L’arme secrète de Manuel Valls : récépissé et vouvoiement pour faire baisser la délinquance

Publié le 27 juin 2012 - par - 2 691 vues
Share

Notre fringant et très élégant ministre de l’Intérieur nage en pleine perplexité, pris en étau d’une part avec l’une des 60 propositions de François Hollande et la totale aberration de son application, et d’autre part avec la mise hors d’état de nuire de Roumains (mais avec un peu de chance en creusant un peu on pourrait certainement leur trouver des racines souchiennes pour expliquer leurs mauvais penchants) ayant eu la malencontreuse idée de dérober la carte bancaire de sa môman.

Ces malheureux auraient volé votre carte, c’est vous qui auriez dû leur faire des excuses pour y avoir fait opposition mais là, génitrice de ministre oblige, on les a mis directement en prison avec repas halal en sus. C’est ce qui s’appelle avoir la poisse.

Après avoir visité le talentueux (voir extrait ci-dessous) rappeur Akerone à l’hôpital, victime d’un choc malencontreux avec une voiture de police, et ceci dans le but de prévenir d’involontaires feux de véhicules par les pacifiques jeunes de Villiers-le-Bel, M. Valls a tenu à rappeler à ces derniers et aux autres combien le racisme était rampant dans la police et combien ces jeunes stigmatisés étaient menacés.

C’est suite à cela que le ministre a décidé de mettre sur pied cette populaire mesure du fameux récépissé, également appelé « carte de visite » destiné à éviter un surplus de contrôles « au faciès », pour le plus grand bonheur des associations dites « antiracistes ». Actuellement ces contrôles injustes ne visent que les individus ayant pris le soleil puisqu’a priori plus susceptibles d’être des clandestins illégaux… pardon, je veux dire des « sans papiers » à qui il faut d’urgence trouver un logement gratuit et verser des aides, plus susceptibles aussi de faire le commerce de substances pourtant approuvées par Mme Duflot, susceptibles encore de s’amuser avec des instruments contondants avec lesquels ils pourraient se blesser.

Il est vrai que ces contrôles au faciès sont opérés abusivement puisque tout de même, si l’on en juge par le site de la police, sur 86 personnes recherchées et identifiées il y en a tout de même 11 qui sont souchiennes, c’est-à-dire 12,8% contre 87,2% qui ne le sont pas ! (1)

Prudent, M. Valls a jugé inutile l’objectif d’une baisse impérative de la délinquance sur une année, ainsi pas d’obligation de résultats. C’est qu’il n’est pas bête notre ministre.

Jamais à court d’idées pour faire reculer la délinquance il propose également un vouvoiement de rigueur afin de montrer à nos petites Chances-Pour-la-France que nous les respectons même si parfois elles nous chahutent un peu mais ma foi il faut bien que leur désœuvrement, dont nous sommes pleinement responsables, s’exprime, n’est-ce pas.

Alors dans les faits, imaginons un peu comment cela pourrait se passer…

Nous sommes à Villiers, St Denis ou Clichy et un méchant flic raciste moleste un innocent injustement soupçonné d’avoir emprunté le sac d’une vieille dame en train présentement d’agoniser au sol. Le jeune s’appelle Vladimir (le prénom a été changé) :

–      Le policier : « excusez-moi jeune homme de vous déranger, pourriez-vous être assez urbain pour bien vouloir vider vos poches je vous prie ? »

–      Vladimir : « va te faire enculer ! »

–      La vieille : « aideeeez-moi… »

–      Vladimir : « ta gueule la vioque ! Bouffonne ! »

–      Le policier fouille fébrilement ses poches et en sort un petit bristol : « tenez, voici ma carte de visite ainsi qu’un récépissé mentionnant le numéro de téléphone où vous pouvez porter plainte, mon numéro de matricule est noté ainsi que mon adresse »

–      Vladimir : « wesh vas-y, j’m’en bats les couilles de ton papier, sale keuf, j’te baise ! »

–      Un collègue du policier arrive avec un thermos de café et s’adresse au jeune : « je vous sers un thé à la menthe ? Et j’ai des cornes de gazelle aussi »

–      Vladimir furax : « espèce de bâtard, j’fais l’ramadan, tu me respectes t’as compris ?! Respect !! »

–      Le 1er policier : « veuillez excuser mon collègue, il arrive de Martinique, il ne connaît pas vos coutumes »

–      Vladimir : « Martine c’te salope, c’est moi qui vais la niquer ! »

–      La vieille peinant à se relever : « je le reconnais monsieur l’agent, c’est lui qui m’a arraché mon sac !  »

–      Le policier agacé : « mais madame, vous tentez les pickpockets en sortant dans la rue avec un sac à main. Avouez que ce qui vous arrive c’est tout de même un peu de votre faute aussi ». Puis se tournant vers Vladimir : « excusez-nous de vous importuner ainsi et de vous faire perdre votre temps »

–      Un pote de Vladimir tapi derrière une antenne parabolique balance de son balcon un fer à repasser sur le 2e policier. Vladimir rigole : « comment tu l’as cramé c’te fils de pute. Ouallah le facho, face de craie, bâtard, sale céfran !! ». Il donne quelques coups sans gravité dans la hanche du flic qui tombe à terre « et toi la prochaine fois que j’te vois, t’as intérêt à m’respecter zarma… bouffon »

–      Le 1er policier saluant de la main le pote de Vladimir : « écoutez, nous sommes désolés, nous allons rentrer et vous laisser tranquille. Mais ne perdez surtout pas la carte, si mes collègues vous appréhendent vous pourrez les refouler »

–      Vladimir : « je baise la France, cette pute ! Et toi aussi j’te baise ». Il donne un coup de poing à la vieille qui s’écroule.

–      Le pote de Vladimir émoustillé à la vue d’une femme allongée s’empresse de descendre pour l’honorer tandis que les flics remontent dans leur véhicule portant encore les traces du caillassage de la veille. Vladimir leur fait un doigt d’honneur (oui, il a le sens de l’honneur Vladimir) auquel les policiers répondent : « allez, bonne continuation ! »

Caroline Alamachère

(extrait dans son jus de la chanson La Relève) « alor si yen a 1 qui le touche il va se manger des soupape et un petaint de pientinage alor il faut pas nous casser les couille sinon on va vous faire snifer les douille on va vous faire des embrouille des couile on va bezer votre patrouille pourquoi tu mouille il suffit mon (bip) dans ta bouche  […]  nike sa race lancienne maitenant c’est moi et mon god mes ball de tenis est mon gros penis tu peu pa eteste recule regarde mes testicule que tu peu te la prendre dans le cuk…»

Oui, c’est hermétique, c’est de l’art….

(1)  http://www.avisderecherches.interieur.gouv.fr/personnes1.asp?T=R&P=0

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.