1

Le calme avant la tempête

Il ne reste plus beaucoup de temps pour se préparer. Dans deux mois auront lieu les élections présidentielles et Macron a toutes les chances de l’emporter. Zemmour parle trop vrai pour les chastes oreilles de nos concitoyens. Je suis toujours étonné de ces 25 % que les sondages accordent à Macron mais nous devons ouvrir les yeux : oui, la majorité des Français ont approuvé la triple vaccination et le passe sanitaire puis le passe vaccinal. Oui la majorité regarde comme une bête curieuse celui qui n’a pas son passe… Oui, les gens se sont soumis aux injonctions puis injections gouvernementales. Oui, les gens écoutent à longueur de journée les médias pro-Macron et sont conditionnés. Oui les Français sont dans l’ensemble très passifs et soumis, amollis par des décennies de confort télévisuel, ayant perdu tout discernement et facilement manipulables.

Le convoi de la liberté fut un acte de bravoure et de panache, mais qui n’a pas entraîné une adhésion suffisamment massive pour faire bouger les lignes. Quelques signaux positifs : la vaccination des 5-11 ans patine, celle de la 3e dose est assez poussive, quant à celle de la 1re dose, elle, est à l’arrêt. Cependant, les Français dans leur ensemble continuent d’adhérer au macronisme. C’est une résistance bien fragile si on considère la vaccination massive des 11-17.

Nous vivons dans l’indifférence générale nos derniers moments de liberté. Le passe sera peut être suspendu, juste avant les élections, pour permettre à Macron de faire le plein des voix, mais la répression des résistants suivra de près ce petit moment de répit. Il n’y a qu’à voir ce qui se passe au Canada pour comprendre que quelque chose ne va pas : le pays est à l’arrêt depuis trois semaines, le covid a quasiment disparu et pourtant Trudeau, plutôt que de céder et abandonner des mesures sanitaires devenues inutiles, sort l’artillerie lourde, gel des comptes bancaires, retrait des permis de conduire et arrestation des manifestants. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’agenda « en marche » ne souffre aucune opposition et n’a rien à voir avec le sanitaire mais a pour objectif le contrôle des individus et la privation de nos libertés. Cet agenda est celui que partage Macron, et  dans la mesure où il avilit l’être humain et l’aliène, on peut le qualifier de satanique.

Je parle aux résistants : préparez-vous au choc qui vient, à la vague qui va submerger notre pays. Hélas, la politique ne pourra peut-être pas vous sauver. Cette période préélectorale c’est le calme avant la tempête, dont nous voyons déjà les prémices : une inflation galopante sur l’énergie et les matières premières, une police aux ordres, des institutions corrompues, une justice partiale, l’affaiblissement de notre identité par une immigration massive, la mise en place d’une identité numérique couplée à la vaccination… Je rappelle que des dizaines voire centaines de milliers de personnes ont déjà perdu leur travail. Les temps sont mauvais, cherchez des ressources pour pouvoir tenir bon, la solidarité se manifestera dans l’épreuve, les résistants se soutiendront, des réseaux locaux se mettront en place pour la nourriture et une aide matérielle et fraternelle.

La tempête arrive : préparez-vous !

Il est temps de se préparer, mais plus que tout je voudrais vous encourager, vous qui redoutez ce qui vient et vous inquiétez. Il existe un abri et un refuge quand la tempête fait rage.

Ésaïe 25:4-5 Tu as été un refuge pour le faible, un refuge pour le malheureux dans la détresse.

Psaumes : 118.9 Mieux vaut chercher un refuge en l’Éternel que de se confier aux grands.

Psaumes : 34.8 Heureux l’homme qui cherche en lui son refuge !

Psaumes : 31.19 Combien est grande ta bonté, que tu tiens en réserve pour ceux qui te craignent, que tu témoignes à ceux qui cherchent en toi leur refuge.

Psaumes : 34.22 Et tous ceux qui l’ont pour refuge échappent au châtiment.

Psaume 9:9,10 L’Éternel est un refuge pour l’opprimé, un refuge au temps de la détresse…

Pour entrer dans ce refuge, tu n’as pas besoin de sortir la carte bancaire ou quelque passe que ce soit, Jésus a déjà payé de sa vie.

Christophe Sévérac