Le Burkini, c’est l’uniforme de la conquête des plages

Publié le 18 août 2016 - par - 22 commentaires - 1 381 vues
Share

burkini« Il sera comme un âne sauvage ; sa main sera contre tous, et la main de tous sera contre lui ; et il habitera en face de tous ses frères. » (Genèse 16-12)

Il ne m’est pas coutumier de citer la Bible, mais le nouveau scandale, ou plutôt les nouvelles provocations et les violences salafistes en Corse, à propos de tenues de plage et de bain qui sont tout, sauf des tenues de bain, semble décliner une tendance « idéologique » qui vient de loin.

Les sociologues de pacotille, ceux ayant obtenu un diplôme en survolant quelques lignes de Marx et le paraphrasant, veulent voir dans les violences de Sisco une méchante polémique faite à une brave et innocente religion. Une émission télévisée y a même été consacrée hier soir, convoquée pour tenter d’en faire une mise en cause, -non-fondée-, de la laïcité… C’était tiré par les cheveux, mais que voulez-vous, pour brouiller les pistes, les médias et leurs invités, déjà dhimmisés, utilisent ce qu’ils peuvent pour tromper et rassurer devant le danger.

Le témoignage anonyme, -largement médiatisé, voulant accréditer que les méchants Corses auraient organisé un guet-apens contre de gentils baigneurs dont le seul crime résidait dans la tenue inhabituelle de leurs femmes-, ce témoignage est formellement démenti. La violence n’est pas sortie des Corses qui n’ont fait qu’opposer à la fureur et à la violence armée, leur solidarité pour défendre leurs enfants et le libre accès à leurs plage*.

Pour une fois laissons de côté la laïcité, en tant que séparation de l’état et des religions
Par contre, convoquons-là sous l’autre angle, celui selon lequel : (la loi de 1905) astreignait les religions, toutes les religions, au respect des lois et des normes sociales d’ordre public.
Une personne habillée, même si c’est d’un smoking ou d’une tenue de contrôleur de billet d’autobus, se promenant dans un camp de naturiste, y ferait scandale ; elle contreviendrait aux normes sociales régnant dans ce lieu. Qui pourrait dire le contraire ?

Le burkini, est la synthèse lexicale de deux mots désignant des réalités vestimentaires antagoniques :
1. burqâ -l’habit, le bout de tissu, enfermant à vie les femmes Afghanes et aujourd’hui bien d’autres malheureuses
2. le bikini, petit et léger bout de tissu destiné à permettre aux femmes de profiter au maximum des bienfaits du soleil, et à entrer dans l’eau pour y nager ou y barboter.

L’oxymore vestimentaire intervient, en vérité, comme un nouvel habit de bagnard, adapté à de rares moments de tolérance aquatique envers l’enfermée mentale et physique.
L’eau et le feu moral, la liberté et l’esclavage mental sont ici mariés dans une même tenue
Sur une plage, venir se baigner en uniforme salafiste relève de la même donnée que l’homme ou la femme habillée imposant sa présence au milieu de personnes fréquentant un camp pour naturistes : en venant habillé là où l’on doit être nu -où alors on n’y vient pas- on vient provoquer, on vient se moquer, ou dénoncer, ceux qui vaquent entièrement nus à toutes leurs occupations.
Mais ici c’est bien pire, parce que derrière cet oxymore vestimentaire
C’est bien pire parce qu’il y a là l’ordre de la milice religieuse du Hamas, il y a Boko Haram, les Talibans, Al Qaida et plus directement ceux qu’on appelle Daesh…

C’est une séance de propagande djihadiste : c’est une propagande par le fait, qu’une venue sur une plage, de femmes burkinisées ; ici les femmes étaient accompagnées d’hommes prompts à se fâcher pour des regards et pour des photos ; plus prompts encore à sortir des engins fort peu habituels sur une plage quand on vient y chercher repos, soleil et bains de mer.

En venant en burkini, une tenue (l’uniforme féminin officiel, pour accéder aux plages de Gaza) sortie tout droit des cerveaux fanatiques du Hamas, -pour que les femmes gazaouites aient le droit de sentir quelques instants sur leur corps les eaux de la méditerranée, en s’y plongeant-, ces femmes venues à la plage corse de Sisco, harnachées de la tête aux pieds, sont-elles venues montrer autre chose : (que) quelle norme vestimentaire doit prévaloir, va prévaloir, pour toute musulmane aujourd’hui et pour toute autre femme bientôt ?!

Le Burkini est tout, sauf un simple bout de tissu

Le burkini est une oriflamme ; il est comme le hijab, la bourqâ, comme le niqâb… Il est une variation de ces différentes tenues enfermant les femmes, dès qu’elles se réveillent, et les emprisonnant physiquement et mentalement à vie.
Ces « bouts de tissus », ce sont des drapeaux de tous les instants ; ils sont destinés à montrer la présence et la vigueur, grandissante, d’une armée qui recrute et cherche à se compter en faisant propagande et campagne par le fait, en ne cachant pas sa volonté d’assujettir, de soumettre à sa loi, un territoire et sa population*.

C’est donc tout, sauf un bout de tissu, comme nous l’assènent nos sociologues -ayant lu et gardé un vague et infidèle souvenir de quelques convenus fragments de Marx- et avec eux quelques journalistes, des inconscients et/ou des pleutres, cherchant à ramener vers la soumission au nouvel ordre, -noir, verdâtre, marron sale-, obligatoire, ces politiques commençant à s’inquiéter de la montée de ce totalitarisme religieux.

Si on parlait de casquette

Est-ce que nos sociologues et nos journalistes du « Monde » diraient : que ce ne sont que des casquettes, que des morceaux de tissus, si un groupe de personnes, français et non-français, ne sortait plus que la tête couverte de la casquette des SS toten kopf ? Ces casquettes, ces morceaux de tissus ne leur rappelleraient-elles pas « les années les plus sombres de notre Histoire » ?

Pour conclure et résumer notre propos :
Venir en burkini sur une plage, c’est venir haranguer ; c’est venir annoncer « la victoire inéluctable de l’ordre absolutiste du djihadisme », la prégnance de sa loi, celle des talibans, celle d’Al Baghdadi ou d’un autre.

Ce bout de tissu est tout, sauf un vêtement de bain. C’est une tenue de combat, c’est un uniforme ; c’est un moyen de se compter ; c’est un treillis de « bain » aux couleurs de la dictature des milices de la charia ; c’est une menace ouverte, proférée envers les femmes osant encore venir à la mer en traditionnelles tenues de plage et de bain.

La femme en burkini vient menacer 

Elle vient, -par définition doctrinaire-, injurier, sinon son vêtement n’aurait pas de sens. Elle est le salafisme en action. Elle est un salafisme, dont les lieux de bains de soleil et de mer, sont devenus le champ de bataille, un champ de bataille parmi d’autres.

Alon Gilad

PS (depuis cet article l’enquête progresse. Le procureur de la république faisant savoir que : la cause des violences découlerait de l’établissement d’un « caïdat » par les familles aux femmes niquabisées-burkinisées ; leurs hommes auraient considéré : que la plage de Sisco était un lieu privé, un lieu à eux et que les Corses et les touristes n’avaient pas à y mettre les pieds…)

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
plouc

donc si je comprend bien nos islamo collabos , je peux alors porter la panoplie du Klu Klux Klan !!!! c’ est une panoplie toute blanche et une capuche sur la tete !!!!!!
n’ est ce pas ????? trop drole !!!!!!!

Jean

Les islamistes qui essaient d’imposer la burka sur nos plages travaillent main dans la main avec les terroristes. Comment ces ordures osent continuer ajouter l’ ‘insulte à l’injure après les massacres de Nice, de Saint Etienne du Rouvray et tous les attentats commis depuis 2014 sous la dictature socialiste ! Les français n’ont pas à accepter une idiologie fasciste comme l’islam, ils n’ont pas a subir les insultes, les abus, les menaces et les crimes permanents des musulmans. Ils n’ont pas à tolérer la construction de mosquées et autres centres de colonisation islamiques. Ils n’ont pas à payer des impôts… lire la suite

Jean

Les français n’ont pas à avoir honte de leur culture, de leur nation, de leur peuple, bien au contraire ils doivent en être extrêmement fiers et marcher la tète haute. Ils n’ont pas à subir la dictature des juges rouges qui libèrent les criminels. Les français n’ont pas à accepter les « migrants » et autres clandestins et envahisseurs et autres faux refugiés principalement musulmans. Les français n’ont pas à accepter les ordres de Bruxelles, Berlin, Doha ou Washington. Non l’islam n’est pas bienvenu, non la majorité des africains et des musulmans ne sont pas désirables ni bienvenus dans notre… lire la suite

Jambon Beurre

Le voile, le burkini = la croix gammée, les empaquetées sont des occupantes .Vous remarquerez que les mecs ne portent plus le kamiss., Ils envoient leur bobonnes au front, pour occuper le terrain ,puis, en civil , cognent les patriotes qui ne supportent pas d’être virés de chez eux…..Les journaleux désinforment à qui mieux mieux….Jusqu’au retour de baton que j’espère proche.

Hoplite

Le burkini comme la burqa, le kami et le reste ne sont là que pour vous dire « on est chez nous et on vous emmerde ». Ces accoutrements ne servent qu’à tester votre niveau de résistance (qui est proche de zéro d’ailleurs.) C’est une stratégie classique du monde musulman.

Gretsch

Dans l’affaire de SISCO, ce qui est effarant, c’est de remarquer, encore une fois, que l’immense majorité des médias livrent une version faisandée des faits pour disculper l’islam. BFMTV, France2, et même LCI pourtant habituellement plus honnête. Et comme ils se copient tous les uns les autres, au lieu de vérifier leurs infos … Hier aux infos de Radio Nostalgie, l’affaire de SISCO se résumait à « une rixe opposant des baigneurs pour des problèmes de places sur la plage » … et c’est tout ce qu’avait le droit de savoir l’auditeur, maintenu dans sa dangereuse ignorance. On ne dira jamais assez… lire la suite

madeleine

Les journaleux sont aux ordres du gouvernement qui les invite régulièrement pour des dîners 5 étoiles à l’Elysée, leur offre un abattement de 30% sur leur TVA, les invite à partager l’avion présidentiel et leur offre billets d’avion, séjours en palaces et tables étoilées. Pour résumer, Hollande les achète. Il faut lire les journaux étrangers en ligne pour connaître les vraies infos.

L

SONIA VILLERS

On nous demande d’intégrer à la société française tout un peuple qui lui-même nous prouve chaque jour son refus d’intégration, son déni d’être français, de se sentir français (hormis bien sûr pour les aides sociales qu’il est urgent de stopper à la terre entière à qui elles sont largement attribuées à notre détriment) Ils veulent nous prouver qu’ils sont différents, pas français, avec leurs accoutrements d’un autre âge, leurs paraboles pour regarder la TV de « leur pays » et ainsi dégrader tous les immeubles où ils ont la chance d’habiter, ils ne mangent pas comme nous, ne parlent pas la même… lire la suite

 » Le burkini  »
Enfumage…. le pire est ailleurs.

BALT

Burkini: Fachos.

Cassandre

Et de plus en plus de prières de plage…

JEAN PN

Le Burkini, n’est pas seulement l’uniforme de la conquête des plages. Il est le commencement de la conquête du Pays France.
Réveillons-nous mes frères ………

jan le Connaissant

« Il sera comme un âne sauvage ; sa main sera contre tous, et la main de tous sera contre lui ; et il habitera en face de tous ses frères. » (Genèse 16-12)

l’une des interprétations ,pour moi, de ce verset est qu’il désigne Israël

jan le Connaissant

En effet, et j’explique, Israël est têtu comme un âne… Il tient à son existence, il veut vivre. Il ne bougera pas de sa terre !
Même si le bras armé de tous – la poigne ( mains ) est contre lui.
Israël répondra avec son bras armé – sa poigne ( main ) contre tous !
Et Israël habitera devant ses frères – les arabes d’ Ismaël…

madeleine

Les arabes « frères » d’Israël ? qu’avez-vous fumé cher ami ? « Israël tient à son existence. Il veut vivre. Il ne bougera pas de sa terre ». Ben oui ! demandez à n’importe quel pays s’il tient à son existence !!!! s’il veut vivre ? posez cette question par exemple à un Français : au mieux il vous conduit à Ste Anne, au pire il devient méchant. Pour en revenir à Israël qui « ne bougera pas de sa Terre » on le comprend. Fichu dehors, obligé à s’exiler par les Romains (les véritables auteurs de la mort du Christ), ils ont erré pendant… lire la suite

jan le Connaissant

Vous ne comprenez pas . Je recopie : Les juifs sont les descendants du fils d’Abraham, Isaac. Les arabes sont descendants du fils d’Abraham, Ismaël. Ismaël étant le fils d’une esclave (Genèse 16:1-16) et Isaac étant le fils promis qui devait hériter des promesses de Dieu à Abraham (Genèse 21:1-3), il est évident qu’il y avait de l’animosité entre les deux fils. Parce qu’Ismaël s’est moqué d’Isaac (Genèse 21:9), Sarah convainquit Abraham de renvoyer Agar et Ismaël. Un ange prophétisa même à Agar qu’Ismaël vivrait en hostilité envers tous ses frères (Genèse 16:11-12). Je cite :  » hostilité envers tous… lire la suite

alain rubin

Non. Pas de confusion possible. Il s’agit de la postérité d’Ismael cher connaissant. Mes Six bibles dont mes deux français hébreu sont formelles.
Ismael est l’ancêtre biblique éponyme des arabes.
En hébreu le nom a un sens, mais pas en langue arabe.

jan le Connaissant

En effet le burquini est l’un des uniforme du fascisme musulman
Tous les voiles musulmans sont de oripeaux , des uniformes du fascisme musulman

montecristo

Prochaine étape : vous n’aurez plus le droit de circuler autour des mosquées. On l’a déjà vu en France et c’est le lot commun à Londres.
Doucement mais sûrement on prend possession du territoire …

UltraLucide

C’est l’année des méduses islamistes. L’invasion commence. Informes, transparentes, molles, nombreuses, dangereuses, repoussantes et urticantes, elles sont portées par des courants invisibles mais bien réels. Va-t-on m’accuser d’être médusophobe?

Annabela

C’est vrai qu’on a affaire à une guerre culturelle totale. Le burkini va réussir là ou les « panzerdivisionnen » ont échoués. C’est très mystérieux cette renaissance d’une religion totalitaire.

madeleine

Etonnant. Personne n’évoque la question de l’hygiène. Ces mouquères portent sur elles des sous-vêtements + collant + pantalon + robe + foulard. Le tout a bien macéré sous la chaleur et est imprégné de sueur. Elles viennent donc se « rafraîchir », en réalité se laver et faire la lessive des vêtements qu’elles portent, microbes et bactéries se répandent dans l’eau devenue polluée, dans laquelle évoluent nos chers petits. Incroyable !