Le coup de la stigmatisation, cela commence à être éculé…

Publié le 3 mai 2010 - par
Share

Bonjour à tous,

Une amie franco algérienne m’a envoyé ce sms (à faire suivre) à propos de l’affiche du front national jeunesse:

« 130 personnalités viennent de signer une pétition pour dénoncer le caractère raciste de l’affiche brandie par Jean-Marie Le Pen au soir du premier tour – une Francerecouverte d’un drapeau algérien sur lequel poussent des minarets, avec au premier plan une femme en voile intégral. Elle a beau dire « non à l’islamisme », toute la mise en scène insinue que l’immigration algérienne est forcément synoyme de montée de l’intégrisme. Terrifiante confusion, qui insulte tous les algériens laïques ayant subi et combattu le fanatisme. »

Cette information a déjà été abordée dans RL mais je pense que l’ensemble de la discussion est intéressante à aborder :

Cette amie a quitté la religion musulmane à cause de son contenu et de la place qui y est faite aux femmes. Elle m’a fait découvrir celle-ci (et je lui en suis infiniment reconnaissant) car elle continuait à défendre les musulmans et le fait que cette religion est paix et tolérance. A l’époque, je connaissais peu l’islam mais je savais qu’elle était à la source de la majorité des guerres sur notre planète. J’ai donc cherché plus d’informations et ainsi découvert RL et de nombreux sites résistants.

Nous avons longuement échangé autour des informations recueillies. Au début, elle disait que je tenais des propos racistes sauf que je ne suis pas raciste. N’ayant aucun sentiment de supériorité ou d’infériorité par rapport aux différentes ethnies, et elle en était consciente, cet argument a vite été écarté. A chaque fait, évènement avéré, démontré, vérifiable, elle m’opposait le fait que tous les musulmans n’étaient pas pareil.

L’autre jour, elle me parlait de la stigmatisation des musulmans par les Français de souche. Je lui rétorquais alors que les Français, en grande majorité, n’étaient ni racistes ni islamophobes mais en avaient ras le bol de certains comportements. Je lui expliquais aussi que dans notre culture, le débat était important sauf que nous ne pouvions nous exprimer librement sans être montrés du doigt alors que certains immigrés ou fils d’immigrés, comme elle ne se gênaient pas pour nous faire des reproches. Le fait même de laisser nos détracteurs s’exprimer démontrait notre volonté de débattre et d’accepter nos interlocuteurs. Mon amie m’expliqua qu’elle, comme tous ses congénères, étaient dans la même démarche. Je lui ai rappelé que ce n’était point le cas puisqu’à nos arguments étaient opposés accusation de racisme, stigmatisation etc…

J’ai alors expliqué à celle-ci qu’inconsciemment, elle se bloquait en ne reconnaissant pas qu’elle n’acceptait pas les critiques tout en en faisant!
Elle gérait les situations à deux vitesses : liberté d’expression pour eux et condamnation pour nous.

Le lendemain, elle m’envoya ce sms.

Je lui ai dit que l’Algérie subventionnait des mosquées en France ainsi que des imams. D’où une ingérence de ce pays afin d’islamiser mon pays. En outre, je lui ai rappelé que la carte de France avec le drapeau algérien était une création d’Algériens et qu’au final, l’affiche du FNJ ne faisait que démontrer une réalité.

J’ai également rappelé que les Algériens laïcs n’avaient jamais critiqué l’intrusion religieuse de l’Algérie dans la paysage sociologique de la France ainsi que l’utilisation de la carte de mon pays pour promouvoir un pays étranger. De là, j’ai conclu en expliquant que dans ce cas, comme tant d’autres, des comportements induisent des réactions mais que consciemment, les comportements n’étaient pas condamnés à la différence des réactions.

Je n’ai plus de nouvelles depuis…

Je tenais à vous faire partager cet exemple de qui stigmatise qui.

Anthonin Lamoureux

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.