L'attentat contre Charlie Hebdo doit nous ouvrir les yeux !

L’attentat dont a été victime le journal Charlie Hebdo n’a surpris que ceux qui dorment à côté du tigre – et qui dorment d’autant plus profondément qu’ils prennent le tigre pour un chat. Le chat rassure parce qu’il ne peut devenir tigre : c’est pour cela que des hommes en possèdent chez eux. Le tigre inquiète parce qu’il ne peut devenir chat : c’est pour cela que les hommes n’en possèdent point à domicile. Mais qui voudrait, chez lui, d’un chat capable de devenir tigre ?

L’islam qui s’installe en Europe est ce chat-là ! Tout petit, ses pattes ont la douceur de notre tolérance à son égard. Mais plus il grandit, plus notre tolérance souffre, car la douceur devient aigreur puis fureur : un tigre est toujours violent ! Sa vision du monde est la seule vision qui entre dans son champ de vision, et malheur à qui voudrait en changer l’angle ! Ne pas lui donner à voir ce qu’il veut voir ni à entendre ce qu’il veut entendre le met en colère. Plus on acceptera sa colère, plus en colère il sera ! Dans la nuit du 1er au 2 novembre 2011, nous avons eu sous les yeux la colère d’un tigre à qui nous avons permis, depuis trop longtemps, de se mettre en colère !

Il n’y pas un seul musulman, en effet, qui ne se dise musulman sans penser le djihad comme une obligation divine. Or, le djihad n’est pas seulement un effort «par le cœur», «par la langue» ou «par la main», dans le but de «s’améliorer soi-même» ou «d’améliorer la société» : il est aussi un effort «par l’épée», effort qui augmente à mesure que l’islam s’enfonce en terre non islamique, car, pour l’islamiste – c’est-à-dire pour celui qui applique à la lettre les dires du Prophète – la terre non islamique a vocation à devenir islamique. 

D’où le recours à la violence pour imposer la charia. D’où l’illusion d’un islam d’autant plus pacifique qu’il serait uniquement religieux, alors que pour l’islam, le Coran, c’est la Constitution. D’où l’illusion d’un «islam modéré» qui se heurte, dans cette appellation même, aux sourates guerrières du Coran. D’où l’illusion de nos illusionnistes politiques qui ne cessent de répéter que l’islam est une religion d’amour, de tolérance et de paix. D’où l’illusion sommitale qui voudrait qu’il n’y ait de liberté véritable qu’en islam.

Etrange liberté, d’une part, que celle d’un islam qui tue apostats et infidèles, autrement dit qui n’offre aux musulmans que d’être musulmans, et aux non-musulmans que de devenir musulmans ! Etrange liberté, d’autre part, que celle d’un islam qui vise la disparition de la nôtre !Etrange liberté, enfin, que la nôtre, qui se perd dans le contresens dès lors qu’il s’agit de l’islam, et qui, de ce fait, se condamne au pire. Or, c’est contre le pire qu’il importe de se lever – et tout de suite – car si nous ne réagissons pas sur-le-champ, si nous ne défendons pas unanimement nos valeurs avec la force qu’elles méritent, si nous ne comprenons pas qu’un peuple commence à perdre sa liberté sitôt que ses artistes sont privés de la leur, alors c’est que nous sommes de nouveau prêts à nous soumettre aux vertus du Moyen Age, où les bûchers veillaient à l’ordre politique et moral !

 Maurice Vidal

 

 

image_pdfimage_print