Le conflit Otan/Russie va se déplacer vers la mer Baltique

Une fois n’est pas coutume, je reviens rapidement sur le sujet de l’adhésion de la Finlande et la Suède à l’OTAN.

Dans mon dernier article ”Finlande et Suède dans l’OTAN : pourquoi la volte-face d’Erdogan”, je relatais l’accord  passé entre les deux candidats et la Turquie selon lequel cette dernière n’opposerait plus son veto à leur adhésion à         l’OTAN. Cet accord n’en est pas un puisque il est qualifié de “déclaration d’intention”. Pour les habitués de négociations, la déclaration d’intention doit être suivie d’accord point par point et leur réalisation. Ce qui n’apparaît pas dans la déclaration, explicitement, c’est l’obligation des deux candidats d’expulser les terroristes ou désignés comme tels par Erdogan, vers la Turquie. La liste des terroristes a été publiée mardi soir 27 juin par le bureau de presse Ensonhaber, laquelle comportait 40 noms avec photos et pedigrees : 31 noms pour la Suède et 9 pour la Finlande. Dernier rebondissement dans l’affaire, jeudi après-midi 29 juin, Erdogan en personne et en conférence de presse à Madrid affirme que “l’accord” avec la Suède porte sur 73 personnes ! La promesse faite par la Suède est inscrite dans le protocole en annexe de la déclaration d’intention.

Le Premier ministre suédois Magdalena Andersson, depuis Madrid, et le ministre de l’Intérieur Morgan Johansson depuis Stockholm ont commenté  la liste dans le même sens. Les porteurs de passeport suédois ne seront pas expulsés. Et j’ajoute : même si les intéressés ont obtenu le passeport en urgence après la publication de la liste. La Suède sait faire pour protéger les terroristes du monde entier. Ne seront pas non plus expulsés les personnes qui risquent des représailles dans le pays demandeur. Cela veut dire prisons, tortures et exécutions. Et là, les Andersson et Johansson font référence aux dispositions suédoises et européennes sur le refus de livrer des criminels à un autre pays où ils risquent les représailles citées plus haut. En d’autres termes, le Premier ministre Andersson dit à Erdogan : c’est moi qui décide de qui, comment, quand et où ! La Finlande, que je n’ai pas entendue, est sans doute sur la même ligne.

En fin de fin, les deux pays vont noyer le poisson en eau trouble pour contourner “l’accord”. On peut comparer avec le non-respect des accords de Minsk.

La Turquie va naturellement réactiver son veto en demandant à son parlement de rejeter ”l’accord” de Madrid. La Suède et la Finlande ne rentreront jamais dans l’OTAN, sauf si l’OTAN passe outre le veto turc. Dans ce cas, c’est la Turquie qui pourrait être exclue de l’OTAN.

Dans tous les cas de figure, le danger d’un conflit ouvert entre la Russie et l’OTAN peu à peu se déplace vers la mer Baltique.

La Russie va inévitablement gagner  la guerre en Ukraine et prendre la partie du pays considérée  favorable à la sphère russophone. Poutine l’a exprimé lui-même : l’ouest de l’Ukraine est hostile  et par là sans intérêt pour la Russie.

Ce déplacement vers la Baltique a commencé en Lituanie qui a bloqué le corridor de Suwalki aux transport de certaines marchandises de Russie à leur enclave de Kaliningrad. La mer Baltique va devenir un baril de poudre. Avec la Finlande et surtout la Suède membres à part entière de l’OTAN, les Américains ou Britanniques vont inévitablement installer une base sur l’île de Gotland en Suède. C’est ce qu’un général américain a dit devant le Sénat il y a quelques temps. Gotland est juste en face de Kaliningrad et, comme le dit le général américain, peut servir de porte-avion idéal en Baltique. Le choix de la Suède serait judicieux puisque c’est le maillon faible en mer Baltique avec des effectifs militaires de 24 600 hommes y compris les réserves. À comparer avec la Finlande dont les effectifs, y compris les réserves, sont de 285 000 hommes qui s’entraînent régulièrement. Qui s’y frotterait serait piqué !  Surtout en hiver dans la neige.

Les Gouvernement suédois et finlandais, en pensant prendre des garanties de défense au sein de l’OTAN, attirent à eux comme un aimant le risque de conflit avec la Russie. Il faut les comprendre, ils sont socialistes et mondialistes et aveuglés par leur idéologie. Aux dernières nouvelles, la Lituanie négocie un accord avec la Russie pour reprendre les transports de marchandises vers Kaliningrad. L’OTAN a jugé plus prudent de faire machine arrière et d’attendre une meilleure occasion à l’avenir.

Cette occasion viendra tôt ou tard quand l’OTAN sera en position de force dans la Baltique.

Jean-Claude Jourdan

image_pdfimage_print
11

8 Commentaires

  1. Actuellemnt et pour deux ou trois ans au moins, la Russie dispose d’une suprématie quasi absolue sur les USA, ( Et c’est heureux).
    La russie va evidement mettre en place un programme de vitrification de la Finlande et de la Suéde, des le moindre danger, et c’est bien fait pour leurs gueules.
    Mais ce n’est qu’un dispositif annexe !
    La vitrfication de la moitié des USA reste au programme.
    La question qui nous interesse est : est-ce que l’interet de la Russie de Saint Petersbourg l’emportera sur le mepris du sinistre pervers Macrouille pour epargner la France.
    Je ne serai plus la, mais j’ai des doutes

    • Du moment que les réserves amérindiennes soient épargnées par leurs tirs, pas de problème !

  2. Si ça continue comme ça à chatouiller la queue du dragon et quand les Russes en auront assez de perdre hommes et matériel du fait des cobelligérances UE-Otaniennes, ils finiront par balancer deux ou trois nukes en même temps.

    Il n’y aura alors en représailles que des mots, en effet :

    1) L’Otan n’interviendra pas nucléairement, car alors c’est tout le patelin USA qui serait gravement menacé, puis détruit en cas d’intervention

    2) Les intérêts vitaux de la France n’étant pas menacés, impossible du fait de la doctrine, d’utiliser des nukes contre les Russes

    3) Les GB … je doute fort qu’ils utilisent la dissuasion, d’abord ils dépendent des US, pour l’emploi et la doctrine.

    Comme pour le Japon, ça va se terminer par deux nukes cette histoire et après on dira que les Russes sont méchants !

    • Suis pas certain que Macron ne va pas sortir ses petits muscles. Il vient de déployer le CDG avec son escadre et pour mémoire le CDG embarque des Rafales pouvant emporter des nukes ! Au moindre signe de décollage, Putin n’hésitera pas à couler le porte-avions français.

      • Le PAN n’a de nucléaire que sa propulsion. Il n’emporte pas l’ASMPA à son bord en temps normal pour des raisons de sécurité (ASMPA = Missile nuke air-sol-moyenne-portée-amélioré qui fonctionne d’ailleurs assez « moyennement »). Ce missile devra être mis sous avions dans des DAMS (Dépôt d’armes militaires spéciales dont tout le monde connaît les positions géographiques). Ces mouvements sont bien évidemment scrutés en continu !

  3. si la grenouille lituanienne veut se faire aussi grosse que le boeuf russe… la fable de la Fontaine va se prouvée encore une fois valable

  4. La Russie aura bientôt terminé la guerre. Putine aura atteint ses objectifs dont
    le contrôle de la côte de la mer noire de Mariopol jusqu`à Odessa. Les Ukrainiens,
    leur armée détruite pour des années à venir, vont entrer dans une période turbulente,
    politique, économique et sociale sans précédent.L´Otan se tiendra à distance jusqu´à
    ce que tout se calme. Les pays limitrophes, Pologne, Baltes, Hongrie, Roumanie se tiendront à careau sachant que les Américains ne feront rien dans cette partie du
    monde.Le conflit va se déplacer vers la mer Baltique où les suédois sont le maillon
    faible du dispositif otanien. J´espére que le gouvernement suédois issu des élections
    de septembre reprendra ses esprits et annulera la demande d´adhésion à l´OTAN.
    Suédois des Cévennes

Les commentaires sont fermés.