1

L’ambassadeur Dana joue les « résistants » depuis le Japon

Amis lecteurs de Riposte Laïque, je vais vous soumettre une question qui me paraît d’une importance capitale : connaissez-vous Thierry Dana ? Non, sans doute, moi non plus ! Aucune importance ! Mais ce monsieur – de son état ambassadeur de France au Japon – a sans doute voulu faire cesser cette coupable ignorance à son égard en s’adressant, dans une tribune du journal le Monde à Marine Le Pen, en ces termes :

« Les fonctionnaires « mettent en jeu leur propre responsabilité » s’ils prennent des positions contraires à ce que le Front national estime être son bon droit. On aura été averti ! Se voyant déjà au seuil du pouvoir, la fille de Jean-Marie Le Pen a sifflé la fin de la récréation démocratique lors d’un discours prononcé à Nantes, le 26 février. Juges, fonctionnaires, journalistes, il faudra filer doux.

Qu’il me soit permis de rassurer la présidente du Front national. Si les éléments de la tragédie française qui se mettent en place devaient conduire à son élection, je me placerais en réserve de toute fonction diplomatique. Actuellement ambassadeur dans l’un des plus beaux postes de notre réseau, je dois prendre une nouvelle affectation à l’été, mais je préférerais renoncer à occuper les fonctions qui me seraient confiées plutôt que de servir la diplomatie du Front national.

Ce sera la mort dans l’âme, car quel plus beau métier que de défendre les couleurs de la France à l’étranger, de prôner la force de ses valeurs, l’universalité de son message ? […]

La France est créative et votre vision sent le rance […]

[…] Qu’il me soit permis, modestement […] de vous dire que votre vision de la France dans le monde n’est ni celle d’hier, ni celle de demain, elle est celle d’en dessous. C’est pourquoi vous n’aurez pas besoin de me sanctionner pour vous avoir mal servi, car je refuserai simplement de vous servir.

Fermez le ban !

Marine a bien sûr d’autres chats à fouetter que de se formaliser du billet d’humeur d’un fonctionnaire, si haut placé soit-il… Et nul n’est irremplaçable, Monsieur Dana ! Par cette tribune vous cherchez à vous donner une importance que vous n’avez pas. Vous croyez-vous donc si important pour imaginer que votre menace de départ puisse changer la face du monde, ou du moins de la France ?

Et puis franchement, êtes-vous sûr d’être prêt à quitter une fonction qui garantit un salaire plus que confortable, sans compter tous les avantages qui y sont rattachés ?

Oriana Garibaldi