Le candidat idéal, d’Ondine Millot : retour sur le suicide de notre avocat

Voilà un livre surprenant, écrit par une ancienne journaliste de Libération, Ondine Millot, qui travailla 16 ans à la chronique judiciaire de ce journal que nous ne portons pas dans notre cœur.

Et pourtant, cette femme, qui a quitté Libé, a été capable d’écrire un formidable livre sur un épisode tragique, qui a marqué l’histoire de Riposte Laïque. Le 29 octobre 2015, à 9 heures du matin, notre avocat historique, le premier qui assura la défense de plusieurs de nos procès, Joseph Scipilliti, tirait sur le bâtonnier Henrique Vannier, le blessant grièvement, et se suicida ensuite, dans son bureau.

Il nous avait laissé un journal inachevé, que nous découvrîmes de bon matin, Christine et moi.

Journal-indélicat

Nous avions, sur la foi du contenu de ce journal, pris fait et cause pour Joseph Scipilliti. Nous avions découvert, bouleversés, que notre ami était dans une situation professionnelle et économique désastreuse, qu’il avait été suspendu trois années, donc interdit d’exercer son travail, et que, criblé de dettes, il allait être expulsé de son domicile.

Et, s’il accusait l’institution judiciaire, il expliquait que c’est le bâtonnier de Melun, Henrique Vannier, qui était le principal responsable de cette mise à mort professionnelle. D’où nos réactions de l’époque.

Nous avions, bien sûr, honoré notre ami, par une messe d’hommage, à l’église Sainte-Rita, à l’époque occupée par des amis de Nicolas Stoquer, animateur de Radio Courtoisie, qui s’opposait à sa destruction, voulue par Anne Hidalgo, qui voulait un projet immobilier à la place.

Ondine Millot, qui était présente sur les lieux du drame, a voulu comprendre les raisons de ce drame, et a enquêté, deux années durant, dans la famille Scipilliti, et dans celle du bâtonnier Vannier.

Une véritable enquête de professionnelle, presque un roman policier, fort bien écrit, qui fait honneur à la profession de journaliste. Elle a réussi l’exploit de montrer que l’homme qui a tiré n’était pas un salaud d’extrême droite, et que le bâtonnier n’était peut-être pas à l’origine du suicide de maître Scipilliti.

J’ai lu ce livre, qui m’a permis de mieux connaître des aspects que j’ignorais de la part de notre ami Joseph Scipilliti, avec beaucoup d’émotion, et remercie sincèrement Ondine Millot pour le travail effectué.

Ondine Millot sur France Inter, et article de Libération :

https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-7h50-du-week-end/l-invite-de-7h50-du-we-du-dimanche-19-septembre-2021

https://www.liberation.fr/culture/livres/le-candidat-ideal-victimes-et-barreau-20210915_IL7KABNTMBDPLB7CGI4ZUNHTOI/

image_pdfimage_print

14 Commentaires

  1. Dans l’article: « qui s’opposait à sa destruction, voulue par Anne Hidalgo, qui voulait un projet immobiliser à la place ». – Un projet immobiliser ou un projet immobilier ?

  2. Merci pour votre pensée pour les victimes innombrables des attentats islamistes qu’ils soient le fait de délinquance par des racailles ou par des jihadistes.

    https://www.fdesouche.com/2021/10/07/sur-la-mecque-par-allah-jvais-me-faire-virer-rayanne-b-accompagne-dun-livreur-amazon-qui-avoue-voler-et-revendre-des-colis/

    Un commentaire cite le livre « L’Algérie » du Dr Ferdinand Quenoy:

    « Le caractère moral de l’Arabe n’est pas en harmonie avec les airs dignes et majestueux qu’il affecte ; un de ses moindres défauts est l’appropriation du bien d’autrui, dont il ne se prive en aucune occasion quand il la trouve bonne. Fidèle en cela au précepte du Coran qui dit que “les biens de la terre appartiennent aux musulmans”.

  3. « Aussi le vol n’est pas considéré chez eux comme une mauvaise action, au contraire ; un adroit voleur est un homme apprécié, estimé, dont on vante les exploits, surtout quand le vol se pratique chez des tribus avec lesquelles il n’existe pas de liens d’amitié, à plus forte raison quand il se pratique chez les Roumis. Dans ce cas, c’est acte méritoire dont l’auteur se glorifie autant que d’une action d’éclat.
    Les voleurs disent : “La nuit, c’est la part du pauvre, quand il est courageux. « El-leïl sham el-guelil ida skoum redjil »”, voler n’est autre chose que faire preuve de courage. On dit encore d’un voleur : “ »Ona moul ed dra », il est le maître du bras”. »
    (Dr Ferdinand Quesnoy, “L’Algérie”, chapitre VIII ; Librairie Furne – Jouvet et Cie, Paris, 1885, p. 255)

  4. Dans un de ses livres, je crois « Wholly Different: Why I Chose Biblical Values Over Islamic Values » (Tout à fait différent : Pourquoi j’ai choisi les valeurs bibliques sur les valeurs islamiques) l’ex-musulmane Nonie Darwish raconte qu’elle a été particulièrement frappée par le passage de la bible qui dit à peu près « tu gagneras ton pain à la sueur de ton front ». Le fait qu’un texte sacré indique que c’est par le travail que l’on doit subvenir à ses besoins ne semblait pas exister en islam.

  5. Encore un français (Vannier) victime d’un étranger (Scipilliti) … Comme dirait Zemmour, on aurait du l’obliger à avoir un nom bien de chez nous et ce ne serait pas arrivé ! !

    • Joseph ne me paraît pas être un prénom musulman et vous dites des conneries de merde marxiste
      dans la communauté (chrétienne) issue d’Italie tout le monde sait que l’intégration en France (chrétienne) passe par le prénom

  6. Les catholiques intégristes ont cela en commun avec les islamistes : ils ne peuvent pas se suicider tous seuls, il ont le meurtre dans le sang.

  7. Anne Hidalgo a bien des défauts mais ce n’est pas elle qui a voulu détruire Sainte Rita.
    Cette église n’est pas classée et appartenait à un groupe non lié à l’Église catholique qui l’a vendue à un promoteur privé qui voulait la raser pour réaliser une opération immobilière.
    Donc rien à voir avec Hidalgo.

  8. J’ai tendance à penser que tous les interviews qu’elle a pu mener côté Vannier sont biaisés par la volonté – par les interrogés – de laver son honneur comme n’étant pas à l’origine du suicide d’un confrère, mais qu’en réalité, c’est certainement dans le Journal Indélicat qu’on est le plus proche de la vérité. Les absents ont toujours tort.

    • En attendant, c’est bien l’absent qui a tiré, pour tuer. Et en se suicidant, plutôt que d’accepter la conséquence de ses actes, il a scellé son propre déshonneur !
      Et ça, ce sont des faits, pas des supputations orientées.

      • kim, s’il avait voulu tuer, à bout portant, l’autre serait mort. Le cœur ou la tête, ça ne laisse aucune chance. Ce ne sont pas les conséquences de cet acte qu’il a refusé d’accepter, c’est sa mort sociale inéluctable. Il allait finir à la rue. C’est pour ça qu’il s’est autorisé à rendre la justice au sens où il l’entendait. Je ne discute pas de la pertinence de son verdict, mais dans le cas où il serait juste, alors ce fut un geste plein d’honneur au contraire. A mon avis, nous sommes dans un pays en guerre ; la France, et les français donc, ont des ennemis dans ses frontières, et viendra le jour où ils tireront sur nous quotidiennement et massivement. Certaines questions ne se poseront alors plus.

  9. quoi ??? une journaliste qui enquête, bosse son sujet sans tabou ni préjugé propagandiste ! chapeau madame

    ps le préfet qui t’a retiré tes armes a eu raison, tu n’as tué personne !!!

  10. Il y a de très bons journalistes, souvent discrets…merci à Ondine Millot.

Les commentaires sont fermés.