Le 8 mai : la France libérée par elle-même ?

Publié le 7 mai 2021 - par - 26 commentaires - 1 153 vues
Traduire la page en :


« La guerre est gagnée. C’est la victoire des Nations-Unies et c’est la victoire de la France. »
(Charles de Gaulle)

Le 8 mai 1945 marque la fin de la Deuxième Guerre mondiale (en Europe).
Le 7 mai 1945, la reddition de l’armée allemande était signée à Reims. Mais, devant la fureur de Staline, qui souhaitait que l’Allemagne se rende à l’Armée rouge, à Berlin, une nouvelle signature fut programmée le 8 mai à Karlshorst, dans la banlieue de Berlin.

Le 8 mai a été déclaré férié le 2 mars 1953. Mais, sans doute conscient que la France avait peu contribué à sa propre libération, de Gaulle supprimait ce caractère férié (1). Dans une logique de réconciliation avec l’Allemagne, Giscard d’Estaing supprimait à son tour la commémoration de la victoire de 1945. Cette commémoration et ce jour férié seront finalement rétablis, le 23 septembre 1981, à la demande de François Mitterrand (2). Et depuis, tous les ans, les associations patriotiques nous invitent à célébrer « la victoire du monde libre sur la barbarie nazie » ou mieux « la victoire du peuple de France sur le joug nazi ». C’est amusant comme notre époque déliquescente et décadente aime à se payer d’envolées lyriques et de formules  pompeuses !

Il me paraît normal qu’on fête la libération de notre sol, mais j’aimerais qu’on fasse preuve d’un minimum d’honnêteté intellectuelle et surtout, qu’on cesse d’entretenir le mythe de « la France libérée par elle-même » et du « premier résistant de France » boutant le Teuton hors du pays, aidé par les FTP communistes. Rappelons le contexte d’une époque bien oubliée !
Le 1er septembre 1939, l’Allemagne nazie envahit la Pologne. Le 3 septembre à 11 heures, l’Angleterre lui déclare la guerre, la France en fait autant à 17 heures.

En France, cinq millions d’hommes sont appelés sous les drapeaux.
L’Angleterre déclarait la guerre à l’Allemagne, selon l’accord passé avec Édouard Daladier, mais les deux gouvernements n’avaient rien prévu pour prêter main-forte à leurs alliés polonais.
Malgré l’offensive qui avait terrassé la Pologne, les Alliés étaient restés inactifs ; ces batailles leur paraissaient bien lointaines et ne menaçaient pas leur propre existence. Cette passivité avait perduré tout l’hiver et jusqu’au printemps. Hitler avait déplacé ses troupes vers l’ouest, mais il ne se passait rien de plus. L’Angleterre et la France espéraient que le calme se prolongerait ; les Français renforçaient mollement leurs lignes de défense. Les Anglais avait envoyé des troupes pour les soutenir mais personne n’y croyait vraiment. Au contraire, les railleries fusaient sur ce simulacre de guerre. Les Anglais l’appelaient « Phoney War » (semblant de guerre), pendant que les Français parlaient d’une « drôle de guerre ». Et c’est vrai que c’était une drôle de guerre ! Les journaux insistaient sur « le confort de la ligne Maginot ». Elle remplissait son office en immobilisant notre armée. Nos soldats tapaient le carton tandis que la Wehrmacht achevait la Pologne en laissant, face à l’armée française, quelques divisions de réserves.

Le 9 avril 1940, la guerre tourne au drame sanglant. Les troupes allemandes débarquent au Danemark et en Norvège sans avoir déclaré la guerre à ces deux pays.
Le 10 mai commence le « Fall Gelb », l’offensive de l’Ouest. Adolf Hitler prévoit cette attaque depuis l’automne 1939 mais il n’a cessé de la repousser (29 fois en tout !), freiné par les scrupules et les atermoiements de ses généraux. La conquête de la France ne peut se faire par voie directe car les Français ont construit la ligne Maginot pour protéger leurs frontières. Les troupes allemandes font donc un détour via les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg. Les Pays-Bas capitulent dès le 15 mai. Peu de temps après, la Belgique et le Luxembourg déposent les armes et se rendent à leur tour.

Personne ne peut plus arrêter les Allemands. Nos pertes sont impressionnantes : 85 310 morts en six semaines. C’est pire que la moyenne hebdomadaire de la Première Guerre mondiale.
Le 17 mai, les premiers soldats allemands se trouvent sur la rive française de la Meuse. Dès la fin du mois, ils contrôlent le nord du pays. Le corps expéditionnaire britannique est aussi rapidement dépassé que l’armée française par l’avancée des troupes allemandes. Des centaines de milliers de soldats français et britanniques se retrouvent soudain encerclés par les Allemands le long de la côte.

À Dunkerque, ils se précipitent vers les plages dans l’espoir de trouver une embarcation pour fuir en Angleterre. Voulant ménager l’Angleterre, le général Von Rundstedt interrompt son avancée pendant quelques jours. Plus de 800 embarcations de toutes sortes sont rassemblées à la hâte. En l’espace de 10 jours, 338 000 soldats, majoritairement des Anglais et quelques Français, sont ainsi évacués. Après ce que les Anglais appelleront « le miracle de Dunkerque », la campagne de France ne va durer que deux semaines. Du côté français, elle fera environ 100 000 tués et 1,8 million de prisonniers. Et le peuple français, dans son immense majorité, sonné par la plus mémorable raclée de son histoire, applaudit quand le vieux maréchal Pétain, 84 ans, le « vainqueur de Verdun », déclare, le 17 juin 1940 : «… Je fais à la France le don de ma personne pour atténuer son malheur… C’est le cœur serré que je vous dis aujourd’hui qu’il faut cesser le combat. Je me suis adressé cette nuit à l’adversaire pour lui demander s’il est prêt à rechercher avec nous, entre soldats, après la lutte et dans l’honneur, les moyens de mettre un terme aux hostilités… ».

Personne ou presque n’entendra le message diffusé le lendemain par un général à titre temporaire, totalement inconnu, à la radio de Londres.
Le sort des armes va s’inverser, plus tard, en raison de trois évènements majeurs :
a) L’attaque de Pearl Harbor, le 7 décembre 1941, qui fera entrer les USA dans la guerre ;
b) Le débarquement américain en Afrique du Nord, le 8 novembre 1942 ;
c) La défaite allemande à Stalingrad, le 2 février 1943.
La libération du sol de France se fera grâce aux deux débarquements alliés, du 6 juin 1944 en Normandie et du 15 août 1944, en Provence.
La « barbarie nazie » a été mise à bas par… 360 divisions soviétiques, et sur notre sol, par 90 divisions américaines, 20 divisions britanniques et… l’armée d’Afrique.

Je veux bien, après tout, que l’on considère les 360 divisions soviétiques comme appartenant au « monde libre ». Mais Joseph Staline ne me semble pas être un modèle de démocrate.
Les goulags soviétiques étaient dix fois plus nombreux que les camps de concentration nazis. Le nazisme, qui était effectivement une barbarie, a fait 20 millions de morts, le communisme en a fait 120 millions. J’ajoute que le nazisme est mort à Nuremberg en 1946 alors que le communisme continue ses ravages. Donc, de grâce, ne galvaudons pas l’expression « monde libre ».
J’ai souvent écrit que l’armée d’Afrique a libéré la France. Rappelons, pour mémoire, que lors du débarquement en Provence d’août 1944, le général Giraud mobilisa 27 classes de Français d’Algérie. Du jamais vu dans l’histoire, même au moment de la Grande Guerre !

176 500 furent réellement incorporés. Ils se sont remarquablement battus et leur taux de pertes au feu fut deux fois supérieur à celui des autres unités alliées ayant participé, de près ou de loin, à notre libération. Et tant pis s’il faut contredire les auteurs du film « Indigènes » (3) mais l’effort demandé aux musulmans d’Afrique du Nord fut moindre : sur 14 730 000 habitants de l’Algérie, 233 000 furent mobilisés soit 1,58 % de la population. La majorité était constituée d’engagés volontaires.
L’effort consenti librement par les musulmans d’Afrique du Nord (Algérie ET Maroc) fut 10 fois moins important que celui demandé aux « pieds-noirs ».

À partir du 15 août 1944, ce sont environ 260 000 combattants de « l’Armée B » du général de Lattre de Tassigny qui sont arrivés dans le sud de la France. 10 % à peine étaient originaires de la métropole, 90 % venaient d’Afrique du Nord dont une écrasante majorité pour les départements d’Algérie. (48 % étaient des « pieds-noirs » d’Algérie).
Dès qu’on cite une unité de « l’Armée B » c’est toujours, invariablement, la 1re DFL (Division des Français libres) du général Diego Brosset, et pour cause, elle était gaulliste.
Pour relativiser les choses, il faut se souvenir que le 6 juin 1944, les « Français libres » qui débarquèrent ce jour-là étaient… 177 : les « bérets verts » du commando Kieffer. La 2e DB du général Leclerc – celle qui est entrée dans l’histoire – n’a débarqué qu’en août 1944, presque deux mois plus tard, sur le sol de France. Et, aussi glorieuse soit-elle, ce n’était jamais qu’UNE division.
On va me dire que j’oublie « le poids considérable de la Résistance ». Non, je n’oublie rien et j’ai un profond respect pour les vrais résistants.

Ceux qui n’ont pas attendu les deux débarquements pour voler au secours de la victoire ; pas ceux qui punissaient la « collaboration horizontale » de femmes amoureuses ou de prostituées à coup de tondeuse !  Mais la Résistance, d’après l’historien Basil H. Liddell Hart, a représenté l’équivalent de deux divisions ; deux… sur les 500 venues à bout du joug allemand.
Après la guerre, dans un pays de 42 millions d’habitants, il y avait 235 000 titulaires de la carte de combattants volontaires de la Résistance (y compris celles décernées à titre posthume) et à peine 51 500 personnes ont été décorées pour fait(s) de Résistance (4).
Il faut se souvenir aussi que lors de la Libération, l’armée a réussi à incorporer – péniblement – moins de 100 000 résistants alors que sur les trois départements d’Algérie, le général Giraud avait mobilisé plus de 300 000 hommes.

Alors, pourquoi nos manuels d’histoire nous parlent-ils si peu de l’armée d’Afrique ?
Sans doute pour faire oublier qu’après une guerre gagnée militairement, le 19 mars 1962, la France a lâchement, tragiquement, honteusement, abandonné les « pieds-noirs » et les musulmans venus la libérer en 1944… Le 8 mai me donne l’occasion de leur rendre hommage.
Je le fais donc autant par honnêteté intellectuelle que par « devoir de mémoire ».

Eric de Verdelhan

1) Par décret du 11 avril 1959.
2) Par la loi n° 81-893 du 2 octobre 1981, il a ajouté le 8 mai à la liste, déjà longue, de nos jours fériés.
3) Film de propagande destiné à nous imposer la « repentance » en nous expliquant que la France a utilisé massivement des troupes maghrébines comme « chair à canon » pour sa libération.
4) Lire « Mythes et Légendes du Maquis » ; éditions Muller ; 2019.

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
CIVITAS

Le 8 mai 1945 a marqué la défaite de notre idéologie et la victoire du communisme humaniste et anti-raciste. L’anti-France a ensuite jugé notre Marechal et ses valeureux Miliciens. Puis ils ont criminalisé le racisme pour nuire aux Français blancs et hétérosexuels.

François BLANC

Réalités effectivemùent bonnes à Rappeler aux progresssistes ou cryptomarxistes

Theodore

J’ai souvent écrit que l’armée d’Afrique a libéré la France. / dixit

Eric de Verdelhan vous etes un des rares a exprimer cette verite que l on a soigneusement cache au peuple metropolitains ( en mettant en avant la resistance et les americains…), oui l armee d afrique a fait ( avec du materiel americain et anglais en grande partie…) le job ! mes deux oncles ( 21 + 24 ans ) et mon pere ( 18 ans en 43 ) etaient soldats + officier dans les troupes du général Giraud. ( campagne de tunisie contre l afrikacorps tobrouk )/ campagne d italie ( monte cassino / napoli / rome / sud france ( vallee du rhone – alsace / allemagne…) 2 ans ! ( mon pere est revenu un de mes deux oncles est mort du cote de rome…)

Pour nous remercier 19 ans plus tard, vous savez aussi bien que moi la suite..

Marnie

1870 – 1914 et 1939 qui devait être la dernière. A voir ! En attendant le monde va mal. On voit déjà à l’intérieur de la France le résultat de cette alternance droite-gauche qui nous a amenés à ce que nous vivons actuellement : c’est un désastre. Quand on entend la gauche et la fausse droite qui ne parlent que d’une chose détruire le RN c’est honteux. Ils n’affichent que de la haine envers un parti mais font l’impasse sur ce qui se passe en France avec la mainmise par les musulmans. Pauvres types et même sales types ! Ils n’ont aucun propos rassembleur, aucun projet intéressant, aucune vision d’avenir avec eux nous sommes arrivés au néant et ils sont le néant.

jean Haysoupé

« La guerre est gagnée. C’est la victoire des Nations-Unies et c’est la victoire de la France. »
(Charles de Gaulle)
Faux!!!
Archi-faux!!!
La guerre a été gagnée à l’Ouest à 80% par les Américains et 20% d’Anglais, de Canadiens et de Polonais et à l’Est par les Russes.
Dire que c’était la victoire de la France, fallait pas manquer d’air!

Domisoldo Dièz

Qu’on le veuille ou non, la France a participé à la victoire de 1945, et, partant, à sa libération.
Les troupes de la France Libre et l’Armée d’Afrique ne se sont pas contentées de faire de la figuration.
Bir-Hakeim, le Belvédère, Monte-Cassino, la Tunisie, la libération de Toulon et Marseille, pour ne citer que les premièrs qui me viennent à l’esprit, ça vous parle?

Georges55310

Non pour le 7 mai pas plus que pour le 8 mai 1945 fêté comme étant la capitulation nazie. C’est le 9 mai 1945 que les Allemands ont signé la capitulation avec tous les participants à cette guerre. Le 8 mai 1945, Eisenhower qui était encore dans son quartier général dans un lycée de Reims à fait venir le successeur d’Hitler pour signer une capitulation séparée sans les vainqueurs de la guerre pour une raison politique arbitraire.

liberté d’expression

Libérée momentanément ! Nous sommes de nouveau envahis par bien pire depuis 40 ans ,surtout ces 20 dernières années !!!!

Georges55310

Sans m’en prendre à Charles Martel disparu des livres scolaires d’histoire de France, quel plaisirs racistes peut avoir la France à mentir sur le comportement des Russes? Je rappelle pour les instruits du professorat français que la Russie a été le pays qui a eu le plus de victimes causés par l’union soviétique avec plus de 100 millions de disparus sans procès et que c’est la seule nation qui n’avait ni président, ni gouvernement au sein de l’union soviétique depuis que la famille impériale a été massacrée par les soviets, au prétexte que le siège de l’union soviétique se trouvait à Moscou. Est ce que moi mal instruit j’attribue l’union Européenne aux Belges ?

Chassaing Jacques

« Le 8 mai : la France libérée par elle-même ? »: les politicards du gouvernement français qui fuient de ville en ville et qui tentent d’embarquer, de Gaulle qui émigre… le point d’interrogation du titre de cet article est superflu. De Gaulle au micro, reste Pétain aux fourneaux et l’honneur du Mémorial de France, puis le pognon du plan Marshall.
Le regretté historien, récemment décédé, Marc Ferro, nous a beaucoup appris. Et il n’est pas le seul.

Patapon

Marc Ferro historien et…communiste.
.

Georges55310

Autre commentaire : “c) La défaite allemande à Stalingrad, le 2 février 1943.” Oui, capturer un maréchal c’est bien mais ne fait pas gagner une guerre pour autant. Joukov a définitivement mis les nazis hors combat à la bataille de Koursk. Les nazis avaient décidé de mettre fin une bonne fois pour toutes à la guerre contre l’union soviétique en jetant tout ce qu’ils possédaient dans la bataille décisive. en juillet 1943. ils avaient rassemblé 2 700 chars et canons d’assaut, 10 000 canons, 1 800 avions et 900 000 hommes. C’était la plus grande concentration de puissance militaire allemande jamais réalisée Et ils ont été anéantis. Il leur restait quoi pou se battre en Normandie ?

Georges55310

C’est une bonne page à lire. Pour autant, je ne crois pas qu’il soit nécessaire de corriger quelques petites phrases qui de toute façon resteront fermes et définitives pour diverses raisons. Comme par exemple : “Le 7 mai 1945, la reddition de l’armée allemande était signée à Reims. Mais, devant la fureur de Staline, qui souhaitait que l’Allemagne se rende à l’Armée rouge, à Berlin, une nouvelle signature fut programmée le 8 mai à Karlshorst, ” quelle satisfaction vous envahit pour ces mensonges ? Qui a pris Berlin et a mis les nazis hors d’état de nuire ? Joukov ou Eiseinhower ?

JeanJean

Merci Georges 55310 pour ces précisions. Merci de remettre les pendules à l’heure. Sans les russes, pas sûr que le débarquement américain aurait réussi car Hitler a été dans l’obligation d’envoyer le plus gros de la troupe vers l’Est, vers les russes où les choses se passaient bien mal pour les allemands.

jean haysoupé

Débarquer en Normandie ne fût pas une partie de plaisir, les boches étaient partout (plus de 110 000 soldats Allemands pour surveiller et défendre la coté Ouest) notamment pour défendre le mur de l’Atlantique. Au soir du 6 juin 10500 soldats alliés ont perdu la vie dont plus de 6000 Américains, coté Allemand, c’est 10 000 tués.

jean haysoupé

les Russes ont repoussé les boches en grande partie avec de l’armement Américains, car au niveau de la production des armes, les Russes étaient complètement dépassés.

Georges55310

Désolé mais vous devez réviser vos leçons. Le matériel de l’union soviétique était totalement vétuste au moment de l’opération Barbarosa. ce fut un désastre militaire. L’armement qui a anéanti les nazis a été fabriqué sur place et souvent sur le front comme le T34 à “Stalingrad” (Véritable nom Saint Petersbourg.) Tous les matériaux de combat ont été fabriqués en Russie. Les USA toujours à se faire mousser l’aura ont fait un cadeau empoisonné. Il y avait un peu moins de 3% de matériel fourni en Jeep, véhicules ambulances etc. Mais les soviétique perdaient trop de temps à les remettre en état et seulement quelques véhicules ont servi aux commissaires du peuple chargés de rapporter au politbureau tout ce qu’ils pensaient être de la mauvaise volonté chez les soviets.

gillic

Merci pour cet article qui rétablit la Vérité sur cette période !! Et merci aussi à cette Armée d’ Afrique où les pieds noirs étaient la majorité, De Gaulle les a bien baisé par la suite !!! N’oublions pas non plus, que ce sont les hommes politiques français de tout poil qui ont porté Le maréchal Pétain au pouvoir à 84 ans !! Nous avions déjà en 39/40 une belle bande de salopards au pouvoir et ils se sont tous ( ou presque ) évanouis dans la nature quand la raclée a été consommée !! Merci le front populaire ……….

jean haysoupé

“N’oublions pas non plus, que ce sont les hommes politiques français de tout poil qui ont porté Le maréchal Pétain au pouvoir à 84 ans !!”
Non pas de tout poil, ces politicards étaient tous socialistes, et cerise sur le gâteau, il se sont permis de trainer le vieux Maréchal devant un tribunal à la libération!

Georges55310

Vous insultez les Français en oubliant que les maquisards français ont été massacrés par les milices de Pétain. Oui certains politiques se sont comportés comme maintenant en fait mais Pétain a pris le fauteuil gouvernemental en bonne connaissance puisqu’il était ambassadeur de France en Espagne Mise au pas par le général Franco avec l’appui militaire des Allemands.

BCG

C’est une bonne chose que de rappeler de cruelles évidences. Mais on oublie toujours celle-ci : si les Allemands avaient franchi la Manche aussi facilement que la Meuse , Hitler aurait gagné la guerre.

PHIPHI

il faudrait surtout s’interroger sur les action de Blum qui ridiculisait Hitler comme le faisait chaplin dans son film le dictateur et renvoyait Mussolini dans les cordes alors qu’il détestait Hitler, a fait livrer des centaine de camion Fiat 626 à l’armée française et des avions et ce en 1940!!!!!
en 1935, Mussolini avait massé des troupes au col du Brenner, mais qui l’a soutenu?
et Blum s’accoquinait en 1934 avec eugene fried à la tête du PC, fried qui venait de Moscou!!!!!
Tout un tas de questions intéressantes à poser: qui a fait quoi durant l’entre deux guerre et le rôle de l’UGIF, voir Maurice rajsfus et son livre

Allez Louïa

Tiens ? Il y en a encore qui pensent que c’est la faute des Juifs.

Patapon

Léon Blum,grand bourgeois juif,et son gouvernement,n’ont pas vraiment aide la France…Le Front Populaire a été scandaleusement naïf,en préparant la débâcle qui s’ensuivit.La gauche aux affaires à toujours été catastrophique.Retenons au moins cette lecon,pour les siècles des siècles.

Georges55310

Il venait de Moscou à vélo? Vous rendez vous compte que vous attribuez ce qui appartient aux soviets aux Moscovites qui n’y sont pour rien dans l’union soviétique et qui avaient leur famille royale assassinée par les soviets. De 1923 à 1953 c’est un Géorgien qui dirigeait l’union soviétique. De 1953 jusqu’à 1985 arrivée de Gorbatchev au pouvoir, c’est l’Ukraine qui a dirigé l’union soviétique. Et oui que ça vous déplaise ou non c’est ainsi. Nikita Khrouchtchev était Ukrainien et dans les années 1930 il était commissaire du peuple Ukrainien. Léonid Brejnev était aussi Ukrainien et pas Russe. Le mur de Berlin, Cuba, Le printemps de Prague, le vol de la Crimée aux Russes en 1954, Et d’avoir caché au monde leur catastrophe de Tchernobyl, c’est le fait d’Ukrainiens au pouvoir soviétique.

Guy BRIAND

HEP! N’OUBLIONS PAS LE PASSAGE DE MOURMANSK et la division Régiment de chasse 2/30 Normandie-Niémen. VOUS citez des montagnes de chiffres de cadavres. Mais faut-il HELAS parler chiffres et statistiques : c’est une douleur que d’avoir à sordidement calculer, quand un seul mort scelle un malheur définitif. Annie Kriegle Les communistes français

Lire Aussi