Le Charles-de-Gaulle : un Titanic sanitaire

Publié le 17 avril 2020 - par - 16 commentaires - 1 096 vues

Petit exercice de calcul à poser aux enfants des écoles confinés à la maison : 668 personnes atteintes par le Coronavirus sur un équipage qui en comprend 1 800, sachant que seuls 70 % de cet équipage ont été testés, cela fait quel pourcentage de ce même équipage malade ? La réponse c’est : 53 %, soit plus de la moitié.

Et ça, encore, c’était en début de semaine, quand la plus grande partie de l’équipage au complet était toujours à bord. Dans les conditions épouvantables de promiscuité que l’on sait en cas de pandémie, ce qui est le cas avec le Covid-19.

À bord d’un navire de guerre, par nature, par la densité de personnes vivant et travaillant dans le même espace, avec de plus les circuits d’air ventilé non stérilisés, les « mesures  barrière » préconisées ailleurs sont impossibles et si elles étaient possibles, elles n’auraient guère de sens.

Autant dire que la plus grande partie de l’équipage du porte-avions Charles de Gaulle a probablement été contaminée à ce jour. Le dernier chiffre communiqué dans la journée est 940, au moment des derniers tests. Selon la terminologie officielle dans la marine, le bateau est largement « indisponible au personnel », et c’est un euphémisme.

Autre question : que devient sa chaufferie nucléaire ? Car même quand le bateau est à quai, à l’arrêt, ses chaudières ne le sont pas et doivent être surveillées, contrôlées en permanence.

Quand la moitié, au moins, du personnel chargé de ce travail impactant la sécurité publique est passée sur la tranche, et que l’autre moitié, si elle n’y est pas déjà, n’a qu’une trouille, c’est d’y passer aussi, et n’a qu’une seule envie, c’est de se carapater au plus vite et au plus loin possible avant de l’être à son tour.

Cela porte un nom, là c’est l’ancien ingénieur en génie atomique qui parle : qu’on le veuille ou non, qu’on le dise ou pas, cette situation constitue un incident de sécurité nucléaire spécifique, qui a sa place sur l’échelle de gravité des incidents de même nature.

Résumons, comme dit la vieille chanson : les marins sont en mer dès l’aurore, en mer dès le matin, en mer dans la journée. Ils ont la mer devant, ils ont la mer derrière, ils ont la mer de tous les côtés, y compris le bord à quai.

Ce n’est pas drôle. Certes, comme on dit, le pire n’est jamais sûr. Mais quand même, il faut l’envisager. Et si le pire ne se produit pas c’est que, justement, on l’a envisagé.

Un malheur, souvent, n’arrive jamais seul. Notre pauvre Charles de Gaulle, il est amarré où ? En pleine nature à l’écart des hommes des femmes et des enfants ? Non, au beau milieu, en plein cœur d’une agglomération de près d’un demi-million d’habitants. Toulon, Ollioules, La Seyne et La Valette, comme dit une autre chanson qui n’est pas à boire, du moins ce n’est pas trop le moment.

On ne pourrait imaginer pire en cas d’accident de sécurité nucléaire majeur. Ceux qui se sont produits ailleurs dans le monde par le passé étaient, aussi, nous disait-on alors, impossibles. De l’inconscience !

J’imagine la population de ces villes aimées, confinée comme on sait et n’ayant rien d’autre à faire, regardant de ses yeux impuissants, consternés et atterrés la vieille baille crachant sa fumée bleue phosphorescente riche en zébulons.

Ils n’auront pas eu la guerre et le déshonneur, comme aurait dit Churchill, ils auront eu le Covid et le zébulon. La totale !

Le Titanic était insubmersible, la flotte franco-espagnole supérieure en nombre et en canons, 2 626 contre 2 148, à celle de Nelson à Trafalgar, celle de Darlan, capable, disait-on sans y croire, de retenir l’envahisseur allemand… Et pourtant !

Allons, un peu de modestie et d’humilité, à défaut d’intelligence et de sens de la prévision, chez nos amiraux et brillants futurs amiraux… Cela leur aurait évité de mettre en danger la vie des personnes qui leur sont confiées.

Robert Guillemard

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
saurer

Voilà à nouveau le type d’aventure qui va permettre à toutes les hyènes du mondialisme, ou de l’Ue, de mettre en route l’armée européenne. Elle existe déjà, il ne suffit que de la développer, et elle se nomme Frontex…

mhollandouillelafripouille

Ce porte-avions est l’image parfaite de ce qu’est devenu ce pays ….un gigantesque bordel flottant avec la parly en mère maquerelle représentante de ce gouvernement d’incompétents !!!!! pas de masques pas de tests …et pour les masques on les commande et on les paie à ceux qui nous ont foutu la vérole ….incroyable mais vrai !!!!

ricco delestaque

Et bien entendu à l’heure o^ù l’auteur écrivait ces mots, les choses ne se sont pas arrangées,12H20 le 18, plus de 1000 contaminés et tous n’ont pas été testés. Qui va se faire limoger, l’Amiral, bien entendu et peut être d’autres. La ministre, la démanteleuse du fret SNCF et Air France, pas question, quand on a acheté sa charge de ministre à ce prix, il faut du temps pour “se refaire” Disons que pour s’occuper du réacteur nucléaire on va faire comme à Tchernobyl, on va sacrifier des hommes ? Du moment que la ministre est indemne, tout va bien, le commandement est assuré. Les hommes du rang, bon, la piétaille c’est comme dans la Somme ou à Verdun en 14.

Les ROUGES

ce porte avion ne sert à rien un seul en plus (la RUSSIE ,la CHINE les USA ,combien de Porte Avions efficace ,,là on est comme en 1940 !

ricco delestaque

le plus grand, et gros porte avions européen, dont on a du modifier un pont d’envol trop court pour les Rafales. Les USA ont une flotte de porte avions à côté desquels le Ch de Gaule est riquiqui, oui, il peut naviguer longtemps, comme les sous marins, mais avec un équipage, malgré tout. Espérons que les équipages des sous marins nucléaires n’aient pas été contaminés ?

patphil

les médecins militaires prouvent que la génération spontanée existe pour le virus chinois!
cet épisode nous montre combien est inutile ce porte avion qui va se promener jusqu’au danemark pendant la “guerre”

François Desvignes

C’est un pressentiment.

Notre covid a toutes les caractéristiques de la première des dix plaies d’Egypte.

Pharaon, rue du faubourg Saint Honoré, va bientôt faire la gueule…

Si le covid est la première de nos 10 plaies, que la seconde est l’effondrement économique et financier en cours, qu’à la peste succèdera donc la famine,

Cher Pharaon,

Après la famine, qu’aurez-vous sinon la guerre ?

Allez à Trappes, si vous ne nous croyez pas.

François Desvignes

Ça me donne une idée : faire rapatrier tous les clandos par le Charles de Gaulle !

Theodore

faire rapatrier tous les clandos par le Charles de Gaulle ! / dixit

ironie de l’histoire avec le porte avion “la grande zorah”… :)

je prefere le mot éjecter au mot “rapatrier” que vous citez ! bien plus adapté

BobbyFR94

En plus du danger nucléaire, serait-il possible qu’un commando – genre muzzs – puisse “voler” ce navire ? Parce que, au vu de la situation, des gens – traités à la choroquine et formés au maniement de ce type de navire – auraient-ils la possibilité de s’en rendre maître et de l’utiliser contre nous ou n’importe quel autre pays dans le monde ?

Ca aussi, c’est un risque, même si ça semble “délirant” ?

Jean-Louis

« Chef! Le Charles de Gaulle a le Coronavirus » – « Comment, Charles de Gaulle a le Coronavirus »? – « Maïs non enfin, pas de Gaulle, le porte avion » – « Quoi??? Les bateaux attrapent aussi le coronavirus chef? ».

Monrose

Avec un nom pareil, que pouvions nous espérer de ce porte avion ? Tirer sur des Français ou foirer en mer…Il a déjà eu 4 ans de retard dans sa conception, puis il a paumé une hélice au milieu de l’Atlantique. Comme faits d’arme connus, il a commémoré Trafalgar avec la flotte anglaise, et accueilli Bouteflika pour un défilé au large de Toulon. Encore heureux qu’il ne fête pas le massacre de Mers el Kébir le 3 juillet 1940 et nos 1295 marins brulés vifs sur le Bretagne !
Mais qui connait en France la bataille de Kho Chang face au Siam allié au Japon en janvier 1941 ? Seule victoire navale française des 2 guerres mondiales, d’une flotte partie de Saigon, dont le coup de maitre est étudiée dans les war games étrangers, mais surtout pas chez nous, car la Royale était fidèle à Pétain !

Henri

Moi je connais cette bataille, Monrose.
C’est effectivement la seule bataille navale gagnée à mettre au compte du gouvernement Pétain.
Comme vous le soulignez, la Royale est restée fidèle à Pétain jusqu’au débarquement anglo-américain en Afrique du nord du 8 novembre 1942.

Vauban

Quand la guerre sera déclarée, au moins on sait sur qui on pourra compter…

Les ROUGES

M Poutine !

Lire Aussi