L’attentat de Manchester : emblème des temps modernes

La tragédie de Manchester, aussi effroyable que banale, est emblématique de notre XXI° siècle à tel point que  nous avons le sentiment que l’histoire bégaye.

D’abord, le scénario est devenu tragiquement habituel. D’un côté, dans  un endroit festif,  des gens insouciants  savent vaguement qu’on leur fait la guerre mais ont du mal à l’intégrer dans leur conscience. De l’autre, un homme seul, dont on apprendra qu’il est de confession ou de culture musulmane et déjà connu des services de police, porte sur lui des engins mortifères et fait le plus de victimes possibles. L’histoire fait maintenant si bien partie de notre quotidien que nous avons élaboré des rituels de deuil parfaitement rodés :  fleurs, bougies, et même veillées funèbres que nous réservons à ces morts inconnus alors que nous ne le faisons plus depuis longtemps pour les membres de notre famille. A cela  s’ajoutent des chants de circonstance : Imagine de John Lennon ou une variante sur le thème de la paix universelle. Hier, la foule  de Manchester a chanté Don’t look back in anger, version britannique de notre Vous n’aurez pas ma haine.  Il arrive que l’on pose une plaque, toujours d’une extrême sobriété,  à la mémoire des victimes. On pourra lire : à la mémoire des  victimes du terrorisme. Sans autre précision. Ces rites  ont une fonction exclusivement cathartique et lénifiante. La vie du monde occidental est aujourd’hui régulièrement ponctué de cérémonies de deuil auquel nous nous résignons.

Que révèle encore le drame de Manchester ?

Au fur et à mesure que le fil de l’enquête se déroule et malgré la discrétion de la police britannique, on apprend que le « présumé » terroriste  est un immigré de la deuxième génération. Né et élevé en Grande-Bretagne dont le modèle interculturel et communautariste nous a été opposé, cet homme ne semble avoir nourri  pour ce pays que haine et envie de le détruire.

Pire. Sa famille nous dit-on, a fui la Libye pour trouver en Grande Bretagne une vie meilleure loin du bruit et de la fureur. Faillite de l’éducation familiale ? Faillite du système communautaire anglo-saxon ? Ni l’un ni l’autre, semble-t-il. En effet, après s’être installée à Londres, la famille est allée vivre à Manchester qui compte un nombre important d’immigrés libyens. On a vu la police procéder à de multiples arrestations. 16 djhadistes viennent du même quartier du sud de Manchester.  La ville de Manchester abritait un nid de vipères. Finalement, le loup solitaire faisait partie  d’un véritable réseau. La père de famille, décrit comme pieux, se révèle également très actif. Apparemment, il s’est rendu en Libye, ce pays même qu’il prétendait fuir. Quant au  frère du présumé,  il est membre  de l’Etat Islamique.

En clair, la Grande Bretagne a  fait entrer un loup dans la bergerie. Remplaçons « Grande-Bretagne » par le nom d’autant de pays occidentaux et nous obtiendrons autant de variations sur le même thème

Cela ne  nous rappelle-t-il pas  notre bon La Fontaine qui dans sa fable, Les loups et les brebis  illustre une façon de lire les événements qui se sont passés:

Ils (les loups) vous prennent le temps que dans la bergerie

Messieurs les Bergers n’étaient pas,

Etranglent la moitié des agneaux les plus gras,

Les emportent aux dents, dans les bois se retirent.

Ils avaient averti leurs gens secrètement.

Les Chiens, qui sur leur foi, reposaient sûrement,

Furent étranglés en dormant:

Et notre avisé fabuliste de conclure son récit dans lequel les bergers et les chiens de garde endormis peuvent se lire comme une allégorie de notre monde occidental :

Il nous faut conclure de là

Qu’il faut faire aux méchants guerre continuelle

La paix est fort bonne de soi

J’en conviens ; mais de quoi sert-elle

Avec des ennemis sans foi.

Manchester, non pas tragédie des temps modernes, mais version moderne d’un principe de tous les temps. L’insouciance et la naïveté conduisent à notre perte.

Enfin, en Grande Bretagne , comme ailleurs en Europe, on voit des églises, trop vieilles, trop vides, être reconverties – pardon pour ce jeu de mots –  en boîtes de nuit ou en clubs de bingo. Signe des temps.  Ironie de l’histoire  : la mosquée que fréquentait le terroriste est une ancienne chapelle reconvertie.

Florence Labbé

image_pdf
0
0

5 Commentaires

  1. Notez que par ailleurs on nous propose des excuses pour ce terroristes qui serait ou aurait été en colère parce que des innocents seraient morts au moyen orient et que l’occident ne cesserait de bombarder les musulmans ! Mais curieusement c’est en occident qu’il vient vivre ?!…

  2. On nous dit « Salman Abedi, le kamikaze aurait agi « dans un désir de vengeance ». Ah?
    http://www.ladepeche.fr/article/2017/05/25/2581557-salman-abedi-jihadiste-origine-libyenne-motive-vengeance.html
    Beaucoup de ces attentats me semblent le résultat de manipulations internationales souterraines, menées par des forces antagonistes liées aux états, quelque chose comme le Grand jeu d’avant 1914 qui opposait les nations, par l’intermédiaire d’attentats perpétrés par des anarchistes nihilistes soi-disant indépendants. Ca a commencé vers 1850, ça a fini par Sarajevo et la Grande Guerre.
    Trop de ressemblances, même but, diviser les peuples, les dresser les uns contre les autres. Drapeau noir et rouge, comme les antifas, amis des djihadistes…..
    https://quartierslibres.files.wordpres

  3. Le multiculturalisme en Grande Bretagne est un exemple de catastrophe à ne pas suivre.

    C’est un suicide d’agir et d’imposer au peuple une immigration massive extra européenne qui détruit en grosse partie les valeurs occidentales.

    Il y aura encore des morts car la propagande mensongère gauchiste continue à endormir les peuples alors que l’Europe est en guerre et que tous ces politiciens pourris, vendus et complices appliquent le laxisme et la lâcheté.

    Seul Israël a compris le danger du terrorisme islamiste et tous les jours, ce beau pays se bat pour défendre et protéger son peuple.

  4. Il faudrait trouver un juste milieu entre certains de nos jeunes qui n’ont pas la foi (ce qui explique la désertion de nos églises) et qui sont désoeuvrés avec ces musulmans hyper religieux mais qui ne font qu »une application stricto-sensu des textes quitte à tuer au nom d’Allah ou ….Dieu.

  5. Faut arrêter de parler de culture musulmane ! ca n’existe pas !
    il n’y a qu’une idéologie musulmane, faite d’intolérance, d’hypocrisie, de pillage ,de rançonnage, etc, etc. Bref l’islam qui a toujours voler aux autres

Les commentaires sont fermés.