Le candidat sortant Sarkozy sur la défensive fait dans l’outrance et la vulgarité

Publié le 19 mars 2012 - par - 770 vues
Share

Sarkozy se révèle tel qu’il est lors de son discours de Lyon le 17 mars. C’est un homme agressif, insultant qui dévoile son manque de propositions derrière des propos hargneux .ce n’est pas nouveau pour Nicolas Sarkozy. Il est coutumier de ce genre d’attitude, regardons un peu le genre d’amabilités qu’il a proférées depuis le début de son quinquennat.

Dès 2007 lors d’un discours à Caen et à Nice il tient des propos honteux envers l’Allemagne « […] la France n’a jamais cédé à la tentation totalitaire. Elle n’a jamais exterminé un peuple. Elle n’a pas inventé la solution finale, elle n’a pas commis de crime contre l’humanité, ni de génocide.

Le 1ier  mai 2007 le Président des Français déclare son amour des bretons en quelques mots: « Je me fous des Bretons. Je vais être au milieu de dix connards en train de regarder une carte ».

Le 9 novembre 2007 en visite au port de pêche de Guilvinec par une belle journée il se lâche encore :

Nicolas Sarkozy dit alors à un pêcheur : « Je vous amène le beau temps ! »

Le marin pêcheur réplique : « En Bretagne, il pleut que sur les cons ! »

Petite hésitation, et le président lui glisse « Il doit pleuvoir souvent alors. »

Réaction du marin pêcheur : « Ça veut dire quoi, que les Bretons sont des cons ? »

Rattrapage de Nicolas Sarkozy : « Non, ça veut dire qu’il y en a et que j’en connais… »

La Bretagne n’est pas la France certes mais ces épisodes sont significatifs de l’amour du peuple que leur porte ce président. Je ne parlerai pas du fameux «  casse-toi pov’con » ni du « descends de là si t’es un homme ».

Son amour des journalistes est bien connu aussi.

 Tu vas voir ce que je vais te faire » − lance t-il à Franz-Olivier Gisbert, patron du Point. (2008)

« Les journalistes, ce sont des nullards, il faut leur cracher à la gueule, il faut leur marcher dessus, les écraser. Ce sont des bandits. Et encore les bandits eux ont une morale »(2009)

A une question gênante sur l’affaire Karachi  il sert un argument plus que fallacieux : Il semblerait que vous soyez pédophile… Qui me l’a dit? J’en ai l’intime conviction.  Et il quitte la salle de conférence en laissant à la cantonade : «amis pédophiles, à demain!».(2010) Et les journalistes ont encaissé cela sans sourciller…

http://www.20minutes.fr/politique/627325-politique-quand-nicolas-sarkozy-traite-journalistes-pedophiles

En déplacement dans la Marne, le président-candidat bavardait avec des journalistes sur la campagne, et notamment sur le candidat socialiste, lorsqu’un jeune journaliste l’a interpellé sur les échauffourées entre des salariés d’ArcelorMittal et les forces de l’ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogènes, lors d’une manifestation près de son QG de campagne. « Mais les gaz lacrymogènes, vous vous en seriez bien passé, non ? L’image est quand même assez… non ? » lui a demandé le jeune homme.

Réponse de Nicolas Sarkozy, énervé : « Qu’est-ce que vous voulez que j’aie à foutre de ce que vous me dites ? Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? » « Eh, couillon, va ! », lui a alors lancé le chef de l’État en souriant (2012)

http://www.lepoint.fr/politique/election-presidentielle-2012/nicolas-sarkozy-traite-un-journaliste-de-couillon-16-03-2012-1441865_324.php

Oublions aussi ces remarques acides envers Mme Kroes (femme politique néerlandaise), « Madame Kroes est bête, elle n’a pas plus de deux neurones dans sa tête […] si l’idiotie entrainait des punitions, « Kroes serait corrigée sans pitié »

M.Obama « C’est un esprit subtil, très intelligent et très charismatique. Mais il est élu depuis deux mois et n’a jamais géré un ministère de sa vie. Il y a un certain nombre de choses sur lesquelles il n’a pas de position »

Mme Angela Merkel : « Quand elle s’est rendu compte de l’état de ses banques et de son industrie automobile, elle n’a pas eu d’autre choix que de se rallier à ma position. »

M. Papandréou : « Il est fou, dépressif »

M.Nétanyahou : « Je ne peux plus le voir, c’est un menteur ».

Comment voulez-vous qu’un homme qui n’a de cesse de critiquer les autres puisse faire une campagne électorale sans sortir l’artillerie lourde face à son principal impétrant ? Tout y passe : menteur, cynique, refus du débat, abandon du champ républicain etc…

Pendant 50 minutes le présicandidat a vitupéré contre son principal adversaire sous les hourras d’un public convaincu en évitant bien soigneusement d’avancer une once de proposition pour son prochain mandat.

Pense-t-il qu’insulter fasse avancer le débat ? Pense-t-il ainsi faire oublier son bilan calamiteux ? Pense-t-il que les électeurs sont des idiots à ce point  qu’il suffit de faire huer les autres pour se faire réélire ?

Prenons point à point deux propositions qu’il a avancées :

-Renégociation des accords de Schengen : une commission est déjà en train de travailler sur ce sujet, dire qu’on renégocie est un leurre. La seule façon efficace de lutter contre l’immigration serait de remettre des douaniers à toutes les frontières de l’Europe  (Idée prise à Marine Le Pen)

-Les exilés fiscaux : il veut faire payer des impôts à ceux qui sont à l’étranger. Il oublie juste de dire que des conventions internationales ont été signées, lesquelles ne peuvent pas être remises en cause de façon unilatérale et qu’il faudra au minimum une dizaines d’années pour les renégocier. (Idée prise à Jean-Luc Mélanchon)

Lui qui se disait le chantre du néo-libéralisme voudrait par sa seule volonté obliger tous les partenaires européens à revenir sur un des fondements du traité de Maastricht (1992) le libre échange. Pense-t-il avoir l’accord de Merkel ou de Cameron ? Remarquons que sur ce point, les relations franco-allemandes se tendent un peu plus chaque jour .Je suis prête à parier que la copine Angela ne viendra par assister au meeting de son ami Nicolas.

Il vante une République Laïque, reproche avec justesse au Parti Socialiste de ne pas avoir voté la loi contre la burqa, mais omet de dire que cette semaine il s’est rendu à la Grande Mosquée de Paris rendre hommage aux  » combattants musulmans morts pour la France», en oubliant tous les autres juste pour apaiser la polémique sur la viande halal. Polémique le mot est usurpé, il ne devrait y avoir aucun problème en France, pays laïque pour que chaque citoyen connaisse la méthode d’abattement des viandes consommées, afin qu’ils puissent faire leur choix en toute connaissance de cause.

Toute la stratégie de Nicolas Sarkozy est basée sur une récupération des voix du Front National comme il l’avait fait en 2007.Patrick Buisson, le conseiller de 2007 et de 2012  a oublié une chose importante  la crise est passé par là, la situation d’aujourd’hui est bien différente.

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/03/13/patrick-buisson-hollande-rassemblera-moins-de-voix-que-royal_1666631_1471069.html

Les électeurs du Front National se sont fait avoir une première fois et ne sont pas prêts à retomber dans le même piège. Sarkozy oublie que l’électorat de Marine Le Pen est hétéroclite, ces électeurs viennent de la droite et de la gauche. Le taux d’abstention au deuxième tour aura son importance, Hollande ne fait pas rêver et Sarkozy encore moins. Beaucoup iront à la pêche ce jour-là plutôt que voter pour l’un de ces candidats…

Surenchères et provocations ne font pas un programme et une politique encore moins une vision pour le devenir de la France et de ses concitoyens.

Marie-José LETAILLEUR

Voir son blog :

http://lebloglaicdechamps.over-blog.com

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.