Le Front “Républicain” de l’UMPS est une stratégie de lâche

Publié le 26 mars 2014 - par - 1 038 vues

Nous allons vivre une semaine de matraquage médiatique. Une semaine pendant laquelle la caste politico-médiatique va nous faire croire que les nazis sont aux portes de Paris. Sur les média vous aurez droit aux analyses fumeuses et partisanes de militants de gauche déguisés en sociologues experts autoproclamés en extrême droite. Dans leurs reportages, les journalistes prendront volontairement un ton soucieux et anxiogène. Des artistes officiels, gavés de subventions et totalement incultes, vous mettront en garde contre le retour des années 30. Arte rediffusera Shoa. Sur les plateaux télé des mines de croque-morts débattront sur les raisons de la poussée de l’extreemmme drooaatte.

Nauséabond, peur, xénophobie, nazisme, fascisme…. rien ne nous sera épargné.

umps

Cette soupe indigeste on la connait depuis plus de trente ans. C’est une machine infernale qui se met en branle à chaque fois que le FN est en passe de gagner une élection. Or en France la démocratie n’est qu’un jeu de dupe. La stratégie que le système nomme Front républicain consiste uniquement à interdire l’accès au pouvoir d’un parti légal en mettant en place des alliances de circonstance. Des combinaziones comme disent les italiens. Ces petits arrangements entre gens de bonne compagnie sont l’expression d’un pouvoir oligarchique. Ce sont ces ententes qui ont détruit la république dont ils se prévalent. Leurs magouilles ont rendu obsolète l’usage du suffrage universel et constituent un affront au bien commun (la RESPublica). Pas étonnant donc que les citoyens s’abstiennent.

Le Front républicain : une manipulation qui cache une stratégie de pétochard

Le mot Républicain accolé au mot Front suggère une forme de respectabilité et de probité. Son usage outrancier permet aux fripouilles maquillées en oies blanches de désigner le mal devant être combattu. Cette dialectique est plus que mensongère. Comme le souligne Franck Ferrand dans un article du Figaro, la république n’est pas une vertu, c’est un système politique qui ne garantit absolument pas la liberté, la démocratie ou le pluralisme. S’en revendiquer n’est donc pas un certificat de sainteté.

La gauche se sert du mot république après l’avoir vidé de son sens. Le communautarisme dont elle fait preuve, le clientélisme sur lequel repose le socialisme municipal, le refus de faire appel au peuple par l’usage du referendum, la délégation de souveraineté à des instances technocratiques non élues… etc. prouvent chaque jour un peu plus que les principes de la gauche sont à l’opposé de la République une et indivisible dans laquelle on ne reconnait aucune communauté et où seul le peuple est souverain.

Comme dans le roman “1984″ de Georges Orwell, l’expression ” Front Républicain” fait partie de la novlangue socialiste. C’est une arme de propagande qu’elle dégaine pour mieux diaboliser ses adversaires tout en se plaçant dans le camp du Bien dont elle a pris soin de dessiner les contours. Un camp du Bien chimérique dans lequel seuls ceux qui adhèrent à la Doxa du pouvoir oligarchique peuvent y avoir leur place .

Le Front Républicain une fois appliqué est également une marque de couardise.

Prenons par exemple le cas d’une triangulaire aux municipales où la gauche et l’UMP seraient derrière un candidat FN en passe de gagner l’élection. La gauche, en troisième position décide de se retirer au profit de l’ump. Un geste auquel elle prête un sens héroïque et qu’elle revendique comme un sacrifice au nom du Bien et des valeurs de la république blablabla…

Or cette décision est d’une puérilité confondante. Car en se retirant de la course électorale, la gauche (ou l’UMP) se prive de conseillers municipaux d’opposition qui pourraient lutter contre une majorité de droite ou FN. En bref, la gauche abandonne le terrain comme un lâche fuit le champ de bataille. Avec son Front Républicain, la gauche privilégie la dérobade à l’affrontement républicain au sein d’une assemblée démocratique .

Avec des résistants comme ça, nous serions tous allemands depuis 1940.

Et c’est ainsi qu’Allah deviendra grand en France.

Jérôme Cortier

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi