Entre le génie de l'homme et sa monstruosité, je titube

muslumans-a-l-ambassade-de-franceL’humanité est cet ensemble qui ne souffre d’aucune comparaison. Vous ne trouverez pas un membre sauf masochiste ou lucide de cette humanité qui ne se considère pas comme étant fier d’en faire partie.

L’humanité est cette communauté qui est, nous dit-on dans les milieux branchés, la seule communauté qui compte, celle qui surplombe l’ensemble. Cette entité qui serait, aux yeux des croyants, la création d’un dieu à son image et à qui tout serait pardonné, voire pour certains à qui l’on donnerait le paradis avec des vierges, du lait et du miel.
L’humanité est composée de 7 milliards d’humains tous persuadés qu’ils sont uniques pour différentes raisons, et tous certains qu’ils sont au centre de tout. Une idée bien ancrée et qui n’a pas pris une ride depuis des milliers d’années et malgré les milliers de guerres et autres tueries. L’homme « enfants des dieux« , remplacés par endroit par « fils de dieu« . Il serait pour l’immense majorité, insultant de penser qu’il n’est au fond qu’un cancer ravageur.
Il se trouve que l’humanité se pense unique malgré sa diversité. De cette diversité si puissante justifiant la mort, la haine de l’autre et les excuses qui vont avec, puisqu’il n’est pas question pour ces diversités patentes, d’admettre que l’humanité ne fait jamais rien dans la douceur et justifie toujours et en permanence les douleurs qu’elle s’afflige.
« Plus je connais les hommes, plus j’aime mon chien » disait Madame Anne-Louise Germaine Necker, baronne de Staël-Holstein. Une femme qui n’a pas connu les deux dernières guerres mondiales ni les saloperies des élites humaines d’aujourd’hui pour justifier les massacres des cent dernières années.
Humain est ce qualificatif qui justifie que l’homme serait doué d’une sensibilité, d’une supériorité naturelle, d’une intelligence qui l’autorise à détruire son environnement proche comme celui qui se trouve à des milliers de kilomètres.
L’humain c’est celui que Claude Nougaro, humaniste de cette  gauche bobo décrivait dans une émission de radio: entre le génie de l’homme et sa monstruosité,  je titube !
Humain c’est cette condition qui justifie que nous sommes à part dans l’échelle des vivants. Bien au-dessus de la condition animale par nature. On oublie que c’est l’humain qui a décidé qu’il était au-dessus comme un Lion qui décide qu’il est au-dessus du buffle qu’il égorge.
Humain est celui qui considère qu’en dessous de lui, il y a des « bêtes fauves » ou non ! Des animaux sans âmes bien sûr, d’une sauvagerie épouvantable parfois, effrayante alors même que lui, ne serait qu’un innocent, une faible victime devant la bête !
Humain est cette condition sacralisée par lui-même, pour lui-même, en niant comme je le crois, qu’il n’est que le résultat d’un hasard, une suite de circonstances qui a fait qu’il se trouve en haut de l’échelle des prédateurs. Cela n’en fait pas un saint, encore moins un Dieu.
L’humain est cet être capable non seulement de tuer tout ce qu’il considère comme inférieur à sa condition et sous tous les prétextes, mais celui capable de faire souffrir son adversaire en y prenant du plaisir. Mais ce n’est pas « une bête fauve » ! Une bête fauve se défend et tue pour manger. L’humain a dépassé ce stade binaire. Ce qui lui permet de se dire « civilisé » sans même avoir demandé l’avis de qui que ce soit, et certainement pas de la bête.
En ces temps de paix, sous la chaleur d’un été de 2015, je me sens d’une humeur philosophique morbide lorsque je songe à cet humain, issu d’une communauté humaine dont je fais partie.
Sous le soleil de l’été, je pense à toutes ces raisons qui devraient faire que l’humanité soit heureuse alors même qu’elle s’autodétruit. Humain, humanité, humanisme et tout ce qui en découle comme hypocrisie, sont parfois comme un cauchemar permanent !
Alors oui, et heureusement, il y a souvent des éclairs, des moments qui valent le coup d’être vécu malgré l’étalage de cette violence humaine de par les siècles. Des moments de fraternité, des bouts de sagesse, des moments d’amour et d’amitié. C’est aussi cela l’humanité; des petites îles de beauté bien trop rares, dans un sombre et vaste océan de violence humaine.

Maréchal anglais Kitchener. Inventeur des premiers camps de concentration pour les boers en Afrique du Sud
Maréchal anglais Kitchener. Inventeur des premiers camps de concentration pour les boers en Afrique du Sud

Est-il humain le Maréchal et britannique Kitchener qui inventa les premiers camps d’internements en Afrique du Sud contre les boers?
Le sont-ils ces communistes qui ont perfectionné l’horreur. Ces nazis qui l’ont industrialisé pour l’exploitation des corps, ceux des internés, eux-mêmes humains et qu’il considérait comme inférieur par définition. Les bêtes sauvages ne font pas de telles choses !
L’humain, c’est aussi, comme nous le rappelle les dernières commémorations, ce Président d’une grande nation américaine qui décide de fabriquer des bombes et trouvent d’autres humains pour la lancer sur des centaines de milliers de civils innocents sur Hiroshima et Nagasaki. C’est l’horreur de Dresde et des milliers de bombes incendiaires faisant 500 000 victimes civiles. Il fallait terroriser l’ennemi, lui rendre le terrorisme fait à Londres sur d’autres civils.
L’humain aujourd’hui c’est cet islamiste qui décapite un autre humain possédant la science de l’histoire des hommes et de leurs travers comme à Palmyre. C’est celui qui veut remonter un train et mitrailler tous ce qu’il trouve. C’est aussi ceux qui ont empêché ce massacre programmé que d’aucuns considèrent comme étant  discutable et pourquoi pas involontaire… Humain encore et toujours.
L’humain se trouvant des complices pour asservir le plus grand nombre, au nom d’un dieu ou celui d’intérêts financiers voire par sadisme et plaisirs. Les uns se servant des autres, et vice et versa.
L’été s’achève et mes pensées s’éloignent à la vitesse de ses lourds nuages sombres annonciateurs d’orages terrifiants. Elles se noient dans un futur océan de larmes et de sang produit par toutes ces bonnes justifications futures, toutes moralisantes, religieuses et toutes ces raisons « justes », tous ces beaux discours qui présentent l’homme, vous, toi, moi comme étant la justification de tout. Folies monstrueuses que jamais une bête fauve n’aura !
La mort se marre ! Elle rigole et se lèche d’avance les babines car elle sait que devant nous, s’ouvre un temps ou de nouveaux fleuves de sang s’écouleront sur les rives de nos pires cauchemars. Parce que l’humain ne peut pas, se sait pas faire autrement.
Il dit plus jamais ça à intervalle régulier, et se lance de nouveau dans la barbarie en toute innocence. « Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre » disait Winston Churchill. François Hollande et Najat Vallaud-Belkacem feraient bien de méditer cette phrase, eux qui détruisent notre Histoire de France.
L’humain s’est fait une spécialité de l’oubli ! Particulièrement à gauche avec son faisons table rase du passé !
Gérard Brazon (Le blog)
 

image_pdf
0
0

24 Commentaires

  1. Oui l’Homme cet éternel inconnu. Qui est-il ? d’où vient-il ? ou va-t’il ? Cet imbécile croit que les Dieux, qu’il a inventé, le savent.

  2. Belle réflexion , elle rejoint la mienne .
    Evolution ?? mon cul oui !!
    Nous sommes resté au néandertalien en pire , car nous ne le faisons s plus par nécessité , mais par égocentrisme et avidité .

    • Actuellement, les moralistes cucul la praline sont en train de soutenir plus ou moins activement le génocide de leur race, la race blanche européenne.
      Ils placent leurs délires utopiques comme un absolu, au nom duquel le reste peut-être détruit.
      Voilà en effet un beau raté de l’évolution, une impasse !
      (Je n’inclus pas les BHL & autres juifs similaires dans cette catégorie, ils forment un groupe ethnique/racial fortement distinct)

  3. Je n’aime pas du tout ce texte ,on dirait vraiment qu’il est inspiré du coran où il est sous entendu que l’homme ,la femme ,l’être humain est un être vil,sans morale ,hypocrite,ingrat, etc, qu’il convient de mater et de châtier d’où la schizophrénie ;la paranoïa ,la haine de soi, qui structurent l’esprit et la personnalité du musulman lambda et l’enferment dans un déséquilibre mental presque inguérissable voire sans issue .

  4. La religion est une pure invention de l’homme afin de mieux dominer ses semblables et leur faire accepter ses diktats, préceptes, et autres commandements.
    Dans l’histoire de l’Humanité, on a tué et on continue de tuer au nom d’un Dieu dominateur et salvateur.
    La révolte ou guerre civile en gestation ne sera pas politique, ni idéologique mais ethnique et antireligieuse.
    Les pseudos valeurs morales des légions de ces moralisateurs religieux de tous bords, des 3 religions monothéistes, ont été et sont encore de la poudre aux yeux pour assagir, tuer dans l’œuf, toute révolte libertaire chez les candides.
    L’homme n’étant qu’un loup pour l’homme. Pour cette raison il s’autodétruira.

  5. L’humanité ?…
    Les seuls êtres vivants de la planète, voire de l’univers, à se saouler de leur propre vanité. Même les arbres ou les coraux sont mille fois moins cons.
    La seule espèce auto-prédatrice composée de mammifères bipèdes terriblement hétérogènes et éclectiques qui croient naïvement pouvoir se rebeller contre mère Nature dont ils sont issus, quitte à la détruire.
    Jacques Attali en est un exemplaire parfaitement vaniteux qui soutient sans complexe que l’humanité n’est pas ce que l’on croit en ce sens que tout le monde le n’est pas, humain :
    https://www.youtube.com/watch?v=VaqOs-nP0Xs

    • Tout les autres animaux de la Terre manquent de CAPACITE.
      L’humain n’est pas plus bête ou plus mauvais, il est juste plus capable.

  6. Regardez moi toute cette belle bande fiotes en jupe… Et ça se prend pour des Hommes ?

  7. « Vous ne trouverez pas un membre sauf masochiste ou lucide de cette humanité qui ne se considère pas comme étant fier d’en faire partie. »
    Contrairement à ce qu’ils croient, les humains ne sont pas supérieurs aux animaux, ils sont juste des animaux parmi d’autres.
    L’apparition de l’humanité et ses conséquences sur la planète prouve qu’elle ne correspond pas aux lois de la nature, ni aux lois de l’évolution. Ni d’ailleurs aux lois divines. Quel besoin aurait eu Dieu de créer une nouvelle espèce, dont l’écosystème se passait très bien, et qui se met à tout détruire sur son passage ???

    • Tout indique en effet que nous sommes un accident de l’Evolution.
      Il faudrait en prendre conscience pour sauver ce qui peut encore l’être, mais on est loin du compte, l’Homo Sapiens Sapiens est tout sauf sage.

  8. Bon sang, où ais-je mis mes lunettes. Dites moi : C ‘est qui sur la photo ? La maitrise de Notre Dame, partitions en mains ?

  9. « Cette entité qui serait, aux yeux des croyants, la création d’un dieu à son image. »
    Quand on voit les différences immenses entre les hommes ; de l’aborigène australien au japonais, de l’amazonien incapable de compter à l’européen ; etc ; cette farce devrait s’effondrer.
    La croyance religieuse est un poison intellectuel.

    • Les athées comme les croyants doivent savoir rester modestes. Il y a bien d’autres croyances comme le nazisme ou le communisme ( à la Staline, Mao, Pol Pot…) qui sont des poisons intellectuels tout autant mortels.
      Et chez les religieux – notamment catholiques, il y a, par exemple :
      Agnès de Nanteuil
      Honoré d’Etienne d’Orves
      Maximilien Marie Kolbe
      Carl Heinrich von Stülpnagel
      Claus von Stauffenberg
      Je ne désespère des humains. Et par ailleurs, je trouve que cet article est trop noir bien qu’il soit toujours intéressant de rappeler que tout le monde n’est pas beau. Tout le monde n’est pas gentil. La réalité est toujours très complexe.

      • Jeter le capitaine par dessus bord quand le navire est dans la tourmente n’est pas une preuve de « bonté », quoi que l’on puisse penser du capitaine.
        Et ce n’est pas parce qu’ils avaient des différences politiques et stratégiques avec leur chef qu’ils sont meilleurs que lui.

          • Oui mais il n’y a eu que des cathos pour le faire et que dites vous de Kolbe, d’Agnès de Nanteuil, d’Etiennes d’Orves ? Et qui s’est opposé à l’extermination des handicapés en Allemagne ?

      • « Il y a bien d’autres croyances […] qui sont des poisons intellectuels tout autant mortels »
        Je ne peux qu’approuver cette phrase, qui est le bon sens même.
        Mais ce n’est pas parce qu’au delà du poison religieux en existent d’autres qu’il faut ingurgiter le premier avec ardeur, n’est-ce pas ?

  10. L’humain n’est pas intrinsèquement mauvais. Dans l’absolu d’ailleurs cette notion ne vaut rien, elle n’existe que le fruit d’une morale que nous avons créée.
    Essentiellement, l’humain est juste beaucoup plus capable que les autres animaux ; et il utilise ses capacités.

    • Pas seulement, car aucun animal ne se dit: « quel dommage que mes capacités ne soient pas celles de l’homme car je pourrais faire comme lui: détruire mon milieu, torturer les autres êtres vivants, en faire des objets de laboratoires… »
      Evidemment non !
      L’humain n’est pas innocent, il a non seulement la capacité mais aussi le désir et la volonté de faire ce qu’il fait, c’est en ce sens qu’on peut dire qu’il est intrinsèquement mauvais puisqu’il brise l’ordre naturel et cause de profonds déséquilibres sur la planète.

      • Aucun animal ne se le dit car aucun n »a même la capacité de s’imaginer pouvoir faire cela !
        Les hordes de criquets par exemple ne sont nullement contrôlées par leur intelligence/morale qui les retiendrait de détruire toute végétation, mais par des facteurs extérieurs uniquement.
        Dire que l’Homme est intrinsèquement mauvais, cela présuppose qu’une morale absolue, extérieure à nous, préexiste, qu’elle est communiquée à l’Homme et qu’il refuse sciemment de la suivre.
        Je réfute ces trois présupposés, qui sont rigoureusement improuvables.
        La notion d’ordre naturel (au sens « la vie sauvage ; sans les hommes ») me semble d’ailleurs profondément viciée. Elle repose sur une séparation arbitraire de l’Homme du reste du monde animal.

    • Praxitèle
      Je suis un adepte de Rousseau mais pas au point de dire que : « l’Homme naît bon !  » … Je n’y crois pas .
      Il n’a pas besoin d’être corrompu par la société pour être « mauvais » dès le départ .
      J’aurais tendance à penser plutôt que c’est le contraire …

      • Je dis juste que hors de la société, bon comme mauvais ne veut rien dire.
        C’est la société qui craît ces notions.
        Ensuite, au regard de ces critères, certains individus sont intrinsèquement mauvais et d’autres bons.

  11. @l’auteur,
    je précise que je suis mécréante invétérée et Darwinienne à la fois.
    Ma conviction irréductible : l’homme est une erreur monstrueuse de la nature. Un accident dans le processus de l’évolution.
    Je répète avec Cioran « l’homme va disparaître, c’était jusqu’à présent ma ferme conviction. Entre temps j’ai changé d’avis : il doit disparaître »

    • Et puisque l’homme doit disparaître, commençons par exterminer la race blanche ; celle qui a développé les plus belles cultures, celle qui est de loin la plus morale ; pour la remplacer partout par des milliards d’hommes du tiers-monde qui eux, comme ils nous le prouvent tout le temps dans leurs pays ravagés, sauront préserver la faune et la flore ! Mais bien sûr !
      La notion d’ « accident dans le processus de l’évolution » est une absurdité logique.
      L’argument est en effet que l’homme se comporterait de manière immorale ; produirait des effets immoraux ; et que donc son existence même n’est pas morale.
      Le processus de la sélection naturelle étant un phénomène factuel totalement indépendant de toute question morale (de même que 1+1=2 est indépendant de toute morale), l’argument tombe immédiatement.

Les commentaires sont fermés.