Le dieu Allah dénoncé par les siens : 3. Ahmad Afifi et l’imposture de Allah akbar

Publié le 30 décembre 2014 - par - 3 386 vues
Share

TCHODesequlibreVoitureLe terrorisme islamique constitue un choc intellectuel pour de nombreux musulmans, notamment pour les intellectuels, les universitaires, les écrivains et les journalistes nés ou issus de l’islam. Indignés et offusqués par cette barbarie indicible, leurs consciences se réveillent. Ils expriment leur consternation face aux crimes sauvages perpétrés par leurs coreligionnaires au nom de leur croyance qu’est l’islam, de ses enseignements, et surtout au nom de leur prétendu dieu Allah.

Certains lancent des cris d’alarme, s’expriment sans censure politico-religieuse, crachent sur le politiquement correct des collabos, condamnent les enseignements totalitaires de l’islam qui favorise une barbarie indicible dans le monde et transforme ses adeptes en bourreaux sauvages.

D’autres s’en prennent directement à cette divinité de l’islam nommée Allah, décortiquent sa conception et décryptent ses enseignements. Ils se déchaînent contre la barbarie de ses préceptes et vomissent leur colère contre le mal terrible qu’engendre ce prétendu dieu.

Après le témoignage de Mohamed Rahouma (Riposte laïque, nº 386, 18 décembre 2014), de Taleb ben Abdel-Mottalib, (Riposte laïque, nº387, 24 décembre 2014), voici aujourd’hui celui de Ahmad Afifi, un éminent écrivain et grand journaliste égyptien.

Lorsqu’il publie sur le site Ahewar.org, n° 4260, 30.10.2013, un article intitulé : Allah akbar est le plus grand mensonge, il s’est attiré les foudres de nombreux musulmans et responsables religieux, notamment les instances religieuses.

Scandalisé par la vision qui se dégage à propos d’Allah, le dieu de l’islam, il continue, avec un courage inébranlable, sur le site en question, son combat contre le mythe de cette divinité. Il dénonce les contradictions irréelles comme les enseignements malveillants que le Coran et les musulmans lui attribuent. Il dénonce tout particulièrement la mafia pseudo religieuse qui déploie tous les moyens pour le défendre, le glorifier et l’immortaliser  Voici quelques extraits de son fameux plaidoyer sur « Allah akbar, le plus grand mensonge »

« Allah akbar ne comprend rien à la nature humaine. Il ordonne d’accomplir toute sorte d’arrogance. Il interdit l’acte sexuel à cause, prétend-il, de son obscénité.

« En effet, peut-il, lui le prétendu Allah akbar, nous dire où est l’obscénité… ?

« La sexualité est une pulsion inhérente à la nature de l’homme. Cet instinct n’a rien à faire avec le désir de l’homme ni avec sa capacité au mariage.

« Vu son ignorance, son tribalisme, Allah akbar a imaginé l’existence de 72 vierges au paradis réservées pour tout mâle stupide qui croirait en lui !

« Par contre, il n’a rien prévu pour la femme, parce qu’il la déteste, alors que c’est elle qui enfante, donne la vie, et non pas lui, l’homme, qui n’a jamais enfanté.

« Allah akbar prétend dans son coran que les pauvres gens constituent sa famille. Quel père est-il ! Qu’a-t-il fait pour eux, il se lave les mains de toute responsabilité, exactement comme tout géniteur insipide, tapageur, qui convoite les femmes, leur fait des gosses et les envoie quémander pour ne pas mourir de faim !

« Les imams dévoués au service d’Allah akbar et leurs acolytes dépensent des millions de pétrodollars pour construire et orner des maisons stériles qui lui sont dédiées, alors que plus que la moitié des musulmans ne mangent point à leur faim !

« Allah akbar, quel père est-il pour les enfants syriens qui dorment en plein hiver dans des camps de fortune !

« Allah akbar, quel père est-il pour les filles mineures qui se prostituent pour survivre ou celle qui se suicident afin d’échapper aux griffes de ses adeptes transformés en bêtes féroces!

« Si un musulman tombe malade, il peut demander à des milliers d’imams de prier pour sa guérison, sans qu’il pressente une lueur d’espoir. Par contre, un médecin mécréant, formé dans la mécréance et dans les pays des mécréants, se révèle seul capable de le soigner et de le guérir !

« Le croyant musulman en ce prétendu Allah akbar ne cesse de répéter, comme le perroquet, son refrain habituel : Allah autorise tout cela ! C’est Mektoub ! C’est écrit, C’est Allah qui a créé la médecine et les médecins, le médicament et la faribole !

« Ce genre de sophisme et d’élucubrations ne guérira jamais un malade s’il ne prend pas un médicament découvert par les chercheurs mécréants. La preuve, c’est qu’on ne trouve jamais un homme de religion musulmane, aussi stupide que son idole Allah, prier lorsqu’il tombe malade.

« On le trouve plutôt en Occident. Il s’y rend pour se faire soigner par les mécréants, loin du mensonge et du charlatanisme de son Allah akbar.

« Ô musulmans ! N’oubliez pas qu’Allah akbar a droit au cinquième de tout butin que vous ramassez ! Mais n’oubliez-pas aussi que considérer comme licites les biens et les femmes des autres, est un crime de guerre !

« Quant à toi, Allah akbar, le dieu stupide, l’enragé, l’obsédé sexuel, qui confisque les biens des autres sans aucun justificatif légal, comment oses-tu agir ainsi si tu es un dieu véridique et si tu souhaites que les gens reconnaissent ton existence ?

« Est-ce que le pillage des biens des autres, le rapt ou la captivité de leurs femmes sont vos  moyens les plus nobles pour se faire connaître ? Avec quel culot tu leur imposes abusivement un tribut (jizia), puis tu leur demandes de croire en toi !

« Quel dieu effronté tu es ! Toi qui recours à des méthodes si honteuses ! Sache que les mafiosi ne se comportent jamais ainsi ! Ils respectent néanmoins un pacte d’honneur entre eux !

« Comment peux-tu prétendre être le dieu de l’univers, alors que tes adeptes capturent les femmes des autres, les violent et les vendent, pillent leur terre et leurs biens, sans tenir compte de toi ! De quel enfer sors-tu ?

« Tu leur ordonnes : Combattez ceux qui ne croient pas ! Tu es un dieu terroriste, sanguinaire qui tue les gens ne croyant pas à tes enseignements barbares?

« Tu n’es pas un dieu de conviction ! Ceux qui croient en toi sont des criminels, puisqu’ils tuent à cause de toi, en ton nom et en vertu de tes ordres !

« Chaque fois qu’ils tuent injustement une âme humaine, ils scandent un slogan abject, hurlé haut et fort : Allah akbar ! Ainsi ils reconnaissent publiquement que tu es un criminel, un meurtrier, un terroriste !

« Toi, Allah akbar, tu hais la vie ! Tu as transformé les bédouins en êtres sauvages qui s’adonnent à la haine, à l’invasion, aux massacres, au rapt, au gangstérisme, et tes adeptes en monstres détestables !

« Toi, Allah akbar, le dieu qui ordonne le meurtre, tu n’es qu’un malade mental. Tu dois être incarcéré à vie en tant que criminel.

« Le mythe d’Allah akbar est, certes, le plus grand mensonge fasciste et religieux qui corrompt l’humanité tout entière. C’est un cancer qui atteint le sang, une leucémie grave, une maladie chronique que les esprits stupides appellent : malheur, fléau, nuisance, épreuve. Or, son vrai nom c’est l’impitoyable Allah akbar. Il s’incarne dans le mal, la maladie, le meurtre, la misère. Cet Allah akbar n’aime rien que la haine, la répression et la mort.

« Allah akbar est le plus grand mensonge auquel des millions d’individus ont cru à travers l’histoire de l’humanité, comme si la croyance en cette utopie serait plus clémente, moins lourde, plus attractive que d’affronter la vérité. »[1]

Effectivement, Ahmad Afifi s’est libéré de l’islam et des mensonges attribués à Allah akbar. Il ne supporte plus tous ceux qui s’efforcent de le ramener au berceau du prétendu « véritable sentier » de l’islam. Les ayatollahs, les imams et les gardiens du temple de l’islam ne voient en lui qu’un grand malade, un déficient mental gangrené par une pathologie cérébrale très grave. C’est un déséquilibré. Ils lui préconisent la lecture du Coran, le retour à Allah pour sa guérison. Ils l’incitent à porter des talismans susceptibles de l’aider à se remettre de ses souffrances et à renoncer à son athéisme.

Par contre, lorsqu’ils tombent eux-mêmes malades, ils ne lisent plus le Coran, ne portent plus de talismans et ne scandent non plus leur Allah akbar, mais ils se dépêchent à monter dans le premier avion en direction de l’Occident pour se faire soigner par ses mécréants (les kuffars).

A ce stade, ils n’acclament plus leur idole, Allah akbar, et ne le sollicitent que pour commettre des attentats, égorger des innocents, tuer des non musulmans, prendre des otages, se faire exploser au sein des foules et dans des lieux publics. Alors, à force de hurler Allah akbar, celui-ci se présente aussitôt dans leur imaginaire pour témoigner, encourager, inciter, soutenir, approuver le meurtre et les crimes odieux, mais surtout pour se rassasier du sang des innocents. Quelle honte !

Malek Sibali 

[1] Texte extrait du livre Allah qui es-tu ? Editions de Paris, 2014, p.189-192

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.