L’assassinat de la France expliqué à ma petite-fille

antigone

Le 12 avril, nous vous annoncions sur Riposte Laïque la prochaine parution du livre d’Antigone (voir ici).

Il est à présent en vente (avec un peu de retard).  Renaud Camus en a signé la préface.

Ce texte fort, courageux, vrai et original par sa forme, est à mettre dans toutes les mains.

Laissons la parole à Renaud Camus : « Le livre d’Antigone est une bombe. Sa dynamite est la vérité. (…) On pourrait résumer son ouvrage en dix mots : elle dit exactement tout ce qui ne faut pas dire. Or, quand ce qu’il ne faut pas dire est le destin d’un peuple, on conçoit que transgresser l’interdit fasse éternuer le siècle, et le décoiffe. »

Lisez ce livre, vous ne le regretterez pas !

Extrait de l’entretien avec l’auteur :

Comment expliquez-vous que nos politiques aient à ce point favorisé (et favorisent encore) cette immigration/invasion ? Pensez-vous que tout ça est voulu et programmé ?

Oui, je le crois. On pensait être venu à bout du mépris de classe. Or, il n’en n’est rien. On dirait même que les membres de la caste de fils à papa, de gauche comme de droite, au pouvoir depuis 68, prennent leur revanche sur ces décennies où il avait fallu feindre, bon gré mal gré, de respecter le « populo ». C’est le fameux retour du refoulé qui, quand il revient, revient plus fort que jamais. Si fort en l’occurrence, que le bon vieux mépris de classe en question s’est mué, au sein de cette caste, en haine pure et simple de son peuple, de tout son peuple ou presque au point que l’idée de lui substituer une population étrangère et la plus étrangère possible afin qu’elle ne s’assimilât surtout pas, a paru des plus séduisantes. D’autant que l’opération joignait l’utile à l’agréable. L’utile, à droite : maintenir des salaires à la baisse et en même temps empêcher toute révolte contre l’exploitation économique ; à gauche, trouver dans l’immigration un électorat de substitution et jouer sur la montée du front national provoquée par cette immigration pour se maintenir au pouvoir. L’agréable : la revanche ainsi que je l’ai dit plus haut, et l’attirance quelque peu libidineuse, inconsciente, pour l’exotique étranger, le « cigalon » venu d’Afrique, jugé plus séduisant que la trop familière fourmi de souche . Ils ont camouflé leurs sordides calculs sous les oripeaux « droits-de-l’hommistes » comme ces mafieux qui blanchissent leur argent sale dans les commerces de bondieuseries.

Pour le commander (29 euros) : http://www.editionsvalensin.fr/livre-lassassinat-de-la-France

RL remercie les éditions Valensin de l’aimable publicité pour notre site :

007

 

Danielle Borer

Article paru également sur Eurolibertés

image_pdfimage_print

7 Commentaires

  1. Penser aussi à les rendre disponibles en version numérique lisibles sur tablettes et smartphones car plus nous serons nombreux à les lire plus nous serons nombreux à résister pour enfin l’emporter.
    Formats Kindle, formats epub, etc…

    • Et puis, je ne cesse de le répéter, il y a aussi les personnes atteintes d’affections graves de la vision qui même avec des lunettes ont toutes les peines du monde à lire sur le papier. On oublie trop que « affection grave » ne signifie pas nécessairement « affection rare » ! Glaucome, achromatopsie, conjonctivite chronique… En numérique on peut agrandir la police utilisée, on peut aussi régler les contrastes, on peut changer les couleurs de textes ou de fond voire passer en mode nuit (c’est à dire en négatif).

      De nombreuses personnes restent en 2016 INTERDITES de lire ces livres à cause de ces éditeurs qui n’arrivent pas à comprendre qu’on n’est plus en 1970 ! C’est de la discrimination !

    • Et la conclusion c’est : « Encore un livre que je ne pourrai pas lire ! »

      Lire sur papier me demande 10 à 15 fois plus de temps que pour lire en numérique! Un connard m’a ici sur Riposte Laïque répondu un jour que je n’avais qu’à prendre une loupe ! Il aurait été devant moi je lui aurais foutu mon poing dans la gueule ! Les gens qui n’ont aucun problème de vue sont incapables de comprendre qu’être atteint d’affection de la vision peut devenir un terrible handicap ! Et ce genre de réflexion que je me suis pris confine purement et simplement à une forme de nazisme, de racisme envers les personnes handicapées !

      Ca devient extrêmement gonflant ce refus de comprendre de la part des éditeurs !

    • On n’est plus en 1970 ! On est en 2016 ! Il faudra bien un jour le comprendre !

  2. « Je suis Antigone »
    Je préfère dire Antigone que Charly !
    Antigone … une vaillante figure de ma culture gréco-latine.
    Charly … Vraiment, ça ne m’évoque rien !

  3. Dans leur haine du « populo », c’est la haine de leurs ancêtres, de leur passé populo, ils ne supportent pas qu’il y a encore peu de temps(1 ou 2 siècles) plus de 75% du Peuple était paysan.

Les commentaires sont fermés.