Le footeux Camavinga, symbole du wokisme mondialiste


Je ne suis pas convaincu que le grand public et surtout s’il n’est pas rennais, connaisse Edouardo Camavinga. Seuls, en effet, les amateurs savent qu’il s’agit d’un joueur de football ayant appartenu à l’effectif du club breton avant d’être « vendu » en 2021 au Real de Madrid, grand club Espagnol, vainqueur de 26 trophées internationaux qui en ont fait la plus prestigieuse équipe du monde et dont, peut-être, un plus grand nombre savent l’existence et l’excellence des performances.
Edouardo est né le 10 octobre 2002 dans la petite ville de Miconje appartenant à une province angolaise enclavée entre la république du Congo-Brazzaville, la république démocratique du Congo et l’immensité océanique. Il détient de fait les nationalités angolaise et congolaise. Cette double appartenance laisse planer la possibilité d’un conflit potentiel congru.

Ses parents ayant fui leur pays pour s’installer en France en 2002, le petit Edouardo est devenu sans aucune difficulté, de façon presque mécanique, français à l’âge de 17 ans. Cette naturalisation banale lui a notamment permis d’intégrer l’équipe de France au sein de laquelle il a rejoint un nombre impressionnant d’autres joueurs aux origines ethniques diverses et aux nationalités multiples mais réunis par une espèce d’intérêt commun qui a à voir avec toutes les motivations possibles exceptée celle de l’amour du drapeau tricolore.

Le média « Afrique sport » écrivait il y a quelque mois : « Depuis plusieurs décennies déjà, le sport en France est devenu une affaire des noirs… Pendant que 16 africains sont présents dans cette sélection dont 14 noirs et 2 maghrébins, les français d’origine quant à eux ne dépassent pas 3… ». Tout est dit je crois dans cette observation qui ne peut être taxée de partialité.

https://www.youtube.com/watch?v=RWGzd4Ffa6k

Edouardo Camavinga est doué balle au pieds. Si doué qu’il pourrait bien un jour, lorsque sa carrière aura égalé celles d’autres stars devenues icônes adulées des aficionados de tous pays et, accessoirement, multimilliardaire, rejoindre la MLS (Major League Soccer) aux USA où il aura le loisir de gonfler encore sa fortune. A ce moment-là, pourra-t-il, peut-être (sans aucun doute, en fait) obtenir la nationalité américaine.
Et si, comme cela est loin d’être improbable, après quelques années passées à courir sur les pelouses ibériques, il obtenait la nationalité Espagnole, il aurait alors 5 nationalités différentes.

Si cette hypothèse était un jour avérée, on pourrait, évidemment supposé qu’Edouardo est pourvu d’un cœur immense voire d’une sensibilité hypertrophiée. Comment pourrait-il, en effet, en être autrement, pour aimer, respecter et porter avec fierté 5 identités différentes. En tous cas, Il faut sans doute être pourvu d’un sacré penchant pour le multiculturalisme pour faire face à tant d’obligations (sic !) …En somme, faudrait-il ne se revendiquer d’aucune identité, ce qui s’avère être un non-sens total.

Il y a quelques semaines Edouardo Camavinga vivait, alors, un rêve éveillé en étant officiellement présenté au Real Madrid. Sur le plateau de la chaîne TVE, en Espagne, une journaliste, Lorena Gonzalez, ne pensant pas que son micro était branché, avait déclaré : « Ce type est plus noir que son costume ». Rien de bien méchant et sans doute une remarque factuelle dénuée de tout malveillance. Pourtant, dans un bel ensemble bien ordonné et spontané, et comme un seul homme, tous les thuriféraires de l’antiracisme, tous les caudataires du racialisme décomplexé et tous les adulateurs du « black live mater » se sont lever pour accuser cette journaliste d’ignoble raciste…Mais comment donc !

Dans un réflexe de survie et sur les ondes de Radio Marca, dans des propos retranscrits par le site Real France, « la mise en cause » a tenu à s’expliquer, insistant sur le caractère non raciste de ses propos…Comme si dire que l’homme en question est noir et bien qu’il le fut réellement puisse circonvenir à une insulte.

En dépit de ses excuses, et d’un triste buzz sur les réseaux sociaux, la journaliste coupable du crime d’avoir dit le réel a depuis été congédiée.
Constatons sans mauvais esprit, que les réactions sont pour le moins plus modérées et pour le coup plus indulgentes lorsqu’une indigéniste réclame des réunions d’Association étudiantes réservées aux noirs ou dans lesquelles la présence de blancs pourrait exceptionnellement être autorisés à conditions que ces colonisateurs, esclavagistes, supposés suprématistes, ferment leurs « grandes gueules ».

Lorsque Maïtena Biraden affirme sans complexe et sans rougir « qu’il y a trop de blancs dans les meetings d’Erice Zemmour », elle ne se contente pas d’énoncer un élément comptable statistique mais elle exprime un regret qui dénote une vision racialiste donc raciste. Sauf que là aucun cri d’orfraie ne répond à ses paroles inacceptables.

Nous, (je dis, nous, car je suis, moi-même, un homme blanc hétérosexuel de plus de 50 ans), sommes sommés d’expier, de manière globale et exclusive, toutes les supposées agressions ségrégationnistes de l’histoire des êtres humains, supposément exercées contre les races, les sexes, les religions et d’une façon plus générale les présumées minorités devenues par le jeu d’un activisme actifs et bien aidé par des comportements collaborationnistes, catégories dominantes. Ces minorités se comportent en procurateurs toujours sélectifs dans leurs mises en causes, exonérant par exemple le plus long, le plus vaste et le plus cruel des esclavagismes, que l’histoire des hommes ait connu c’est à dire celui pratiqué par l’islam.
Il nous faut donc régulièrement mettre un genou à terre en signe d’expiation et de soumission aux nouveaux maitres de la planète.

https://youtu.be/zmLqznfMLC8?t=107

Pour ma part, je m’y refuse sans le moindre remord.

Jean-Jacques FIFRE

image_pdf
24
1

6 Commentaires

  1. « …Pendant que 16 africains sont présents dans cette sélection dont 14 noirs et 2 maghrébins, les français d’origine quant à eux ne dépassent pas 3…  » Si, pour être footballeur, il fallait avoir un QI supérieur à 60, depuis le temps, ça se saurait. Ceci explique peut-être cela…

  2. Franchement la femme (noire) est une raciste envers l’homme (blanc) c’est incroyable de l’entendre parler comme cela de la France et des pauvres joueurs de foot(noir) millionnaire grace à notre pays la FRANCE.

  3. Elle est belle la France! Bien représentée ! Mon Dieu, que vous a-t-on fait pour mériter ça !

  4. De toute façon , les plus racistes sont ceux qui accuse les autres de racistes, et c’est plus facile d’accuser l’autre quand on est pire que lui ,et, je rajouterais, se sont des ignares, des incultes, dépourvus d’intelligences, des fainéants qui vivent sur notre dos….

  5. Lloris, Griezmann et les deux Hernandez sont d’origine espagnole. Seul Pavard est français de France.

Les commentaires sont fermés.