1

Le GG Grandserre réclame un compte-épargne météo de 5 jours par an !

Ce matin-là, j’écoutais, exceptionnellement, les Grandes Gueules, ayant deux heures de voiture à faire pour rentrer à Paris. Nous étions au lendemain du mardi noir, à Paris, où environ deux mille automobilistes avaient passé la nuit dans leur voiture, coincés sur la désormais célèbre Nationale 118.

Et bien sûr, on ne parlait que de cela, et chacun avait son bouc-émissaire désigné. La faute à l’Etat selon quelques-uns, la faute aux automobilistes selon d’autres, la faute aux poids lourds, aux autobus, aux mauvais conducteurs, etc.

Et bien sûr, chacun d’amener sa solution. Que les flics ferment les routes plus rapidement (superbe idée, ils rentrent comment, les gens ?). Que les Parisiens s’équipent tous de pneus à clous, comme les casques à pointe (Allemands). Que les Français en finissent avec la voiture, et prennent les transports en commun (même s’il n’y avait plus de bus, ce jour là, seulement un train sur deux, et que le site de la RATP était tombé en rade).

Et puis, soudain, j’ai entendu l’idée de génie ! Et c’est un instituteur, par ailleurs directeur d’école en zone rurale, l’ineffable Sylvain Grandserre, qui l’a trouvée ! Accorder un compte-épargne météo de cinq jours à tous les salariés de ce pays, pour cause de chaleur excessive, de pluie diluvienne ou de neige abondante. Autrement dit, cinq jours de RTT supplémentaires !

Sylvain Grandserre, qui n’est pas à une contradiction prête, expliquait qu’il fallait en finir avec la voiture, qu’il fallait quand même que les Français fassent preuve de responsabilité individuelle… tout en ayant reconnu être parti de chez lui à 5 heures du matin, en voiture, par arriver à l’heure dans les locaux de RMC.

Mais pourquoi Méluche n’y a-t-il pas pensé à celle-là ? Et Philippot, il n’aurait pas pu la souffler à Marine ? Ce qu’on voit, ce que ce GG, qui sévit sur RMC depuis plus de dix ans, est un irresponsable total, incapable d’imaginer les conséquences de ses propositions.

Il fait comment, le petit patron (forcément exploiteur des pauvres ouvriers) qui a une chaudière à réparer, pour une personne âgée, en plein hiver, si, grâce à des enseignants ayant la garantie de l’emploi, et totalement déconnectés des réalités du privé, il se retrouve avec deux ouvriers en moins le même jour ? Et en plus, c’est la prime à la combine, à la paresse, un encouragement, quand il y a le moindre souci, à ne pas aller bosser. Mais il s’en fout, Grandserre, des conséquences de ses délires, il a fait son numéro de claquettes, et joué les utopistes à deux balles sur une grande chaîne.

Sylvain Grandserre, c’est le prof gaucho dans toute sa splendeur, arrogant, méprisant avec tout ce qui ne pense pas comme lui. Lors de cette journée, il sera d’une rare arrogance avec la porte-parole LR, Laurence Saillet, accusant sa famille politique de tous les maux sur l’école, mais défendant le bilan de Najat Vallaud-Belkacem. C’est dire l’objectivité du personnage.

Sylvain Grandserre, c’est bien sûr ce genre d’idéologue qui va raconter que l’immigration rapporte à la France davantage qu’elle ne coûte ! C’est donc un immigrationniste, qui va trouver mille explications plus fumeuses les unes que les autres pour expliquer que la baisse du niveau scolaire, c’est à cause d’un manque de moyens. Ben voyons !

http://resistancerepublicaine.eu/2017/11/23/reponse-au-dhimmi-grandserre-qui-affirme-que-limmigration-rapporterait-plus-quelle-en-coute/

Sylvain Grandserre, tel Pinocchio, est capable de raconter qu’un enseignant comme lui est un damné de la terre, qu’il faut autant d’heures que les autres salariés, et que ses 16 semaines de congés (sans parler de ses vacations pour les Grandes Gueules), ce sont des RTT. Ben voyons !

Sylvain Grandserre est capable de nier la réalité de l’influence de la gauche à l’école, et de nier qu’il y a nombre d’enseignants davantage habillés en gauchos qu’en professeur. Il est aussi capable d’expliquer le fait que de plus en plus de gosses arrivent en 6e sans savoir lire et écrire par des explications sociales, et surtout pas par le pédagogisme et l’immigrationnisme !

Bien évidemment, quand on lui fait la démonstration que sur l’immigration, il raconte d’énormes conneries, il essaie, avec une langue de bois, de défendre l’indéfendable, avec une mauvaise foi admirable. Conclusion Grandserre : il n’y a pas de Grand Remplacement (fantasme d’extrême droite), il n’y pas davantage d’immigration qu’avant, et tout va bien…

Sylvain Grandserre est bien évidemment un anti-fââââsciste, et il est colère contre Mélenchon, qui a mis la République en danger en n’appelant pas assez clairement à voter pour Macron, pour vaincre le péril Marine.

http://rmc.bfmtv.com/mediaplayer/video/gros-coup-de-gueule-de-sylvain-grandserre-contre-jean-luc-melenchon-939885.html

Sylvain Grandserre, sur les AVS à l’école, pour les handicapés, est sublime, là encore. Alors qu’on ne trouve plus d’enseignants, que beaucoup ont une orthographe catastrophique, il réclame, pour 21 heures de travail par semaine, des formations de haut niveau ! Simple chose positive pour lui, il gueule contre la bureaucratie de l’Education nationale, oubliant juste de préciser que cela sert à nourrir ses potes, qui vivent bien sur la bête, sans jamais se salir les mains à enseigner.

Ce grand donneur de leçons, complètement déconnecté des réalités d’un pays, fait la leçon aux dirigeants français quand ils accueillent, trop bien selon eux, le président chinois. Par contre, il ferme sa gueule quand les Saoudiens ou les Qataris viennent en France et arrosent toute la caste politique.

Un père, exaspéré, lors d’un échange avec lui, disait que s’il avait son gosse dans son école, il le retirerait immédiatement, pour le protéger des délires d’un tel enseignant, aussi sectaire.

Il avait tout dit, et des Sylvain Grandserre, il y en a des dizaines de milliers dans l’Education nationale.

Pas étonnant que le niveau baisse tous les ans, et que nombre de parents retirent leur gosse de l’Education nationale, et cherchent des solutions dans le privé, ou par l’éducation à domicile.

Martin Moisan