Le Crif et ses démarches liberticides : une aubaine pour les antisémites

http://www.crif.org/fr/lecrifenaction/lutte-contre-l%E2%80%99antis%C3%A9mitisme-sur-internet/48784

Après s’être distingué en exigeant l’interdiction de Dieudonné, au nom de la lutte contre l’antisémitisme, le Crif continue son offensive contre la liberté d’expression, en intervenant cette fois officiellement auprès de Google, de Twitter et de Facebook pour demander que le racisme et l’antisémitisme soient traités comme la pédophilie sur Internet et donc que les propos et appels à la haine raciste et antisémite soient systématiquement retirés.

Or, chacun sait, et trop de contributeurs de Riposte Laïque et d’autres sites en ont fait l’expérience, que toute critique de l’immigration et de l’islamisation de la France sont amalgamées à du racisme et peuvent amener, à cause de lois liberticides et d’organisation prétendument antiracistes, les auteurs de ces textes devant les tribunaux.

Chacun sait également qu’on est rapidement taxé d’antisémite, dans certains milieux, pour peu qu’on conteste l’abattage rituel casher ou la circoncision.

Si le Crif voulait réellement lutter contre l’antisémitisme, il aurait le devoir de faire le lien entre les textes du Coran et les agressions antisémites de jeunes musulmans. Il aurait même le courage de montrer que la haine du juif est une grande similitude entre l’islam et le nazisme. Il aurait ainsi rebondi sur les propos du président de la Licra, expliquant que la totalité des agressions antisémites, en France, venait de jeunes arabo-musulmans. Or, non seulement les dirigeants de cette association n’ont jamais un mot contre l’islam, ni contre l’ampleur de l’immigration musulmane, mais on les retrouve au coude-à-coude avec les imams pour défendre l’abattage rituel !

Loin de lutter efficacement contre l’antisémitisme, l’initiative de l’association présidée par Prasquier va au contraire irriter un ensemble de compatriotes, de plus en plus excédés par la dictature insupportable des cerbères de la liberté d’expression, dont certaines associations juives.

En agissant ainsi, le Crif fait totalement le jeu de ce gouvernement,  mais aussi des islamistes de l’OCI, qui veulent instituer un délit d’islomophobie. La meilleure preuve est cette nouvelle plainte, qu’annonce avoir déposé contre Riposte Laïque, l’officine LDJM (Ligue de Défense Judiciaire des Musulmans), présidée par l’avocat des gangsters, Achoui, suite à un article de Salem Benammar, intitulé : « L’homme musulman est né pour être l’esclave de sa religion et tuer la démocratie« . L’objectif de la plainte est clairement énoncé : il faut mettre fin à Riposte Laïque, et au plus vite !

http://www.islametinfo.fr/2014/01/22/ldjm-riposte-laique/

En demandant, dans le même registre, encore plus de répression contre la liberté d’expression, les dirigeants du Crif se comportent en véritables apprenti-sorciers, et constituent une aubaine pour les antisémites. En effet, par les insupportables pressions qu’ils exercent vis-à-vis du gouvernement, par leur repas annuel communautariste où tous les ministres paraissent aller se prosterner, ils favorisent la percée des discours Soral-Dieudonné laissant croire qu’existerait un pouvoir occulte qui guiderait la politique du pays et du monde entier.

Il est du devoir des Français de confession juive de dénoncer les sectaires totalitaires du Crif, mais aussi les procès en sorcellerie de la Licra et des socialo-collabos de l’UEJF, qui, outre le fait de servir la  soupe au régime Hollande-Valls, menacent dangereusement nos libertés publiques et sont, hélas, bien plus efficaces que Dieudonné-Soral pour faire monter, en France, le poison de l’antisémitisme.

Jeanne Bourdillon

image_pdfimage_print