Le double langage de Qaradawi et Ramadan (Vidéo)

Publié le 18 mai 2012 - par - 1 930 vues
Share

Youssef al-Qaradawi, chef des Frères Musulmans, et Tariq Ramadan, petit-fils du fondateur des Frères Musulmans, et auteur d’une préface à un livre de fatwas de Qaradawi, utilisent constamment le double langage : avec les Occidentaux, ils tiennent des propos modérés — avec les musulmans, ils révèlent leur vraie nature, en tenant des propos extrémistes, guerriers, voire directement racistes, antisémites et génocidaires pour al-Qaradawi.

Mensonge_islam

Regardez ce double langage en action, dans la vidéo suivante, montée par notre collaborateur Guy Sauvage :

Maxime Lépante

================================================================

Présentation de la vidéo par Guy Sauvage :

MENSONGES et DOUBLE LANGAGE

Certes, la vie sans mensonge serait intenable en société « civilisée ». Mais, dans leur variété, les mensonges présentent des visages fort différents.

Je ne parlerai pas du mensonge-respect, qui évite de blesser, qui protège autrui de notre propre agressivité, ou du mensonge-plaisir du mythomane… mais du mensonge-mépris, destiné à tromper pour nuire à un adversaire dont on méprise la crédulité naïve ou complice.

Le mensonge élevé en vertu, le mensonge halal, licite, exprime, de bonne guerre, ce que l’on sait faux.

Le double langage, forme clinique du mensonge, participe d’une plus subtile élaboration : il s’agit de discours fabriqués pour  des publics différents,  disant à chacun ce qu’il souhaite entendre.

« Nous défendons la paix, la tolérance, l’amour, la modération, et même la réforme… »aux uns, ET « le djihad, l’épuration ethnico – religieuse, la haine du différent, l’intégralité des textes dits sacrés » aux autres.

Youssef  QARADHAWI, ce papy cool, ce vieillard de l’année, a écrit le livre le plus vendu dans le monde arabe, après le coran : «  le licite et l’illicite en islam » (interdit en France jusqu’à sa réintroduction par Chirac). Il sait parler de paix et de tolérance aux occidentaux, et du bonheur des assassinats-suicides à ses admirateurs du Hamas, sans masquer son profond mépris pour l’Occident impie, « minable », peuplé d’homosexuels, une « abomination »..

Tarik RAMADAN, intellectuel fréquentable pour les gouvernements européens et beau parleur séduisant des foules subjuguées, s’exprime sur le magnifique djihad, effort « spirituel » de haute tenue dans les colloques estudiantins et reprend au Moyen-Orient sa fonction de prédicateur intégriste invoquant les guerres nécessaires contre les non musulmans.

Les moyens du double langage :

La perversion sémantique : Qaradhawi  peut discourir sur l’horrible excision (où les croyances et superstitions archaïques s’élèvent à de pseudo consistances religieuses) en la citant comme « circoncision des filles », bon moyen de « protection contre la tentation »..

Ramadan se fend d’un profond « respect » envers les femmes, mais refuse de leur serrer la main, en bon misogyne qu’il est en pratique, ( on ne sait jamais  si elles sont « impures » dans leur cycle..).

Les citations de textes supposés sacrés ,en assaisonnement sélectif : pour les occidentaux ignorants :  « point de contrainte en religion », ne pas tuer, ne pas voler (applaudissements) et pour les foules fanatisées « s’ils ne sont pas d’accord avec vous, tuez-les », et pillages et butins religieusement prescrits..

L’insistance de la culture de la victime persécutée (pour l’agresseur),  du respect « islamique » des droits de l’homme ( c’est-à-dire sans liberté, sans égalité, sans fraternité..)

Omissions, non-dits, semi vérités, évènements falsifiés,  accusations délirantes sans plus de souci pour une vraisemblance (oiseaux et requins ennemis, tremblement de terre artificiels pour détruire les mosquées, photos grossièrement truquées, mises en scène, etc..), un bel l’ensemble pour concourir à la dissimulation (simuler ce qui n’est pas) des intentions conscientes et dangereuses.

La manipulation des représentations de l’autre, de l’ »ennemi » à déshumaniser et à détruire.

Sans exhaustivité…

RAMADAN réussit même à créer un discours unique dans lequel chacun y trouve substance : par exemple, lors du congrès de l’UOIF, il a exprimé l’idée d’une naturalisation française massive des musulmans immigrés. Pour les « uns », il s’agissait d’un magnifique élan d’adhésion aux valeurs républicaines, pour « les autres », ils comprenaient qu’un entrisme aussi important changerait les forces numériques et influerait sur l’avenir, dans le sens du grand savant Qaradhawi.

Le double langage s’adresse, bien sûr, aux « ennemis » de l’islam, afin de leur permettre de sommeiller dans le déni de réalité du danger ou d’en devenir les « compagnons de route », dupes ou complices.

Mais aussi problématique, il fortifie dans son public crédule les passions les plus sombres, de haine, d’envie, de peur, de domination ou de vengeance..

Et pour compléter cette anthropologie totalitaire, le double langage marque un profond mépris pour le niveau intellectuel et moral de ceux qui les suivent et ceux qui les croient.

Le seul « avantage » du double langage consiste à être plus aisément repéré, par l’audace de ses contradictions, alors que le mensonge ordinaire passe plus volontiers inaperçu.

Et c’est notre frère Tariq qui a eu cet excellent mot-pirouette : « je n’ai pas de double langage, ce sont les autres qui ont une double audition »…

Qaradhawi et Ramadan en rajoutent aux malheurs du monde.

Guy Sauvage

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.