Le bal masqué des Covidés

Non ce n’est pas Venise
Le bal masqué des Covidés
C’est la peur qui les tétanise
Peur d’un virus… qui joue aux dés !

Les merdias sonnent le tocsin
Les contaminés font la une
Les labos mijotent un vaccin
Qui multipliera leur fortune !

Les guignols qui sont au pouvoir
Payés par les laboratoires
Aboient des lois contradictoires
Et censurent le vrai savoir !

Ils nous ont tant menti
Raconté tant d’histoires
Leurs discours aujourd’hui
Qui peut encore y croire ?

Au bal masqué des Covidés
On y danse à bonne distance
Pas question d’être démasqué
Car sinon c’est… la contredanse !

Plus de manif, plus de bistrot
Plus question de faire la foire
Plus d’école et plus de boulot
Le chômage est… obligatoire !

Plus de libre circulation
Il faut une autorisation
Se tenir à distanciation
Et s’asphyxier… par précaution !

Pas de sourire en muselière
Ni d’amour en gestes barrière
Pour sûr que dans ce monde triste
Le nouveau né… sera autiste !

Dans les mouroirs conventionnés
Les petits vieux sont mis en cage
Isolés derrière un vitrage
Interdit de les câliner !

Les Ehpad sont des abattoirs
Où sans en informer les gueux
On y rivotrile leurs vieux
Et direct au… four crématoire !

Qu’il soit virus, fantôme ou dieu
L’invisible nous terrorise
C’est cette frayeur qu’utilisent
Pour nous racketter les maffieux !

Ils font tout pour que s’éternise
Ces confinements très risqués
Ah non ce n’est pas Venise
Le bal des Covidés masqués !

Jean Ducluzeau

image_pdfimage_print

8 Commentaires

  1. ils comptabilisent tout petit et grand positifs
    la manipulation des chiffres est tellement évidente que même certains journaleux s’en aperçoivent
    ce covid est une bénédiction pour les insignifiants du gouvernement

    • C’est pour ce rapprochement avec « bovidés » que j’ai créé les « covidés ». Mon objectif ici n’était pas de mépriser les « veaux », que nous sommes tous plus ou moins, contraints et forcés, mais de critiquer ce que nous subissons sans concertation et au mépris de notre liberté.

  2. Si les conseillers de notre Néron nous annonçaient que le virus de « La COVID » ne siège que à partir de un mètre cinquante en hauteur, on verrait des gens ramper ou marcher en canard.

Les commentaires sont fermés.