1

Le cambriolé de La Courneuve est mort : content, procureur Bonhomme ?

Le contributeur de Résistance Républicaine (et parfois de Riposte Laïque) Jean-Paul Saint-Marc nous relate cette histoire dramatique. Un homme de 56 ans, dirigeant d’entreprise est mort, à La Courneuve (toujours le 93), abattu froidement pas ses cambrioleurs.

http://resistancerepublicaine.eu/2018/01/19/il-netait-pas-arme-il-ne-sest-pas-defendu-il-est-mort/

Bien sûr, pour l’instant, on ignore l’origine des assassins, dans un pays où 80 % des détenus sont musulmans, et dans un département qui incarne le Grand Remplacement mieux que de longs discours.

Bien évidemment, on a droit au concert des pleureuses, qui, tous plus hypocrites les uns que les autres, nous racontent que c’est affreux de mourir ainsi. L’ineffable maire stalinien Gilles Poux a même osé ces mots : « C’est terrifiant de voir une personne qui fait simplement son travail se faire abattre par quatre ou cinq hommes qui viennent faire un casse pour prendre trois francs, six sous. Tuer un père de famille pour rien, c’est dramatique ».

On pourrait faire du mauvais esprit, et dire que le problème n’est pas que la victime soit père de famille. Il n’aurait pas eu d’enfants, sa mort aurait été aussi insupportable. Le problème n’est pas que le cambriolage ait eu lieu pour « trois francs six sous ». Ils auraient barboté cent mille euros, la mort de la victime serait tout aussi insupportable.

Le problème, c’est que Gilles Poux, membre du PCF, a sur les mains, comme toute la caste politique française, le sang de la victime, et devrait avoir sa mort sur la conscience. Qui milite pour l’immigration de masse, qui renforce l’insécurité des Français ? Qui introduit massivement des musulmans en France, qui renforcent, eux aussi, l’insécurité des Français ? Qui désarme nos policiers, et fait régner un sentiment d’impunité totale chez les racailles ? Qui interdit aux Français de se défendre ? Qui multiplie les discours de l’excuse vis-à-vis des pires crapules ? Des gens comme Gilles Poux et toute la caste politicienne du 93, de France et de Navarre.

Mais qui également interdit aux Français de se défendre ? Quels sont les procureurs qui osent demander 12 ans de prison contre un homme, Philippe Fourny, qui, cambriolé déjà plus de dix fois, a tiré sur ses cambrioleurs, en tuant un ?

https://ripostelaique.com/le-procureur-bonhomme-caricature-dune-justice-qui-protege-les-voyous-et-massacre-les-victimes.html

Le procureur Olivier Bonhomme, qui a osé, par sa requête, tuer à petit feu un homme coupable seulement d’être vivant, aurait-il préféré que les choses se passent comme à La Courneuve ? Le cambriolé serait mort, au lieu d’être en prison, et le salopard de cambrioleur courrait encore, ou bien aurait été remis en liberté, en attendant son prochain procès, et le temps de commettre d’autres méfaits.

Bref, avec des personnages comme ce procureur Bonhomme, les Français ont le choix entre finir leur vie en prison, ou se faire tuer sans se défendre. 12 ans de cabane ou la mort, sympa comme perspective !

Comment ne pas penser à cette phrase de Tatjana Festerling (à partir de 30″), sur les protégés du système, qui envoient à la mort les non-protégés, tout en renforçant leurs propres systèmes de sécurité ?

Ces juges qui ont encouragé les jurés de Nantes à émettre un verdict aussi scandaleux, et nombre d’autres magistrats « Murs des Cons », ont aussi, comme les politiciens, sur les mains le sang de toutes les victimes de la surdélinquance, majoritairement étrangère, qui s’empare de la France.

Et si la situation devait changer, nombre de Français sauraient s’en souvenir…

Martin Moisan