L’apocalypse nucléaire pour sauver Taïwan ? Peu probable

L’apocalypse nucléaire pour sauver Taïwan ? Peu probable.

Les gesticulations guerrières se multiplient en mer de Chine orientale, entre les États-Unis et le colosse asiatique. L’enjeu ? L’île de Taïwan, un territoire de 36 000 km2 que Pékin entend bien récupérer de gré ou de force.

Taïwan accuse la Chine de faire monter la pression avec des incursions records d'avions - Nantes.maville.com

« Réaliser par tous les moyens la réunification complète de la mère patrie » a déclaré Xi Jinping en 2019. Pour Hong Kong, c’est déjà fait, malgré les lamentations des Occidentaux. Il est vrai que ce confetti de l’ex-Empire britannique ne pesait pas bien lourd sur l’échiquier international.

Mais pour Taïwan, la situation est plus complexe, ce pays non reconnu par l’ONU bénéficiant de la protection tacite des États-Unis. Un peu d’histoire :

Après la guerre sino-japonaise de 1894-1895 qui se solde par une victoire nippone, Pékin doit céder Taïwan au Japon, lequel l’administre jusqu’à sa capitulation en 1945. Tokyo remet l’île à l’ONU qui la confie à la Chine.

Mais la guerre civile chinoise entre les nationalistes du Kuomintang, sous la coupe de Tchang Kaï-chek, et les troupes communistes de Mao Tsé-Toung, bouleverse la situation. Vaincu, Tchang Kaï-chek se réfugie à Taïwan.

L’Occident ne reconnaît alors qu’une seule Chine, la Chine nationaliste de Taïwan (ex-Formose).

Ce n’est qu’en 1960 que le général de Gaulle reconnaît officiellement la Chine communiste de Mao, au grand dam des États-Unis. Ceux-ci suivent le mouvement en 1979.

Difficile de snober encore longtemps un mastodonte comme la Chine, devenue la 5e puissance nucléaire en 1964 derrière les États-Unis, la Russie, le Royaume-Uni et la France (1960).

C’est en 1971 que la Chine continentale rejoint l’ONU, contraignant Taïwan à quitter l’Organisation.

On comprend donc que Pékin ait la ferme intention d’arrimer Taïwan au continent.

La fabuleuse course aux armements menée par la Chine montre que cette issue est inéluctable.

Reste à savoir si cette récupération se fera par la persuasion politique, par l’intimidation ou par une invasion pure et simple.

D’ailleurs, il n’est pas question pour Pékin que l’île déclare son indépendance de façon unilatérale. C’est la ligne rouge à ne pas franchir, sous risque d’une invasion immédiate de l’armée populaire.

La marine chinoise dépasse déjà celle des États-Unis et elle se prépare à un débarquement gigantesque, à côté duquel l’opération Overlord du 6 juin 1944 serait un modeste exercice d’entraînement. 160 kilomètres séparent l’île du continent chinois.

Début octobre, 150 avions chinois se sont aventurés dans les zones de défense aérienne de Taïwan. 600 appareils ont pénétré ces zones en 2021.

Personne ne sait ce que fera Washington en cas de débarquement. L’Europe, qui se croit toujours en paix depuis 1945 et se désintéresse de la géopolitique en Asie, compte pour du beurre.

Militairement, elle ne pèse rien. Son poids économique pourrait-il influencer les choix stratégiques que fera Xi Jinping ? Mystère.

C’est donc Washington qui a les cartes en mains. Mais selon le Pentagone, les chances de victoire des Américains en mer sont quasi nulles. Sauf à déclencher l’apocalypse nucléaire que nul ne souhaite.

Alors que faire ? Isoler la Chine diplomatiquement et économiquement pour la dissuader de risquer très gros pour un maigre bilan potentiel reste une option.

Est-ce que Taïwan et ses 23 millions d’habitants valent le prix politique, économique et militaire que l’Occident ferait payer durablement à Pékin ? Telle est la question.

Aux États-Unis beaucoup pensent qu’il faut rendre l’invasion de Taïwan indésirable pour Pékin, tandis que les Chinois veulent persuader les Américains de ne pas intervenir. Une partie de poker.

Puisque la bataille navale en haute mer est perdue d’avance, selon les stratèges américains, il faut opter pour la guerre du futur : la cyber-dissuasion et la guerre des drones.

Une des options consiste à détecter une flotte d’invasion par satellites et à la détruire au plus tôt.

Des centaines de drones seraient chargés de calculer la position exacte des navires chinois en mouvement, afin de les cibler pour qu’un déluge de missiles puissent les détruire avec un maximum de précision. Sur le papier, pas un seul navire chinois ne devrait en réchapper.

Cela nécessite un large maillage de sites mobiles de lancement des drones, ce qui est faisable.

Une solution low cost nécessitant des milliers de drones à 300 000 dollars l’unité. Quant aux missiles, l’US Navy les a déjà.

Une bagatelle face au coût d’une marine de haute mer qui, de toutes façons, ne pourrait jamais rivaliser avec celle de Pékin, qui, tous les trois ans, met à la mer l’équivalent de toute la flotte française ou britannique.

Personnellement, j’estime logique que Pékin cherche à récupérer une île qui lui appartient. Taïwan n’a jamais été une île indépendante.

Mais vu des États-Unis, ce serait laisser le champ libre à Pékin, qui étendrait sa zone d’influence sur toute l’Asie, menaçant le Japon, les Philippines, la Malaisie et la Corée du Sud.

Dans cette dangereuse partie de poker, où chacun tente de persuader l’autre de ne pas intervenir, on mesure combien l’Europe est un nain politique et militaire.

L’Europe qui ne jure que par la seule économie n’a vraiment rien compris à la marche du monde. Quand tout va mal, c’est toujours la loi du plus fort qui prévaut.

Il est temps de porter notre budget défense à 3 % du PIB et d’investir dans la guerre du futur.

Certains éléments de cet article sont tirés du Figaro du jour.

Jacques Guillemain

image_pdf
8
2

29 Commentaires

  1. Formose a été officiellement occupée par la flotte Française de l’amiral Courbet en 1885.

  2. À quoi sert-il de faire des commentaires si c ‘ est pour les censurer ???
    RL se réfugie en Russie , la France ne serait pas assez démocratique , elle empêche la libre expression , mais alors : DONNEZ L ‘ EXEMPLE si vous voulez être encore crédible !!!!!

  3. On aurait dû laisser les Japonais détruire la Chine, on en paie le prix aujourd’hui!

  4. Lorsque Tchang kai tchek s’était replié sur Taiwan, après la victoire de Mao… et du Peuple chinois, les US ont fait, avec leur dollar, un glacis « occidental » de l’île chinoise.
    Il y a peu de risque d’une guerre nucléaire. Le combat est économique, quoi qu’en disent les biden’istes. Lorsque le niveau de vie chinois rejoindra celui des iliens de Taiwan, -ça prendra du temps-, la Chine récupérera son territoire, c’est à peu près certain. Et elle le fera comme pour Hong Kong: dans la douleur pour les firmes occidentales qui s’y gobergent.

    • Dans la douleur aussi pour les libertés. Les collabos (Philippe, Raffarin, Véran) sont fascinés par la dictature chinoise. De là à vouloir rayer la Chine de la carte comme Argo…

  5. La déclaration de Xi date de 2019 , c ‘ était hier , aujourd ‘ hui c ‘ est devenu « la réunification se fera « pacifiquement » , la Chine s ‘ est aperçue qu ‘ elle est fragile , si les pays occidentaux lui tournent le dos , elle sera ruinée !! De plus en plus de voix s ‘ élèvent pour réclamer la relocalisation des entreprises , ça fait pas bander les Chinois , d ‘ autant plus que leur industrie traverse une très mauvaise passe …..

  6. « La marine chinoise dépasse déjà celle des États-Unis » , si vous comptabilisez les innombrables barquettes , oui , la Chine possède plus de bateaux que les États-Unis !! Mais restons sérieux : la Chine possède 2 PA à propulsion classique et dépourvu de catapultes , avec 24 et 36 avions ; les USA possèdent 11 PA à propulsion nucléaire et dotés de catapultes , chacun transporte de 71 à 90 avions, et peuvent recevoir des avions de transport à décollage vertical — V22 — . Il est à noter que les USA possèdent une expérience d ‘ un siècle en matière de PA , alors que la Chine se contente de copier un vieux PA ukrainien !!
    Au niveau des sous-marins nucléaires : Chine 10 , USA 68 : y a pas photo ! À ça il faut ajouter l ‘ expérience , quelle est celle de la Chine ??

  7. Il faudrait commencer par rendre Taiwan non indispensable pour notre économie en particulier en rapatriant la fabrication des puces électroniques en Europe

  8. Mr. Guillemain , trouverez-vous légitime que l ‘ Allemagne récupère l ‘ Alsace , que l ‘ Italie récupère Nice et le Var , que l ‘ Espagne récupère le Languedoc , que la Grande Bretagne récupère la Bretagne , ……….?? Que la Russie restitue la Carélie à la Finlande , et Kaliningrad à la Prusse , la Crimée à la Turquie , etc … ??

    • Calmez vous ! A la base, on parle allemand en Alsace, sauf dans quelques cantons. A Nice, dans le Var, on parle traditionnellement provençal et non italien. Le Languedoc n’a jamais été espagnol, ni la Bretagne anglaise (elle a pu être un moment dans la mouvance anglaise). La Carélie est finoise, Kœnigsberg allemande. La Crimée a été islamisée de force, de là à être turque. Vous mélangez tout.

  9. Il y a un autre paramètre dans l’équation: Taiwan est le leader mondial et de loin de la production de puces électroniques, que personne en occident ne souhaite voir tomber dans les mains des Chinois. C’est une question vitale.

    • @Prestit : ce sont les firmes occidentales — dont Philips — qui sont à l ‘ origine de l ‘ industrie électronique de Taïwan , la main d ‘ œuvre étant nettement moins chère : le « made in Taïwan » ça vous dit ??? Une usine , ça peut se déplacer !!

      • Les fondeurs Taiwanais, TSMC, UMC, Winbond, …maitrisent les géométries des chips jusqu’à 3 nanommètre. Seuls au monde . Même Samsung n’y est pas !

  10. L’habitude des provocations États Unienne, faire des ronds dans l’eau en aboyant, est de l’esbroufe ridicule. Quand à la Chine, Taiwan lui revient de droit inexorablement.

    • Je dirais plutôt qu’il s’agit d’un même peuple qui s’est séparé suite à des désaccords au niveau politique et de conception du monde. La vraie Chine millénaire c’est Taïwan et non la Chine continentale qui git sous la férule d’une dictature effroyable. Taïwan ne revient qu’à elle-même, sauf modification inattendue du régime communiste d’en face (à l’instar de l’ex Union Soviétique).

    • @Guy Mauve : l ‘ avis des Taïwanais , vous en faites quoi ? C ‘ est comme les Tibétains dont on n ‘ a pas demandé leur avis quand ils ont été annexés purement et simplement !!

  11. D’accord avec le post de Clamp. La légitimité des institutions de Taïwan est supérieure à celle de la Chine où il n’y a jamais eu d’élection, juste une prise de pouvoir par un coup d’état. Et Taïwan a toutes les caractéristiques d’un Etat indépendant, hormis une, la non-reconnaissance par l’ONU et les puissances du moment parce que les états reconnaissent d’autres états suivant leurs intérêts propres et se fichent bien des désirs des populations concernées. La Chine n’a pas plus de légitimité à « récupérer » Taïwan que la Corée du Nord en a de récupérer la Corée du sud, ou que l’Allemagne de l’est en avait de « récupérer » l’Allemagne de l’ouest.

    • ERREUR!
      Ladite Allemagne de l’Est n’était que la zone soviétique, tout comme il y a eu fin 1945 une zone uS, une zone GB, un zone française.
      Toutes les zones ont été rendues à l’Allemagne… mais pas toutes… la zone soviet a été érigée en état indépendant par Staline, qui y réprimé les grèves d’ouvriers, tout comme Khroutchev

  12. Vous dites l’Europe n’a rien compris, mais qui est l’Europe ? Ce n’est pas un Etat, ni une Fédération d’Etats, c’est une association de pays qui a volé et violé toutes les constitutions des pays souverains.

    • Et le nord de Chypre conquis par la Turquie sur l’Europe ?
      L’Europe n’a rien fait.
      Alors Formose … Ne rêvons pas !

  13. « j’estime logique que Pékin cherche à récupérer une île qui lui appartient » : il est évidemment logique que Pékin cherche à récupérer Taïwan, comme il sera aussi logique qu’elle cherche à récupérer la Nouvelle Calédonie, le Japon, la Corée du Sud etc. mais l’île de Taïwan ne lui appartient pas, mais alors pas du tout, c’est juste incroyable de pouvoir lire ça sur RL, le PCC n’a jamais été élu, il est illégitime, rien ne doit lui appartenir jamais et c’est la Chine continentale qui aurait plus lieu d’être sous la direction du gouvernement de Taïwan que l’inverse, puisque lui est légitime et issu de la République de Chine. La Chine a déjà beaucoup infiltré Taïwan, dont nombre d’élus locaux lui sont déjà acquis malheureusement, et j’ignore donc quelle sera la stratégie privilégiée, mais j’espère seulement que Taïwan aura le temps de saborder son industrie des microprocesseurs si jamais elle doit finir par être conquise car sinon nous sommes tous foutus.

    • Vous raisonnez sur le plan de la démocratie et du droit, alors que la seule chose qui prévaut ici, c’est la géo-stratégie et la géo-politique.

      • Stentor, je raisonne seulement sur le choix des mots de l’auteur qui m’ont choqué. C’est lui qui asserte que Taïwan appartient à Pékin, c’-à’-d au pouvoir chinois, donc au PCC. « qu’elle considère lui appartenir » eût été préférable et facile à faire et ça jette le trouble sur les opinions de l’auteur.

    • Bien d’accord. Très étonné de la position de Jacques Guillemain dont j’apprécie par ailleurs régulièrement les articles. Mais Taïwan « n’appartient » pas à la Chine communiste.

  14. Face à la Chine, l’europe n’existe pas, et même les USA..
    Le budget de la défense Chinois est le second du monde, au niveau spatial, leur progression est énorme. Pendant que l’armée franconnaise déterre des mines au mali, les Chinois s’occupent des armes spatiales !
    D’un point de vue nucléaire, ils sont en cours de mise au point d’un planeur hypersonique à capacité nucléaire capable d’attaquer vers les parties « aveugles » de la défense anti-missile US car pouvant décrire une orbite terrestre complète avant de se délivrer..
    Bien sûr, ce n’est que de la dissuasion et la démonstration d’une capacité à faire qui ne sera jamais employée, mais la menace est toujours utile, surtout la menace crédible, ce qui n’est pas le cas de la Corée du Nord.
    Ci-après une petite vidéo d’hier de DNDE (dernière nouvelle des étoiles) ou il est question de ce planeur hypersonique Chinois .. en début de cette vidéo de 12′ dont le titre est « CHINE – Une NOUVELLE ARME SPATIALE alerte les ETATS-UNIS !  »
    https://www.youtube.com/watch?v=dUaSifzwtU8

Les commentaires sont fermés.