Le « déshonneur souillé » de Nicolas Hénin

twittheninrl

 

La lettre arabe « ن » affichée par les défenseurs proclamés des chrétiens d’Orient équivaut au N français. Et, pour beaucoup, se lit « haine« .

Mais qui est donc ce Nicolas Hénin ? C’est sûrement la question que personne ne se pose, parce que ça n’intéresse personne. Vous l’avez sûrement oublié, mais il faut savoir que c’est le gars qui s’est fendu d’un Tweet monstrueux de « christianophobie haineuse« , en date du 25 novembre 2015 :

« Mohamed Merah, Mehdi Nemmouche, Abdelhamid Abaaoud, Maxime Hauchard et « plein d‘autres« . « Point commun ? Une éducation catholique« . » (N@_Henin) Tweet du 25 novembre 2015. Et lui aussi :

« C’est un sentiment étrange qui me saisit lorsque je rencontre Mourad. Lui, musulman fervent, moi, laïc de « culture catholique« . Et malgré tout, une impression d’immense proximité« . (Libération, Guantanamo)

Francine Thyrion propose, dans son livre : « La dissertation, Du lieu commun au texte de réflexion personnelle« , de réfléchir à cette question : « Un personnage médiocre peut-il être un Héros ? »

Aussi magistro.fr rappelle à juste titre ici que « L’ambition dont on n’a pas les talents est un crime »  Chateaubriand – Mémoires d’Outre-tombe – T 5 – Livre XIV  Lettre à Madame Récamier.

Quand Shûdraka affirme que « le déshonneur est dans l’inconduite« , Adolphe d’Houdetot précise que « l’inconduite d’une (personne) la déshonore personnellement

« Aucun homme n’en peut déshonorer un autre, c’est un service qu’on se rend à soi-même… »

Goswin de Stassart : « On ne se persuade pas assez en politique que déshonorer une cause, c’est la perdre« . C’est ainsi que l’on doit comprendre les allégations vulgaires de Nicolas Hénin :

« Mehdi Nemmouche est un petit con orgueilleux » (© RTBF www.lesoir.be le 19 nov. 2014).

Et ça continue : « Nicolas Hénin : « On a poussé des populations entières vers l’État islamique » (Joëlle Meskens, le 21 mars 2015). L’ancien otage livre un réquisitoire contre la politique internationale en Irak et en Syrie. » Le 17/11/2015 : Attentats à Paris. « Daech a peur de notre unité« . Otage de l’État islamique entre juin 2013 et avril 2014, Nicolas Hénin s’exprime dans les colonnes du Guardian sur l’organisation EI. Il « décrit l’organisation djihadiste de l’intérieur. « Je les connais : ils attendent nos frappes. Ce dont ils ont vraiment peur, c’est notre unité« . Nicolas Hénin sait de quoi il parle » (???). Le 17 Nov 2015 sur franceinfo.fr : « L’ex-otage en Syrie Nicolas Hénin se souvient de personnalités « plus stupides que démoniaques« .

« Son témoignage vaut son pesant d’or. Dans The Guardian, il affirme : « Je les connais : J’ai été leur otage pendant six mois, et je sais » assurément que notre douleur, notre chagrin, nos espoirs et nos vies ne les touchent pas… Ils attendent nos frappes. « Ce dont ils ont vraiment peur, c’est notre unité« … (???)

Lucien SA Oulahbib nous avait prévenu le 7/9/2014 : « Nicolas Hénin psychologue de bazar ? » Que ce journaliste ait souffert… n’excuse en rien sa prétention et sa persistance à faire croire que cet assassin soit… un « paumé » pour qui, est-il expliqué dans Le Point, « le djihad n’est finalement qu’un prétexte pour assouvir sa soif maladive de notoriété. Un jeune homme paumé et pervers… Un bourreau ordinaire en somme (…) »

« Ce que ne semble hélas pas saisir (ou se rendre compte) Nicolas Hénin, c’est que cette analyse est non seulement fausse mais est démentie jour après jour. Ce n’est pas la première fois : il ne comprenait pas non plus la présence djihadiste en Irak dans ses divers reportages faits à partir de 2003

« Jamais un islamiste et encore moins un djihadiste n’ira discuter avec lui, un non musulman, de points doctrinaux ou même de politique au quotidien. Un tel « dialogue » est impensable, car on ne discute pas, d’égal à égal, avec un « déviant » en islam… Le djihadiste, dans les temps morts de cruauté gratuite comme ici la geôle, ne peut que tenter de faire croire, par exemple à Hénin, qu’il excelle aussi dans les canons qu’il pense « occidentaux » en frimant comme il l’a indiqué ci-dessus. Bref, avancer comme le fait Hénin l’idée bateau que le djihad ne serait « qu’un prétexte » pour certains c’est… « ne rien comprendre au djihad« …

L’ancien otage Nicolas Hénin, un spécialiste du djihadisme, vraiment ? Faut dire que le petit gars se répand sur Tweeter, sur tous les sujets, comme s’il voulait faire part de sa compétence et de sa notoriété comme consultant pour le monde entier… Mais se répandre et balancer sur Tweeter à propos de tout et de rien (N@_Henin), ce n’est pas un gage de compétence professionnelle, ni de respectabilité, contrairement aux articles de journalisme de référence, de façon très rigoureuse et approfondie. Alors, pas sûr que le Tweet « christianophobe » haineux de Hénin soit un encouragement au respect du bonhomme et à la « considération » de la part de Français d’un pays encore chrétien et catholique, ne lui en déplaise et qui se sentent insultés par Hénin. Voilà pourquoi Lucien SA Oulahbib pose la vraie question : « Nicolas Hénin, psychologue de bazar ? »

Le Parisien : « Syrie : Sur le plateau de l’émission « On n’est pas couché », le journaliste a condamné Barack Obama (qui) a été « nul sur toute la ligne« , selon l’ex-otage Nicolas Hénin (publié le 22/03/2015)

Lu sur Ojim.fr, l’Observatoire des Journalistes et de l’Information Médiatique http://www.ojim.fr : « Nicolas Hénin ou le syndrome de Stockholm persistant« . Il faudra attendre le 18 avril 2014 pour qu’il soit heureusement libéré suite à des « tractations restées secrètes« … Depuis, Nicolas Hénin poursuit sa carrière de journaliste « de façon nettement moins brillante« . Sorte de consultant hybride, à mi-chemin entre « le rescapé de service » et l’expert régional, il distille (sur les) plateaux télé… ses avis qui se veulent pertinents et nuancés au sujet du conflit syrien, mais qui sont en réalité « des reprises absolument simplistes et peu subtiles« …

« Il se place dans la droite ligne du troupeau des « Charlie« , toujours prêts à réagir au terrorisme par de vagues élans humanitaristes aux accents masochistes

« Vis à vis du djihadisme islamiste, il prône un droit-de-lhommisme victimaire visant à trouver des excuses culturelles et sociales aux radicalisés français… Il se montre (plutôt) indifférent au sort réservé aux chrétiens dans les zones contrôlées par l’État islamique, affirmant qu’ils sont tués pour attirer l’attention et que relayer la chose est « contre-productif »… Il se prononce contre loctroi de visas aux populations chrétiennes venues dIrak… Il semble s’être réfugié dans une dimension alternative composée d’abstractions idéologiques pures, où « la mièvrerie universaliste fait loi« , et où les enjeux géopolitiques de la région sont réduits à (la minimisation) du danger représenté par l’État islamique… Une analyse fondée sur un syndrome de Stockholm persistant et dont la pertinence est très largement remise en cause au lendemain des attaques de Paris ».

« Répondant à la question de la motivation des candidats au djihad en France : « Peut-être à cause du terreau globalement islamophobe quon trouve en France et parce que les musulmans de France se (sentent) exclus… Évidemment, dans ma position, je ne vais pas commencer à les défendre, mais (ils) ne sont pas le mal : ils ne sont que le symptôme, la conséquence ». (Courrier International, 20 novembre 2015)…

« Les jeunes de nos cités sont ultra concernés par le conflit syrien…  et ça contribue à la radicalisation.

Il y a une « solidarité identitaire arabo-musulmane« , c’est une nouvelle illustration de la « trahison de loccident » (???), de « cette société qui refuse de les intégrer à la maison, chez eux, en France« …

« Mehdi Nemmouche, son plan c’était de passer à la télé… Il voulait atteindre une forme de notoriété… il cherchait presque à gagner une émission de télé-réalité… Ces djihadistes sont des nolife qui cherchent un destin ». (On n’est pas couché, 21 mars 2015) © Observatoire des Journalistes et de l’Information Médiatique.

Thierry Michaud-Nérard

image_pdf
0
0

13 Commentaires

  1. C’est quand même assez spécial ces personnes des médias comme ce journaliste retenu en otage, qui se prétendent « spécialistes de l’orient » et qui ne connaissent pas le coran, ses 560 versets sataniques, qui déligitimisent les apostats et leur témoignages fondamentaux, ceux qui les protègent réellement et leurs donnent la parole, comme ici à RL.

  2. Moi je dis que c’est une faute professionnelle de la part non seulement de leur formation tragiquement incomplète, mais en plus des gens qui les emploient, mais aussi de la leur, car leur dhimmisation / collaboration / soumission est forcément très avancée. Le syndrome de Stockholm est assez classique après une situation d’otage prolongée, on sympathise avec son bourreau, on sympathise, on le comprend, l’empathie prend le dessus sur la raison.

  3. Là aussi, c’est une question de survie pour l’otage. « L’orient compliqué », du côté musulman, s’explique fort bien par la taqiyya, par la dhimma. Déjà, quand on n’admet pas ces faits, on ne peut rentrer dans l’analyse de l’oumma. Le mensonge, la division, la manipulation ou la dissimulation sont centraux dans la psyché musulmane, elle ont toujours été pour eux une question de survie lors des schismes. Comment croire que ce journaliste puisse ignorer ces faits ? Soit si loin de la raison qui devrait présider à sa lucidité ? Comment croire que ce journaliste prend pour argent comptant ce qu’on lui a raconté sur le terrain.

  4. Il me dira : « Avez-vous été sur le terrain ? Avez vous été otage ? (classique « argument d’autorité » cher à Thomas d’Aquin). Je lui répondrais « Non, certes, peu ! Mais je lis énormément et j’ai rencontré et parlé avec beaucoup de musulmans, habité un quartier de ZUS en France, qui sont désormais comme chacun sait des contrées musulmanes. » « Alors ? » répondra-t-il, « vous ne savez pas de quoi vous parlez. » Je lui répondrais : « Comme tous les spécialistes du soleil et du système solaire qui sont restés dans leurs laboratoires… » C’est dingue la psychopathologie de la pensée unique !

  5. ن c’est « n » en alphabet arabe, comme « nazaréen », ainsi que les djihadistes appellent les chrétiens. C’est la lettre qu’ils taguent sur leurs maisons dans les zones qu’ils contrôlent. Quel rapport avec « les défenseurs proclamés des chrétiens d’Orient » ?

  6. Les musulmans sont le symptôme du mal absolu qu’est l’islam. Ce qui met en évidence deux points qui sont intouchables dans notre culture judéo-chrétienne et occidentale et dont les musulmans s’en servent à outrance pour propager leur charia. On ne s’attaque pas à un homme car il est de race ou de culture : c’est du racisme! Mais comme on ne peux s’attaquer à une religion différente: ils ont créé le mot islamophobie! Donc tous les lanceurs d’alerte qui normalement devraient être protégé par la nouvelle lois,sont considérés appartenant à la « fashosphére » ou d’extrême droite! Mais oui les musulmans sont les symptôme annonçant le pire des cancers qu’est l’islam !

  7. Oui c’est vrai les musulmans ne sont pas le mal, ils sont le symptôme! Car la source du mal absolu c’est l’islam! D’où le mensonge continu de faire une différence entre islam et islamisme!Inventer un mot comme islamophobie! De faire la différence entre le salafisme,les chiites,les sunnites etc car ils sont tous musulmans! La seule différence c’est que l’islam est sur 3 front:1) la guerre ouverte avec le terrorisme.2) La guerre d’invasion avec l’immigration repoussant les frontières de la laïcité pour imposer leur charia en jouant sur les droits de l’homme et notre démocratie. 3. au niveau international en agissant auprès des institutions ONU, UNESCO pour anéantir l’histoire judéo-chrétienne

  8. L’honneur est un costume bien trop grand pour ce squelette de culture…..asséchée par une pathologie hélas bien réelle.. Puisse t-il un jour guérir..

  9. On peut aussi comprendre la cause de sa dissonance cognitive: si pendant plusieurs mois il a survécu avec une arme braquée sur lui, et que jour après jour on lui a inculqué que cette guerre est la faute des occidentaux, alors sont inconscient n’a pas eu d’autre choix que d’intégrer ça comme une vérité.
    Et quand il a été libéré, il est probable que ses geôliers l’ont formaté dans la culpabilisation et la mansuétude, avec pour mission de réhabiliter leur cause face à ces chiens d’occidentaux racistes et islamophobes.
    Personnellement, ses propos ne me dérangent pas, c’est sa liberté de parole, mais c’est l’écho qu’ils reçoivent dans les médias mainstream qui est très inquiétant.

  10. J’ai enfin compris le sens de l’expression française : « Plus bête tu meures ».

Les commentaires sont fermés.