Le changement climatique et les mythes selon le GIEC

Publié le 14 novembre 2017 - par - 21 commentaires - 844 vues
Share

Pour essayer de comprendre la fausse question du changement climatique selon le GIEC (Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat) et du rôle supposé des énergies cosmiques extraterrestres, Michel de Pracontal a écrit un livre tout en rondeur, un régal : « L’imposture scientifique en dix leçons« , publié aux éditions La Découverte (©, Paris, 1986). Il propose quelques définitions utiles : « Baliverne : Propos futile et creux (Petit Robert) (comme les bavardages à la télé).

« Imposture scientifique : 1 : Tromperie qui consiste à faire passer pour scientifique une théorie, qui ne l’est pas. 2 : « L’imposture scientifique est à la science véritable ce que Canada dry est à l’alcool ».

(Gaston Bachelard).

« Pipeau : Flûte champêtre (Petit Robert). « Comme il faisait une chaleur de trente-trois degrés, le champ de conscience de Pécuchet était bercé par le son du pipeau » (Gustave Flaubert). »

Et si le réchauffement climatique était le résultat des agissements obscurs des petits hommes verts du GIEC ? Ils ne manquent pas de c’Hulot, à en croire le petit Nicolas. Il a été autrefois l’illustre promoteur de la moto, sur France Inter, avec son émission pro-vitesse et pro-CO2 : « La poignée dans le coin« . Il lui en est resté une pulsion pro-vitesse et pro-CO2 avec son hélicoptérisme débridé !

Quoi qu’il en soit, c’est un proche du dérèglement climatique, de la disparition des dinosauriens et des mystifications des verts extraterrestres de la télé, sous l’effet des vibrations climatiques dues aux basses fréquences et à l’énergie vitale électrostatique émises par les petits hommes verts du GIEC.

Comme chacun le sait, le choc aussi brutal que maladroit d’un vaisseau-mégalithe astéroïdien des extraterrestres pacifiques, venus sur la planète terre, a provoqué un refroidissement climatique tout aussi brutal, ce qui a été funeste à la destinée des dinosauriens, une population aux mœurs paisibles.

On comprend que le résultat final de la propagande climatique est difficile à évaluer quand les budgets consacrés à L’imposture climatique du GIEC coûtent plus cher que la vraie science. On sait que les arguments de la vraie science n’ont aucune prise sur les croyances et les convictions, comme sur les prophéties alarmistes des petits hommes verts du GIEC. Dès lors, comment ne pas s’interroger sur les raisons de la diffusion généralisée des annonces et des prédictions catastrophistes du GIEC ?

L’esprit critique, contrairement au bon sens, n’est pas universellement partagé et, pourtant, nos animateurs télé-médiatiques semblent en avoir le moins, eux qui préfèrent croire à l’erreur plutôt qu’à la vérité, et au simulacre de la fausse science plutôt qu’à la vraie science. Quand les prophéties alarmistes des petits hommes verts du GIEC partent de « zéro preuve scientifique », on n’est donc pas surpris que la méthode ne mène pas à grand-chose et que le résultat ne corresponde à rien de probant.

La vraie question est : Pourquoi faudrait-il croire à l’apocalypse millénariste proclamée et à la fin du monde annoncée par les prophéties du GIEC ? C’est là toute la différence entre la « propagande médiatique sensationnaliste du GIEC » et la « méthode scientifique fondée sur des preuves ».

La méthode du GIEC repose sur des observations et ne propose que des descriptions. Le GIEC est incapable de donner des explications du changement climatique scientifiquement vérifiées, de faire des prédictions scientifiquement justifiées et encore moins de proposer des solutions efficaces.

Aujourd’hui, les explications politico-médiatiques du GIEC « n’ont jamais prouvé quoi que ce soit » et c’est pourquoi « elles n’expliquent rien« . Elles relèvent de la catégorie para-scientifique, de la pensée magique, de la croyance pseudo-scientifique et du mystère climatique scientifiquement prouvé !

La vraie question est alors celle de l’intelligence irrationnelle des prophéties du GIEC. Les soi-disant découvertes du GIEC se limitent à « affirmer sans preuve leurs convictions de départ« . Pour ces gens là, leurs croyances quasi-religieuses sont médiatiquement trop belles et spectaculaires pour être fausses. Serge Galam a publié chez Plon un petit livre : « Les scientifiques ont perdu le Nord. Réflexions sur le réchauffement climatique » (© Plon 2008). « Avant-propos : « 2007, une année qui dérange. »

« En 2007, tempête dans un verre d’eau : scientifiques et politiques font de la pensée magique !

Le GIEC déclare à l’unanimité : « L’homme coupable de crime contre la nature. » Le secrétaire de l’ONU Ban Ki-moon : « On est au bord d’une catastrophe. » Al Gore reçoit deux Oscars à Hollywood pour son film de science-fiction : « Une vérité qui dérange« . Pourtant scientifiquement, qu’a-t-on prouvé ? Rien !

« Une certitude scientifique, c’est 100 % de vérité. Ce n’est pas une intuition, ni même une intime conviction et encore moins de la prospective par ordinateur. Et ce n’est ni à la politique ni aux médias d’en décerner le label scientifique. Si désormais la (propagande) vaut davantage qu’une preuve, notre démocratie est en péril, avec pour seule certitude éprouvée le spectre de la tyrannie. Cette « évidence » pose le problème du danger des certitudes collectives » (en lieu et place des preuves scientifiques).

Reste la question des origines de la croyance à l’apocalypse millénariste et de savoir qui sont ceux à qui profite le crime de désinformation systématique mondialisée sur le « changement climatique d’origine humaine« . C’est pourquoi, la croyance dans le rôle de l’énergie cosmique en lieu et place de la vérité scientifique et de l’illusoire fausse réalité de la pensée magique du GIEC est tout aussi justifiée !

Le refus de la réalité scientifique se vérifie à la fois dans la propagande millénariste du GIEC et dans le truquage des faits. Les agissements obscurs des petits hommes verts du GIEC veulent que tout le monde les croie et se plie sans critique à leurs fantasmagories infantiles. C’est, pour la fausse vérité de la pseudo-science officiellement établie, tout autant la manipulation des faits que la manipulation des mots. L’imposture climatique du GIEC consiste à truquer les explications des faits pour transformer les échecs de la pseudo-science officiellement établie du GIEC, en échec de toute tentative de vérification scientifique des prophéties du GIEC qui prédisent l’apocalypse millénariste pour dans 100 ans !

Au lieu de se demander : « Comment ça marche ? », la propagande du GIEC préfère la tyrannie idéologique du Pourquoi : Parce que « L’homme est climatiquement coupable de crime contre la nature. » Voilà pourquoi l’enfumage médiatique des petits hommes verts du GIEC continue « ad nauseam ».

Voilà pourquoi les observations anecdotiques les plus superficielles sur les phénomènes et les divers aléas météorologiques deviennent les signes, les présages et les symptômes de l’apocalypse climatique à venir. Et pourquoi pas les violentes éruptions solaires, les rayonnements cosmiques ou « un alignement malencontreux des planètes » ? La pseudo-science révélée des petits hommes verts du GIEC procède d’un usage immodéré des signes et des présages subtils, à défaut de drogues dures.

Déjà incapables de poser les vraies questions du changement climatique, comment pourraient-ils apporter des vraies réponses ? C’est pourquoi le mythe de L’homme climatiquement coupable de crime contre la nature doit venir combler le vide de la pensée des petits hommes verts du GIEC !

Alors, pourquoi le monde entier ne reconnaît-il pas la grandeur de leur génie climatique ?

Malgré cela, il est clair que « l’abstinence intellectuelle ne les fait pas souffrir de manque« .

Le mystère du changement climatique est une donnée aussi essentielle que le mystère de la disparition des dinosaures qui relève de « la mythologie de l’histoire zoologique » (Michel de Pracontal).

Mais si on connaissait la vérité du changement climatique, « qui aurait envie d’y croire » ? (id).

Aujourd’hui, la science est incapable d’expliquer les causes réelles du changement climatique.

C’est pourquoi le mythe des causes cachées doit répondre au sentiment de panique provoqué par la propagande du GIEC en faveur de la punition, de la fin du monde et de l’apocalypse climatique à venir.

Voilà pourquoi la vraie question n’est pas tant celle du changement climatique que celle de savoir si le GIEC (Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat) héberge encore une forme de vie intelligente. Et là, assurément, le mystère reste entier.

Thierry Michaud-Nérard

 

Share

Poster un Commentaire

Notifiez de
800

Peut-être en effet que le changement climatique n’est pas dû à l’Homme mais il n’en demeure pas moins que celui-ci est bien coupable de crimes contre la Nature, la destruction des écosystèmes et la disparition d’un nombre considérable d’espèces en sont la preuve.
Nous sommes bien le fléau du monde vivant ne vous en déplaise, et malheureusement nous continuons à détruire au lieu de sauver ce qui peut encore l’être, nous préférons nous gargariser de droit de l’hommisme et d’antiracisme hystérique au lieu de prendre conscience de nos devoirs envers les créatures innocentes qui, elles, vivent en symbiose avec leur milieu.

Pour les causes réelles du changement climatique, voir Valentina Zharkova, astronome! L’astronome William Herschell – découvreur d’Uranus vers 1800 – a observé un parallèle entre le climat et les taches solaires, l’astronome V.Zharkova a démontré qu’il y aura peu de taches au 21e S = il fera froid….

Le GIEC est devenu un Fonds de commerce animé par des lobbyes !
Ce jour ? 450 Airbus, 250 Boeing commandés ! Pas de pollution !
Les super tankers à 1.000 m3 à l’heure ! Pas de pollution !
Que la « bagnole » !
Cosmique ? Phases solaires ? Oui !
L’Homme, parasite de cette Belle Planète, doit survivre avant de disparaitre !
Cela aura été un Rêve !
Paris, il y a 2 ans, Marrakech l’an dernier, Bonn ce jour ! Plaisanterie !

La courbe du niveau de l’eau dans les rivières est exactement superposable à la courbe des précipitations. Conclusion : plus il y a d’eau dans les rivières, plus il pleut ! Je vais postuler pour un emploi au GIEC, moi. Je suis en forme !

Les « preuves » apportées par les réchauffistes du GIEC, font penser à cet indien au Canada, interrogé par des journalistes qui voulaient savoir si l’hiver serait froid. L’indien leur répond que l’hiver serait très très froid. A la question comment le savez-vous, il a répondu : j’observe mon voisin blanc qui n’arrête pas de couper du bois de chauffage. Son voisin blanc, lui aussi regardait l’indien, et coupait du bois en l’imitant.

Si la terre se réchauffe, c’est une bonne chose. On fera des économie de pétrole pour se chauffer et on arrêtera les centrales nucléaires. En résumé, les écolos nous prennent pour des c…

Le GIEC ou la supercherie du siècle. Ce groupuscule a surtout trouvé le moyen de s’en mettre plein les poches sans rien faire. C’est bien beau d’annoncer partout un réchauffement climatique mais encore faut il le prouver. Et c’est là où le bât blesse, le GIEC a bien dû d’admettre en 2013 qu’il n’y a eu aucun réchauffement depuis 20 ans.

L’atmosphère est composée de 0,03 % de gaz carbonique. Comment peut on créer un réchauffement climatique avec une quantité aussi infime de gaz carbonique ?

On a observé des réchauffements climatiques similaires sur Mars et sur Jupiter ! L’homme n’y est pour rien ! C’est le soleil qui en est la cause !

Il n’y a que le GIEC qui parle de réchauffement climatique ! Des milliers, des dizaines de milliers de climatologues par le monde crient à l’imposture climatique, mais eux n’ont pas la parole ! Et cette histoire de réchauffement climatique n’est qu’un prétexte pour nous faire accepter l’invasion migratoire. Je vous parie que dans peu de temps on va nous sortir le refrain « il faut accueillir les africains en Europe car ils souffrent atrocement du réchauffement climatique ». Philippe de Villiers parle dans son livre « le moment est venu de dire ce que j’ai vu » d’une réunion à laquelle il a… lire la suite

Il est grand temps de dénoncer la supercherie !

Bon article , M. Michaud Nérard mais pourquoi y rajouter le  » mystère de la disparition des dinosaures  » ? ….qui n’ en est d’ ailleurs pas un , car il est SCIENTIFIQUEMENT prouvé que celle-ci est due à l’ astéroïde qui , voici 65 000 000 millions d’ années a ravagé la planète et 95 % des espèces vivantes ; et PAS UNIQUEMENT LES DINOSAURES comme on veut si souvent nous le faire croire . D’ accord avec vous pour dire que , par contre , les responsabilités humaines dans le dérisoire réchauffement climatique actuel ( de surcroît stable… lire la suite

Il mesemble que le réchauffement est quelque chose d’admis au sein de la communauté scientifique. Là ou il y a débat c’est sur les causes de ce réchauffement. Naturel, ou lié aux activités humaines.

Encore un article illisible de Michaud-Nérard, comme souvent…
Petit résumé pour les lecteurs pressés.
Les mondialistes ont besoin d’une nouvelle religion pour continuer à manipuler les occidentaux qui ont perdu toute croyance dans les anciennes religion.
Ils ont bâti un dogme pseudo-scientifique avec les blouses blanches du GIEC, et les communicants se chargent de faire monter la mayonnaise. Au final, 80% des populations occidentales doivent réagir comme prévu: croire au dogme et se soumettre à la religion. Les 20% de réfractaires seront traités de fachos.

Tom , Vous avez résumé ma pensée comme par magie ( ndlr : je vous trouve quand même bien sévère avec TMN , qui  » désintoxique  » efficacement la pensée dominante ) . Quand vous écrivez  » les mondialistes  » , il faudrait ajouter  » européens  » , car c’ est bien d’ Europe que ce gigantesque enfumage pseudo scientifique est parti . Les USA , la Russie , la Chine se moquent en douce ( à juste titre ) de la COP de Paris . En fait , l’ Europe , n’ ayant plus les moyens d’ imposer ses… lire la suite

Merci Tom 👍!

Exact ! Il n’y a que le GIEC qui parle de réchauffement climatique. Des milliers d’autres climatologues du monde nient ce réchauffement climatique, mais eux n’ont pas droit à la parole.

Thierry, vous affirmez qu’ Aujourd’hui, les explications politico-médiatiques du GIEC « n’ont jamais prouvé quoi que ce soit » et c’est pourquoi « elles n’expliquent rien« . De qui sont ces citations? De vous-même? De Claude Allègre? d’un climato-sceptique? du pape? Vous tournez en rond: pour décrédibilier le GIEC, vous dites qu’il n’amène aucune preuve… sans en amener vous-même, vous contentant d’incantations. Il y a bien une phrase avec laquelle je suis d’accord dans cet article: « on sait que les arguments de la vraie science n’ont aucune prise sur les croyances et les convictions ». La preuve. Par ailleurs que faites vous du rapport (non… lire la suite

Les preuves existent pourtant. Il y en a beaucoup. En mettre une seule dans cet article aurait été une bonne chose.

Finalement quand T M-N ne braille pas « Mariiiine viiite » il fait montre d’une réflexion pertinente.

c’est fou comme le marxisme peut se propager en métastases sous forme de variante

« Le réchauffisme n’est qu’un développement tardif du socialisme, dont la définition même consiste à se couvrir de l’autorité supposée de la « science » pour violer les

Droits naturels de la personne. »

Cet article pertinent est à compléter d’un précédente campagne de désinformation d’il y a 45 ans, qui a complètement été occultée par les médias, alors qu’elle fait parti des manipulations historiques des idéologues verts. On remarquera que les idéologues de l’époque sont ceux qui ont aussi propagé la manipulation du changement climatique à ses débuts, alors qu’aucune preuve d’augmentation de température globale n’a été détectée pendant 18 ans.

http://www.contrepoints.org/2013/05/14/124295-les-13-pires-predictions-du-jour-de-la-terre-de-1970
https://www.youtube.com/watch?v=pNThA15OyFU
https://www.youtube.com/watch?v=9afTvlz_TsQ
http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/02/01/le-giec-est-mort-vive-le-debat-par-drieu-godefridi_1299689_3232.html
http://www.pensee-unique.fr/

wpDiscuz