Le CERN met en arrêt le plus puissant accélérateur de particules du monde

Le grand collisionneur de hadrons (LHC selon l’acronyme anglais Large Hadron Collider) est l’accélérateur de particules le plus grand et le plus puissant du monde. Il a démarré le 10 septembre 2008 et est le dernier maillon du complexe d’accélérateurs du CERN, le Centre Européen de Recherche Nucléaire. Il consiste en un anneau de 27 kilomètres de circonférence situé à cent mètres au-dessous de la frontière franco-suisse, formé d’aimants supraconducteurs et de structures accélératrices qui augmentent l’énergie des particules qui y circulent. À tous égards – taille, budget, équipes –, le LHC est le lieu des plus importantes expériences de physique des particules du monde. D’un coût total de plus de 4 milliards d’euros – d’aucuns affirment qu’il avoisinerait les 10 milliards d’euros… –, le LHC a été construit en dix années. Quelque 10.000 scientifiques de plus de 100 pays ont mené leurs recherches en lien avec le LHC. En 2012, deux expériences du LHC ont mis en évidence le boson de Higgs, mettant ainsi un terme à cinq décennies de recherches sur l’origine de la masse des particules élémentaires. Citons également la découverte des pentaquarks, l’un des résultats majeurs de physique fondamentale qui n’a été possible que grâce à la puissance du LHC.

De décembre 2018 à avril 2022, le LHC cessait son activité pour une remise à niveau technologique, avec pour objectif de mettre en évidence des indices d’une physique au-delà du modèle standard, un des défis majeurs de la recherche en physique fondamentale. Commençait alors le troisième cycle d’expériences, qui s’annonçait très prometteur pour les chercheurs du CERN.

C’était compter sans la « crise de l’énergie » dont le spectre hante désormais l’Europe. Début septembre, le Wall street journal révélait ainsi que le CERN se préparait à ralentir, voire à arrêter, les activités du LHC qui consomme à lui seul près de 200 mégawatts d’électricité, soit davantage que la ville voisine de Genève. But : tout faire pour éviter la panne d’électricité dans la région, assurait Serge Claudet, responsable du plan de gestion de l’énergie du CERN, et d’éviter ainsi un arrêt soudain du LHC qui pourrait endommager ses composants. “Le Cern est en pourparlers avec son fournisseur d’électricité, EDF, afin d’être prévenu vingt-quatre heures à l’avance si le centre doit réduire sa consommation d’énergie”, précisait Serge Claudet au Wall Street Journal.

Le 10 octobre dernier, le CERN publiait un communiqué qui douchait les derniers espoirs de nombres de scientifiques de voir leurs travaux assurés dans le cadre du LHC :

« Conformément aux objectifs stratégiques de l’actuelle Direction, le CERN a établi un plan visant à améliorer sa gestion de l’énergie sur le long terme. Toutefois, du fait de la crise énergétique actuelle, la nécessité d’économiser l’énergie se fait encore plus pressante ; c’est pourquoi des mesures sont prises pour cet hiver afin d’apporter notre contribution à l’effort mené pour atténuer les conséquences de la crise. L’arrêt technique hivernal 2022 (YETS) commencera le 28 novembre, soit deux semaines plus tôt que ce qui était initialement prévu. Pour 2023, l’arrêt technique hivernal commencera fin octobre, la durée de fonctionnement du LHC sera moins longue et l’exploitation de l’ensemble du complexe d’injecteurs sera réduite d’environ 20 % »

A tous égards, la clochardisation de l’Europe est en bonne voie…

Henri Dubost

In girum imus nocte ecce et consumimur igni 

image_pdfimage_print
12

13 Commentaires

  1. je préfèrerais collaborer avec des extra terrestres qui Nous filent des infos pour obtenir de l’énergie gratuite plutôt que de conserver ce régime prétendument économique pour que les hiérarchies sociales soient maintenues telles que pour l’éternité. moi, les humains ils ont fini par me gonfler.

  2. Le « cerne » = le pognon des Européens par la fenêtre pour des « nimbus » (rappelez-vous les de Genne et les Charpak) qui font joujou avec des milliers de milliards depuis quarante ans en se prenant pour Dieu… alors qu’un bon tiers de l’humanité cherche chaque jour désespérément à se remplir le ventre.

    • « les de Genne  » …..PG de Gennes….probablement le dernier savant français pluri-disciplinaire…loin, très loin d’être un « nimbus », plutot un esprit « universel » et génial du type Poincaré (Henri)….

  3. Je n’ aime pas ce CERN dont je doute de la véritable utilité à l’ heure de la physique quantique… je garde en mémoire une horrible affaire qui peut sembler anecdotique à certains …celle d’ une cérémonie satanique ou une jeune fille à été sacrifiée dans le souterrain du CERN …

    • Une jeune fille sacrifiée dans le souterrain du CERN? Ahah pourquoi pas, en effet! Elle a été bombardée par un faisceau de neutrons? Vraiment, dire des conneries de ce niveau fait de vous un véritable génie digne du prix Nobel !!

      • Mais non « c’est moi » parlait d’une fille employée en intérim dont le contrat arrivait à son terme d’où l’emploi du mot « sacrifiée ». Eh oui, certaines phrases peuvent prêter à confusion …

    • Salut, vous me manquez sur Drz, surtout lors de vos échanges épiques avec G.M. et JPG! Vos arguments étaient pertinents.

  4. le plus important pour l’europe c’est de ne plus rien chercher, plus rien trouver, plus rien développer puisque nos zélites ont décider de nous tiermondiser

  5. Dans un pays du 1/3 monde, il est inadéquat de rechercher des WIMPS, des strangelets (des étrangers on en a déjà pas mal), des micro-trous noirs, ou d’essayer de tordre l’espace-temps, laissons ces recherches aux US ou en Chine.. le LHC, c’était « avant » lorsque le Frankistan était encore la France !!

    En ferraillant le LHC, la vente de la ferraille (et autres cuivre et métaux) permettrait une aide supplémentaire à nos Africains adorés, ils y mèneront des recherches tout à fait fondamentales concernant le Saint Coran, les hadits, la terre plate, les sept cieux co-sphériques, les djiins etc, ça sera super utile.
    ET QUELLE ÉCONOMIE d’ÉNERGIE !!

    Que deviendrions nous vraiment, sans l’Afwik et ses 1,5 G-habitants ?

  6. Et pour ITER ?….on a 150 milliards d’euros pour le continent voisin mais rien pour faire chauffer notre matière grise Française….ça sent vraiment la fin d’une époque…

    • ITER.. un programme dont la mise en fonction initiale est décalée d’une année.. à peu près tous les ans, donc on est pas prêts de le voir tourner. Une fois de plus, c’est l’administration du projet qui est nase, les scientifiques ne sont jamais écoutés, mais tout le monde s’en fout.

      • S’ils coupent l’alimentation d’ Iter, qui est une machine expérimentale, on est pas prêt d’être chauffé gratos….mdr

Les commentaires sont fermés.