Le choix entre celui qui prend dans le fion et celui qui met dans le fion

Dans cette douloureuse composition graphique, j’invite l’observateur à comprendre l’importance du geste et de la symbolique. Car il y a bien deux visions diamétralement opposées qui s’affrontent et qui désormais représentent la fresque dessinée et destinée à nous représenter.

Lorsqu’un Président en exercice, probablement le plus illustre de la Ve République, s’adonne frétillant à ses étreintes torrides avec de délicieux étalons colorés, le tout sous le soleil charnel des tropiques, il redonne enfin à la France, la stature qu’elle ambitionne.

Pendant qu’un infâme prétendant, ose ce doigt d’honneur dépravé, impudique et profondément obscène. Que de surcroit, il rajoute « Et bien profond », commentaire ouvertement phallocrate qui ramène la France vers ce Patriarcat inqualifiable. Celui-là même qui nous rappelle les heures les plus « zombres de notre zizistoire ».

Au-delà de l’indécence et de la grossièreté du propos, dans cette composition graphique, l’observateur devra choisir entre « celui qui la prend dans le fion » et « celui qui la met dans le fion. »

Et le tout : « bien profond ».

Quelle indignité.

Gérard Boyadjian

image_pdfimage_print
46

18 Commentaires

  1. la femme vulgaire a bien mérité la réplique qui lui a été faite : et dire que c’est cette sorte d’engeance qui vote pour le « camp du bien » pas étonnant que le pays soit au bord du gouffre !

  2. « choisir entre « celui qui la prend dans le fion » et « celui qui la met dans le fion ».
    ça dépend comment ils sont lunés.

  3. Hors fonction politique , Macron est plutôt récepteur fioniste de sa chère diversité qui le ramone ad nutum mais en fonction , il est émetteur fioniste .

  4. Évidement, c’est ce que Z devrait dire, mais bon, a-t-il assez exploré le coté obscur ?

    La radicalité c’est aller à la racine, pour le progressiste en purinage, c’est aller au fond de son trou du cul.

    ça me rappelle Holeindre, parlant de Jack Lang le progressiste et de la boite de nuit Le Coral; on y avait retrouvé un gamin, la tête dans un sceau de merde où de javel, sodomisé à mort…

    ça ferait une réponse « buzz » pour Zzz… mais bon, trop bourgeois bon chic bon genre.

  5. le titre de l’article correspond bien à ce que je pense de l’individu…

    ceci dit, la réaction de Z est parfaite :
    – tu me fais un doigt d’honneur je te fais un doigt d’honneur…
    – tu égorges un membre de ma famille tu auras la peine de mort en retour…

    • Comme chez les paras en réponse au « oeil pour oeil, dent pour dent »…. »pour une dent toute la gueule »

  6. Toutes les hyènes s’en donnent à cœur joie ce matin, le geste de Zemmour leur fait trémousser du fion, même certains qui commentent ici font de même, suivez mon regard, tous ces blaireaux ont la mémoire sélective, ils occultent ce qu’on fait les présidents comme le nain malfaisant ainsi que celui qui sévit actuellement, en ce qui me concerne je trouve que Z a été modéré, un bon gros bras d’honneur aurait eu plus de classe envers cette bouse.

  7. La grossièreté vous disiez … Restez en l’humour c’est votre créneau. Quand vous vous prenez au sérieux, l’effet est désastreux.

      • C’est clair. Il suffit de lire tes commentaires Rems. Ça vole au ras des pâquerettes.

  8. Bien envoye!Merci.Victor Hugo avait donne ses lettres de noblesse au mot de Cambronne,sa reponse a la sommation de rendre les armes,a Waterloo, la defaite etant consommee et la guarde imperiale etant decimee.Beaucoup alors s’etait plaint de la vulgarite de l’auteur.Eric Zemmour,croyant de bonne foi qu’une citoyenne marseillaise voulait echanger un propos avec lui, a baisse la vitre de la voiture, et confronte au doigt impudique de la virago mal-embouchee,a repondu a son coup bas avec un magistral doigt d’honneur! Il a repondu du tac au tac et a gagne ce duel haut la main!

Les commentaires sont fermés.