Le criminel soutien de l’Europe au Hezbollah, que Bruxelles refuse de classer comme organisation terroriste

Publié le 20 août 2012 - par - 713 vues

On dirait que l’Europe a toujours aussi peur des Musulmans et semble  céder de plus à plus à leurs demandes.

Tel est le sentiment d’un lecteur du NewYorkTimes dans le fil d’un article qui explique que l’Europe ne soutient pas l’inquiétude des USA et d’Israël sur la dangerosité du Hezbollah en Europe. Un autre lecteur suggère que le bon sens des politiciens européens leur dicte de ne pas prendre part dans le conflit israélo palestinien et de ne prendre aucun risque. Ce serait donc par prudence que l’Europe aurait refusé de mettre le Hezbollah sur la liste noire des organisations terroristes.

Bien que plusieurs experts aient estimé les membres du Hezbollah à 950 en Allemagne et affirmé que de nombreuses cellules dormantes et réseaux de financement n’attendaient qu’un signal pour commettre des attentats, les responsables européens assurent garder un oeil sur ces militants et préférer ne pas les interpeller ou les expulser tant qu’ils restent tranquilles. Rappelons nous que Mohamed Atta l’un des terroristes du 11 septembre était étudiant en Allemagne et est passé allègrement entre les mailles de la surveillance. En France on a vu ce que la surveillance de la DST n’a pas empêché  Mérah d’assassiner 7 personnes au nom d’Al Qaïda qui serait proche des Sunnites et non des Chiites comme le Hezbolah.

On peut donc se permettre d’être sceptique sur l’efficacité de cette surveillance. Après tout, en France, le plan Vigipirate est actuellement au niveau rouge, une reconnaissance implicite d’un risque potentiel sérieux qui contredit quelque peu l’apparente sérénité de nos dirigeants et celle des dirigeants européens.

En Europe, l’action du Hezbollah consiste à recruter des membres et des soutiens financiers afin de les envoyer au Liban pour construire des cliniques, accomplir des tâces humanitaires et, surtout, acheter des armes. Chiite, le Hezbollah au Liban soutient l’armée de libération syrienne qui cherche à renverser Al-Assad. Il est donc cohérent avec leur politique extérieure, que les pays européens soutiennent les opposants au dictateur Assad même s’ils se doutent que les insurgés sont téléguidés par l’Iran chiite et acquis à la cause du Hezbollah chiite. On retrouve dans cette position les éléments de la soit-disante amitié franco-arabe qui consiste pour l’essentiel à fermer les yeux sur les avancées de l’impérialisme arabo-musulman pour faire la nique aux Américains, toucher des pétro-dollars, absorber les victimes des dictatures musulmanes à grand renfort d’aides sociales pour s’assurer un électorat de gauche et de soumission aux coups de boutoir qu’ils lancent contre la République, ses lois et ses valeurs “par souci d’apaisement” selon la formule désormais consacrée par l’autorité judiciaire.

En Europe, les Pays-Bas et la Grande-Bretagne sont les seuls à avoir banni le Hezbollah. Les Pays-Bas l’ont fait dés 2004 et la Grande-Bretagne a interdit seulement la branche armée car elle ne voit pas de danger dans la branche politique.

Le soutien de l’Europe au Hezbollah ne signifie pas qu’elle soutient sa cause les yeux fermés mais qu’elle estime, avec une population musulmane de plus de 10% que c’est la moindre des prudences. Toutefois, pas vraiment très fière de soutenir une organisation terroriste, l’Europe parle plutôt de son soutien au Liban et aux réfugiés syriens au Liban. Pourtant lorsqu’après l’attentat de Burgas, les premiers éléments de l’enquête ayant laissé penser que l’attentat avait été commis par le Hezbollah, Avigdor Lieberman, ministre des affaires étrangères d’Israël s’est rendu à Bruxelles pour demander à l’Union européenne de mettre le Hezbollah sur la liste des groupes terroristes, il a été éconduit.

Les USA et Israël sont donc furieux de constater que l’Union européenne ne les suit pas dans la lutte anti terroriste malgré toutes les preuves qu’ils s’efforcent de lui apporter et les mises en garde qu’ils adressent à l’Europe. Plusieurs experts cités par le NYT, pensent que le Hezbollah peut frapper à tout instant comme ils supposent qu’il l’a fait en Bulgarie. Certains internautes se demandent alors si l’Europe ne réédite pas ses erreurs et sa cécité vis à vis de l’Allemagne nazie qui avait clairement annoncé dans ses professions de foi comme dans “Mein Kampf” son intention d’envahir ses voisins et d’exterminer Juifs, Gitans, Homosexuels et malades mentaux.

A ce propos, notons que Mein Kampf est toujours un succès de librairie dans les pays arabes, ce qui laisse à penser que la haine des arabes et européens antisionistes n’est pas dénuée d’antisémitisme, ce qui légitime d’autant plus la crainte d’Israël et des USA vis à vis des groupes terroristes islamistes.

Il semble donc que les nations européennes n’aient rien appris de l’histoire récente et qu’elles rééditent avec le djihad les erreurs qu’elles avaient commises avec le nazisme. Quelques internautes se demandent même si certains pays européens et l’Allemagne en premier ne sont pas dans la ShadenFreude qui consiste à se réjouir en secret du malheur d’autrui. En effet, certains Musulmans et néo nazis se vantent de vouloir finir le travail qu’Hitler n’a pas terminé avec les Juifs.

L’intégrisme musulman incite les fidèles à appliquer les fondamentaux du Coran qui exhorte à la domination du monde non musulman. Riposte laîque se fait l’écho de tous les signaux forts du projet impérialiste musulman que de plus en plus “d’hommes de bonne volonté” (Romain Rolland) entendent mais auxquels restent sourds nos dirigeants couards et ravis de dissimuler leur antisémitisme ancestral derrière leur soumission au djihad et de s’abandonner à leur ShadenFreude.

Mais attention, tout le monde non musulman est concerné par le Djihad, les Juifs n’étant que le bouc émissaire habituel, l’antisémitisme un rituel bien rôdé destiné à leurrer les idiots utiles qui pensent défendre les droits des Palestiniens en faisant alliance avec les djihadistes. Si vraiment les Musulmans se souciaient du sort du peuple palestinien, il y a longtemps que les Palestiniens vivraient en paix à côté des Israéliens.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mein_Kampf#Un_succ.C3.A8s_de_librairie_tardifUne traduction en arabe réalisée par le criminel de guerre nazi Luis al-Haj, originellement nommé Luis Heiden, qui avait fui en Égypte après la Seconde Guerre mondiale, fut publiée en 1963. En 1995, le livre, dont la couverture arbore une croix gammée et une photo d’Hitler, a été réédité par les Éditions du Bisan à Beyrouth : 2 500 exemplaires ont été vendus jusqu’en 199639. Le livre est également distribué par Al-Shourouq à Ramallah pour les Territoires palestiniens. Selon l’Agence France Presse, le livre qui avait été interdit par Israël a été autorisé en 1999 par l’Autorité palestinienne. Il a atteint la 6e place dans la liste palestinienne des best-sellers40,41. En 2007, il a été présenté à la Foire internationale du livre du Caire par une maison d’édition syro-égyptienne,al-Kitab al-Arabi, dont le représentant, Mahmoud Abdallah, a déclaré  : « il [ce livre] représente une grande partie de notre succès, en particulier parmi le public des 18 à 25 ans42 »

http://www.nytimes.com/2012/08/16/world/europe/hezbollah-banned-in-us-operates-in-europes-public-eye.html?_r=1&nl=todaysheadlines&emc=edit_th_20120816#commentsContainer

Rose Martin

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi