Le déclin de la France, c’est Macron-Sarkozy-Hollande-Bayrou-Mélenchon-Jadot…

De temps en temps, le citoyen français a droit à une petite carte postale d’anciens ministres, secrétaires d’État, politiciens semi-retraités ou conseillers jamais payeurs, mais jamais avares de leurs avis non plus.

Il ne serait conséquemment pas anormal de baptiser ces derniers de « jamais jamais ». Sauf à savoir que cette expression redondante dans une acception plus courante et profondément philosophique accessible au pékin moyen, le « jamais jamais » est plutôt l’humble qui n’est jamais en mesure d’affirmer qu’il ne changerait jamais d’avis si les circonstances l’y obligeaient. Alors que les conseilleurs politiques sont toujours entêtés au seul « à jamais » de leurs dogmes, même si la réalité devrait les obliger à penser qu’ils vivent dans l’erreur depuis leur première tétine qu’ils auraient mieux fait d’avaler de travers pour le salut de leurs contemporains.

Ainsi est faite la nature humaine, aussi diverse, qui donne raison à Darwin : il y a les imbéciles qui sont voués à finir dans le mur par entêtement et les adaptables qui survivront en trouvant le portillon.
Le grand problème des démocraties occidentales actuelles, ce qui les ruine et a conduit au déclin d’aujourd’hui – qui est en passe de devenir irrémédiable face aux joueurs de go et d’échec de l’est et de l’Asie -, c’est qu’ils entraînent au mur les imbéciles qui gouvernent. Et conséquemment, par contrecoup, tout l’Occident vers une disparition darwinienne qu’un écologiste adorateur de complotisme baptiserait d’extinction de la septième espèce, blanche européenne celle-ci.

« Il serait temps de se reprendre » soupirent ensemble le patriote, le Gilet jaune et le paysan qui forment l’équipage des nouveaux gueux courant aux frontières vers Valmy. « Se reprendre », y compris légitimement par les armes, puisqu’il s’agit d’une question de survie, comme au temps de Sparte et d’Athènes qui se liguaient pour courir aux Thermopyles contre les Perses.
Or, face à l’Europe, ce sont tous les Perses du monde qui se sont ligués sans que les putatifs gouvernants qui ne gouvernent plus rien y préparent le continent le moins du monde.

Notre petite Fleur (il ne s’agit pas ici de Sydney Bechet) Pellerin vient de nous en adresser une bonne qui, en tout bien tout honneur, sans élever la voix ni tomber dans les aigus à la Castafiore, règle son compte à toute la classe politique européenne de ces dernières années, ainsi qu’à leurs dogmes qui ont conduit à déshabiller la mariée pour mieux la laisser en pâture aux hordes ennemies étrangères.
Quand Fleur prend sa plume, c’est du bon sens : “Il y a une quinzaine d’années, l’Europe avait plus de 50 % de parts de marché sur les équipementiers de télécoms. On avait Alcatel, Sagem, Nokia, Eriksson. Aujourd’hui, on n’a quasiment plus rien et c’est lié au fait que des rapprochements entre grandes entreprises n’ont pas été possibles“.

En voilà une belle et douce manière de dire qu’il n’y a pas de fatalités au déclin de l’Europe, seulement la volonté de la détruire par tous ceux qui l’ont dirigée depuis ces quarante dernières années.
On doit donc poser la question de la loyauté de ces dirigeants européens. Je vais loin, mais vu la déliquescence où a été mené le projet d’Union. Tout citoyen de ce continent est obligé de se demander s’ils ne sont pas payés par les puissances étrangères, chinoises et américaines en premier, pour mieux la couler.

C’est un avis partagé par beaucoup d’économistes d’entreprises que souligne madame Pellerin sur les règles européennes de la concurrence, totalement inadaptées, alors que “d’autres régions du monde sont plus protectionnistes et beaucoup moins frileuses pour favoriser leurs propres acteurs économiques”, ce qui “cause un préjudice monstrueux aux Européens“.
On me dira que ce sont les criminels qui siègent à Bruxelles et à Strasbourg qui sont cause de tout le préjudice monstrueux, et non les politiciens des États membres.
Foutaises.

Ils sont les mêmes, regardez-les en campagnes aux européennes, vous retrouvez la même carafe avec le même bouillon de onze heures dedans administré aux peuples européens : les verts, les rouges, les républicains, les modérés, les centristes, les mous de la couille et les offerts à la diversité pour une promesse de mixité de baise cosmopolite.
Sauf que le seul réellement baisé dans toutes les positions que peuvent prendre ces politiciens européens qui se disent convaincus reste le Gilet jaune de base.

Ils sont toujours tous à faire front contre les partis « populistes », comme ils les ont dénommés, comme une amicale qui ne s’occupe que de ses adhérents et non des populations.
Quand la Commission européenne décide de détruire toute la filière solaire européenne, toutes les industries de l’acier ou du médicament, toute l’agriculture, ce sont bien les politiciens de France, entre autres, qui sont à l’œuvre : chacun des membres de la Commission est nommé par chacun des États membres.

Donc, quand nos économies tombent en faillite et que la pauvreté s’étend comme une vilaine peste jamais contrôlée, c’est bien de la faute à Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande et Macron : ils en sont les artisans directs avec tous leurs lieutenants et tous leurs partis.
Ne cherchez aucun sauveur pour 2022 chez Bayrou, Montebourg, Pécresse, Bertrand, Jadot, Hidalgo, Macron et tutti quanti : ils ont tous participé activement au désossement de la belle et ont possiblement déjà été rémunérés via des comptes discrets ou offshore, comme madame Dati qui perçoit ses honoraires de Renault via une sous-filiale localisée aux Pays-Bas.
Prenez la France, on entend tous ces guignols qui se plaignent.

Prenez un exemple français, Xavier Bertrand, qui trouve intolérable de voir le manque de masques et de vaccins en France, de constater que nos entreprises de pneus et de machines à laver qui ferment ou délocalisent des Hauts-de-France vers la Pologne.
Un syndicaliste bien fait de son fumoir lui assènerait : « hey ducon, c’est bien à toi qu’on le doit et à ton parti Républicain. C’est vous qui avez décidé des règles en Europe, qui avez signé le traité de Lisbonne, qui avez nommé les Commissaires européens du temps où vous étiez au pouvoir en France, qui avez ruiné l’agriculture avec vos importations de soja et de produits à bas coûts, tout en imposant des règles écologiques incompatibles avec une concurrence loyale puisque les produits d’importations n’en subissent aucune, ce qui diminue leur coût de revient ».

La même adresse peut être faite aux socialistes, aux écologistes, aux communistes, aux modérés et aux centristes.
Toujours ils cherchent à fuir leurs responsabilités en stigmatisant Bruxelles.

Mais, il faut le répéter, le seriner dans tout le pays, en faire un slogan pour 2022 afin de rappeler leurs crimes et disqualifier tous ces prétendants : Bruxelles et le déclin de l’Europe, c’est Macron, Sarkozy, Hollande, Bayrou, Bertrand, Pécresse, Dati, Hidalgo, Mélenchon, Jadot et tous leurs copains.
Entendez-les encore tous crier après Michelin, ou Sanofi sans vaccin qui débauche dans ses centres de recherche en France : de la gauche à la droite c’est un cri de pucelle aux articles de l’outrage.

Remettons les pendules à l’heure, que le citoyen soit un peu éclairé : quand le coût du travail et des contraintes écologiques et administratives françaises en viennent à mettre en péril l’existence et la survie même d’une multinationale qui est en concurrence directe avec ses coreligionnaires, il est donc de bonne gestion de réduire les coûts de revient puisqu’elle évolue dans la jungle du marché libéral.
Quand le financement et les facilités proposées par d’autres pays ainsi que les salaires qui y sont pratiqués valent infiniment plus que le maigre gain espéré du crédit impôt-recherche français, quoi d’anormal à y courir ????

C’est bien la loi du marché qu’ont mise en place et que protègent ces politiciens qui crient sans vouloir voir qu’ils sont les premiers artisans de ces départs et fermetures.
Et si le coût du travail est si élevé en France, pourquoi ne veulent-ils pas admettre qu’ils en sont les premiers responsables avec la gabegie de dépenses inutiles qu’ils ont organisées ?

Tenez, un petit exemple : quand un pays dépense entre trois et cinq milliards par an pour entretenir une horde de mineurs isolés étrangers qui n’ont rien à faire sur son sol national ; et peut-être des dizaines de milliards, les chiffres sont cachés, pour les majeurs étrangers alors qu’il y a déjà 6 millions de chômeurs à prendre en charge, et bien ce pays n’a plus le droit de prétendre qu’il n’a plus d’argent pour la recherche vaccinale, pour ses hôpitaux et ses soignants.

Quand le même pays se fait saigner de 30 à 50 milliards par an de fraudes sociales (rapport Charles Prats) et autant de fraudes fiscales (estimation des syndicats des impôts), et encore plus d’optimisation fiscale via les paradis fiscaux à ses portes, eh bien un tel pays n’a plus le droit de prétendre qu’il n’a plus de moyens.

Car quand encore ce pays, qui cumule décidément les infortunes, signe un Traité européen qui met en place les paradis fiscaux à ses portes comme les Pays-Bas (siège d’Airbus et de la holding de Renault et de Nutricia, centre mondial de recherche sur la nutrition infantile de Danone), ou l’Irlande (siège des Gafa), ou le Luxembourg (siège de nombreux holdings détenant des participations dans les sociétés françaises), alors ce pays n’a plus le droit de se plaindre du tout puisqu’il est le seul organisateur de sa faillite.
Le pays organiserait-il tout seul sa faillite ?
Pas sûr que tous les citoyens français en aient conscience.
Il va falloir mettre en place une vraie pédagogie éducative du citoyen, comme ils disent là-haut. Repolitiser les Français avec la critique économique et financière et leur apprendre les évasions fiscales que l’UE a mises en place sciemment.
Pour leur apprendre à reconnaître les responsables des déclassements. De tous les déclassements, y compris par la submersion migratoire dont le coût empêche tout investissement productif d’avenir.
Ces responsables, ce sont tous ceux qui ont gouverné la France depuis 50 ans et qui ont organisé méthodiquement sa faillite. Et vous les connaissez tous pour les voir dans les médias de propagande tous les jours.

Ils vont encore parader sur les plateaux TV pour 2022.
Les laisserez-vous faire, sans rappeler aux Français leur totale responsabilité dans la misère qu’ils vivent, car méthodiquement créée par les Macron, Sarkozy, Hollande, Bayrou, Bertrand, Pécresse, Dati, Hidalgo, Mélenchon, Jadot et tous leurs copains ?
Reste à trouver la personne providentielle qui portera remède à tout ça, tenez, une pucelle d’Orléans ferait bien l’affaire.
On imagine déjà l’offre d’emploi des partis patriotes : « Cherchons pucelle capable d’embrasser les siècles pour reformater notre division française et organiser les remigrations de masse pour répondre à l’objectif 21 du Pacte de Marrakech, pas sérieuses et molles de la poigne s’abstenir ».

Jean d’Acre

Lien MSN/BFM TV :
https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/politique-de-concurrence-fleur-pellerin-estime-que-leurope-sest-tir%c3%a9e-une-balle-dans-le-pied/ar-BB1dbtA4
Pour Fleur Pellerin, la politique de l’UE en matière de concurrence “cause un préjudice monstrueux aux Européens”
perubu
28/01/2021 à 23h02

 

image_pdf
0
0

6 Commentaires

  1. c’est tout à fait vrai ….mais le Peuple de France a déjà désigné les forces qu’il veut voir gagner : les « populistes » autour du RN et de MLP ….Alors, au boulot, les jérémiades, c’est fini!

  2. On peut aussi citer Giscard et on 1er ministre Chirac et leur loi sur le regroupement familiale, Mitterrand et son cortège de lois anti-françaises…

  3. Les responsables sont aussi et surtout les français eux-mêmes. Un seul exemple : si après le résultat du référendum de 2005 et l’usage qui en a été fait par Sarkozy au Parlement, 2 ou 3 ou 10 millions de français étaient descendus dans la rue en réclamant le respect de la démocratie et le départ de Sarkozy, on en serait pas là. Chaque fois que la démocratie est bafouée, ou qu’un haut responsable politique se comporte en voyou, il devrait avoir une réaction immédiate du peuple pour faire triompher la vertu, le droit, l’honnêteté.

    • Louis, ce que vous dites est l’exact vérité: les Français sont des veaux, refrain connu et qui nous fait honte surtout en ce 6 février où nos ancêtres savaient encore avec courage se rebeller contre le vol organisé du pouvoir au Peuple.

  4. ils ont laissé filer un laboratoire qui avait pratiquement un vaccin, les anglais lui ont donné les quelques millions nécessaires et les français continuent à acheter à bigpharma

  5. Bien dit.
    Pour le coût de l’immigration, il me semble que ça tourne plutôt autour de 130 à150 G€ par an, si on prend les chiffres de G. Pince « Les Français ruinés par l’immigration » et ceux de Prats,

    En effet, aux coûts directs (subsistance, logement, aides sociales, allocations assuces ma bxxx en tout genre), il faut ajouter les coûts indirects (écoles et infrastructures, services de sécurité , coûts de leurs crimes vols et viols ) pour ne citer que quelques exemples.. Bien sûr tout ça est payé grâce aux cxxx de GJ qui ont du mal à boucler le mois mais qui sont rincés par les impôts.

    Par exemple j’aimerais savoir combien globalement à coûté –et continue à coûter– (en plus des vies perdues) l’attentat de Nice en dédommagements

Les commentaires sont fermés.