplite

La pluie polluée tombe aussi bien sur le champs bio que sur celui d’à côté. Le vent amène les pesticides du champs d’a côté sur votre champs bio. Solution les écolos malins?

Stratix

et le bio utilise des pesticides …. bios , qui sont plutôt plus dangereux que les produits de synthèse sélectionnés pour leur moindre toxicité. Sur les pêchers les bios utilisent de l’huile de nem qui est un perturbateur endocrinien avéré: c’est honteux de tromper les consommateurs ainsi.

Anne Lauwaert

Les écolos malins sont dans la politique et ne cultivent pas leur potager ! Les gens normaux savent qu’il n’y a plus rien de vraiment bio mais ils essayent de faire pour le mieux. Même sans le bio, refuser d’acheter les produits frelatés chimiquement c’est déjà différent ! lisez les étiquettes ! n’achetez pas ! n’achetez que les produits qui vous font du bien !

-Mia Vossen

Texte réaliste, raisonnable MAIS si la maladie coûte cher, les frais sont payés par la communauté et donc…
NB. Je ne fais pas confiance non plus au « bio » du magasin mais bien aux légumes du potager! Même les oeufs « bio » n’ont pas le goût, la couleur, la texture des oeufs de nos poules…..

Anne Lauwaert

hélas tout le monde n’a pas un potager et donc on se Rabat sur le bio d’un magasin ou mieux d’un paysan de confiance – mais… au lieu de vous soumettre au diktat des « vacances », achetez-vous un petit terrain ! mieux encore allez vivre à la campagne – n’y a-t-il pas de nombreux villages quasi abandonnés ?

Anne Lauwaert

Maladie: quand je travaillais comme physiothérapeute j’avais deux sortes de patients: ceux qui écoutaient et soignaient leur corps et ceux qui le traitaient comme leur automobile. S’ils avaient pu ils m’auraient dit : « Je vous laisse ma cheville, je vais faire mes courses et je la reprends quand elle est réparée » une autre catégorie : ceux qui ne font rien pour leur santé mais prétendent que le médecin le fasse pour eux

Marie france Cheikh

Quel enfumage le rayon bio. Parfois il me vient une envie irrépressible de hurler au rayon fruits et légumes. Mais bordel…. A la base tout devrait être bio. Donc tout ce qui est exposé dans ce magasin à part le bio ( j en doute meme ) c est de la merde . Merde que nous sommes sensé acheter..

Anne Lauwaert

oui et il n’y a pas que ça… les fibres textiles… les fers dans les soutiens gorge, les cosmétiques, les savons, les déodorants… les parfums des papiers WC, il y a un QUANTITé de produits toxiques pour nous mais bénéfiques pour les multinationales – informez-vous et vous aussi faites la révolution : n’achetez que ce qui vous fait du bien !

Anne Lauwaert

On peut ergoter : le vrai bio n’existe pas puisque les pollutions tombent du ciel. Mais, les tomates de mon jardin ont plus de gout que celles du magasin. Les qualités nutritives ne dépendent pas du bio mais du raffinement > < aliments complets : du pain blanc bio a peu de valeur nutritive.

Stratix

le goût des tomates n’a rien à voir avec le fait qu’elles soient bio ou pas. Cela dépend de la variété, de la date de récolte et de la conservation ( un séjour à moins de 7 degrés détruit les arômes. de plus, les tomates non bio sont produites en serres où il n’y a pratiquement aucun pesticide utilisé.

Yohann le debattant

Il faut faire le tri avec le bio. Un paquet de pâtes, de biscuits ou de biscottes dans un emballage plastique qui laisse passer le bisphenol ne peut en aucun cas être considéré comme bio même avec le label AB.

Hardy daniel

Aucune étude scientifique etc…. Pas besoin d étude pour voir que les pesticides rendent malades et…… Coûtent cher

Stratix

Ah bon ??? C’est pourtant le contraire: grâce aux pesticides les aliments sont produits en quantité et en qualité à un prix raisonnable. Effectivement, les études risqueraient de remettre en cause vos croyances. restez donc dans l’ignorance et les illusions.

zoé

Ah vous rendez-vous compte de ce que vous dites : les pesticides donnent des produits de qualité et en quantité ? Je n’ai jamais entendu quelque chose d’aussi idiot. les pesticides, les engrais chimiques provoquent maladies diverses et surtout cancer. Avant de dire de telles conneries vous feriez mieux de vous renseigner ou alors vous travailler pour Monsanto ?

Stratix

Bien entendu que les pesticides participent à la qualité!! sans pesticides certains produits peuvent être contaminés par quantité de toxines et de pourritures ( souvent cancérigènes). Par ce que vous croyez que les bios n’utilisent pas d’engrais? ( le fumier c’est romantique mais ce sont des excréments)

Souvenons-nous de l’affaire du soja bio allemand.

Anne Lauwaert

Expérience = quand, par gourmandise/souvenir on achète quand même un plat cuisiné qu’on aimait bien, on est déçu : « ça n’a aucun goût » ce qui donne le goût c’est les sauces avec des exhausteurs « genre aromat » faites l’expérience : le jour suivant vous pesez 1/2kg en plus, vous avez les doigts gonflés et les articulations douloureuses à cause du sel… si on écoutait son corps, on saurait ce qui est nocif

Montségur

A cause du sel et du SUCRE!!!!! Voir l’excellent livre et dvd de Damon Gameau : « sugar land » ou l’auteur explique que le sucre industrielle est néfaste : rend agressif, apathique… Une étude a démontré que les gens sont facilement manipulable!!!!!

kelevrastrike

absolument aucune etude scientifique a ce jour n a permis de demontrer une meilleure qualite nutritionnelle des produits bio, c est du discours d ecolo, « le bio c est mieux », par contre ce que je sais c est que le bio a des rendements 5 fois inferieurs au conventionnel, tout bio , tout le monde ne mangerait pas a sa faim mais ca serait bio!!!!!, voila la realite, de plus bio ne veut pas dire sans pesticides, le sulfate de cuivre « bio » est un puissant polluant des sols par exemple

Lucie

Kelevrastrique, « c’est du discours d’écolo ». Cela m’est égal que ce soit du discours d’écolo. Vous avez raison de parler du rendement, et c’est là où les écolos ne sont absolument pas crédibles: ils réclament à la fois du bio ET des « migrants », ce qui nécessite toujours plus de terres arables pour loger tout le monde. C’est d’une absurdité sans nom.
Pour ce qui est de la qualité du bio, déjà ça a bon goût. Pas d’études? Ce n’est pas ce que j’ai lu.
Je mange bio et je ne prends pas de médicaments

Stratix

Les mycotoxines cancérigènes sont bien  » bio  » et naturelles. Le bio est moins hygiénique que le conventionnel.

Anne Lauwaert

Olala si on parle d’hygiéne… relisez mon article précédent… nous dormons avec nos chiens et ils boivent dans notre verre d’eau… nous nous baladons à pieds nus aussi dans le jardin, et nous n’avons jamais de rhume… je fais une visite de courtoisie par acquis de conscience à notre médecin une fois tous les 2 ou 3 ou même 5 ans quand je l’oublie…à 72 ans je ne prends aucun médicament et suis plus active qu’à 20…

Winston

Une réflexion souvent entendue,et qui me fait rire ou grincer des dents selon l’humeur du jour : « oui mais les fruits et légumes coûtent cher ».
Quand on voit la quantité de produits transformés … et donc chers dans les caddies,on est obligé de se dire que cette réflexion n’est que le voile hypocrite d’une grande fénéantise.

Anne Lauwaert

sans compter les faux produits comme les patates qui ont une couleur et un goût de fraises etc. Quand on recommence à manger « simple » on retrouve le vrai bon goût des aliments et leur valeur nutritionnelle = 1 tartine de pain complet nourrit mieux que tout un pain blanc

Louise Rosea

Bravo Anne. Super article. Je travaille dans un magasin bio et souvent les clients se trompent en Caisse et présentent leur Carte Vitale au lieu de leur Carte de fidélité. Et je m’amuse à leur dire que non, tout ce qu’ils ont choisi, c’est justement pour éviter de se servir de leur Carte Vitale..
Une alimentation saine et bio (moins de viande, moins de produits laitiers, sans plats préparés mais avec davantage de légumes, légumineuses et céréales) ne revient pas plus cher !!!

Anne Lauwaert

mon voisin immigré portugais pas riche n’achète que du bio car en n’achetant pas tout le reste il économise

Stratix

Le bio n’est pas plus sain et beaucoup plus cher: c’est une arnaque construite sur l’ignorance et la peur des consommateurs

zoé

Je suis sur le derrière lorsque je lis des avis de gens qui ne savent pas ce que c’est le bio. Critiquer sans savoir c’est idiot. C’est avant tout une philosophie de vie : on refuse les engrais, les pesticides, <Chacun son opinion pour le bio, j'ai presque 70 ans pratiquement jamais malade, je mange bio à 75 % je me soigne essentiellement avec les médecines non conventionnelles càd phytothérapie, homéopathie.

Stratix

Faux et archi faux!!! les bios utilisent aussi des pesticides et des engrais: la différence est qu’ils sont bios, ce qui ne veut pas dire qu’ils sont moins dangereux au contraire.

Zglb

Très juste, tout ce qui est cuisine industrielle doit être écarté comme la peste. Si ca intéresse quelqu’un qui en aurait le courage, voir la page de Stéphanie Seneff du MIT sur le glyphosate et attraper du coup le trouille de sa vie.

JC.P.

Bravo pour cet article que des millions de personnes devraient lire.
Perso je m’applique ces simples principes modes de vuie depuis des lustres et je suis en parfaite forme et santé .
J’essaie de faire passer le message chaque fous que je peux. Mais pas facile de convaincre le gens qui préfèrent aller chez le médecin et kle pharmacien parce que c’est remboursé.
Juste un bémol : vous faire part de mes doutes quant aux produits bio du supermarché.

Anne Lauwaert

nous avons le magasin « bio-casa » et le rayon bio du supermarché (suisse) mais nous avons plus confiance dans notre potager