1

Le coup de traître des LR contre Fillon

 

Après avoir magouillé et empêché la candidature Fillon, les social-traîtres (Lénine) se sont reconvertis chez Macron selon les règles de la social-démocratie opportuniste. Là où la soupe est bonne, faut pas se priver. Les con(-de)structifs ont coulé la candidature Fillon. La morale de la social-démocratie opportuniste en politique, c’est l’instrument de la domination des dominants pour soumettre et asservir les dominés !

C’est la raison pour laquelle la candidature Fillon a déclenché tant de haine chez les perdants de la primaire et surtout chez le Bayrou-manque-de-Pau pro-Juppé et tant d’agressivité dans les médias. Depuis la campagne de la primaire de la droite, Bruno Le Maire ne pouvait se remettre de sa défaite cuisante.

C’est pourquoi, il a bientôt fait partie de la petite bande d’élus LR Macron-compatibles avant de se voir nommé ministre du gouvernement d’Édouard Philippe avec Gérald Darmanin, et d’autres élus LR.

Sous la houlette de l’UDF Juppé-compatible, Jean-Pierre Raffarin, Sébastien Lecornu, Franck Riester et Thierry Solère veulent enfin jouer dans la cour des grands, sous la présidence Macron. Alexandre Boudet, Journaliste politique au HuffPost : « À l’Assemblée nationale, Les Républicains « constructifs » actent l’explosion de la droite (après avoir dézingué la candidature Fillon). En créant un groupe, quelques dizaines de députés pro-Macron mettent le feu au parti Les Républicains. Thierry Solère pourrait prendre la tête du groupe des (destructifs) favorables au gouvernement Philippe. Comme eux, entre vingt et trente élus qui se définissent comme « constructifs » sont d’accord pour appuyer la majorité présidentielle : « On a bon espoir d’arriver à 40, chez Les Républicains ». « Certains UDI attendent d’avoir une démarche collective pour nous rejoindre« .

« Au final, on retrouvera des proches de Bruno Le Maire tels Franck Riester ou Laure de la Raudière et des juppéistes comme Pierre-Yves Bournazel ou Agnès Firmin Le Bodo qui a succédé à Édouard Philippe.

« On assiste à la fin de l’UMP créée en 2002 », constate Georges Fenech (qui a contribué à couler la candidature Fillon et) qui a été balayé par la vague macroniste. Ce qui se produit au palais Bourbon préfigure ce qui pourrait se produire dans quelques semaines ou quelques mois au sein du parti Les Républicains.

« Ce qui s’est passé au Trocadéro a marqué une fracture ». « Quand, dans l’entre-deux tours, vous avez des responsables qui n’appellent pas clairement à voter pour celui qui peut faire battre Marine Le Pen, quelque chose ne va pas ». « Ces derniers mois ont tellement radicalisé les militants que je ne me reconnais plus dans mon parti. Je suis convaincu qu’il faudra qu’on parte pour de bon ». « Ne tirons pas de conclusion hâtives, (Franck Riester). Notre travail est concentré sur l’Assemblée, on ne sait pas de quoi demain sera fait.

« Alors que la droite s’attend à une lourde défaite au second tour des législatives, les élus LR Macron-compatibles préparent déjà l’après. À la tête du parti, on s’insurge contre ces « traîtres« .

Isabelle Ficek : « À droite, le fossé se creuse un peu plus entre les « constructifs » et les autres. Jean-Pierre Raffarin soutient lidée dun groupe « Les constructifs«  à lAssemblée quand Brice Hortefeux plaide pour une « droite forte, populaire«  avec Laurent Wauquiez. Droite « forte » égale droite « authentique » : La majorité pro-Macron si majorité il a, risque d’être friable dans le temps…

« C’est pourquoi, pour être vraiment « Constructif« , Raffarin se retire de la vie politique. Raffarin, lors du Forum (UDF) Républicain organisé à la Maison de la Chimie, avait plaidé contre l’abstention et le vote FN entre les deux tours de l’élection présidentielle.« 

Sur Libé de gauche : « Après avoir soutenu Alain Juppé lors de la primaire de la droite, Raffarin sétait posé au sein du parti Les Républicains comme lun des principaux défenseurs (UDF-Juppéiste) dune ligne bienveillante à légard de Macron, popularisant le terme de « constructifs« , dont se sont baptisés la vingtaine délus LR ayant rejoint lUDI au sein dun groupe parlementaire. « Cest quelquun qui sait ouvrir les portes (de sortie !), a salué Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, insistant sur « la fin dun système« .

Après l’UMPS, l’UMP-PS compatible, on a ni « groite ni drauche«  et « groite et drauche«  avec Macron.

Comment ne pas citer Rimbaud, et « Le Bateau ivre«  (avec Macron) (1871) :

« Comme je descendais des Fleuves impassibles,


« Je ne me sentis plus guidé par les haleurs…

« J’étais insoucieux de tous les équipages…  

« Quand avec mes haleurs ont fini ces tapages,

« Les Fleuves m’ont laissé descendre où je voulais.

« Dans les clapotements furieux des marées,


« Moi, plus sourd que les cerveaux d’enfants, Je courus !

« Et les (élections)
N’ont pas subi tohu-bohus plus triomphants.

« La tempête (médiatique) a béni mes éveils maritimes.


« Plus léger qu’un bouchon j’ai dansé sur les flots (de BFMTV)

« Dix nuits, sans regretter l’œil niais des falots !

Écoutons Sam Elliott, The Big Lebowski (1998), de Ethan et Joel Coen : « L’Étranger (en voix off) : « De temps en temps y a un homme… Je dirais pas un héros… Mais il y a un homme (Christian) qui, et c’est (de droite) que je parle là… Un homme qui est exactement à sa place, qui colle parfaitement dans le tableau… »

« Walter Sobchak : « Le monde est en train de devenir cinglé ! Y a personne ici à part moi qui se soucie de respecter les règles ! (soit l’opposition politique nette entre la droite qui travaille et la gauche assistée).

« Le Duc : Ça doit être épuisant comme activité.

« Walter Sobchak : « Regarde la situation avec ces niqueurs (du PS).

« On peut pas se planquer derrière le pacifisme« .

« Le Duc : Ah ça c’est un super plan ! C’est une petite merveille ton plan si j’ai bien compris.

« On peut dire que c’est de la mécanique de précision.

« Walter Sobchak : (à propos de la liberté d’expression et de la liberté de la presse) :

« Pour votre information, la Cour Suprême a formellement condamné ce type d’attaque aux libertés.

« Le Duc : Tu vas pas invoquer le premier amendement, mec ?

« Walter Sobchak : Écoutez, j’ai des copains qui sont morts face contre terre dans les rizières pour que (la liberté d’expression) puisse exister… Tout le monde, sans exception, est concerné. C’est la liberté fondamentale ! (Lu Elrod, John Goodman et Jeff Bridges, The Big Lebowski (1998), par Ethan et Joel Coen).

(Citations « The Big Lebowski«  sur Wikiquote, le recueil de citations libre)

Thierry Michaud Nérard