Le 9 Juin 721, le duc Eudes d’Aquitaine écrasait les mahométans

Publié le 8 juin 2021 - par - 9 commentaires - 1 233 vues
Traduire la page en :

Amis résistants, champagne mercredi prochain !
Et champagne chaque année le 9 juin !

Commémorons une date parmi les plus glorieuses, mais oubliée, de notre histoire, et célébrons un héros méconnu.
Il y a treize siècles, le 9 juin 721, le duc d’Aquitaine, Eudes, a infligé une lourde défaite aux musulmans, marquant le premier coup d’arrêt à leur expansion sur notre territoire.

Depuis la mort de Mahomet en 632, les Sarrazins ont anéanti l’Empire perse et arraché à Byzance ses possessions au Proche-Orient ; ils se sont installés dans toute l’Afrique du Nord ; ils ont franchi le détroit de Gibraltar en 711 et, avec une poignée d’hommes – et beaucoup de collabos – ils se sont emparés de la péninsule ibérique.
En 717, ils pénètrent outre-Pyrénées dans le sud-ouest de la France actuelle.

En deux ans, ils s’emparent de Narbonne, Nîmes et Carcassonne. Puis ils dirigent leurs forces vers la capitale de l’Aquitaine, Toulouse, riche et prestigieuse, désormais isolée. Ils entreprennent un siège de longue durée, par épuisement des populations. Ils installent leur campement aux portes de la ville, près de Castanet.
Le duc d’Aquitaine, Eudes, se tourne vers Charles Martel, maire du palais du roi mérovingien Thierry IV. Il lui demande une trêve dans la guerre sporadique que se livrent le duché, indépendant, et le royaume, qui veut le vassaliser. Il lui propose d’unir leurs moyens militaires contre un ennemi commun. Charles Martel refuse. Eudes alors recrute des mercenaires, surtout des Basques.

Le 9 juin 721, à l’aube, Eudes et ses braves attaquent le camp des envahisseurs. Ceux-ci, estimant les assiégés incapables d’une contre-offensive, ont relâché leur système de surveillance et d’alerte. L’attaque les surprend et sème le désarroi dans leurs ranges. Ils fuient ; leur chef est tué. On estime le nombre des morts à 3 750 du côté de l’islam et à 1 200 parmi les chrétiens.
Les musulmans ne quittent pas le territoire chrétien, mais la bataille de Toulouse les a affaiblis. D’autre part, elle laisse le temps à Charles Martel, désormais conscient de la menace, de rassembler des troupes. Une dizaine d’années plus tard, à Poitiers, il sera en mesure de bloquer l’armée, venue en force avec tous ses instruments de siège.

Les attaques du Croissant contre l’Europe ne cesseront pas jusqu’à la liquidation, en 1830, des « Barbaresques », pirates cruels qui justifiaient leurs prédations et leurs crimes par la piété. Ils faisaient, disaient-ils, la Guerre sainte contre les infidèles, le « djihad maritime »,.
De nos jours, les envahisseurs n’ont plus à s’armer : les peuples européens les invitent à venir prendre leurs aises chez eux. Mais ceci est sans doute une autre histoire.

René Marchand

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
kouffar

top merci ca fait du bien

Michel Lapaix

Chouette ! Un billet de René Marchand ! Cadeau du jour… Longue vie professeur !

Mörback

J’ai du mal à m’y retrouver, la bataille en question c’est avant ou après le mariage de sa fille avec Uthman ibn Naissa aussi nommé Munuza, gouverneur dissident de Cerdagne ???

gonzague

A signaler dans le même ordre d’idée la bataille de la Berre, après Poitiers qui fut une grande victoire des francs et une belle déroute des mahométans. Mais rarement citée mais qui fut le coup d’arrêt à l’invasion musulmane. Par la suite ce ne furent que des rezzous sur les côtes languedociennes pour assurer le besoin d’esclaves du Maghreb et capturer des sujets intéressants pour d’éventuelles rançons. Cervantes en a fait les frais ….

Garde Suisse

La grande différence entre hier et aujourd’hui c’est qu’autrefois les musulmans venaient en conquérants fiers et armés, affronter les francs.
Aujourd’hui, nous sommes envahis par des clochards, rampants et vils qui viennent se nicher dans un trou où ils pondront leur vermine aussi lâche et veule que les parents. C’est moins simple à combattre.

Lisianthus

J’ai une solution, non, pas l’insecticide, mais dans une pièce vide, nettoyée, où il n’y a plus une miette à grignoter, les cafards s’en vont, il suffit d’arrêter de les nourrir.

Gigi

+1 et je réitére ce que j’ai déjà dit sur un autre fil : les afro magh sont de plus en.plus introduits dans nos Administrations , par le jeu de la discrimination positive par les souchiens collabos.
Le dramatique c,est que notre Administration déjà tentaculaire et traître, se range aux cotés des afro-muz pour discriminer les fds.
Ça va trés loin..dans les complicités entre cette administration déjà décriée pour ses abus de pouvoir et la main mise mafieuse des crouillasseux nageant comme poissons dans l’eau dans ce systéme corrompu.
J’ai appris que, par excés de zéle et de dhimmitude, , un fonctionnaire français est allé jusqu’à falsifier un dossier administratif dans le but de couvrir l’ irregularité coupable d’un maghrébin. Irrégularité qui pénalisait un FDS au regard de la Loi.

mathieu

Monsieur Marchand quel plaisir de vous lire ça n’est pas si souvent sur ce site. J’ai eu la chance de vous voir au dix ans de Riposte mais surtout ce jour là d’acheter votre livre “RECONQUISTA OU LA MORT DE L’EUROPE”. et j’invite fortement tous les lecteurs de Riposte Laîque à le lire tant il nous apprend sur nous même face à l’islam!!
Merci et vivement votre prochain article

Laurent P

Pour en savoir plus sur cette bataille, un blog y est consacré : https://9juin721.wordpress.com/

Lire Aussi