Le choix entre deux patients, ou comment mieux tuer les Français ?

Publié le 29 octobre 2020 - par - 15 commentaires - 1 522 vues

 

Une phrase du discours de Macron m’a particulièrement fait dresser l’oreille sur la lénifiante et macronesque 2 : « les choix devront-ils être rendus obligatoires ? ».

Il a ajouté que non, bien sûr. Avec comme argument quelque chose comme « pas le genre de la France ». Mais quand Choupinet dit non, on sait ce que cela peut vouloir dire : juste le contraire.

Le docteur Mascret a ensuite donné ses explications, et bingo, il a déclaré que les soignants seraient « obligés de faire des choix. » À cet énoncé d’une voix normale comme s’il était question de la pluie ou du beau temps, on frémit d’indignation.

Une personne de ma famille a fait l’objet d’un tel choix sur un terrain de bataille de la Première Guerre mondiale. Gazé, blessé, une équipe médicale a décidé de le laisser là où il était. De le laisser mourir sur place, sans assistance. Heureusement il a reconnu un médecin de l’équipe, l’a hélé, a été ramassé, et a survécu à ses blessures pendant trente ans.

Nous y sommes. Entre deux patients, l’un âgé de plus de 65 ans mais ayant tondu sa pelouse dans la semaine, fait ses courses, son sport etc., mais atteint de diabète ou ayant des stents, et un autre plus jeune, musulman et nouveau venu en France peut-être, le choix sera vite fait.

Le plus âgé sera laissé sur le champ de bataille. Et on ne le dit pas, mais il sera sur-le-champ mis dans un cercueil fermé et sa famille ne pourra pas le voir.

Les critères de choix seront : l’âge du patient, ses fragilités, ses comorbidités, s’il a par exemple une maladie chronique, son état neurocognitif et la gravité de sa situation. La décision sera prise au cas par cas et après concertation entre les médecins.

Le choix sera vite fait entre un jeune mineur non accompagné fraîchement débarqué de son Afghanistan natal, un couteau dans sa poche et venu pour en jouer sur les kouffars, n’ayant jamais cotisé, ne parlant pas un mot de français, inintégrable et inassimilable, incapable de quelque travail, soutenu par sa communauté, et un Français de souche ayant des responsabilités, ayant cotisé toute sa vie, utile à la société et abandonné par la bienpensance. C’est le « jeune » qui sera choisi.

Dans la période de mars à mai derniers, tout porte à croire que de tels choix ont été effectués. On a même vu, sur une des vidéos qui circulent, un patient être mis de côté et c’était poignant car on l’avait entendu parler et il avait toute sa tête.

Les médecins sont soumis au code de déontologie des médecins et prêtent le serment d’Hippocrate avant de commencer à exercer la médecine. Le serment d’Hippocrate date de 450 environ avant J.-C. Il a plusieurs versions mais toutes s’opposent à un choix quelconque. La première version dit ceci : « je dirigerai le régime des malades à leur avantage, suivant mes forces et mon jugement, et je m’abstiendrai de tout mal et de toute injustice. »

L’injustice, c’est d’abandonner un patient.

Le serment du conseil de l’Ordre des médecins de nos jours dit ceci :

« Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions (…)

J’informerai les patients des décisions envisagées, de leurs raisons et de leurs conséquences. Je ne tromperai jamais leur confiance… (…)

Je donnerai mes soins à l’indigent et à quiconque me le demandera. »

 Un engagement à donner des soins à quiconque le demandera : le médecin ne peut donc pas abandonner un malade.

Mais de nos jours certains médecins donnent tellement de coups de canif au serment d’Hippocrate (en particulier en pratiquant l’avortement et l’euthanasie de manière extensive) qu’ils ne sont plus à cela près…

Le métier de médecin est devenu celui de tous les dangers. À la fois par la judiciarisation qui les guette à chaque instant et à la fois par ces coups de canifs au serment d’Hippocrate. Et par l’abandon et la mise au pilori qui est leur lot dès lors qu’ils tiennent tête au politiquement correct.

Mais surtout, de nos jours, par l’incompétence du pouvoir, qui les met au pied du mur. Ce pouvoir qui a supprimé quantité de lits ces dernières années. Le spécialiste Jean-Dominique Michel parle de 68 000 lits en quinze ans.

Ce pouvoir qui continue à laisser entrer en France tous les jours des migrants qui nous coûtent « un pognon de dingue » pour mettre le bazar, la délinquance dans notre société et ne nous apporter que des problèmes colossaux.

Ce pouvoir qui dilapide notre argent. Fraudes massives à la sécurité sociale, retraites données à des cent-vingtenaires en Algérie. AME. Caf. Et tout ce papier-monnaie distribué aux Africains en veux-tu en voilà.

Cette malhonnêteté de l’Europe qui, tous ces derniers temps, a demandé aux pays membres de réduire drastiquement leurs dépenses de santé mais d’accueillir toute la misère du monde.

Cette perversion du pouvoir qui interdit de soigner à l’hydroxychloroquine et azithromycine. Si cela marche bien à Marseille, pourquoi ne pas le permettre partout ?

Le médecin, sauf celui inféodé au politique et ayant perdu son indépendance, ce qui le rend pitoyable pour ne pas dire plus, est quelqu’un de très seul aujourd’hui. Mais c’est surtout le malade qui ne doit pas être livré seul à des gens qui ont perdu toute conscience.

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » (Rabelais). Avons-nous oublié nos fondamentaux ?

Sophie Durand

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Irea

N’oubliez pas que ce gouvernement vient de faire voter l’annulation de notre “clause de conscience”
Donc l’annulation de notre serment d’Hyppocrate!

Laure

Ce second confinement va , de fait, toucher, les retraités: écoles ouvertes, actifs au travail…qui restera cloîtré?

Paoli

Choisir les malades …quelle monstruosité et quelle horreur ,,accrochons nous aux branches les vieux …car de telles paroles sont crimiinelles ..seul DIEU a le droit de choisir notre heure .

olaf

le DANGER ce n est le COVID ces L ISLAM radical !!!!!

Sophie Durand

@olaf
Vous ne croyez pas qu’on va profiter du covid pour nous islamiser et nous détruire un peu plus ?

patphil

l’important c’est les subsides de bigpharma!
vouloir soigner à l’hexachloroquine est interdit!

Vent d'Est, Vent d'Ouest

Le choix a été fait lors de la première vague avec le Ritrovil administré à nos Anciens, et ce sans état d’âme sur ordre de ce gouvernement et peu de temps avant ce deuxième confinement un décret autorise son utilisation… Je m’interroge régulièrement sur les motifs qui poussent macron à nous mentir si inlasseblement ?
Une autre question m’interpelle en ce qui concerne l’autorisation de l’utilisation du Ritrovil définie par un récent décret. Cela signifierait-il qu’elle était illégale auparavant, et ce dans les conditions où elle était pratiquée ?

Irea

Il est toujours illégal de soigner un malade avec un produit qui lui est contrindiqué!
Le rivotril ayant une contre indication ABSOLUE en cas d’insuffisance respiratoire sévère.

C’est pourquoi qu’en même temps que cette extension d’AMM (autorisation de mise sur le marché) ce, sans étude clinique randomisée, comme demandé pour l’hydroxychloroquine!), on nous a sucré notre clause de conscience.

Je suis jeune retraitée, mais je peux vous dire qu’ils m’auraient entendue et qu’il y a de fortes chances pour qu’on m’aie licenciée pour rébellion contre l’état (mon employeur)!

Fabiola FERRANTE

Bien d’accord avec vous !
“An apple a day keeps the doctor away…” : c’est ma devise !
Au plus je reste loin des médecins, au mieux je me porte, sauf cas grave ou handicapant, et encore…
J’ai déjà vu des médecins tordus mais en ce moment sur les plateaux de TV, c’est la foire aux connards : ils se contredisent les uns les autres, ils finissent par faire peur.

zéphyrin

bah des années qu’on fait l’économie de ranimation sur des personnes âgées.
il faut être réaliste…je sais c’est difficile à admettre pour la famille que le samu ne se déplace pas pour leurs (parfois très, en tout cas trop) anciens en proie à un très gros malaise.
la vie n’a pas de prix, mais elle a un coût. L’urgence est une affaire de gestion aussi.
néanmoins pour la covid on met le paquet il faut le reconnaitre. Sans doute parce que la plupart des hospitalisés peuvent être ranimés.
mais si le personnel est débordé, on tombe dans la médecine de guerre….
soyons prudents…

FCC Cercle Légitimiste de France

Et pire encore la généralisation du Rivotril!!!

Viktor

Reconnaissons que la solution finale de Macron est autrement plus raffinée que celle d’Himmler !
En attendant un procès de Nuremberg bis, il va bien falloir continuer à résister.

BERNARD

Notez bien que pour le choix des greffés, c’est pareil, vous pouvez attendre plusieurs années un organe, et le jour ou celui-ci arrive, si un jeune “étranger” (sa situation légale ou non ne compte pas ) est compatible, il vous passe devant surtout si vous avez plus de 60 ans.
J’avais d’ailleurs posé la question à l’agence de la biomédecine qui m’a répondu avec une certaine condescendance éthique (pour ne pas dire ethnique)
Conclusion, je me suis inscrit sur le registre des refus de don.. rien que de savoir qu’un de mes reins pouvait sauver un muzz, ça m’a fait froid dans le dos… brrr !

https://www.registrenationaldesrefus.fr/#etape-1

zéphyrin

oui nous ne sommes même pas maitres du don de notre corps…
la jeunesse est tellement émouvante, surtout pauvre.
pareil pour les dons de fringues, les restaus du coeur deviennent les restaus du tiers monde….

Laure

De toute façon, ils ne sont pas censés en vouloir…

Lire Aussi