Le Congrès des Femmes Françaises en Niqab a choisi : soutien total à Jean-Luc Mélenchon !

Publié le 23 janvier 2012 - par - 4 986 vues
Share

بسم الله الرحمان الرحيم

Au Nom d’Allah Le Clément, Le Miséricordieux,

Comme je vous l’avais annoncé dans mon précédent article, ce dimanche 27 safar 1433 (22/01/2012 dans le calendrier polythéiste), se tenait le Congrès national du CAFFEN (Collectif des Associations des Femmes Françaises en Niqab).

Tou-te-s les délégué-e-s des régions de France ont fait le déplacement. Au total, 1632 femmes avec leurs 1293 tuteurs ou maris, plus 624 hommes. La réunion a eu lieu à l’hôtel-restaurant « L’Etoile du Sahel », près de la Gare de Lyon dans le 12ème arrondissement de Paris. Nous avons eu quelques difficultés pour séparer l’espace en deux, l’un pour les femmes et l’autre pour les hommes, mais finalement tout s’est bien passé.

Les intervenants prévus n’ont pas pu tous se déplacer, mais tous ont eu à cœur d’envoyer des remplaçants.

Tout d’abord, les conférences.

Tariq Rochdi nous a expliqué sa conception de la citoyenneté musulmane dans les pays européens. Selon lui, les lois des mécréants ne s’opposent pas à celles de notre religion, à condition de les interpréter dans un sens islamique. L’assistance ne partageait pas totalement son avis, arguant par exemple des lois liberticides contre nos sœurs portant le voile. Mais Tariq a rétorqué que ces lois sont justement anti-laïques, en empêchant les musulman-e-s de pratiquer leur foi.

Hani Rochdi a justement défendu cette loi divine que nous enseigne notre noble Coran. Il a particulièrement insisté sur cette caricature que font les ennemis de l’islam sur des préceptes comme la lapidation des femmes adultères ou le fait de couper la main des voleurs. Alors que ces dispositions législatives ne sont que bon sens. En effet, a-t-on jamais vu une femme adultère lapidée re-commettre le péché de fornication, ou une main coupée récidiver dans le vol du bien d’autrui ?

Farid Sayed nous a raconté son long parcours au sein du Front National, et pourquoi il a claqué la porte quand il s’est aperçu de la dérive sioniste impulsée par Marine Le Pen. Tableaux et chiffres à l’appui, il a décortiqué le financement de la campagne de la nouvelle égérie islamophobe par le Mossad et par les lobbies évangélistes américains.

Ensuite, les tables rondes.

Noël Monnot a dénoncé la persécution de toutes les minorités visibles en France. Selon lui, les femmes voilées subissent des discriminations analogues à celles qu’endurent les homosexuels. La réaction des participants a alors été assez véhémente face à cet amalgame entre de pieuses musulmanes et des invertis. Le débat a alors porté sur des considérations exégétiques quant au sort que l’on doit donner aux homosexuels. La question n’a pas été tranchée.

Martine Auroc nous a raconté l’expérience qu’elle a menée dans des piscines de sa ville, à savoir l’introduction de « burkinis » pour les musulmanes. Néanmoins, son exposé volontariste s’est heurté à une certaine incompréhension, puisque la discussion a alors porté sur le fait qu’avec ou sans burkini, le fait que des femmes et des hommes se baignent ensemble est illicite et ne peut qu’encourager le stupre et la débauche.

Et puis les ateliers.

Dounia Bouziane a expliqué comment fabriquer soi-même son hijab ou son niqab, et comment le porter. Hélas le temps lui a manqué pour passer aux travaux pratiques, d’autant plus que nous avons oublié d’apporter des machines à coudre. Mais Dounia nous a promis de compléter cette formation par des vidéos sur son site internet.

Caroline Ferret devait défendre son point de vue selon lequel nous devons défendre les jihadistes libyens au nom de l’universalisme. Mais finalement elle a renoncé à un exposé doctrinal pour un travail plus pédagogique sur l’art de la rhétorique. Son atelier a reçu un franc succès, avec de nombreux exercices pratiques.

Pour ma part, je devais aussi faire une conférence magistrale en partant de mon expérience personnelle du martyre quotidien d’une Française portant le voile facial. Mais j’ai préféré transformer cet exposé victimaire en application pratique : comment résister à l’islamophobie dans la vie de chaque jour. Je vous donnerai les détails de mes humbles leçons dans de futurs articles.

Ce Congrès a aussi été l’occasion de votes multiples quant à notre Collectif.

Le rapport moral a été adopté à 95% des votant-e-s.

Le rapport financier exposé par notre sœur Zoubida Labèze a suscité quelques réserves déontologiques. Nos associations locales doivent-elles accepter des subventions publiques de la part d’organismes régionaux, surtout quand ceux-ci sont dirigés par des islamophobes de l’UMP ou du PS ? Sur ce point de droit, Tariq Rochdi nous a éclairé de sa science et a répondu oui, ce qui a convaincu la plupart des récalcitrants. Finalement, le rapport financier a été adopté par 87% des participant-e-s.

La condamnation à l’encontre de la loi islamophobe votée par les sénateurs-trices islamophobes et visant à discriminer nos sœurs portant le voile musulman et travaillant dans les crèches, dans les centres de loisirs ou comme assistant-e-s maternell-e-s à domicile a été approuvée à 98% des votants.

Il restait à décider une orientation sur la question très importante de notre choix stratégique pour l’élection présidentielle à venir.

Le mufti Abdelkarim Binladin, venu spécialement d’Arabie Saoudite, a exposé sa thèse selon laquelle que voter pour une person-ne non-musulman-e est une innovation blâmable en islam. Le débat a été très vif, et finalement Tariq Rochdi et Caroline Ferret ont convaincu les congressist-e-s que la position de Binladin reposait sur une interprétation plutôt faible des haddiths.

Notre sœur Zoubiba Labèze a vigoureusement défendu le Modem et François Bayrou, seul candidat à l’élection présidentielle qui lors des deux derniers scrutins s’était déplacé en personne auprès de nos frères et sœurs de l’UAM-93 (Union des Musulmans de la Seine-Saint-Denis) pour appeler à voter pour lui. Néanmoins, la plupart des participants montraient une méfiance légitime envers un candidat se réclamant ouvertement d’une religion polythéiste.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/x9ghy3_francois-bayrou-lors-dun-diner-de-l_news[/dailymotion]

Deux autre motions ont été défendues par Nadia K. et moi-même, qui soutenions respectivement Éva Joly et Jean-Luc Mélenchon. Le public a évoqué de nombreuses attitudes islamophobes, non pas chez ces candidats eux-mêmes, mais chez certains de leurs lieutenants ou de leurs soutiens.

Le premier tour de scrutin a donné le résultat suivant :

– Condamnation du vote pour un-e mécréant-e : 13,29%
– Soutien à François Bayrou : 11,56%
– Soutien à Eva Joly : 28,90%
– Soutien à Jean-Luc Mélenchon : 21,96%
– Abstentions : 24,28%

Nous avons donc été obligé-e-s d’organiser un second tour de scrutin, pour départager Éva Joly et Jean-Luc Mélenchon. J’ai personnellement rappelé l’attitude honteuse d’une élue EELV de Lyon qui a refusé le mariage à une fiancée musulmane sous prétexte qu’elle portait le voile. Éva Joly n’a pas dénoncé cette dérive ultra-laïciste et islamophobe. De son côté, Nadia a voulu accuser le Front de Gauche de nombreuses attaques contre les associateurs juifs et chrétiens, mais n’a pu prouver aucune pique même minime des amis de Jean-Luc Mélenchon contre notre noble religion.

Au second tour de scrutin, le soutien à la candidature de Jean-Luc Mélenchon l’a emporté par une majorité absolue de 50,32% des voix (contre 14,65 pour Éva Joly et 35,03 abstentions). En toute démocratie, ce sera donc le candidate que soutiendra officiellement le Collectif des Associations de Femmes Françaises En Niqab.

Cette réunion du CAFFEN a pleinement démontré que contrairement à la propagande officielle, il n’y a aucune incompatibilité entre islam et démocratie. Même l’ancienne islamophobe Caroline Fourest l’a reconnu à plusieurs reprises, en particulier en défendant nos frères de Libye qui luttent par les armes contre le stupre et la déviance.

Que la Paix et la Bénédiction d’Allah le Très-Haut soient sur Éva Joly, sur Jean-Luc Mélenchon, sur leurs soutiens et sur tous ceux et celles qui suivent la voie juste jusqu’au Jour du Jugement Dernier.

Leïla Adjaoud, Présidente du Directoire du Collectif des Associations de Femmes Françaises En Niqab

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.