1

Le 11 septembre : quand une civilisation veut en détruire une autre

Le mardi 11 septembre 2001 vers 16 h, heure française, les images des attentats des USA, qui avaient débuté une heure avant, ont envahi les écrans de télévision du monde entier.

Quatre détournements d’avions effectués par 19 terroristes font 2 977 morts et 6 291 blessés. Cela frappe les USA, mais c’est tout l’Occident qui est blessé pour longtemps.

Deux avions s’écrasent sur le World Trade Center à Manhattan, un troisième sur le Pentagone à Washington ; dans un quatrième les passagers résistent, essaient de reprendre le contrôle, et l’avion s’écrase en rase campagne, à Shanksville, dans le même espace de temps.

Oussama ben Laden a revendiqué plusieurs fois ces attentats, organisés par Khalid Cheikh Mohammed, qui a reconnu les faits. Le procès des organisateurs aura lieu en janvier 2021. Seulement en 2021 !… On aurait pu croire les Américains plus pressés.

C’est une véritable déclaration de guerre qu’a lancée Al Qaïda ce jour-là. Déclaration de guerre aux USA et à tout le monde occidental.

J’étais ce jour-là, par hasard, à la maison avec quelques membres de la famille, qui m’ont appelée devant la télé, qu’on ne regarde absolument jamais l’après-midi !… Et nous avons contemplé avec horreur et en boucle ces images, incrédules. C’est là que l’expression « avoir les yeux qui vous sortent de la tête » prend tout son sens.

Et sidérés, beaucoup d’entre nous le sommes toujours. Les attaquants n’avaient visiblement pas les mêmes codes que nous. Pourquoi se défouler sur des civils ? S’ils avaient un ou plusieurs différends avec les USA, ce qui peut se comprendre, pourquoi ne pas les régler d’abord par voie diplomatique ?

Pourquoi propager la mort ? Pourquoi vouloir à tout prix la mort de tout ce qui n’est pas eux ?… Parce que c’est dans le Coran ?…

Pourquoi cette violence aveugle ? Pourquoi vouloir démolir le monde occidental ? Ce sont l’intolérance et le fanatisme de l’islam, que certains refusent volontairement de voir. Et pourtant, l’islam nous doit tout.

Même si nous avons des torts – qui n’en a pas – au nom de quoi une civilisation peut-elle décréter la mise à mort d’une autre civilisation ? Chacun n’a qu’à vivre chez lui avec ses lois, ses mœurs et sa religion (ou son absence de religion). Et les vaches seront bien gardées, comme on dit.

(« The falling man », une des trois images célèbres du 11 septembre)

Cet attentat, qui a été déclaré crime contre l’humanité, marque l’absence de toute conscience morale des agresseurs, leur dévoiement, leur manque total de sensibilité pour les intérêts qui ne sont pas les leurs. Comme la plupart des attentats. Il marque combien Levi-Strauss a raison quand dans Tristes Tropiques il estime que ces gens-là sont incapables d’envisager les autres en tant qu’autres.

Depuis, les USA ont reconstruit leurs tours, l’Occident a repris le cours de ses activités. Certains sont conscients, d’autres non. On se demande ce qu’il leur faut pour réaliser le danger permanent dans lequel nous vivons à chaque instant.

Et le comble est que l’islam a voulu marquer même ce drame horrible du 11 septembre, ce crime, en exigeant de manière absolument impudique, pendant cinq ans, qu’une mosquée soit construite au Ground Zéro. Et il s’est trouvé des inconscients pour dire que c’était très bien et que cela marquerait la solidarité (laquelle?) la tolérance (laquelle encore ?) le vivre- ensemble (avec des gens prêts à tout contre nous ?) etc.

D’autres, au contraire, estimaient que cette mosquée serait une blessure supplémentaire. Mais finalement le bon sens a prévalu et cela ne s’est pas fait. Tant mieux.

(Saint Georges terrassant le dragon, Paolo Uccelli, 1470, National Gallery)

Faire une mosquée à Ground Zéro, cela aurait été un peu comme si certains demandaient une place pour Hitler dans les commémorations de la Shoah. Ou une plaque sur les monuments aux morts.

Mais quelques-uns continuent le sale boulot. Par exemple des gens nient l’attentat, tout simplement. Il n’aurait existé que dans nos imaginations.

Les négationnistes ont pour but de blanchir les exécutants de ces crimes et de cacher leur identité. Le négationnisme atteint la France quotidiennement.

On évite autant que faire se peut de donner le nom des égorgeurs, des violeurs, des cambrioleurs, des gens qui compromettent l’ordre public, des gens qui se bagarrent, qui empêchent les honnêtes citoyens de dormir la nuit et les agressent le jour, des gens qui nient nos lois et veulent imposer les leurs, des gens qui remplissent nos prisons.

Que voulez-vous, il ne faut pas stigmatiser, n’est-ce-pas ?…

D’autres reconnaissent le 11 septembre mais vont jusqu’à le glorifier ! Comme ils ont fait de Merah un héros.

Ce matin, un journaliste comorien du nom de Alféine Af Mahamoud souhaite aux USA un attentat encore pire que celui du 11 septembre :

http://www.comores-infos.net/attentats-du-11-septembre-un-journaliste-comorien-souhaite-plus-que-ca-aux-etats-unis/

Et à Perpignan, aujourd’hui même, un tag fait l’apologie du terrorisme près d’un collège : « 11 septembre 2001 jour de gloire. »

Ainsi va la vie, ou plutôt la mort. L’hydre à mille têtes repousse partout et toujours. Il nous faut un nouveau saint Georges, pour terrasser le dragon.

Sophie Durand