1

Laurent Mucchielli a un sérieux problème avec la réalité

Il faut parfois lire un ouvrage exprimant clairement la pensée opposée ne serait-ce qu’afin de pouvoir répondre à un argument que l’on doit anticiper. Ainsi ai-je entamé «La France telle qu’elle est» de Laurent Mucchielli. Mais force est de reconnaître que devant tant d’indigence, les bras m’en tombent. Le livre n’a qu’un but du début à la fin, de démontrer que l’immigration musulmane ne change en rien le visage de la France. Ainsi il sous-estime le nombre de musulmans présent sur le territoire national en prenant un chiffre trouvé qui l’arrange: 4 millions de musulmans dont 2 non pratiquants. Pourtant le nombre cité sur Wikipédia probablement sous-estimé parle de 5,7 millions.

Le livre part dans le même sens du début à la fin, il ne prend que ce qui l’arrange que ce soit en statistique ou en interprétation des faits. Les violences sexuelles en Allemagne du réveillon 2015/2016 sont minimisées comparées aux viols collectifs du Moyen Âge (là pas de chiffres, comme c’est curieux).  Chaque crime islamique se voit justifié par un crime catholique, c’est bien commode. Et il est même reproché à nos médias d’être sévères avec l’islam et indulgents avec le catholicisme (on ne doit pas avoir la même télé).

De même la délinquance des jeunes de banlieue est expliquée par le fait que l’école n’a pas su leur donner leur chance alors que voulez-vous, ils se retrouvent en bandes. Quand il y a un problème, c’est la France qui est responsable.

Les attentats terroristes islamistes sont comparés à ceux de l’OAS (qui se voit attribué celui du Petit-Clamart alors que Bastien-Thiry n’avait aucun lien avec l’OAS), Merah est présenté comme un pauvre type ayant tenté de se suicider en 2008 (dommage pour l’échec, me direz-vous). Et si des jeunes musulmans basculent dans le terrorisme, c’est parce qu’ils ont subi des discrimination à l’embauche. Encore la France qui est coupable. Par ailleurs ceux qui critiquent l’islam sont renvoyés dos à dos avec les terroristes car ils sont, eux aussi, dans le rejet de l’autre. Et on parle de la lepénisation des esprits de nos élites…

Devant de telles méthodes qui nient la réalité du début à la fin, il n’y a rien de sérieux à en tirer. Mucchielli préfère  vivre et écrire dans sa bulle où il n’y a pas de problème, où l’islam est tolérant. Ce n’est même pas au niveau d’un négationnisme faurissonien où l’auteur se sentait tout de même obligé d’inventer une chimère pour minimiser l’infâme qu’il défendait. Là il n’y a aucun effort de l’auteur, « Tout est pour le mieux dans le meilleur du monde. Circulez il n’y rien à voir. » Et c’est toujours la faute de l’extrême droite ou de la France.

Bref, un bon traité de dhimmitude que l’on n’avalera pas si on veut rester un homme libre.

Platon du Vercors