L'amour de notre propre peuple n'est pas de la haine


Mes enfants plus âgés aiment les maths, alors au petit déjeuner, ce matin, je leur ai demandé : « Combien de personnes il a fallu pour vous faire ? »
Ma fille a dit : « Hum, toi et maman ? »
« Donc, ça fait deux. Combien il en a fallu pour faire maman et moi ? »
Ma fille lève deux doigts, mon fils en lève quatre, alors je dis à ma fille : « J’ai deux parents et maman a deux parents. »
Alors elle dit « Quatre. »
« Et combien en a-t-il fallu pour les faire ? »
Ils réalisent où je vais avec ça, et crient « HUIT ! »
« Et combien… »
Les deux encore : « SEIZE ! »
« Et combien pour les faire ? »
À partir de là, ma fille n’a pas pu suivre, mais mon fils qui est un calculateur humain a dit : « 32 ! »
« Et pour les faire ? »
“64 !”
« Continue. »
“128 ! 256 !”
Ma fille se met à rire alors que mon fils continue à se débattre
« Euhhhhh… 512 ! Euhhhhh… 1024 ! Euhhhhh… 2048 ! Euhhhhhh… 4096 ! Oh mon dieu, c’est dur ! »
« Ok, je vais chercher ma calculatrice pour vous. »
« Non, non, non, je l’ai ! 8192 !”
« Wow ! Suivant ? »
“……….. 16 384 !”
« Eh ben ! »
“………… 32 768 !”
« T’es génial ! »
Le temps pressait, alors j’ai sorti la calculatrice de mon téléphone et je leur ai lu :
65 536
131 072
262 114
524 288
1 048 576
Ils ont la bouche ouverte et laissent échapper des ricanements aigus à chaque nouveau numéro.
« OK, ça fait 20 générations en arrière. Si chaque génération est d’environ 25 ans, ça fait combien d’années ? »
La calculatrice humaine comprend : « 500 ans ! »
« Alors, en quelle année étions-nous il y a 500 ans ?
“1519 ! Eh bien, presque 1520 »
« Ok, donc depuis seulement 1519, combien de personnes il a fallu pour vous faire ? »
Tous les deux : « UN MILLION ! »
« Non. Vous devez additionner tous ces nombres. »
« AAAAHHHHHHHHH ! »
« OK, il va y avoir les mêmes arrière-grands-parents et arrière-arrière-grands-parents, mais d’après les chiffres, si vous remontez 20 générations, 500 ans en 1519, il a fallu 2 097 120 personnes juste pour vous faire. »
« Connaissez-vous le nom d’un seul d’entre eux ? »

Ils sont devenus muets comme des carpes, alors j’ai dit : « C’est normal de dire non. »
« … non. »
« Savez-vous ce qu’ils faisaient comme travail ? »
« … non. »
« Ces 2 millions de personnes avaient tous un nom. Ils avaient des joies, des soucis, des luttes, des souffrances, des talents, des réalisations, ils ont survécu à des guerres et à des maladies, toute une vie d’expériences et de souvenirs, et nous ne savons pas ce qu’un seul d’entre eux était… mais quelle est la chose la plus importante qu’ils aient jamais faite et pourquoi ? »
« Euh »
Alors j’ai pris une photo de ma fille avec mon téléphone, je l’ai retournée et la lui ai montrée.
Elle a souri. « Ils m’ont faite. »
« C’est vrai. Il a fallu la vie entière de 2 millions de personnes juste pour vous faire. Et c’est pour ça qu’on vous a eus, pour honorer leurs vies, pour que tout ce qu’ils ont vécu compte, et pour que leurs vies ne s’arrêtent pas avec nous. »
« Et si un seul de vos 2 millions d’ancêtres, seulement dans les 500 dernières années, n’avait pas voulu avoir d’enfants, ou avait attendu si longtemps en faisant passer d’autres choses en premier qu’ils aient fini par ne plus pouvoir en avoir ? »
« Nous ne serions pas ici. »
« C’est dire à quel point leur vie était importante, et combien votre vie est importante. Et à quel point votre vie est importante pour les prochaines générations. »
« Maintenant, tous ces 2 millions de personnes ont eu plus d’un enfant, disons qu’ils en ont tous eu 3 ou 4, ils ont probablement eu plus que ça. Et chacun de leurs enfants en ont eu 3 ou 4 ou plus. Combien de millions de personnes après 20 générations ? ! »
Mon fils crie : « SIX MILLIONS ! »
😂😂😂😂
« Bien plus que ça, génie des maths. »
Ma fille dit : « Cent millions ! »
« Probablement même plus. Mais ces gens sont votre peuple. Ils sont votre famille. Voilà ce qu’est un pays, une maison qui protège votre famille entière. »
Après cet exercice, mon fils a demandé : « Pourquoi tu nous dis cela ? »
« Parce que c’est ce que les pères font. On met les choses en perspective et on vous apprend ce qui est important dans la vie. »
Pourquoi je vous dis tout ça ?
Aimer son peuple, c’est aimer sa famille. Nationalité, ethnie, race – traiter quelqu’un de raciste, nationaliste ou de xénophobe pour avoir aimé, pris soin ou protégé son peuple, c’est comme traiter quelqu’un qui aime sa famille de « familialiste ».
Vouloir que notre héritage, notre langue, nos coutumes, notre culture, nos croyances, nos caractéristiques physiques uniques, notre famille continuent à vivre dans notre petit coin du monde n’est pas de la haine – c’est la plus grande expression d’amour.
Depuis quelques générations, nous avons été amenés à croire que l’amour de notre propre peuple est de la haine et que la seule façon de nous absoudre de cette haine est de rejeter la préservation de notre peuple.
Mais nous sommes assez nombreux à en être conscients maintenant. L’amour et l’unité de notre famille et de notre peuple sont à juste titre perçus comme de la haine par ceux qui voudraient nous déplacer ou qui s’efforcent de nous faire déplacer pour le bénéfice de leur propre « famille », tout comme un envahisseur devrait percevoir mon amour pour ma famille comme de la haine.
Apprenez à vos enfants à aimer qui ils sont et les gens dont ils sont issus, à s’inspirer des réalisations, des sacrifices et des traditions de leur peuple. Il n’est pas nécessaire de leur faire la leçon quand vous pouvez simplement le leur montrer et le vivre vous-même.
Auteur : Write Winger. Traduction : Julien Martel.
https://twitter.com/RealWriteWinger/status/1204821145838444544
COMPLÉMENT :
Avoir une « famille nucléaire blanche », c’est faire la promotion du racisme
Un professeur de l’université de la ville de New York a récemment déclaré dans une suite de tweets incendiaires que la « famille nucléaire blanche » faisait la promotion du racisme, déclenchant une vague de commentaires hostiles sur les médias sociaux.
Jessie Daniels, décrite comme une experte des « manifestations de racisme sur Internet » a enflammé les réseaux sociaux après avoir affirmé que l’existence de familles blanches promouvait de facto le racisme.
Le professeur débuta son exposé en affirmant que le « la famille nucléaire blanche est une des forces les plus puissantes promouvant la suprématie blanche », ajoutant que les familles qui « reproduisent des enfants blancs » font « partie du problème » car elles facilitent la diffusion de la suprématie raciale blanche aux États-Unis, selon le site Campus Reform.

La question raciale a remplacé la question sociale pour la nouvelle gauche universitaire.
Elle a également tweeté : « Si vous êtes une personne blanche disant vouloir démanteler la suprématie blanche mais que vous formez une famille blanche en reproduisant des enfants blancs – tout en souhaitant le mieux pour eux -, comment pouvez-vous affirmer que vous n’êtes pas une partie prenante du problème que vous souhaitez combattre ? »
Mme Daniels a terminé son exposé en suggérant que les « Blancs » devraient se confronter à leur propre racisme et arrêter de perpétuer l’inégalité en laissant leur maison en héritage à leurs enfants.
« Tant que les Blancs ne seront pas prêts à lutter contre la suprématie blanche systémique au travers de leur propre racisme familial, celle-ci ne pourra être démantelée » a-t-elle écrit. « Au-delà de notre dénonciation du racisme individuel, les Blancs souhaitant faire partie du combat devraient se poser des questions sur leur propre richesse immobilière ».
Elle a également ajouté : « Blancs : possédez vous votre maison ? Lorsque vous mourrez, où passera la valeur de cette maison ? Si c’est à vos enfants, vous reproduisez l’inégalité. »
Suite au tollé provoqué par ses tweets, le professeur bloqua son compte Tweeter. Ni Mme Daniels, ni l’Université n’ont accepté de commenter l’affaire.
Source : Fox News, 2017. Article traduit par Horizon Québec Actuel.

image_pdfimage_print

21 Commentaires

  1. et les Noirs? ils ne transmettent pas leur maison à leurs gosses? ne leur souhaitent pas le meilleur?
    qu’est ce que c’est encore que cette conne?
    ils ne savent plus quoi dire pour se rendre interessants!

    • Parce qu’ils partent du principe que le blanc est riche et possède sa maison alors que le noir est pauvre, dominé par le blanc et ne possède rien. Ensuite il suffit de quelques raccourcis débiles et tout prend son sens. Enfin pour eux seulement…

  2. Substituer le racial au social ne peut que déboucher sur des hypothèses et conclusions racialistes, culpabilisatrices, binaires, idiotes.

    • C’est ce que je pensais avant et je m’interdisais d’aller plus loin dans la réflexion. Toute la société a été conditionnée dans ce sens par la doxa ambiante : « Il n’y a pas de race, il n’y a que des hommes et des citoyens. Tout le monde est interchangeable, seule la culture diffère. »
      Or si la race n’est pas tout, elle n’est pas rien. Les gènes nous définissent en grande partie.
      Haïti, Afrique du Sud, Zimbabwe, Algérie, Mayotte, Saint-Martin, agressions « gratuites » dans toute l’Europe, Brésil, USA, Australie… Il y a trop d’exemples où les blancs ont été pris pour cible parce qu’ils sont blancs. Maintenant, je réfléchis de façon raciale aussi (pas seulement, mais aussi).
      Le déluge de racisme anti-blancs qui a submergé le monde depuis 50 ans amènera certes peut-être un renouveau d’une sorte de nazisme. Mais pour éviter une réaction ultra-violente des blancs jusque là très bienveillants envers les envahisseurs de couleur, il suffit d’arrêter l’immigration de masse vers les pays peuplés d’Européens et la colonisation de ces pays par une masse d’allogènes à charge et pas forcément bienveillants, il faut stopper la culpabilisation des blancs et de leur descendance. Sinon, il y aura forcément génocide dans un sens ou dans un autre.
      Pour éviter ce grand massacre inévitable à mes yeux, je propose la remigration des populations extra-européennes vers leur pays avec un statut spécial de citoyen d’honneur pour ceux que l’on souhaite conserver parce qu’ils sont utiles, fidèles, loyales au peuple de souche.

    • Substituer le social au racial ne mène qu’à chercher de faux coupables pour les inégalités constatées : accuser injustement celui qui a réussi d’avoir dominé ceux qui ne réussissent pas, alors qu’il n’en est rien. Les explications « sociales » à tous les problèmes ne mènent qu’à la jalousie sociale, à l’affrontement, au chaos, et à l’injustice d’un jugement qui condamne tous ceux qui se sont trop bien comporté ou ont plus de tallent et qui ont donc réussi.
      Il en va ainsi pour l' »antiracisme », qui s’est vit transformé en racisme anti-blanc, comme pour l’ « antisexisme » qui est devenu un sexisme misandrique.
      Ce qui est culpabilisant, binaire et idiot, c’est antiracisme actuel. On pourrait rajouter aveugle, irrationnel, et finalement négateur, remplaciste et génocidaire envers les blancs.

      • Un conseil, Victor, lire l’article de JG de ce soir sur Haïti qui apporte un magnifique complément à mon interrogation précédente sur le rôle de la colonisation européenne dans le développement ou dans le non-développement de l’Afrique.
        Et, pour définitivement comprendre que le social est insuffisant si le racial n’est pas là, si vous comprenez l’anglais, allez faire un tour sur Twitter pour voir ce que disent les internautes blancs d’Afrique du Sud sur leur situation de génocide ethnique larvé (qui est en train de se reproduire en France aussi mais à moindre échelle).
        https://twitter.com/SuritaCoetzer1
        https://twitter.com/ringothebaptist
        https://twitter.com/twatterbaas/status/1213117124262191113
        Voir aussi ce tweet et les commentaires sur la situation de famine au Zimbabwe après que les noirs aient massacré les fermiers blancs et forcé à partir ceux qui n’avaient pas été tué : https://twitter.com/WFP/status/1211598474858381314

    • Dieu qui vous a créé génétiquement avant de vous autoriser à être contributeur n’est pas de votre avis : l’ethnie précède la fonction sociale et donc la détermine.
      La preuve : votre race et votre genre que vous avez reçus en sortant de l’entre cuisse de votre mère sont invariables.

  3. C’est quoi les  » BLANCS  » cette nouvelle Novlangue ? une Stupidité sémantique comme celle des Comics qui nous parlaient des « visages pales » …C’est quoi ce confusionnisme idéologique à perfusion dans le champ nationaliste gaulois en Expansion sinon une manière cosmopolite de le dévier de sa nature et de sa destination et de le phagocyter pour mieux le Sémitiser . Une nouvelle manière lâche et « sans couleurs  » d’ôter tout contenu au langage , pour ne pas dire dans leur véritable IDENTITÉ ARYENNE les peuples européens .. Oui nous ne sommes pas les BLANCS , et nos ancêtres ne se déterminaient pas comme des blancs becs . Nous sommes des aryens , des celtes , des germains, des latins, des slaves ou des Ibères , des ARYENS .. TOUS LES « BLANCS » NE SONT PAS AUSSI CLAIRS

  4. « Avoir une « famille nucléaire blanche », c’est faire la promotion du racisme »
    voilà le suicide de deux balles dans la nuque des zélites occidentales envers leurs peuples !

  5. visionnez la vidéo: l’islam, balai d’Israel.du rabbin Touitou.
    c’est édifiant.

  6. Aimer, c’est préfèrer, préfèrer c’est opérer un choix, opérer un choix, c’est exclure. Si l’on a pas compris çà, on a rien compris ! ! !
    Surtout quand protèger les siens d’un réel danger DE MORT, est envisagé d’une manière qui ne peut être que violente. Alors les bisounours et autres culs-bénits, au revoir !

  7. (sourire) j’avais reconnu le style US.
    oui nous pouvons être amour …en nous retournant sur tout ceux qui nous ont précédé,
    et vouloir prolonger cet amour sur nos descendants à qui incombe le choix de prolonger ou non cette chaine.
    pas facile de parler de tout ça avec amour quand les médias expliquent aux enfants du bas peuple que sans mélange il n’est point de salut.
    tout ça c’est bon pour les pauvres et futurs pauvres…ainsi ils seront faciles à reconnaitre et à « bien orienter » Les dirigeants se gardent bien de monter l’exemple…vont ils créer une nouvelle noblesse visible et dominatrice ?

    • « La nouvelle noblesse visible et dominatrice » existe bel et bien en Françe,elle y prospère,tient les postes clés,murmure à l’oreille de nos politiques,flétrit l’honneur et la dignite de notre vieux peuple,mais encore veut être admirée,sinon aimée…A eux la goberge triomphante,,à nous la honte et la portion congrue…

  8. ben ouais, mais ils n’appliquent pas le principe pour eux même….
    les derniers « blancs » à la télé ou dans les médias seront les mêmes.

  9. Article vertigineux par les chiffres, réducteur sur le plan ethnique, celui des « mélanges ».
    Certes, chacun d’entre nous est le « résidu » d’une longue lignée, dont la « base » transmissible serait le nom. (généalogie non abordée, je remonte à 1.478, que d’aïeux !.).
    Mais le nombre de noms disponibles, dans une population de 67 M d’habitants interroge.
    Se pose donc la question du cousinage et de la consanguinité, sans parler de la nationalité.
    Passionnant ! Merci !

  10. Très bon point. Mais les adeptes vous diront « coïncidence ».
    Ca fait plaisir quand une personne n’évite pas un piège pour sauter dans celui d’à côté mais évite les deux ! Le monde n’est jamais dual mais tout est toujours présenté comme tel, les élections, les guerres, etc.

  11. Le vieux avec la petite fille sur les genoux , serait-y pas un peu pédophile sur les bords ?

    • Tous les grands-pères sont des pédophiles, c’est bien connu. Sauf les miens.

Les commentaires sont fermés.