1

Le fan-club de Brossat aurait fait merveille sous l’Occupation allemande…

Pas touche au petit Ian ! Décidément, le jeune Brossat déchaîne les passions. C’est émouvant cette armée de petits soldats (dont Pascal Boniface et les deux journaleux Mestre et Perrotin), parfaitement disciplinés, en ordre de marche, qui monte aux rideaux à chaque fois que leur Dieu est attaqué.

Je suis sensible à tant de dévotion. Dès que je m’occupe du cas Brossat, les petits chéris qui soutiennent inconditionnellement, et avec quelle fougue, leur petit protégé, adjoint d’Anne Hidalgo, sont tout chose. Cette fois, c’est une nommée Olga Volfson qui gémit, voyant dans mon article une attaque homophobe et islamophobe. Cette petite sotte, en renvoyant les deux termes dos-à-dos, se comporte en agent de l’islam, laissant entendre que l’islamophobie serait un délit. Cette lèche-babouche réintroduit donc le délit de blasphème.

La fachosphère s’en prend une fois de plus à l’élu parisien Ian Brossat

En outre, cette inculte ne sait même pas lire, car Brossat n’a pas annoncé, dans sa courte réponse, qu’il déposait plainte contre cet article, mais a rappelé qu’il avait déjà déposé plainte contre un autre texte, ce qui n’est pas tout à fait la même chose. Encore une victime de l’école des pédagogistes ! Et je l’avoue, d’autre part, j’attends ce procès avec une grande gourmandise.

Mais ce sont surtout les appels haineux à la fermeture du compte twitter de Riposte Laïque qui valent le coup. Ils se comportent comme Mélenchon demandant l’interdiction du FN, comme l’espèce de nonne Muriel Ressiguier demandant celle de la Ligue du Midi.

Les petits chéris, adorateurs du grand gourou communiste immigrationniste Ian Brossat, montrent ce qu’ils sont vraiment : des jeunes imbéciles haineux, incapables de tenir un échange, incapables de débattre démocratiquement. Des petits fachos qui mouchardent, comme des gamins dans une cour d’école maternelle, et qui demandent à la maîtresse de punir leurs voisins.

Je vous fais donc profiter de ces grands moments de littérature, où la haine des groupies se déchaîne, en même temps que leurs appels à la répression.

Bien sûr, sur les réseaux sociaux, Brossat et ses potes qualifient notre site d’extrême droite. Terme dégueulasse qui n’a qu’un objectif : montrer que nous serions des adeptes d’Adolf Hitler, rien de moins. Et bien je vais vous prouver, en trois exemples, que ce sont de vrais descendants de collabos et de traîtres.

D’abord, leur idole, Ian Brossat (ce que ces ignorants ne savent pas) est fasciné par la trahison de son grand-père communiste Marcus Klingsberg. Ce dernier, bien que juif, installé en Israël dès 1948, livrera tout au long de sa vie de scientifique des informations à l’URSS, trahissant sa patrie, son peuple, dans une période où l’Etat hébreu était attaqué de partout par les pays arabes, soutenus par les Russes. Toute ressemblance avec un petit-fils participant activement à l’invasion de la France serait fortuite, bien sûr…

https://ripostelaique.com/ian-brossat-pcf-trahit-france-grand-pere-trahissait-israel.html

D’autre part, ces minables petits bobos parisiens auraient fait merveille, en 1940, en balaçant à la Kommandatur tous les patriotes, pendant qu’ils auraient animé le Paris by Night de l’Occupant. Aujourd’hui, la nouvelle Kommandatur, ce sont les réseaux sociaux, à qui ils écrivent avec frénésie pour nous faire virer.

Mais comme ils sont totalement incultes, ils ne savent rien de l’homosexualité qui régnait dans les milieux nazis, rien des grandes nuits parisiennes où Sartre et Beauvoir ne paraissaient pas dérangés par l’Occupation, rien sur le fameux Axel Bonnard, surnommé « Gestapette » (quel terme homophobe !) et ignorent que jusqu’en 1941, les descendants communistes de Brossat pactisaient avec les nazis, respectant les termes du pacte Hitler-Staline, appelé germano-soviétique.

Absolument pas rancunier, je donne donc un cours d’Histoire gratuit à ces diminués du bulbe, et leur recommande, s’ils veulent vraiment s’instruire sur cette période, le livre de Patrick Buisson, « 1940-1945, années érotiques »…

http://www.lefigaro.fr/livres/2009/04/09/03005-20090409ARTFIG00388-buisson-la-france-dans-de-beaux-draps-.php

En attendant, ces petits cafards du net, avec leurs têtes de soumis et de vierges effarouchées, auraient léché les bottes allemandes, en 1940, avec la même ferveur qu’ils lèchent les babouches musulmanes en 2018.

Martin Moisan