Le courage commence par les mots !

Comment prétendre analyser l’actualité avec l’objectivité qu’une telle analyse requiert, tout en brandissant les couleurs d’un parti politique ? Si l’actualité est essentiellement politique – les catastrophes naturelles et autres faits divers ne sont pas de cet ordre – aucun parti politique n’est capable d’en saisir toutes les couleurs : l’actualité, ce n’est pas l’arc-en-ciel, et c’est fort regrettable, car l’arc-en-ciel ne connaît ni le noir ni le blanc, ce qui, en l’occurrence, évite bien des problèmes, le noir et le blanc n’étant pas des couleurs !

Eh oui ! aussi incroyable que cela puisse paraître, une simple remarque « colorée » peut faire de vous un « raciste », même si cette remarque n’est jamais qu’un constat. Il ne faut donc pas dire que la France s’africanise, pas plus qu’il ne faut dire qu’elle s’islamise, car, pour le coup, vous devenez « islamophobe ».

Que faut-il donc dire qui soit acceptable pour toutes les oreilles, et notamment pour celles du pouvoir ? Il faut dire ce que ce dernier veut entendre, ce qui revient à faire le deuil de l’esprit critique, sans lequel chaque individu n’est qu’une caisse de résonance, au lieu d’être une entité capable de raisonner.

Car enfin, n’est-ce pas le raisonnement qui constitue notre existence, faisant de chacun de nous une « chose pensante », indépendante de la chose même ?

Il reste que cette indépendance de la pensée n’est pas donnée d’emblée : elle est le fruit d’une conquête, et cette conquête exige beaucoup de courage – ce fameux courage qui manque à beaucoup !

Maurice Vidal

image_pdfimage_print

3 Commentaires

  1. « L’homme n’est qu’un roseau le plus faible de la nature ; mais c’est un roseau pensant. »
    Blaise PASCAL

    Par ailleurs, j’aimerais bien savoir si ESOPE a raconté des fables sur les animaux pour la même raison que LA FONTAINE, parce que c’était moins casse-g…le que de dire la vérité toute crue.

    Quelle est la conclusion du procès de Socrate ?
    « Avant de quitter l’Héliée, le philosophe adresse quelques mots à ses juges et à ses accusateurs. Il ne semble pas du tout apeuré par son sort, au contraire, profondément convaincu du fait que la mort n’est pas un mal pour le juste et qu’un autre jugement est à venir pour chacun d’entre nous, après la mort. ».
    A-t-il été rejoint par Jeanne d’Arc dans l’au-delà ?

    La roue tourne et ceux qui tiennent le knout aujourd’hui l’oublient un peu trop vite…

    • ……mais je ne suis qu un petit flocon de neige
      Dans le tourbillon de l hiver
      Oui je ne suis qu un tout petit arpège
      Dans la symphonie millénaire……

Les commentaires sont fermés.