LCP : le pince-fesse d’Haziza ou le bocal des « agitées du porte-plainte »  ?

Voilà une nouvelle qui nous replonge dans la séquence « balance ton porc », née de la révélation par le New York Times, le 5 octobre dernier, des agressions sexuelles du producteur américain Weinstein.

Et celui qui en fait les frais aujourd’hui, c’est le journaliste Frédéric Haziza accusé d’avoir les mains baladeuses.

Cet animateur incontournable et proche de la présidence de La Chaîne Parlementaire serait donc suspendu.

Mais cette affaire qui éclate maintenant remonte à novembre 2014 où Haziza avait coincé dans un couloir une journaliste de la chaîne, Astrid de Villaines.

Portée par l’air du temps, elle vient de porter plainte, car une main aux fesses, c’est une agression sexuelle. Elle raconte son aventure :

« Je lui ai redemandé de libérer le passage, mais monsieur Haziza a insisté pour que je passe devant lui, sans qu’il ne bouge du passage. Je suis donc passée devant lui, face à face. Monsieur Haziza a alors tendu son bras droit, autour de ma taille. Sa main s’est alors retrouvée au niveau de mes fesses, côté gauche, en l’appuyant fortement. Dans le même temps, monsieur Haziza m’a pincé la fesse gauche. »

On s’étonnera quand même que la vilaine « porte-plainte » Astrid n’ait pas eu à ce moment là, la réponse appropriée à sa déconvenue.

Car la meilleure riposte instantanée d’une main sur sa fesse gauche eut été sa main sur la joue droite du potentat Haziza.

Ou mieux un coup de genou dans ses génitoires.

Ce qui aurait immédiatement calmé les frasques du potentat, qui en pinçait sans doute pour la jolie de Villaines.

Car à l’époque, Haziza qui semblait coutumier de la main baladeuse ou en besoin d’exprimer ses hommages à la gent féminine, avait dû se faire remonter les bretelles par sa hiérarchie.

Au point de filer doux et de la mettre en veilleuse depuis cette aventure déplacée.

On comprend dès lors l’empressement de Bernard Henry-Levy de venir au secours de son pote Haziza par un tweet relativisant l’affaire dans le contexte du « balance ton porc ». BHL aurait même pu oser la comparaison entre son pote Frédéric et le sixième pilier de l’islam, Tariq. Vous avez le quasi-prophète qui se comporte comme le beau modèle mahométan.

Et contrairement à Paul Le Poulpe, je pense que BHL a bien fait cette fois-ci de monter au créneau.

http://ripostelaique.com/bhl-pas-touche-a-mon-pote-haziza-meme-sil-tripote-quelques-journalistes.html

Car il est sidérant de voir comment la chasse à l’homme en est arrivée à ce point. C’est d’ailleurs, l’objet du mensuel de novembre de ma chère Elisabeth.

Et je lui emboite le pas, car je suis tout à fait d’accord avec elle, quand elle affirme que : « avant même que la justice s’en mêle, les magistrates de #balancetonporc ont déjà condamné l’ensemble de la gent masculine. Quant il s’agit de stigmatiser tous les hommes, les féministes n’ont pas peur de l’amalgame ».

Mais elle rappelle fort à propos que ces féministes préférent regarder ailleurs « quand l’infériorité de la femme est la norme dans les quartiers islamisés. »

Comme « Caroline de Haas, qui n’a pas de la merde raciste dans les yeux, voit des porcs partout, sauf à Cologne ou à la Chapelle-Pajol où il n’y a pour elle, que des victimes de l’islamophobie ».

Cette « zéro-féministe » Caroline de Haas avec ses « agitées du porte-plainte » qui tentent une récupération sélective avec #SoyezAuRDV à l’attention du pantin de l’Élysée.

Alors rendons Hommage à Philippe Muray, cet auteur-pourfendeur des « agitées du porte-plainte » qui avait bien vu dans son journal de novembre 1991, il y a dèjà plus d’un quart de siècle, ce qu’il advient sous nos yeux : « la pénalisation du désir sexuel n’est qu’une étape parmi d’autres sur le chemin de l’effacement de la différence des sexes au profit d’une indifférenciation inséparable de l’égalisation généralisée ».

Avec les commémorations de Mai 68 et sa libération sexuelle, on a encore sur le sujet, de beaux jours devant nous.

Alain Lussay

image_pdfimage_print

13 Commentaires

  1. Amen ,maintenant si innocemment on fait une petite tape d’admiration à une meuf à qui on est admiratif sans aucune intention de la violer,ni de la rabaisser alors c’est passible de la potence.bientot on aura même pas le droit de dire un compliment à une belle femme !Triste époque!

    • il ne faudra plus être galant
      donc
      on ne tient + les portes
      on les fout dans la tronche de celle qui nous suit
      car faut mieux être accusé de coups et blessures que d’agression sexuelle

      MDR

    • AZIZA le pretentieux ami de la licra,bien fait pour lui,je me rapelle d’une de ses emissions en 2016,il avait inviter DUPONT AIGNAN en le faisant passer pour raciste et extreme droite,aignan avait quitter le plateau et en lui disant VOUS ETES UNE MERDE,bravo aignan vous aviez vu juste

      • C’est clair qu’au niveau sous-merde on a rarement fait aussi pathétique que l’avorton Aziza.
        Je vous l’accorde au centuple, je vous trouve même extrêmement modérée envers ce kapo du peuple de lumière.

  2. Philippe Muray disait fort justement de ces pseudo-féministes mais vraies frustrées, fêlées du bocal, qu’elles ont une furieuse « envie de pénal »…
    Les familiers de la psychanalystes y entendront une «envie de pénis » qui se pose un peu là…

  3. J’attends avec impatience le mouvement « balance ta truie » je pourrais enfin balancer certaines de mes anciennes employeur et des collègues de boulot syndicalistes d’ultra-gauche mariées à de la « diversité halal » mais frustrées. (images à l’appui)

    Je pense que je vais lancer le mouvement s’il n’émerge pas de façon spontanée, « Le progrès ne vaut que s’il est partagé par tous »

  4. J’ai travaillé plus de 35 ans avec 80 % d’hommes.J’étais une très belle femme, parait-il. Pourtant,jamais importunée ni victime de harcèlement, si ce n’est quelques charmants compliments flatteurs, quelques paroles galantes. J’ai surtout vu de nombreuses coquettes aguicheuses, prêtes à tout pour devenir la favorite du chef. Elles ont écorné ma tendance féministe, ces salopes ! Il y a peut-être autant de truies que de porcs…
    🙂

    • Je suis tout à fait d’accord .
      J’ai travaillé toute ma vie dans un milieu professionnel majoritairement masculin , je n’ai jamais vu de femmes agressées sexuellement .
      Mis j’ai vu quelques aguicheuses , n’ayant peur de rien j’ai vu quelques s……. n’hésitant pas à draguer sans relâche le directeur , bien qu’il soit marié et que son épouse travaillait dans le service …
      Je crois qu’on qualifie à tord , ces nymphettes de féministes , ce ne sont que des malades psychiatrique , rien de mieux .

    • Hé oui, la belle femme qui se respecte elle-même impose le respect naturellement.

      Je vous rassure, pour l’avoir vécu les truies existent bel et bien et concernant un mec s’il n’est pas réceptif les fausses-rumeurs ne tardent pas à pleuvoir.

      Refusez les avances de votre collègue mariée ou de votre patronne et dès le lendemain cela fait de vous un homo ou un abruti.
      Les prédatrice à qui il faut tous les mecs de la boite pour soumission façon bonobo ça existe et c’est de moins en moins rare.

  5. lisez donc la rubrique des « faits divers », joli nom pour des actes sordides, et vous remettrez vos pieds dans la boue du triste quotidien de la gent féminine de 1 jour à 90 ans.
    (voir par exemple le journal Sud Ouest d’aujourd’hui)

  6. le grand donneur de leçons haziza vient de prendre le boomerang dans la figure! je ricane!

  7. D’accord avec la plupart des intervenants ! Mais il ne faut pas oublier une autre dimension : ce sont souvent les gens de pouvoir qui se permettent ce genre de familiarités et qui se croient intouchables !
    Et puis, il faut bien se dire que l’on est un sale con quand on drague ouvertement et un salaud quand on est un gentleman … Par conséquent l’urgence est d’attendre qu’elles s’exposent d’elles mêmes !

  8. Merci de rappeler à notre mémoire celle de Philippe Muray,  » l’Indispensable » !
    Bcp de ces « féministes » sont LGBT… Voilà pourquoi cela « couine » fort !

Les commentaires sont fermés.