Le futur de l’intelligence : du pain et des jeux pour les “inutiles” !

Publié le 15 janvier 2021 - par - 16 commentaires - 1 479 vues
Traduire la page en :

Les études internationales se suivent et se ressemblent sur la descente aux enfers de l’enseignement en France. Curieusement, alors que le niveau des élèves, en particulier en mathématiques, discipline qui ne supporte pas l’à-peu-près, jamais il n’y a eu autant d’évaluations dans les établissements scolaires. Bien sûr, la critique porte sur les professeurs qui seraient mal formés, pas assez à l’écoute, et les bureaucrates du ministère déclarent que tout va bientôt rentrer dans l’ordre avec une meilleure formations des enseignants.

Du pain et des jeux

La réalité est beaucoup plus simple ! La majorité des élèves se contrefiche de ce que raconte leur professeur, ils trouvent que ce savoir est ennuyeux et inutile, le bruit de fond d’une classe devient un bourdonnement incessant et ils ne tolèrent la présence de l’enseignant que si celui-ci ne les dérange pas trop en parlant trop fort.

Pour eux, la vraie vie se passe par les échanges sur le smartphone, à travers les jeux ou par YouTube.

Comment les en blâmer, puisque les adultes passent leur temps sur leur portable ou en regardant les séries de Netflix ou la télévision ? Le temps nécessaire à la réflexion diminue ainsi de façon dramatique. Or, tout comme les muscles, un cerveau qui n’est pas utilisé s’atrophie et perd ses capacités. Le résultat est une baisse du niveau général de l’intelligence, autrement dit une crétinisation des masses.

Depuis plus de deux mille ans, l’intelligence humaine a atteint un plafond. Les anciens grecs ou romains avaient des capacités mentales égales ou supérieures au nôtres. Et des génies comme Euclide ou Newton n’ont rien à envier à nos chercheurs contemporains. Il existe encore des savants qui ont cette envergure, mais les capacités intellectuelles de la majorité de la population se dégradent, particulièrement en Occident. Les élites dirigeantes ont une culture générale plus faible qu’il y a seulement un siècle, et l’écart ne fait que s’accentuer…

Comme dans la Rome antique, le peuple semble se satisfaire de la demande de base : du pain et des jeux. De plus en plus de gens sont de gros bébés qui se satisfont des sucettes que leurs édiles leur accordent. Ils préfèrent souvent être malades pour se faire plaindre plutôt que de réagir et se prendre en charge. Les rues sont pleines de gens qui clopinent alors qu’avec un peu d’exercice, ils marcheraient normalement. Ils sont ravis d’écouter la propagande mercantile et les rythmiques abrutissantes que l’on nous fait prendre pour de la musique. Quand quelqu’un les agresse, ils pleurnichent et supplient au lieu de se défendre comme des hommes. Ce n’est sûrement pas sur eux qu’il faut compter pour défendre les libertés menacées. Ce type de population condamne la démocratie, car qui confierait les commandes d’un navire à de tels ignares ?

Le règne de l’intelligence artificielle

En regardant danser les robots de la compagnie Boston, je suis frappé du chemin parcouru en si peu de temps par les concepteurs de ces machines. Je me souviens qu’il y a seulement quarante ans, personne ne croyait qu’un programme d’ordinateur battrait des maîtres aux échecs. Aujourd’hui, plus aucun compétiteur n’ose se mesurer à ces programmes, les fabricants cherchent même à introduire des fautes volontaires pour que le joueur humain puisse avoir une chance de gagner. Contrairement à l’intelligence humaine, l’intelligence artificielle n’a pour l’instant pas de plafond.

Il est important de préciser que les créateurs de ces joueurs artificiels sont de moins bons joueurs qu’elles et sont dont incapables de prévoir à l’avance comment elle va jouer, sinon le programme serait sans intérêt. Cela démontre que les robots autonomes n’auront pas non plus un comportement prévisible, et seront donc susceptibles de faire des dégâts.

Les machines finissent toujours par prendre la place de l’homme dans des domaines de plus en plus étendus. L’histoire est jalonnée par des épisodes significatifs. La révolte des canuts qui a marqué le début de l’industrie textile, l’histoire de John Henry concurrencé par une machine pour poser les rails : invariablement l’homme perd toujours.

Certes, nous n’en sommes pas encore au point où les robots remplacent l’homme dans le domaine de la création artistique et la recherche scientifique. Mais le domaine de l’IA évolue très vite, les applications de ce que l’on appelle le « deep learning » (apprentissage profond) jouent un rôle de plus en plus important dans la recherche de nouveaux composés chimiques et de particules subatomiques. Et dans une dizaine d’années, l’ordinateur quantique sera au point, avec des capacités presque illimitées. La Chine a déjà fait fonctionner un ordinateur quantique, limité il est vrai à un type de problème très spécifique, mais qui nécessiterait des millions d’années pour qu’un ordinateur normal puisse le résoudre. Elle a déjà un réseau quantique opérationnel qui relie ses entreprises les plus importantes.

Le problème sera exactement le même que pour internet, qui est actuellement contrôlé par les GAFA , qui seuls possèdent les algorithmes permettant de faire fonctionner le réseau. Ce sont ceux qui payent les violons qui choisissent la musique, donc les magnats qui détiendront les clefs de ces machines intelligentes les feront travailler dans leur intérêt, mais pas dans l’intérêt du plus grand nombre. Les gentils robots d’Asimov avec leurs trois lois conçues pour ne pas léser les êtres humains n’ont aucune chance de voir le jour ! Ils seront au service des gens à la manière de Twitter ou de Google, c’est-à-dire qu’ils ne pourront rien faire qui aille à l’encontre des véritables maîtres de ces machines. Un avant-goût de ce qui nous attend nous est donné par la Chine, où les comportements de leurs citoyens sont épiés jusque dans leur intimité, et où des « points sociaux » récompensent ceux qui sont les plus obéissants.

Au fur et à mesure des avancées technologiques, les êtres humains vont abandonner ce qui faisait la spécificité de leur espèce, soit la capacité de comprendre le monde et de le modifier suivant leur intérêt.

Seuls survivront des îlots de connaissances comme les centres de recherches et les universités, tout comme les moines qui copiaient et conservaient  les écrits. Nous sommes à l’aube d’un nouveau moyen-âge. Il est hors de doute que les mêmes personnes qui contrôlent le monde par le biais d’internet utiliseront ces nouvelles ressources à leur profit, court-circuitant des milliards de personnes qui deviendront, de fait, inutiles.

Et à votre avis, que fait-on des personnes inutiles ?

Gilles Mérivac

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Stentor

“Nous” avons de plus en plus misé sur les techniques et la technologie, et de moins en moins sur la philosophie et la morale ; nous avons répudié la religion (la vraie) pour lui préférer la science. L’intrusion – brutale – de l’IA, l’intelligence artificielle, sera l’ultime aboutissement de cette erreur et ses conséquences nous seront peut-être fatales.

La mondialisation, ce sera cela : une humanité indifférenciée et abêtie, désoeuvrée car uniquement occupée à ses écrans (de TV, console de jeux, ordi ou téléphone) et rémunérée au “revenu universel”, et à sa tête, pour tirer les marrons du feu, quelques seigneurs qui auront tout verrouillé grâce notamment à l’intelligence artificielle – cette merveille de science qui ne fera qu’illustrer la fameuse sentence de Rabelais.

breer

L’humanité est en pleine régression, les dits intellectuels nous ont seriné pendant des décennies avec le fantasme d’une jeunesse devenue réfléchie et responsable, plus écologiste et plus sérieuse que les générations de quinquas et sexagénaires. Quelle stupidité mensongère, pour une petite minorité c’est sans doute vrai, mais la majorité des moins de 30 ans, se sont nourris au biberon du gauchisme anarchisé, du libertarisme et du rejet de l’autorité et de la discipline, de la téléréalité primaire, des jeux virtuels violents, de la frénésie consumériste et addictive, et de l’aliénation aux réseaux sociaux. Ces générations aux émotions manipulables ont souvent des connaissances tronquées, voire erronées, ils seront à 75 % les artisans du chaos qui se met en place.

BobbyFR94

Gilles, très bon article, voici la réponse à ta question de fin d’article, basée sur un livre paru en 1997 en Allemagne, et traduit en français en 1999 :
“Le piège de la mondialisation” de Hans-Peter MARTIN & Harald SCHUMANN
https://ripostelaique.com/80-de-la-population-mondiale-devra-disparaitre-avant-la-fin-du-xxie-siecle.html

Et l’outil majeur, mais pas le seul, utilisé pour la destruction des peuples des pays occidentaux en Europe, c’est le NAZISLAM ! démonstration factuelle ici :

https://resistancerepublicaine.com/2019/11/04/pourquoi-ont-ils-choisi-lislam-pour-nous-exterminer

Bien-sûr, il faut agir sur toutes sortes de plans, aussi faut-il baisser le niveau d’instruction, étouffer l’intelligence des jeunes générations, leur imposer des divertissements débiles, etc…

jojo ( le plombier )

Avant le futur de l’intelligence Ya en avoir l’intelligence au présent. / Grace à RL & RR ainsi que nombre de commentaires ” Dieu merci” on peut encore cultiver une certaine intelligence ou liberté de jugement contrairement aux sites et médias qui eux cultivent l’intelligence avec l’ennemi et nous introduisent (plus ou moins profond) au futur de l’intelligence . Y en a en avoir pas à dire y en avoir grave ras le pompon . Y en avoir de quoi taguer sur les murs ” No Futur ” . De quoi Peter un câble tant Çà devient con fusant comme ils disent à Lrem pour dédouaner leur messages ambivalents.

Fabiola FERRANTE

Vous devriez changer de traducteur, parce qu’avec celui-ci, on ne comprend rien !!!
Quelle est votre langue d’origine ?

Fabiola FERRANTE

LE PONT DU GARD construit dans le 1er siècle apr. JC, donc sans ordinateur, sans calculatrice, par des ingénieurs-soldats de l’Empire Romain : L’aqueduc proprement dit est un chef-d’œuvre d’ingénierie, témoignage de l’extraordinaire maîtrise des constructeurs anciens : le dénivelé entre les points de départ et d’arrivée n’est que de 12,6 m, la pente moyenne générale étant de 24,8 cm par km. À cause du relief, l’aqueduc serpente à travers les petites montagnes et vallées des garrigues d’Uzès et de Nîmes.
C’est sûr que même avec nos machines les plus intelligent ou les plus robustes, nous n’arriverons jamais à rebâtir la pyramide de Chéops avec ses monolithes de granit trouvés dans la Chambre du Roi, taillés avec une précision extrême qu’une carte bancaire ne pourrait être glissée entre eux.

Fabiola FERRANTE

Bravo et merci pour votre article !
Je suis d’accord avec vous sur tous les points mais il y a un paramètre que les adultes oublient trop souvent !
La fatigue des adolescents. J’ai passé mon enfance à avoir sommeil et à avoir faim. Je réussissais beaucoup mieux sur les matières littéraires qui demandaient moins de jus que les maths.
Les maths au lycée demandent beaucoup de jus et de précision dans l’analyse. Or, j’en étais incapable parce que je tombais de sommeil. Je devais partager mon lit avec une soeur qui bougeait beaucoup toute la nuit, le matin, réveil trop tôt pour prendre le train de 6H30 ! Je n’avais rien dans l’estomac jusqu’à 13h00, nourriture insuffisante, après les cours, encore long trajet vers la maison. Un cauchemar que je ne voudrais jamais revivre !
QUI Y PENSE ?

chouan

chouan
1984 d’ Orwell ( big brother, la machine, intelligence artificielle, domine et controle Tout, seule une petite caste, richissime, échappe à ce totalitarisme en l’exploitant Mais la fin du livre pourrait se poursuivre car à mon avis, ils se feront “bouffer” aussi….juste une question de temps…
Vous avez oublié les finances, la bourse est faite par des algorythmes ( en quelques secondes !) et plus par des traders ….les conséquences peuvent être dramatiques, une formule mathématique n’a pas d’ état d’ame ni d’imagination…

desbois

Le futur des années 60-70 ce n’était donc pas l’utopique Asimov mais plutôt le dystopique T.j. BASS avec notamment son roman Humanité et demie
https://espritsf.fr/humanite-et-demie-thomas-j-bass/

faguet

que fait-on des personnes inutiles ?on les vaccinent……si ça ne suffit pas ,,des petites guerres civiles par ci par là ,si ça ne suffit pas des guerres régionales se serrait encore mieux …mais attention a ne pas déraper en troisième guerre mondiale , par ce que la quatrième ce ferrait avec des pierres et des battons

Cagrokou

Oui, l’avenir pour les masses, c’est le revenu universel pour qu’elles aient du pain et Netflix pour qu’elles aient des jeux. A ce régime, personne ne voudra ou ne pourra plus se lever pour défendre la liberté ou la démocratie. Ce n’est pas seulement une perte de niveau intellectuel et culturel mais aussi une perte de conscience.

petit

Tout ça est calculé depuis les événements de mai 68, j’étais en sixième cette année là, et plutôt bon élève.
Et coïncidence troublante dès l’année suivante on nous dit textuellement “Les mathématiques n’existent plus, vive LA mathématique moderne”, pour désapprendre à calculer on n’a jamais rien inventé de mieux, résultat décrochage complet des cours de maths, BEPC sauvé par les langues malgré un 0,5 en maths.
Mon désintérêt pour la discipline me poursuit encore de nos jours malgré une belle carrière de technicien supérieur.
Et cerise sur le gâteau en cinquième une toute jeune prof d’allemand qui semblait haïr son métier et les élèves, chute de 30 % de moyenne.
Ça se poursuit en quatrième avec une prof de maths complètement indifférente, je cumule les zéros, et un prof de français insipide

petit

comme en histoire/géo, résultat, redoublement, après un an de “révisions” avec des profs plus vaillants et enfin une classe de troisième brillante en langues, moyenne en instruction générale et toujours nulle en maths ma porte de sortie est le collège technique ou j’excelle, mais toujours pas en maths, je traîne cette aversion, alors que toutes les matières techniques font ma joie.
Pour conclure, je suis persuadé au plus haut point qu’il a été décidé dans les hautes sphères que pour s’éviter de futures rébellions qu’il fallait impérativement abrutir les générations à venir afin de les tenir à merci, et les réguler à la méthode romaine, du pain contre soumission et des jeux pour oublier la misère.
Ça fonctionne très bien, ASSEDIC + RSA + chaînes de Foot et circulez y’a rien à voir.

Gilles Mérivac

Vous n’avez pas eu de chance avec vos enseignants. Je regrette votre désintérêt pour les mathématiques, car c’est la seule manière de comprendre le monde physique.

Theodore

https://m.youtube.com/watch?v=c1c5zdXajB0

IDIOCRACY c est un film pour vous ! qui va vous confirmer vos idees… car oui en plus de deux mille ans, l’intelligence humaine a atteint un plafond.

Rires

Lire Aussi