1

Le Buzyness sordide du couple Buzyn-Levy

Le Monde de gauche au secours de la socialiste Buzyn : « Coronavirus et hydroxychloroquine : le couple Buzyn-Lévy serait la cible de publications mensongères. Des messages accusent la socialiste Buzyn, l’ancienne ministre calamiteuse de la santé et son conjoint socialiste Levy l’ex-directeur de l’Inserm d’avoir saboté le travail de Didier Raoult et empêché le recours à ce médicament pour lutter contre l’épidémie.

Assma Maad : « Si tous ces faits sont confirmés, nous allons vers un des plus grands scandales d’État que la France ait connus. » Des partisans de Didier Raoult, défenseur de l’hydroxychloroquine comme remède à l’épidémie de Covid-19, sont convaincus que si les résultats de son essai clinique ont été mal accueillis par la communauté scientifique, la caste médiatico-affairiste n’y est pas pour rien, l’ancienne ministre de la santé, Agnès Buzyn, et son mari, l’ex-directeur de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), Yves Lévy. Des messages partagés des centaines de milliers de fois accusent la socialiste Buzyn et son époux Yves Lévy d’avoir torpillé les travaux de Didier Raoult et de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection qu’il dirige à Marseille. Le tout sur fond de soupçons de conflits d’intérêts.

Yves Lévy a inauguré le laboratoire P4 de Wuhan d’où le virus serait sorti. Yves Lévy était en conflit avec Didier Raoult et il a refusé des labels à son établissement, l’IHU de Marseille, bien que Didier Raoult ait trouvé avec l’hydroxychloroquine, EN ASSOCIATION avec l’Azithromycine, un remède pour lutter contre le nouveau coronavirus. Yves Lévy était en conflit avec Didier Raoult au point de retirer leur label aux nouvelles unités de l’IHU de Marseille en 2018 ! Le couple Yves Lévy-Agnès Buzyn aurait agi pour le décrédibiliser.

Yves Lévy est un spécialiste dans le domaine du VIH. En 2014, il a pris la tête de l’Inserm. Lorsque sa femme, Agnès Buzyn, a été nommée ministre de la santé en mai 2017, des soupçons de conflits d’intérêts ont émergé. Cette situation a continué à créer de l’embarras, poussant Yves Lévy à retirer sa candidature pour un second mandat. Didier Raoult a été l’un des premiers à dénoncer un conflit d’intérêts entre l’Inserm et le ministère de la santé. Il s’est montré très critique envers l’institution. Le conflit s’est cristallisé autour des statuts et labels de l’IHU de Marseille. Ces instituts hospitalo-universitaires bénéficiaient, depuis leur création en 2010, d’un statut de fondation de coopération scientifique qui leur accordait une large autonomie et liberté de recherche. Yves Lévy plaidait pour l’abandon de ce statut. Quand Agnès Buzyn a annoncé vouloir changer ce statut en septembre 2017, l’annonce a provoqué la colère du Pr Raoult qui s’en est ému dans la presse.

En 2018, l’Inserm et le CNRS ont retiré leur label aux unités de recherche de l’IHU de Marseille. Cette décision n’émanait pas d’Yves Lévy seul (???) La même année, un autre organisme de recherche, le CNRS, a retiré son label aux unités de l’IHU dirigé par le Pr Raoult. Le CNRS n’est pas dirigé par Lévy. (???)

Yves Lévy a bien participé à l’inauguration du laboratoire P4 à Wuhan d’où le virus est sorti. Un laboratoire P4 est un site de haut confinement consacré à l’étude des micro-organismes pathogènes de classe 4, c’est-à-dire très dangereux. En Chine, ce centre de recherche, sis à Wuhan, a été conçu en coopération avec la France, au lendemain de l’épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère de 2003.

Un accord entre les deux pays a été signé en 2004 afin de développer la prévention et la lutte contre les maladies infectieuses émergentes. Le projet a été mené « en collaboration avec le laboratoire P4 Inserm » Jean-Mérieux à Lyon. L’inauguration s’est bien déroulée à Wuhan le 23 février 2017 en présence du premier ministre de Hollande et d’Yves Lévy qui faisait partie de la délégation française.

Le Monde de gauche au secours de la socialiste Buzyn « tombe dans le complotisme lorsqu’on écrit que le nouveau coronavirus serait né dans ce centre de recherche chinois, situé à Wuhan, la ville où est apparu le SARS-CoV-2. Les chercheurs du laboratoire P4 de Wuhan ont démenti cette « fausse information ».

« Ces rumeurs ont gravement nui à nos chercheurs, en première ligne, et sérieusement perturbé notre mission de recherche pour combattre l’épidémie. » L’Inserm précise que les coronavirus sont des agents pathogènes de classe 3 et pas de classe 4 : il n’y a pas de nécessité de les étudier dans un laboratoire P4. Malgré cela, les travaux se poursuivent (???) pour déterminer avec certitude l’origine de ce nouveau virus.

Agnès Buzyn est accusée d’avoir barré volontairement l’accès à l’hydroxychloroquine, expérimentée par le Pr Didier Raoult, alors que cela fait cinquante ans qu’elle est en vente libre. Comment ne pas voir aussi le conflit d’intérêts dans cette décision d’Agnès Buzyn ? Vendu sous la marque Plaquenil, le médicament est délivré désormais obligatoirement sur ordonnance. Malgré cela, Agnès Buzyn aurait déclaré que ce serait une hécatombe et qu’il n’y avait pas de remède ! Ses regrets ont été rapportés dans un article du Monde publié le 17 mars : « Quand j’ai quitté le ministère, je savais que la vague du tsunami était devant nous. »

Marianne le 18 mars parle d’hécatombe : « On peut déduire des propos d’Agnès Buzyn le caractère criminel du comportement des décideurs publics dont c’était la responsabilité de prendre toutes les mesures permettant d’affronter la catastrophe et d’éviter une hécatombe. »

Le Monde de gauche au secours de la socialiste Buzyn : « Il n’existe toujours pas de remède contre le nouveau coronavirus. Le traitement à base d’hydroxychloroquine, préconisé par Didier Raoult dans son essai clinique, divise« . Le traitement préconisé par le Pr Raoult avec l’hydroxychloroquine, EN ASSOCIATION avec l’Azithromycine, est efficace en DÉBUT D’INFECTION après DÉPISTAGE SYSTÉMATIQUE par des TESTS. Malgré cela, le Haut Conseil de santé publique (les copains du couple Buzyn-Levy ?) ne veut l’utiliser que dans les cas sévères (lire désespérés) de Covid-19 à l’hôpital et avec l’avis des médecins (qui sont réticents).

Plus d’une centaine d’études sont en cours ou en passe d’être lancées pour trouver un traitement contre le Covid-19 (autre que le traitement jugé trop peu coûteux préconisé par le Pr Raoult avec l’hydroxychloroquine EN ASSOCIATION avec l’Azithromycine). Un essai européen avec l’hydroxychloroquine seule est coordonné par l’Inserm (d’Yves Lévy ?). Discovery a démarré le 22 mars. Les résultats préliminaires devraient être connus d’ici environ deux semaines. Le 16 février, le professeur Didier Raoult diffusait une vidéo intitulée « Coronavirus, fin de partie » sur YouTube et sur le site de l’institut d’infectiologie du Pr Raoult (l’IHU Méditerranée Infection) dans laquelle il expliquait l’état de ses recherches et l’espoir qu’il mettait dans un traitement à base d’hydroxychloroquine EN ASSOCIATION avec l’Azithromycine contre le coronavirus.

Le Monde de délation de la gauche bien-pensante a jugé trompeur le titre de cette vidéo à propos des recherches du Pr Raoult sur l’hydroxychloroquine EN ASSOCIATION avec l’Azithromycine. Autrement dit, Le Monde l’a qualifiée de Fake News et l’a dénoncée à Facebook avec qui Le Monde de délation collabo de gauche lutte contre les fausses informations des autres, mais surtout pas celles des décodeurs-menteurs.

Le Monde de délation collabo de la gauche bien-pensante des Décodeurs partisans arrogants contre les fausses informations, Audureau, Sénécat et Maad : « Coronavirus : Remède miracle ou mirage ? Didier Raoult, l’infectiologue marseillais derrière la folie de l’hydroxychloroquine ! Ben voyons ! TAKAYCROIRE !

Questions sur l’hydroxychloroquine, possible traitement du Covid-19 : Ce dérivé de la chloroquine est au cœur des polémiques entretenues par la caste depuis qu’un infectiologue, Didier Raoult, a affirmé qu’elle est efficace contre le coronavirus. Les faux débats manipulés et déformés par les médias sur l’utilisation de l’hydroxychloroquine pour traiter les malades du Covid-19 ont suscité délibérément une grande confusion.

Le Monde de délation collabo de la gauche bien-pensante des Décodeurs partisans veut diviser les gens. Malgré cela, l’opinion publique se passionne pour le Pr Didier Raoult, l’un des promoteurs de ce traitement en France, alors que de nombreux scientifiques rentiers de postes et de situations qui ne font rien, dénoncent des méthodes peu rigoureuses et jugent les annonces du Pr Raoult prématurées ou trompeuses.

Alors que le traitement préconisé par le Pr Raoult avec l’hydroxychloroquine, EN ASSOCIATION avec l’Azithromycine, est efficace en DÉBUT D’INFECTION après DÉPISTAGE SYSTÉMATIQUE par des TESTS, le Haut Conseil de santé publique recommande de ne pas utiliser l’hydroxychloroquine dans la lutte contre le coronavirus, à l’exception de formes graves, quand il est trop tard et quand les gens vont mourir à l’hôpital.

Quelles sont les conclusions des recherches de Didier Raoult sur l’hydroxychloroquine ? S’il n’est ni le seul, ni même le premier à s’être penché sur la piste de l’hydroxychloroquine comme traitement dans le cadre de la pandémie actuelle, le professeur Didier Raoult a joué un rôle décisif dans sa médiatisation. Ce spécialiste des maladies infectieuses tropicales émergentes à la faculté de médecine de Marseille s’est félicité dès le 25 février de l’efficacité probable de la chloroquine sur le SARS-CoV-2. L’infectiologue a prescrit cette molécule plus de 4 000 fois en trente ans dans le traitement des maladies infectieuses et affirmé défendre depuis treize ans son usage comme antiviral. Lors du point presse du gouvernement chinois du 17 février, les autorités ont annoncé qu’un consensus scientifique s’était dégagé pour inscrire la chloroquine dans l’arsenal thérapeutique national contre l’épidémie de Covid-19. Il est difficile de trouver un produit actuel dont la sûreté soit aussi bien prouvée que la chloroquine. De plus, son coût est négligeable. (…) Si les données cliniques confirment les résultats biologiques, la maladie liée au coronavirus sera bientôt l’une des plus simples et les plus moins chères à traiter et à prévenir, parmi toutes les maladies respiratoires infectieuses. (Pr Raoult)

Quand le professeur Didier Raoult a lancé en mars une étude clinique sur 24 patients infectés par le SARS-CoV-2, après 6 jours de traitement à base de Plaquenil (un médicament à base d’hydroxychloroquine) et d’Azithromycine, un antibiotique, le virus avait disparu chez les trois quarts des patients.

De nombreuses voix de la caste se sont élevées pour critiquer la faiblesse méthodologique de l’étude clinique du professeur Raoult, menée sur trop peu de patients, alors que l’analyse s’est limitée à l’évolution de la charge virale, que les recherches n’ont pas été menées en double aveugle et que les données brutes n’ont pas été publiées pour que d’autres chercheurs de la caste y aient accès. Ben voyons ! Le Monde juge que l’étude est conduite, décrite et analysée de façon non rigoureuse avec des imprécisions et des ambiguïtés. Il s’agit d’un essai à fort risque de biais selon les standards internationaux. Dans ce contexte, il est impossible d’interpréter l’effet décrit comme lié au traitement par hydroxychloroquine. Donc : Mieux vaut ne rien faire !

Voilà pourquoi l’hydroxychloroquine, défendue par le Pr Didier Raoult, divise les chercheurs de la caste. De nombreux spécialistes de la caste appellent à la prudence sur l’usage de la molécule. Ils rappellent dans une récente revue de littérature de la caste que les analyses chinoises plaidant en faveur de l’efficacité in vitro de la chloroquine sont opaques et qu’il n’en existe encore à ce stade aucune validation. Malgré les réserves de la caste, la communication du professeur Raoult a déclenché une intense campagne médiatique.

De nombreuses personnalités, comme le président américain, Donald Trump, ont salué ses travaux comme la principale piste contre la pandémie. Et malgré cela, le Haut Conseil de santé publique recommande encore de ne pas utiliser l’hydroxychloroquine dans la lutte contre le coronavirus, à l’exception de formes graves, quand il est trop tard et quand les gens vont mourir à l’hôpital, alors que le traitement préconisé par le Pr Raoult avec l’hydroxychloroquine EN ASSOCIATION avec l’Azithromycine est reconnu efficace en DÉBUT D’INFECTION après DÉPISTAGE SYSTÉMATIQUE par des TESTS. Le ministre de la santé Véran et le premier ministre Philippe se sont rangés derrière cette opinion de la caste, excluant toute autorisation de mise sur le marché de l’hydroxychloroquine pour le traitement du Covid-19 ! C’est ça, la campagne forcenée du système pour le dénigrement du professeur Didier Raoult et la meute suit ! Ben voyons ! TAKAYCROIRE !

Thierry Michaud-Nérard