Le député LREM-inflationniste Ramos ose traiter de voleur Michel-Édouard Leclerc

On le savait déjà, la macronie ne peut pas piffrer Michel-Édouard Leclerc ou MEL. 

C’est d’ailleurs ainsi que le parlementaire modem de la Renaissance, Richard Ramos, de Blois, abrège le nom de Michel-Édouard Leclerc, président des comités stratégiques Leclerc, après avoir été le PDG de l’entreprise familiale.

Les comités regroupent les seize présidents élus des coopératives régionales de l’enseigne.

En bref le premier, à 54 ans, titulaire d’un vieux baccalauréat B en économie, accuse le second (70 ans), docteur en sciences économiques, leader des hypermarchés français, de « détourner l’argent des Français ». Ni plus, ni moins.

On rappellera au sinistre député godillot Ramos que les mandatures républicaines de droite et de gauche depuis 60 ans ont mené la France à catastrophe et que celle-ci va s’aggraver avec l’envahissement et le remplacement de sa population orchestrés.

Celui qui aurait toute sa place comme ministre de l’Économie dans un gouvernement pour la France est de surcroît président de l’école de commerce NEOMA, une vraie compétence qui irrite passablement les médiocres en haut lieu. 

D’autant plus qu’il vient de s’exprimer sur une inflation alimentaire débutante à 13 %, 15 et à 30 % dans les négociations avec les fournisseurs, actuellement. 

Les promotions clients n’étant pas reconduites cette année. Les hausses venant des multinationales. 

Pour résumer l’affaire, sachez que l’actualisation de la loi Egalim2, prise en son article 3, fait la part belle aux fournisseurs mastodontes de la grande distribution alimentaire. Ceux-ci réclament 39 % d’augmentation de leurs tarifs. Encore un mauvais coup de la macronie.

Le député Renaissance de Macron, Frédéric Descrozaille, soutient son texte. 

11 des enseignes d’hypermarchés et de magasins sont vent debout contre ce projet et réclament des mesures d’accompagnement. Traduisez : du pognon de l’État, donc celui du consommateur-contribuable.

Quand M-E. Leclerc, pose la question au gouvernement de savoir s’il avait : « déjà vu des fleuves qui remontent à la source », l’homme déplaît encore plus au pouvoir. Voir vidéo infra.

Et quand il essaye de faire comprendre aux gens la peur orchestrée autour de l’approvisionnement en carburants, il indispose franchement Bercy (1).

Ce que ne supporte pas non plus le staff finances de Macron, c’est que Michel-Édouard Leclerc est régulièrement l’invité des médias économiques et qu’il parle dans un langage simple aux consommateurs. Il est vrai qu’il est docteur en sciences économiques et ne brigue pas de mandat politique.

Et pourtant MEL avait donné des gages d’écologie et de vivre ensemble (sur son blog et en articles archivés infra) à la macronie, mais ces ingrats n’ont même pas la reconnaissance du ventre !

MEL s’était donc mêlé de la loi dite « Alimentation » et le credo gouvernemental de fin des prix bas, au mépris des pauvres.

Pour résumer, il s’agissait de faire croire aux consommateurs que les producteurs agricoles allaient être mieux rémunérés. Ces taiseux qui, au demeurant, ne communiquent jamais au grand public sur le tarif et la qualité de leur négoce.

Côté gros paysans, dont la devise est comme ont le sait, « ça eut payé, mais ça paye plus », la tradition de la FNSEA et ses grossium demeure aux tractations discrètes avec les gouvernements, sur fond d’argent public. Mais pour l’instant, ça couine un peu. Alors Christiane Lambert retourne à ses cochons et quitte la présidence de la FNSEA (dont les successeurs au poste ne sont pas légion pour l’instant). Le tout sur fond de la nouvelle PAC européenne. Ambiance 

Christiane Lambert s’est pourtant aplatie : « Il n’y aura pas de « gilets verts » après les « Gilets jaunes » ». Que le bouseux local se le dise, l’ordre vient d’en haut (2).

Déjà en 2019, Michel-Édouard Leclerc avait contrarié les grands argentiers du porte-monnaie des Français.

Dans le collimateur de Bercy (117 millions d’euros d’amende) via Agnès Pannier-Runacher, à l’époque secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, Michel-Édouard Leclerc avait rallié : « ces politiques qui proclament (pour s’en réjouir) la fin des prix bas et des promos ne doivent pas faire eux-mêmes leurs courses… ».

Michel-Édouard Leclerc accusé de « détourner l’argent des Français »

https://youtu.be/QWcjxlHp9C0

À voir absolument pour comprendre pourquoi les prix vont continuer à exploser, en dehors de la petite musique ukrainienne et russe, soi-disant responsable de tous nos maux :

« On ne nous accompagne pas pour essayer de temporiser ces hausses tarifa…

https://youtu.be/O9Bhty7q1M0

Des exemples qui montrent qu’en plus d’une volonté politique nuisible, les successions d’erreurs font les grosses catastrophes : 

Quand les dirigeants vont dans le mur

https://youtu.be/9hBs7bf4UNM

Pouvoir d’achat : le discours du gouvernement étrillé par Leclerc

1 septembre 2019 Jacques Chassaing 

https://ripostelaique.com/pouvoir-dachat-le-discours-du-gouvernement-etrille-par-leclerc.html

(1) Leclerc : ne gobez pas n’importe quoi sur la hausse des carburants !

17 septembre 2019 Jacques Chassaing

https://ripostelaique.com/leclerc-ne-gobez-pas-nimporte-quoi-sur-la-hausse-des-carburants.html

(2) La FNSEA s’écrase devant Macron, agriculteurs bougez-vous !

27 août 2019 Jacques Chassaing

https://ripostelaique.com/la-fnsea-secrase-devant-macron-agriculteurs-bougez-vous.html

117 millions d’euros d’amende ! Bercy veut-il la peau de Leclerc ?

13 août 2019 Jacques Chassaing

https://ripostelaique.com/117-millions-deuros-damende-bercy-veut-il-la-peau-de-leclerc.html

Pour des œufs, Michel-Édouard Leclerc s’écrase devant Brune Poirson

8 juin 2020 Jacques Chassaing

https://ripostelaique.com/pour-des-oeufs-michel-edouard-leclerc-secrase-devant-brune-poirson.html

Leclerc, première victime expiatoire des élus écolos

29 juillet 2020 Jacques Chassaing

https://ripostelaique.com/leclerc-premiere-victime-expiatoire-des-elus-ecolos.html

Loi alimentation : Macron privilégie les DOM-TOM et matraque la Métropole

18 septembre 2019 Jacques Chassaing

https://ripostelaique.com/loi-alimentation-macron-privilegie-les-dom-tom-et-matraque-la-metropole.html

Jacques CHASSAING 

image_pdfimage_print
10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


5 Commentaires

  1. MEL comme vous dites, paie ses fournisseurs a 180 jours fin de moi
    Quand vous faites vos courses quel est votre délai de règlement ?
    Et ne venez pas nous parler de charges, lisez plutot ses bilans avant de donner de doctes avis sur un excellent manipulateur

    • À Marc Paringaux : j’ai été à mon compte dans l’automobile et je payais mes fournisseurs à 180 jours fin de mois. Votre commentaire témoigne de votre ignorance totale en matière commerciale.

      • Alors voyez vous, jai possédé /géré quatre sociétés dans la transport maritime, toutes revendues avec un joli bénéfice. Je ne suis donc pas persuadé d’avoir è recevoir vos docte sleçons d’économies. Mes trésoreries je ne les faisais pas sur le dos de es fournisseurs question de principe. Vous connaissez ce mot ?

  2. ils n’ont pas honte ! plus le mensonge est gros plus les naifs gogos les croient. tant pis pour eux, mais hélas on doit aussi les subir