1

L’armée russe est en déroute en Ukraine ? Un peu de sérieux !


Spetznaz du GRU, Renseignement militaire

Si vous souhaitez un point détaillé sur la situation militaire, suivez la chaîne Telegram d’Igor « Strelkov » (en russe, mais la traduction peut se faire directement sur Telegram): https://t.me/strelkovii

À lire les articles quotidiens des médias occidentaux, on imagine que les forces russes font du sur-place, voire reculent, n’ont plus ni munitions ni essence, et c’est pour cela que la situation « est figée ». On lit également que, suite à la déclaration d’un haut gradé disant que la Russie allait se « concentrer » sur le Donbass, les médias occidentaux disent « la Russie cherche à sortir de son enlisement ». On lit aussi que l’armée russe est désorganisée, démoralisée, que le « bordel » règne dans ses rangs, etc.

Un ramassis de débilités, et je vais donc rectifier tout ceci, « en vrac ».

Depuis le début de l’intervention russe, Vladimir Poutine a été clair : il n’est pas question d’occuper l’Ukraine. La tâche est la démilitarisation, qui passe par la dénazification de l’Ukraine. Il a également précisé que la Russie n’a rien contre le peuple d’Ukraine, et que la première raison de l’intervention est le massacre, qui dure depuis 8 ans, des populations du Donbass.

C’est pour cela que d’une part la Russie fait preuve d’une extrême retenue en ne ciblant QUE les objectifs militaires ukrainiens, alors que les Ukrainiens, eux, bombardent régulièrement les villes du Donbass. Il se trouve que bien souvent les militaires ukrainiens s’abritent au cœur des villes. Si une batterie ukrainienne tire sur nos hélicos depuis une cour d’immeuble à Marioupol (c’est arrivé), il est parfaitement clair qu’une frappe sera faite dans cette cour d’immeuble. Qui est donc à blâmer ?! Des vrais soldats, de vrais Hommes, n’ont pas à s’abriter derrière des civils !

Des agents du Renseignement militaire russe opèrent en Ukraine, certains au sein d’unités de reconnaissances, d’autres en étant infiltrés au sein des villes. Et de nombreux citoyens ukrainiens nous aident également pour localiser et désigner les objectifs militaires à nos forces qui peuvent alors les frapper très précisément.

La démilitarisation passe par la destruction systématique des infrastructures militaires, et c’est ce que nous faisons à l’aide de frappes très précises.

La dénazification passe par l’élimination physique des responsables des unités extrémistes, et c’est ce que nous faisons.

Les combats dans les villes sont toujours très meurtriers, difficiles et longs. Mais le but de la Russie n’est absolument pas de prendre les villes, exception faite des villes du Sud de l’Ukraine majoritairement peuplées de russophones, qui si elles le désirent pourront alors former une grande région indépendante.

La tactique russe est l’encerclement des villes, l’ouverture de « couloirs » pour les réfugiés qui seront acheminés où ils le souhaitent. On note ici que c’est souvent l’armée ukrainienne qui s’oppose par les armes au départ des civils, elle préfère les garder comme « boucliers humains ». Et dans les villes encerclées les infrastructures militaires sont détruites, les forces ennemies sont liquidées.

Voyez que Zelenski pleurniche jour après jour pour demander plus d’armes, plus de matériel lourd à l’OTAN. Si l’armée russe était dans la déroute décrite par la propagande occidentale, pensez-vous qu’il aurait besoin de ça? Zelenski tente désespérément d’entraîner l’OTAN dans la guerre en imaginant pouvoir ainsi sauver non pas les Ukrainiens, mais son gouvernement de mafieux ! Il ne doit pas se douter que si l’OTAN entre en guerre… ne pensez-vous pas que nos forces savent avec précision où se cache cette ordure ? Allons allons… Si l’OTAN entre en guerre, même une ambassade américaine ne sera pas à l’abri d’un missile.

Si les médias occidentaux se gargarisent de leurs certitudes que la Russie est en déconfiture, les hauts responsables militaires américains, eux, ont semble-t-il bien compris la situation et savent que la Russie est bien loin d’utiliser toutes ses possibilités. Ils savent aussi que si l’OTAN intervient, la Russie ne se retiendra plus et les choses se passeront très mal… pour l’OTAN. Une « piqûre de rappel » leur a été faite avec quelques volées de missiles sur les dépôts de carburants et de munitions de la ville de Lvov à la frontière polonaise, alors que Biden n’était pas loin du tout. Par « chance » (…) un énorme arrivage de matériel militaire de l’OTAN a été également détruit… Le message, selon des informations, est bien passé puisque Biden a une fois encore précisé que l’OTAN n’interviendrait pas. Ceci étant dit, je vous conseille de relire mon dernier article ci-dessous… Les choses peuvent évoluer !

L’OTAN attaquera la Russie, sauf si…

Au sujet de l’état de l’armée russe, d’abord ce ne sont que des engagés volontaires qui sont en Ukraine. Oui il y a eu une « bavure », avec quelques « appelés » envoyés sur place. Ils étaient en fait dans l’intendance et cela a été corrigé très vite, un officier supérieur a été limogé suite à cette erreur. Savez-vous en quoi consiste l’entraînement des militaires professionnels chez nous ? Il n’est bien sûr pas question de démoralisation, de désorganisation etc., bien au contraire !

Oui nos généraux et amiraux vont sur le terrain, ce ne sont pas des planqués comme les vieilles badernes européennes croulant sous les médailles obtenues dans leur bureau ! Pour avoir participé aux guerres de Tchétchénie, je peux vous affirmer que nos généraux étaient sur place, se battaient, mangeaient et dormaient avec nous dans leurs uniformes sales puant la sueur ! C’est la même chose en Syrie, et en Ukraine aujourd’hui. Et donc hélas il y a des pertes, eux ne s’abritent ni derrière leurs hommes, ni derrière des civils !

Oui nous avons des morts parmi nos soldats, hélas. À ce sujet, plusieurs fois les familles de nos soldats tombés au combat ont reçu des coups de téléphone des Ukrainiens se moquant de leur père ou fils mort, les insultant etc. Ces ordures se filment souvent et des vidéos tournent sur les réseaux sociaux. Certains ont déjà été identifiés et ont été liquidés par des commandos des forces spéciales russes qui se sont déplacées derrière leurs lignes « juste pour ça ».

Je vous invite à vous abonner à ma chaîne Telegram (en cliquant sur la bannière ci-dessous), qui diffuse des informations et des vidéos qui ne sont pas toujours reprises ici ni sur mon blog pour des raisons d’efficacité.

En fait donc, l’opération suit son cours, il y a bien entendu des adaptations faites en fonction de l’évolution sur le terrain, mais grosso modo le plan est respecté. Et à la place des Occidentaux je m’inquiéterais beaucoup plus des conséquences des « sanctions » contre la Russie… Pour eux ! La hausse des prix du gaz et du pétrole n’est qu’une plaisanterie à côté de la pénurie des produits alimentaires de base (céréales…) qui se profile. La Russie et la Biélorussie ont en effet décidé de « sanctionner les sanctionneurs » en cessant d’exporter céréales et engrais. L’Ukraine n’allant pas produire grand chose cette année… que vont donc bien pouvoir manger les Européens ?! L’argent de nos réserves de notre Banque centrale, volé par les Occidentaux, ne remplacera pas un morceau de pain !

Et si d’aventure les fous furieux avaient le dernier mot (lire ici), ce serait bien pire encore pour les Européens et Américains. Qu’ils cessent donc d’armer l’Ukraine, ça ne fait que retarder la fin de l’opération russe qui, quoi qu’il arrive, sera menée à son terme. La seule incertitude est le temps que ça prendra, et ceci dépend des Occidentaux.

Boris Guennadevitch Karpov
https://boriskarpov.tvs24.ru