Le droit à l’oubli pour Bertrand Cantat ?

Publié le 4 juin 2018 - par - 26 commentaires - 1 017 vues
Share

La justice a de nouveau ouvert l’enquête sur la mort de son ex-femme, Krisztina Rady, qui s’est suicidée en janvier 2010. Le chanteur est soupçonné d’être l’auteur de violences physiques et de pressions psychologiques sur celle qui l’avait pourtant soutenu lors de son procès après la mort de l’actrice Marie Trintignant, tombée sous ses coups en juillet 2003.

Cette nouvelle affaire met en lumière le débat autour du droit à l’oubli pour Bertrand Cantat, régulièrement opposé à son devoir de décence envers les femmes victimes de violences conjugales.

Pour avoir « accidentellement » fracassé le crâne de sa compagne contre un radiateur, Bertrand Cantat a été condamné en mars 2004 à huit ans de prison ferme. Il bénéficiera rapidement d’une liberté conditionnelle et ne sera donc resté que 3 ans sous les verrous.

« Il a payé sa dette, qu’on le laisse tranquille » peut-on lire en commentaire sur les réseaux sociaux.

Si l’on peut admettre qu’il a payé sa dette envers la société pour avoir purgé sa peine, il restera à jamais redevable d’une dette sociétale qui devrait le mettre en retrait définitif de la scène médiatico-culturelle.

Pourtant, Bertrand Cantat est régulièrement invité dans toute la France à chanter, lire, se mettre en scène. Au nom du droit à l’oubli, on invite partout celui que l’on présente comme un écorché vif, comme la victime collatérale de ses propres désordres affectifs semant la mort autour de lui.

Cette posture assez indécente devient dès lors inepte à la lumière des assassinats médiatiques dont sont victimes ceux qui ont eu l’outrecuidance de parler trop fort ou trop mal. Ceux-là sont promis à une interminable traversée du désert, à devenir des parias qu’il est préférable d’éviter pour se protéger d’un sort aussi funeste.

D’aucuns ont récemment été condamnés à la mort médiatique par indignation pour une blague grasse et machiste. D’autres l’ont été sur simple accusation, sans même attendre la tenue d’un procès équitable, pour des (forts) soupçons de goujaterie sexuelle.

Ce qui laisse cependant perplexe, c’est qu’à l’heure du néo-féminisme décomplexé qui voit dans la pilosité abondante et ostentatoire un vecteur de libération de la femme oppressée par le « mâle blanc », la présence régulière de Bertrand Cantat dans diverses manifestations ne rencontre qu’une faible opposition, bien que celle-ci monte en puissance.

Bertrand Cantat, qui a provoqué la mort de sa compagne est maintenant soupçonné d’avoir une responsabilité dans le suicide de son ex-femme. A-t-il le « droit à l’oubli », de monter sur scène comme si rien ne s’était passé ? Le droit d’être oublié, sans aucun doute. Le droit à l’oubli, assurément pas.

Il a tué une femme de ses mains. Il a peut-être tué une autre femme par ses mots.

Ceux qui continuent à inviter cet artiste à des manifestations culturelles sont les prosélytes inconscients d’un machisme meurtrier.

Grégory ROOSE

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Flupke

Purger 3 ans au lieu de 8 ans ?? C’est du grand n’importe quoi. S’il avait fait ses 8 ans, sa 2ème femme vivrait encore…

le Franc

il avait ouvert un bar-resto sur bordeaux -trop chiant, trop fatigant, trop peu professionnel ? : pourtant, avec tous les fans qu’il se tape il aurait dû avoir au moins150 couverts minimum par jour midi et soir et rendu richissime en 5 ans.

Fouguet07

Notre justice qui ne vaut plus un clou a condamné ce type à une peine bien trop légère. Il est de bon ton de dire qu’un criminel ayant purgé sa peine a droit à l’oubli. Admettons. Mais dans ce cas qu’il se fasse oublier. Qu’on ne le vois plus, qu’on ne l’entende plus. Jamais. Honte à ceux qui continuent à se précipiter à ses concerts … surtout lorsqu’il s’agit de femmes, là je n’y comprends plus rien.

lucie clavijo

Bonjour,
oui mais il a droit toutes les absolutions (pas cathos bien sur)
tous les pardons,
toutes les lècheries
toutes les réécritures…
Bertrand Cantat est de gauche.
Si par malheur il venait à quelqu’un l’idée de trucider son prochain,
il se dira sans doute qu’il vaut mieux d’abord s’exhiber à gauche…
ça aidera.
Cantat en est la preuve.
Cette preuve que notre société pourrie et corrompue par l’idéologie de gauche…
ne vaut plus une bouse!
Les clandestins qui n’ont pas fini de déferler sur l’Europe sauront profiter à fond de cette bouserie.

dufaitrez

« Pitié ! Il ne sait que chanter » dirait sa belle soeur Cécile Duflot ! CANTATtrice écolo…
Assassinat pas cher payé ! Payer pour l’écouter ? C’est un comble…

Marie d\'Aragon

Superbe ! Merci,

singe et torix

son soit disant talent on s en fou qu il fasse autre chose de plus discret mais peut etre que c est un charlot juste bon a chanter

Jean des Entommeures

Il serait tourneur-fraiseur, personne ne s’en soucierait plus aujourd’hui. Seulement voilà : pour remonter sur scène, c’est comme pour grimper au mat de cocagne, il faut avoir les brennes propres…

AFMC98000

Cantat est un personnage tres violent qui n’arrive pas à se maîtriser avec les femmes. Feu sa femme avait déjà divorcé avec lui pour ne plus subir des violences physiques. Elle se serait suicidée pour ne plus subir ses voilences mentales. Certaines femmes aiment les hommes très virils qui montrent leurs gros muscles. Elles ne savent probablement pas dans quelle galère elles s’embarquent en s’accouplant avec ce type de personnage. Bien que prevenue, Marie Trintignan l’a payé de sa vie.
Cantat devrait être interné, il est dangereux.

Parlervrai

Trois ans fermes pour cet assassin.
Cinq ans de prison avec sursis pour le bijoutier de Nice.
Cherchez l’erreur…

MisterT

Votre article est à vomir !
Quand tu tabasses et terrorises des femmes, que tu tues à mains nues l’une d’entre elle, que tu pousses l’autre au suicide….t’es de la meme engeance que toute la racaille importée,
drôle de conception, de meme niveau que les islamo collabo pour leur petit protégé étranger

AFMC98000

Petit Mister T, je crains que vous n’ayez pas bien lu l’article.

Fleur de Lys

L’avocat de Bertrand Cantat, Me Antonin Lévy, a dévoilé hier soir en direct la lettre laissée par Krisztina Rady avant de se suicider

http://www.jeanmarcmorandini.com/article-381822-l-avocat-de-bertrand-cantat-me-antonin-levy-a-devoile-hier-soir-en-direct-la-lettre-laissee-par-krisztina-rady-avant-de-se-suicider.html

Service Actions

En fait quand une personne vole, casse quelque chose et qu’elle purge sa peine et rembourse la casse, OUI ELLE A LE DROIT A L’OUBLI…
Maintenant, cantat a T-U-É…. alors il aura le droit à l’oubli quand Marie Trintignant aura le droit à la RESSURECTION…. si demain elle sort de sa tombe en pleine forme (pour son age), je serais parmi les premiers à dire « ok il a payé …. » mais j’ai un doute sur le « droit à » de Marie Trintignant….. c’est trop facile de dire « on est plusieurs dans ma tête » « je ne l’ai pas fait exprès (comme lelandais) », « j’ai eu un flash (Tom cette semaine) » etc…. un peu de sérieux !!!

Lorong

Votre thèse anti-féministe se casse les dents sur le mur du réél. Oui dans le monde réél les féministes se sont toujours exprimées contre sa présence sur scène. 3 minutes sur Google vous aurez évité d’écrire cet article.

Grégory ROOSE

Bonjour, c’est pourtant bien ce que j’écris: « la présence régulière de Bertrand Cantat dans diverses manifestations ne rencontre qu’UNE FAIBLE OPPOSITION, bien que celle-ci MONTE EN PUISSANCE. »

Je reconnais donc que cette opposition existe mais qu’elle est timide voire atone n’étant généralement relayée que dans la presse régionale.

Dernière illustration en date, ces 6 féministes qui apparaissent dans la presse régionale pour dénoncer la présence de B Cantat: https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/nantes-quelques-feministes-contre-cantat-5803989

Cordialement.

GR

MAUREL

Certain n’ont pas bien lu votre article et interprètent le contraire de ce que vous dites, dommage pour eux .

bernard

Avec sa tête d’idéologue au petit pied: brutale et niaise, donneur de leçon à tout-va côté politkor (on a le courage qu’on peut dans les médias) il ferait mieux de se cacher même
sil a « payé sa dette » (ooo pas bien lourdement)

Jean-Christophe Comet

Une chose est sûre : celui qui veut tuer sa femme a tout intérêt à être gaucho plutôt que FN….enfin RN.

AFMC98000

Cantat est un gaucho comme son frère et sa belle-soeur. C’estdefamille. Être un gaucho vous donne le privilège de la clémence des juges, eux même de la même sensibilité politique.
Cantat n’aurait jamais dû être rapatrié en France et encore moins n’avoir exécuté seulement 3 ans de prison sur les 10 de sa condamnation.
Quand certains disent qu’il faut lui fouter la paix parce qu’il a purgé sa peine, c’est faux. La clémence des juges des libertés français a coûté la vie de sa femme. Ça, personne n’en parle.

Penelope

Même la propre génitrice sa propre mère Nadine n’a pas reconnu son enfant Marie tellement celle ci avait été tabassée et défigurée. Ce type est un pervers narcissique de la pire espèce. Le droit à l’oubli et qu’on n’entende plus parler de ce monstre.

Bertrand

ça me fait bondir quand j’entends certains gauchistes venir dire qu’il a payé sa dette. Marie Trintignant est morte sous les coups de ce salopard et elle, contrairement à lui, n’aura jamais droit à une seconde chance. Voir ce guignol se trémousser sur scène est une véritable insulte pour les parents Trintignant qui pleureront la mort de leur enfant jusqu’à leurs derniers jours.

AFMC98000

Jean Louis Trintignan n’est plus que l’ombre de lui même. Il dit avoir eu sa vie anéanties par la mort de sa fille.

patito

Juridiquement il a payé sa dette qui n’était , à vrai dire , pas très importante : 8 ans pour massacrer sa femme cela pourrait faire des émules.
Mais je crois que le fait qu’il soit sorti après 3 ans seulement fait qu’en ce qui me concerne je considère qu’il n’a en rien payé pour un tel crime. Tous les avocats du monde peuvent venir à la TV pleurer sur lui il reste à mes yeux une grosse merde .

bernard

Et en plus une merde qui se trémousse et s’expose…

Bouffard

Personnellement
je trouve qu’il aurait du rester en prison, et en tout cas on ne doit plus jamais le revoir sur scène