Le Calais de mon enfance détruit par des immigrationnistes dégénérés

20150906_104825
Je viens d’écrire à Cyrano afin qu’il transmette mes félicitations à Caroline Alamachère pour son article et son reportage, en compagnie de Guy Sauvage, sur le calvaire de Calais. Je lui glisse que ma famille paternelle est originaire de cette ville et ses environs. Là, Cyrano me répond : « Il serait dommage que tu ne fasses pas profiter nos lecteurs des souvenirs calaisiens de ton enfance, pour montrer ce que cela était avant… »
https://ripostelaique.com/exclusif-ce-qui-se-passe-vraiment-a-calais-et-dans-la-jungle.html
J’hésite, parce qu’au mal infligé à cette ville à laquelle j’appartiens un peu, s’additionne celui, plus intimement douloureux, de mon passé. Les regrets, les disparus, toutes ces choses que je prends soin de dissimuler lorsque je fabrique des romans et nouvelles. Mais là, je vais essayer de ne pas me défiler, ça changera !
Alors voilà : je suis né en 1971 et, très tôt, mes grands-parents paternels  – paix à leur âme – se sont occupés de moi. Ça n’a pas dû être de tout repos, étant donné ma nature quelque peu agitée ! Depuis quelques décennies, ils vivaient dans le Sud-Ouest – Dordogne et Corrèze –, mais ils gardaient un pied-à-terre chez eux – plus précisément à Guînes –, là-haut, où, malgré la légende, je n’ai jamais vu d’iceberg flotter sur la mer au mois d’août ! Vous affirmer que l’eau était brûlante, ce serait exagérer la vérité ! Mais enfin, j’étais un gamin et je me baignais volontiers, avec en toile de fond des supertankers qui montaient vers les ports du Nord ou en redescendaient, dans un ballet continu.
Il y avait aussi les bateaux de voyageurs faisant des allers-retours entre Calais et Douvres. Il y avait surtout le spectacle auquel j’assistais avec joie, en compagnie de mon grand-père : le départ des hovercrafts, ces engins montés sur coussins d’air qui glissaient au-dessus de l’eau avec une élégance de danseuse. Derrière, l’hôtel de ville semblait un phare veillant sur la commune, avec devant l’un des exemplaires originaux de la statue de Rodin : Les Bourgeois de Calais. Le vent nous giflait souvent, parce qu’ici les éléments ressemblaient à l’humble générosité des habitants : ils étaient puissants.
Calais n’était pas une jolie ville, comme le sont Honfleur et Sarlat. Moi, je savais pourquoi. Ma grand-mère conservait à ce propos des photographies de sa ville, prises à la Libération : un champ de ruines. Je rappelle que Calais se trouve juste en face des côtes anglaises, et par beau temps on peut les voir distinctement ; pas au point d’apercevoir des promeneurs arpenter les sentiers du littoral, comme le raconte une légende locale !
Vous pouvez aisément imaginer ce que les Allemands firent de cette place géographiquement disposée face à leurs indomptables ennemis anglais[1]. Après avoir été forcée de quitter Calais, ma famille découvrit après la guerre une ville littéralement effondrée. Elle n’était pas la seule : cette guerre fut autant, sinon plus, douloureuse pour les civils que les soldats.
Pour ma famille, cette époque s’apparente à un enfer, avec les exactions qui vont avec. La terreur venait d’en haut, d’en bas, sans discontinuer. Je me souviens des larmes de mes grands-parents en évoquant ces soirées dans les caves quand toute la famille se tenait la main en se disant adieu sous les bombardements. Je me souviens aussi de mon grand-père me racontant qu’un jour de représailles on l’avait aligné avec d’autres contre le mur, tenu en joue et sauvé in extremis par une habitante. Tous les Calaisiens en auraient autant à raconter sur leur ville martyre, détruite à 80 %.
Non, Calais n’avait pas été à la fête, ce qui faisait dire un peu péremptoirement à ma grand-mère que les Parisiens ne savaient pas ce que c’était l’Occupation. Rappelons que cette région avait déjà été particulièrement meurtrie lors de la Première Guerre mondiale, et déjà partiellement occupée par les Allemands – Lille sera occupée d’octobre 1914 à octobre… 1918 !
Pourtant, malgré ses meurtrissures, Calais se reconstruisit, sans se départir de sa grandeur d’âme dont on use et abuse aujourd’hui avec indécence. Car pour voir ce peuple du Nord se révolter contre des étrangers, c’est que ces étrangers ont mis le paquet pour en arriver là !
Ainsi, je découvrais cette région qui recelait des merveilles insoupçonnées : les caps Blanc-Nez et Gris-Nez, offrant un panorama sublime ; la terrible forteresse allemande de Mimoyecques, creusée dans la falaise et qui devait abriter un canon gigantesque destiné à détruire Londres ; Boulogne, enfin, où je fis ce pèlerinage, né de l’apparition d’une statue de Vierge à l’Enfant sur une barque, poussée par des anges et demandant que soit édifiée une église dans cette ville. Des copies de cette Vierge, aujourd’hui disparue – sauf une petite relique –, circulèrent d’ailleurs dans toute la France juste après la guerre.
Ici, on ne croit pas en Dieu pour la forme : Il est le seul réconfort aux violences de l’Histoire, lesquelles semblent s’acharner encore une fois sur ce peuple épuisé et oublié.
Bien sûr, à l’époque, la vie ne semblait pas toujours facile : les industries locales s’effondraient inexorablement et le travail venait à manquer. Mais les Calaisiens en avaient vu d’autres. Jusqu’à ce qu’on décide que ces « dégénérés » – comme les appellent certains abjects Parisiens ! – accueilleraient les déjections idéologiques d’une poignée de nantis méprisant la populace ; vocable apparemment prisé de Cambadélis, ainsi que le lui fit récemment remarquer Yann Moix chez Ruquier.
Aussi, faire subir cette injustice odieuse à Calais, conséquence d’un délire mondialiste dont elle n’est pas responsable, relève de l’ignominie. Accueillez donc vos migrants à Saint-Tropez, Courchevel ou Neuilly, je suis convaincu qu’ils adoreront le confort dont vous jouissez, tas de lâches décideurs-profiteurs !
L’Occupation, c’était certes insupportable, mais c’était le fait d’ennemis désignés et combattus à l’intérieur comme à l’extérieur des frontières françaises. Désormais, l’Occupant est victimisé, aidé, glorifié, pendant que les Calaisiens se voient privés du peu qu’ils possédaient et replongés dans la terreur.
Alors, ce n’est peut-être rien, mais je veux leur dédier ce texte. Et, depuis que j’ai eu le temps de regretter mon injuste égoïsme à l’égard de mes grands-parents, que j’ai cependant sincèrement aimés, je suis heureux de les savoir morts et épargnés par cette dévastation de leur ville… Calais.
Charles Demassieux
[1] Les clichés de ce blog parlent d’eux-mêmes : http://leblogdepapydompointcom.blog50.com/archive/2010/06/30/occupation-de-calais-1940-1944.html
 

image_pdf
0
0

14 Commentaires

  1. Réjouissez vous un sondage dans l’Express annonce que les français sont majoritairement favorable à l’accueil des réfugiés. Comme disent les Algériens après avoir virés les Français d’Algérie on va maintenant les virer de France.

  2. Non les habitants de Bonnelles ne méritons pas plus que les habitants de Calais ou de Saint Denis. L’immobilier va s’effondrer et les habitants comprendront enfin pourquoi il faut voter FN et non centre mou

    • Je plussoie à moitié seulement dans la mesure où je discerne simplisme et naïveté dans votre analyse.
      Car le FN a sombré corps et âme, seuls les aveugles et ceux qui se bercent d’illusions ne veulent pas l’admettre.
      Ne reste qu’une femelle baboucholâtre dénuée d’épaules et de colonne vertébrale, entourée d’un aréopage de cadres arrivistes et de bonimenteurs professionnels ; un ramassis hétéroclite de profiteurs et de viveurs représentatifs de la judeo-maçonnerie et du lobby transexualiste ; ceux-là mêmes qui précisément s’ingénient une fois aux manettes à briller par leur traitrise et à corrompre toutes les valeurs d’une société digne de ce nom.

      • J’ai du mal à comprendre, ils ont 3 députés et 5 sénateurs. Ils n’ont pas pris une seule décision puisque minoritaires, ils vont au contact des populations et essayent de faire entendre leur programme. Et déjà vous les accusez de tous les maux de la terre.
        Que vous soyez anti-fn primaire, d’accord, il existe bien des anti-primaire de gauche, de droite et même communiste.
        Ne pourriez-vous pas au moins leur laisser le temps de prendre ces fameuses manettes, et attendre pour pouvoir constater leurs niveaux de corruption et de traîtrise.
        Quatre décennies de traîtrise et de corruption UMPPS, ne vous ont pas permis dans votre discernement et votre analyse à vous faire une idée du caca dans lequel nos sommes, et très bientôt, nous n’aurons plus que la fosse d’aisance pour seul refuge.
        Sauf votre respect, je pense que l’heure est grave, que vous n’appréciez le fn, soit, je le comprends et admets. Mais à qui alors pouvons-nous faire confiance, parce que nous avons fait le tour des formations et là il y aurait matière à émettre des critiques.
        Mais peut-être ne sommes nous pas assez dans la mouise et attendons encore quatre autres décennies, ça nous donnera le temps de réfléchir!

      • @Mathieu
        d’accord avec vous. La Franc maçonnerie a mis la main sur ce parti après en avoir éjecté le fondateur. A votre avis pourquoi ?
        Comment un parti qui dénonce l’immigration de masse, peut-il refuser de reconnaître la théorie du grand remplacement ?
        N’y a t il pas une contradiction de fond ?
        Il semble que beaucoup n’ont pas encore compris que c’était mort pour 2017.

  3. Tant mieux si Bonnelle est envahie comme le 93. Vous n’avez rien fait pour nous protéger. Saint Denis était la capitale de la monarchie, c’est devenu une terre d’islam. Que l’immigration soit partie chez Catherine Nay chez NKM chez JUPPE etc. Ils voteront peut être correctement tous ces bobos à l’abri dans les forêts des Yvelines.

  4. Vive l’immigration partout. Que tous soient concernés et pas seulement le 93 et autre département.Un max partout en france et surtout chez les jouraleux chez NKM chez JUPPE. Vive l’invasion des petits villages qui sont habités par des bobos à l’abri. Envahissez Chartres Rambouillet Versailles Pas un bobo ne doit être protégé.

  5. AU SECOURS AU SECOURS AU SECOURS AU SECOURS !!!!
    MERCI infiniment, RL, de me laisser déposer ce message à tous les articles pour être sûr qu’il soit lu au maximum : IL FAUT SAUVER BONNELLES !
    Ils ont décidé de tuer Bonnelles ! Un des derniers bastions du vivre dans la tranquillité en Ile-de-France et qui avait su jusqu’ici résister aux lois SRU-Dufflot, avec une population qui ressemble à celle du pays de mon enfance, des rues calmes et paisibles et un patrimoine extraordinaire : 3 châteaux, un prieuré, un monastère, un presbytère et une ancienne orangerie. Cette ville est un joyau, et c’est parce que le maire a résisté tant d’années à l’invasion qu’ils choisissent de la raser aujourd’hui en en faisant UN SITE D’ACCUEIL DES PREMIERS MIGRANTS. Par pitié, hommes courageux de tout le pays, ralliez les environs de Bonnelles ( qui se trouve dans les Yvelines sur la frontière avec l’Essonne ) au plus vite pour faire barrage de votre corps. J’y serai aussi. Par pitié RELAYEZ CE MESSAGE SUR TOUS LES SITES INTERNET QUI DEFENDENT NOS VALEURS ET NOTRE IDENTITE !!
    VITE, C’EST URGENT !!!!!!

  6. Tous les jours les journaleux abrutis proposent des solutions pour recevoir des africains et les auditeurs appellent pour confirmer. L’ALLEMAGNE s’africanise à grande vitesse. Catherine NAY semble même trouvé cela bien. Tant que l’europe n’est pas totalement africanisée on ne sera pas heureux

  7. Merci Monsieur pour cet hommage rendu à tous nos aînés, car si vous l’avez fait pour vos parents, vous l’avez aussi écrit pour les miens, pour cet oncle inscrit au monuments aux Morts pour la France, il avait tout juste 20 ans et était Italien, pour son frère, mon père résistant FTPF-FFI et pour tous ceux restés vaillamment pour lutter contre l’oppresseur Nazi.
    Moi aussi, je souffre pour cette ville et pour les habitants qui subissent cette injustice comme vous le dites si bien « odieuse » et « insupportable ».
    Nous l’avons compris depuis longtemps que « TOUS » nos dirigeants passée et présents, nous méprisent et tentent de nous culpabiliser.
    Alors oui, j’ai aimé votre texte et oui, j’aime et soutiens les Calaisiens!

  8. LA FRANCE de mon ENFANCE détruite par SES GOUVERNANTS après le remplacement du Général de GAULLE !
    Remercions COHN BENDIT et la CIA.
    AMEN

  9. La juxtaposition d’images des années 60-70 avec celles d’aujourd’hui, d’une place de quartier, d’un village devenu une banlieue, d’un marché, voire d’une équipe de foot amateur, est très vite édifiant et représentatif du remplacement progressif de population.
    J’imAgine la différence entre le Calais d’aujourd’hui et celui d’il ya cinquante ans, on devrait montrer des photos et de vidéos prises aux même endroits.

  10. Pour dire leur fait, en toute impunité, à la poignée de nantis méprisant la populace Calaisienne, on peut au bas mot appliquer le conseil de Théodore Roosevelt : « Faites ce que vous pouvez avec ce que vous avez là où vous êtes ». Or, où que vous soyez, vous pouvez toujours faire soit ça :
    https://sitamnesty.wordpress.com/2015/09/03/trierweiler-une-bourgeoise-a-calais-qui/
    soit ça :
    https://sitamnesty.wordpress.com/2015/08/28/les-bourgeois-neo-petainistes-de/

  11. Au vu des élections présidentielles de 2012 et des départementales en 2014 et les résultats obtenus par la gauche et la droite de Sarko je leur crierais haut et fort ….
    <>

Les commentaires sont fermés.