Le général de Gaulle ne doit vraiment pas être très fier de ses héritiers

Publié le 26 mars 2015 - par - 1 025 vues

Parce que des journalistes ne cessent de parler de dérapages, il convient me semble-t-il d’en donner une définition plus conforme.

Celle-ci serait à mon sens rédigée comme suit: dérapage, c’est dire une vérité sans contrôle ! À ne pas confondre bien sûr, avec une voiture qui, en toute vérité, peut  déraper dans un virage incontrôlé suite au dépôt d’huile de type Novlangue. Marque déposée par la socia-lie et promue par les bricoleurs de l’UMPS.

Ce matin dans le Figaro, Chantal Delsol qui écrit souvent sur Valeurs Actuelles, a fait un excellent article sur le résultat des élections territoriales en expliquant les raisons de la montée du Front National. Sans la haine habituelle des journaleux gauchistes.

Comme cet article ne comportait aucune des bêtises habituelles de la bien pensance, Madame Delsol s’est sans doute crue obligée de terminer par une vérité possible suivant les sensibilités, non sans y ajouter une contre vérité, hélas.

La première étant que le Front National prenait la place sur l’échiquier politique de l’ancien RPR et la deuxième que le général De Gaulle avait dû s’en retourner dans sa tombe.

De GaulleCe à quoi, je la rassure, le général a dû se remettre pour le coup en bonne place car il y a belle lurette qu’en écoutant ses pseudos héritiers gaullistes, c’est plusieurs tours dans son cercueil qu’il avait déjà fait auparavant. Pauvre Yvonne…

C’est la magie du discours actuel de nos politiciens qui consiste à utiliser les morts les plus prestigieux pour donner une consistance à un discours qui va à l’inverse. Les Français n’ont pas de mémoire, ils le savent ! N’ont guère de culture politique non plus, ils le savent également.

En effet, depuis l’endroit où se trouve notre Général de Gaulle, il a pu constater ce que ses “héritiers” ont fait de cette certaine idée de la France gaulliste, et qu’elle n’a pas grand-chose à voir avec cette France de l’UMP, ni avec celle du PS et autres traîtres à sa pensée.

René Bousquet chez MitterandBref rappel tout de même à commencer par Jacques Chirac qui  a su trahir les gaullistes historiques en 1974 contre Chaban Delmas et sa famille politique et en 1981 contre Giscard d’Estaing lors d’un fameux déjeuner chez Édith Cresson avec François Mitterrand, le décoré de la francisque par Pétain lui-même.

Combien de tour a fait le général à ce moment-là ? Nul ne le saura jamais ! Pas plus que l’on ne sait, même si on peut s’en douter, pourquoi le Général De Gaulle refusa les offres de services de ce même Mitterrand à Alger en 1943, lorsque celui-ci se découvrit une âme de résistant. D’où cette haine du gaullisme par la suite.

Chirac n’a jamais été un bégueule et il savait s’essuyer les pieds sur ses convictions d’autant plus facilement qu’il n’en avait pas… On sait qu’il vient de la gauche communiste dans sa jeunesse. D’où cette citation de Charles Péguy qui lui va à merveille: Ils ont les mains pures ! Ils n’ont pas de mains. Citation à laquelle on peut facilement accoler celle de Marie France Garaud : J’ai cru qu’il était de l’acier dont on faisait les meilleurs canons. Il n’était que de la faïence dont on fait les bidets !

Bref, en cette époque décolorée, ou le bleu de l’UMP ressemble plus à un jean délavé et déchiré aux genoux à la mode bobo, Madame Chantal Delsol qui d’habitude, ne prononce pas ce genre d’ineptie sur la vie après la mort de nos grands hommes, a cru devoir céder à la novlangue et donner son obole aux discours ambiant. Dommage.

Pour ma part, si le Front National rappelle à certains l’antique RPR qui refusait l’Europe (appel de Cochin), refusait l’immigration, voulait réservait les prestations sociales aux seuls Français, etc, cela veut tout simplement dire que l’UMP décidée par le même Chirac, instrumentalisée par Sarkozy, n’est plus de droite mais a bien rejoint les socialistes et qu’il est parfaitement naturel désormais de parler d’UMPS comme d’une grande agrégation (coagulation?) de partis politiques ayant décidé de faire de la France une province européenne sous la domination de Bruxelles et aux ordres de l’Allemagne d‘Angéla Merkel.

C’est clair, la pseudo droite UMP n’a pas grand chose à voir avec Charles De Gaulle. Il serait temps d’en tirer les leçons en France. Je vais par contre, éviter de dire que le Général De Gaulle s’est retourné dans sa tombe devant ce que ces traîtres à la pensée gaulliste ont fait de la France en 2015.

Gérard Brazon (le blog)

Général De Gaulle5

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi