Le coran a remplacé Mein Kampf, et l’islam prend le monde entier en otage

Publié le 21 septembre 2012 - par - 3 583 vues
Share

Si nous considérons les réactions des responsables musulmans et de la plupart de nos hommes politiques, le raisonnement est simple : ne critiquez pas, ne vous opposez pas à la religion musulmane, car « cela » va entraîner des émeutes, des meurtres, des décapitations, des attentats. « Cela » , « on » étant un peu comme une calamité naturelle, ce n’est pas de notre faute, à nous, musulmans, mais de la votre qui osez vous opposer à nous, même avec de simples caricatures !

De la même manière, dans bien des cas, des manifestations contre l’islam sont interdites par crainte de trouble à l’ordre public, et celà parce que la crainte est celle des émeutes, agressions, meurtres , attentats quasi certains commis par des adeptes de la religion musulmane, que l’on aurait donc poussé à bout…

Facile inversion de charge ! Et donc avantage systématique et unilatéral à l’islam (à qui l’on donne le droit ainsi de menacer et réduire au silence, sans que nous pussions répondre à hauteur de notre dégoût de cette religion absurde et criminelle).

Je ne vois la aucune différence avec n’importe quel criminel prenant en otage des hommes, des femmes ou de enfants et menaçant de les tuer si d’aventure l’on ne satisfaisait pas ses exigences. 

Quelle belle religion, qui a besoin de menacer et tuer pour imposer son joug ! 

Avec l’islam, c’est le monde entier qui est ainsi pris en otage :

– soit vous accédez à nos revendications, vous renoncez à la liberté d’expression, vous instaurez le délit de blasphème (ah voyez sa magnifique application au Pakistan) pas le droit de s’opposer au voile, la burqa, le halal, l’excision, les mosquées, les mariages forcés, les écoles coraniques, l’esclavage, l’interdiction de ne pas croire , ou encore de dire quoi que ce soit contre « NOTRE maladie mentale » inoculée à la prime enfance, soit encore nous ravagerons vos banlieues, et partout où c’est possible,  vous tuerons (fatwas de mort)…

En tant que personne libre, vous ne serez en sécurité nulle part, chaque musulman pouvant se transformer en assassin et y est incité (l’actualité nous le démontre chaque jour). La menace est donc bien réelle mais nos politiques ne veulent pas en voir la réalité : ce sont des actes de guerre contre nos sociétés. On ne peut vivre avec le cancer, soit on l’éradique soit on en meurt !

Ultimatum 

Ainsi soit nous acceptons de régresser à leur niveau, c’est à dire celui d’une idéologie ayant à peine atteint le moyen age, d’une intolérance effarante, d’une violence permanente, d’une ignorance lamentable, d’une stagnation absolue, d’une combinaison de fascisme et de fanatisme qui ferait passer bien des tyrans pour des enfants de coeur,  soit nous seront tués, pris en otage, mis en esclavage partout où il leur est possible de le faire ! Le sort des chrétiens d’orient en est l’exemple frappant.

Pour les Politiques et les médias, ce n’est jamais le moment 

En effet, le moment est d’extrême tension, mais il l’est toujours dès que l’on ose critiquer ce cancer (Charlie Hebdo s’est bien fait exploser), d’ailleurs vous remarquerez la quasi unanimité du courrier des lecteurs, qui profitent de ce moment de fraîcheur, lorsque la chape de plomb médiatique se fissure un peu,  pour se lâcher sur ce que tout un chacun considère comme un viol de l’ensemble de nos lois et progrès et de l’incompatibilité de cette maladie mentale avec toute forme de société moderne. Le rejet de ce greffon qui nous est imposé, avec une totale inconscience, par les politiques, les journalistes et les bobos est simplement total !

Alors c’est vraiment le moment d’en remettre en effet plusieurs couches, pour que le mur de la bien pensance suicidaire se fissure, que le rejet soit acté, que la peur change de camp, que les fascistes religieux soient démasqués et chassés de ce pays, comme de toutes les démocraties,  et donc cent fois bravo à Charlie hebdo de porter haut (et quasi seul) les couleurs de la liberté face à cet hyper fascisme qu’est l’islam.

Le piège de Shoah

Dès que l’on touche à l’islam, nos belles âmes, aveugles ou formatées, utilisent immédiatement les références aux nazis, aux camps de la mort, aux rafles, et voici que toute personne qui soulève le sujet se voit ainsi traité de pestiféré …

L’actualité et le contenu de l’horrible coran, ne sont pas des fantasmes, ni des exagérations de la réalité, l’asservissement des femmes, l’appel au meurtre des juifs, des homosexuels, des critiques, des artistes, des apostats, des femmes et filles désobéissantes ou adultères  sont des réalités de même que l’appel à l’éradication de l’état d’israel.

Les ravages de l’islam dans tous les pays ou celui ci existe, et la liste de ses méfaits est pourtant présente au quotidien dans les journaux (nos journalistes sont donc hémiplégiques du cerveau , dès que l’islam se pointe, le cerveau entre en sommeil concernant toute forme de critique et d’investigation).

Comment nos si chères belles âmes arrivent ainsi à confondre l’oppresseur et l’oppressé, peut être parce qu’il ne porte pas l’uniforme SS ? se sont ils rendus compte que l’uniforme du fascisme a évolué et se reconnait par : Voile, Burqa, barbe religieuse, calotte de dévot , chemise de nuit ,marque au milieu du front (à se cogner 5 fois par jour la tête contre le sol)… et que le coran a remplacé Mein kampf.

Jack Lucent

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.