Le Brexit, ou la dictature mondialiste contre le peuple anglais

Publié le 8 septembre 2019 - par - 852 vues
Share

Boris Johnson est devenu le défenseur attitré du peuple qui a voté pour le Brexit et de la démocratie réelle contre les élus traîtres et corrompus. Comme Boris Johnson ne s’est pas montré incompétent comme Theresa May, ni soumis, passif et résigné, il est conspué, montré du doigt, traité carrément de populiste.

C’est pourquoi il est traîné dans la boue par le journaleux Mouchard, le vrai nom du petit Joffrin de Libé pour bobos de gauche. Mouchard n’en est pas à une dégueulasserie près au nom de la propagande pro-Macron. Ça, un journaliste ? C’est un politicien autoproclamé conscience morale de gauche anti-nationale. Il n’a pas perdu de temps pour tenir des propos abominables contre le peuple britannique. Mouchard écrit :

« BoJo le clown : Voilà au moins un Premier ministre qui ne recule pas devant l’action. En quelques jours, Boris-la-Tempête a fait souffler sur la vie politique britannique le même vent qui semble en permanence agiter sa chevelure. (???) Il a fait éclater son parti, perdu sa majorité à la Chambre des communes, jeté le Parlement dans l’insurrection et divisé son pays comme jamais depuis Cromwell. » Piètre analyse politique !

Le petit Mouchard ignore les magouilles anti-Brexit des collabos opportunistes de l’UE de Merkel.

Avec Mouchard, tout cela au nom du camp anti-Brexit. Boris Johnson sait parfaitement, comme l’écrit le Daily Telegraph pro-Brexit, que les discussions avec les Européens ne sont en fait qu’une mascarade. Mais Mouchard oublie de dire que les soi-disant discussions avec les syndicats et les corps intermédiaires à propos des retraites ne sont qu’un simulacre de Macron quand tout a déjà été dit dans le plan Delevoye. Mais il faut faire semblant de discuter sans rien changer pour amuser les télés avec l’enfumage de com’ LREM habituel.

Le petit Mouchard est bien dans ses pantoufles et heureux de pouvoir baver sur son clavier, flattant les adversaires profiteurs opportunistes anti-Brexit avec ce surnom : Johnson a été rebaptisé « BoJo le clown ».

Le petit Mouchard de gauche reconverti pro-Macron rêve tout éveillé : « Il ne lui reste qu’une porte de sortie : provoquer des élections générales. Mais il faut pour cela les deux tiers des voix du Parlement. Pour l’instant, il est à moins de la moitié. S’il échoue dans cette dernière entreprise, il ne lui restera plus qu’à démissionner, ce qui en fera le Premier ministre le plus éphémère de l’histoire britannique. » Ben voyons !

Comme toujours le petit Mouchard de gauche s’y connaît en critique  populiste : « Cette course folle est menée au nom de la souveraineté du peuple ». Nouvelle escroquerie intellectuelle du petit Mouchard de gauche qui méprise le vote et la souveraineté du peuple : « Personne aujourd’hui ne peut dire si l’hypothèse du hard Brexit est majoritaire au sein d’une opinion profondément divisée. Les Britanniques ont voté pour le Brexit. Mais ont-ils choisi une rupture dans la douleur (des spéculateurs dominants et des profiteurs), ou bien pour une sortie négociée (au seul avantage des spéculateurs dominants et des profiteurs) ? Mystère.

« Le retour devant les électeurs est logique : si Johnson remporte les élections générales (ce n’est pas impossible, tant est grande la lassitude de l’opinion devant le pandémonium du Brexit), il aura alors tout loisir d’imposer sa politique. Mais en attendant, il est contraint, non (seulement) par le complot des (élus), mais par la loi britannique. Pour dissoudre le Parlement, il faut son accord. C’est tout le problème des populistes !

Le petit Mouchard continue : « Ils se réclament de la démocratie. Or ce système (du parlementarisme corrompu) suppose une combinaison entre souveraineté populaire et État de droit. Le règne de la majorité, essentiel, est limité par les lois. Au-delà, nous entrons dans la tyrannie, serait-elle populaire. Tel est le drame de BoJo : comme César, il voudrait contraindre les élus. Mais il confond le Rubicon et la Tamise. » (Libé)

Le petit Mouchard devrait relire le livre devenu célèbre « L’État et la révolution » (1917) de Vladimir Ilitch Oulianov dit Lénine [1870-1924], où il fait une critique efficace du parlementarisme dévoyé de type LREM :

« Karl Marx a déclaré en 1871 : « Au lieu de décider une fois tous les trois ou six ans quel membre de la classe dirigeante (LREM) « devrait représenter » et (ensuite) fouler aux pieds (ver – und zertreten) le peuple au Parlement, le suffrage universel (doit) servir au (bien du) peuple constitué en (souverain)… Cette critique du parlementarisme est (justifiée) aujourd’hui, du fait de la domination insupportable de l’opportunisme (LREM en politique)… (des) parlementaires de profession, (des social-) traîtres au prolétariat et (des) socialistes (LREM) « pratiques »… « On ne saurait s’étonner que le prolétariat des pays parlementaires « avancés », écœuré à la vue des (LREM) « socialistes »… ait de plus en plus souvent accordé ses sympathies à l’anarcho-syndicalisme (de type islamo-gauchiste Sud-LFI), encore que celui-ci soit le frère jumeau de l’opportunisme LREM de gauche » !

Moins qu’un maître à penser, le petit Mouchard de gauche est un révélateur de cette caste bobo pro-Macron contre le droit des peuples. Le peuple britannique est contre l’Europe néo-libérale de Merkel et du petit banquier Macron. Il n’était pas contre l’Europe, mais il l’est devenu en votant contre l’immigration et les formes de marchandisation des immigrés sous le prétexte de la mondialisation des salaires au plus bas.

Les prises de positions de Boris Johnson font qu’il est sous le feu croisé de la droite libérale et de la gauche qui rêve de revenir au pouvoir avec le misérable Corbyn antisémite. Mystificateur du Leave, Corbyn a été en dessous de tout, jouant hypocritement le mou, le lâche manipulateur de son parti dans le Remain !

Je me sens à l’aise quand il s’agit de défendre Matteo Salvini, Boris Johnson ou même Donald Trump et son compère Jair Bolsonaro, tous accusés de populisme par ceux-là mêmes de la caste bobo pro-Macron qui rêvent de fouler aux pieds (ver- und zertreten) le peuple au Parlement et de nier le suffrage universel.

Comment, depuis peu, les figures de Matteo Salvini, de Boris Johnson ou même de Donald Trump et de Jair Bolsonaro, se sont-elles imposées de manière aussi marquante dans le mouvement social populaire ?

On peut penser qu’il s’agit d’un retournement prévisible des effets de la propagande médiatique des nantis, des spéculateurs et des milliardaires profiteurs de l’État-Macron contre la France et les Français. On comprend que le peuple s’est affranchi des médias corrompus et mystificateurs et qu’ils n’écoutent plus les petits Mouchard de gauche, les politiciens profiteurs et menteurs, les promoteurs de la propagande pourrie anti-nationale qui continuent à se prendre pour des intellectuels, ce qui n’est pas du tout vrai. Avec Macron le petit banquier, on a vu la disparition de grandes figures emblématiques d’intellectuels. Le travail intellectuel n’est plus d’actualité après la disparition des figures tutélaires comme Aron et Camus. Il y a dans les médias et les télés vulgaires en continu pléthore de commentateurs LREM cachés, ignares, médiocres et menteurs.

Mais surtout, ce bas niveau de l’intellectuel commentateur LREM médiocre de la télé de caniveau est lié à l’affaissement des corps politiques gangrénés par les opportunistes professionnels à la recherche d’une planque rémunératrice digne de la république des Homards du petit banquier Macron élu par défaut.

L’autorité morale du petit banquier Macron à la tête de la république des Homards est quasi nulle. Il en est de même des partis de gauche qui ont été très affaiblis après le mandat calamiteux de UBU-Hollande.

Ajoutez à cela le nouveau rapport de l’intellectuel de gauche à la soupe de Macron, et le naufrage de l’intelligentsia est alors évident, et de la manière la plus visible, autour des rentes de situation très lucratives.

Quelle est l’articulation entre le Brexit et l’œuvre mondialiste de destruction de l’Occident chrétien ?

L’engagement politique de Boris Johnson pour le Leave Brexit montre une vraie compréhension de la sociologie du peuple britannique placé trop longtemps sous de la domination des politiciens corrompus. Il tranche avec la relation abusive des médias dominants contre le peuple dominé dans les relations sociales et culturelles, et dans les rapports d’emprise de l’État. Il fonde une analyse critique des formes de domination de l’UE de Merkel et des profiteurs-manipulateurs anti-Brexit. Il s’agit clairement, avec la propagande pro-Macron du petit Mouchard de Libé, de la même forme d’oppression des sans-dents et de ceux qui ne sont rien.

Le petit Mouchard de Libé et Macron le petit banquier s’articulent parfaitement dans des rapports de domination de classe où les petits-bourgeois LREM peuvent continuer à piller et à profiter de l’État français.

L’analyse de la multiplicité des avantages de la république des Homards du petit banquier Macron est devenue très nécessaire. Il y a du profit culturel, du profit symbolique, du profit étatique. Tout est bon dans le Macron. Mais quels sont les liens entre les différentes rentes de situation ? Il y a un rapport évident, que le petit Mouchard de Libé a tendance à minimiser, celui la sociologie opportuniste de la soupe à Macron et du dispositif très avantageux de la république des Homards du petit banquier Macron. L’opportunisme LREM a influencé et corrompu beaucoup de socialistes à la ramasse après le mandat calamiteux de UBU-Hollande.

Dans une période de disgrâce de UBU-Hollande, les social-traîtres UMPS ont été bien inspirés de rejoindre la bonne soupe LREM et la république des Homards du petit banquier Macron. Cette analyse de la domination LREM enfermée sur elle-même est exprimée par les dominés qui ne sont plus passifs ni résignés sur le mode requis, ni condamnés à subir l’épreuve de la domination des élus et fausses élites corrompues.

Le petit Mouchard de Libé et Macron le petit banquier se sont éloignés des Français à cause de leur idéologie bourgeoise et de leur incapacité à saisir les formes de résistance comme celle des Gilets jaunes qui permettent de sortir du cercle vicieux de la domination des politiciens médiocres et du déni de démocratie des petits-bourgeois social-traître LREM-UMPS. La France et les vrais Français attendent de Matteo Salvini et de Boris Johnson qu’ils sortent de la difficulté anti-nationale des profiteurs de l’UE de Merkel et qu’ils trouvent les ressources nécessaires pour l’émancipation des peuples européens. Ces peuples européens subissent depuis trop longtemps l’exploitation et la marchandisation des êtres humains par les profiteurs de l’Europe néo-libérale de Merkel. Ce sont eux qui instrumentalisent l’anti-Brexit contre le peuple britannique.

Thierry Michaud-Nérard

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.